Grenoble – Amiens (Ligue Magnus, 32e journée)

33

Grenoble déroule 

Les Brûleurs de Loups se sont rapidement ressaisis à Angers dimanche en l’emportant 4-2, juste après avoir concédé vendredi face à Gap leur première défaite en 21 rencontres. Le doute ne s’est donc pas installé dans l’esprit des Grenoblois, qui ont repris leur marche en avant et restent plus que jamais à la lutte pour une place dans les 4 premiers afin d’obtenir l’avantage de la glace lors des quarts de finale.

2017 01 10 Grenoble Amiens1Les Gothiques s’étaient imposés 5-2 lors de leur première venue à Pôle Sud. C’était en octobre alors que Grenoble peinait à trouver le chemin de la victoire à domicile. Depuis les choses ont bien changé. Grenoble a enchaîné les succès alors qu’Amiens est à la peine et n’a toujours pas assuré sa place en play-offs. Après deux défaites contre Lyon et Gap, les Gothiques avaient bien rebondi en battant Angers. Mais leur défaite à Nice dimanche (2-3) rend leur position toujours fragile au classement. Rééditer leur exploit d’octobre leur ferait donc le plus grand bien, mais ils seront toujours privés pour cette rencontre de Berzins, Legault et Crowder, trois absences de poids en attaque.

Amiens est l’équipe la plus en verve au début de rencontre. Yanick Riendeau se procure la première occasion mais place le palet juste à côté. Quelques instants plus tard, la défense grenobloise se fait peur avec une situation très confuse devant le slot. Pendant ces premières minutes de jeu, O’Keefe ne voit pas le palet. Les Grenoblois sont empruntés et manquent d’entrain. Mais la première occasion sera la bonne : passe laser de Chouinard pour Rodman qui trouve la lucarne et Grenoble marque sur son premier tir du match (1-0, 04’24 »).

Rien de tel pour se mettre dedans et Miettinen est tout près de doubler la mise quelques instants plus tard. C’est finalement Trabichet qui s’y colle sur un lancer qui finit sa course en lucarne alors que Grenoble avait mis beaucoup de trafic devant le gardien amiénois et qu’O’Keefe demandait une obstruction (2-0, 06’06 »). Deux buts sur deux tirs, difficile de faire mieux pour les Brûleurs de Loups. Si offensivement ils sont en pleine réussite, on ne peut pas en dire autant de leur défense, très fébrile en ce début de match. Et sur une contre-attaque bien emmenée, Eric Johansson transperce Horak d’un tir croisé (2-1, 08’57 »).

2017 01 10 Grenoble Amiens2Avec trois buts marqués en moins de dix minutes, le début de rencontre est placé sous le signe de l’offensive. Les Grenoblois multiplient les occasions de but mais font bien souvent des mauvais choix au moment de terminer leurs actions à l’image d’un contre de Chouinard et Rodman mal négocié. Cette approximation récurrente dans les actions offensives empêche les locaux de prendre le large au tableau d’affichage malgré une domination de plus en plus affirmée. Les hors-jeux se succèdent, donnant parfois l’impression d’une rencontre de pré-saison lorsque les équipes n’ont pas encore d’automatismes.

Amiens se montre aussi dangereux par instants à l’image d’un tour de cage de Mathieu Brisebois qui aurait pu surprendre Horak. Ce dernier doit même s’employer de la mitaine pour bloquer un tir de Rémi Thomas. La première pénalité du match contre Brisebois permet à Grenoble de finir le tiers en supériorité numérique. Une opportunité parfaitement saisie par les Brûleurs de Loups sur une passe transverse de Rodman pour Hardy reprise sans contrôle par le défenseur grenoblois. O’Keefe arrête le palet mais le relâche, Goličič, présent au rebond, le pousse dans le but vide (3-1, 18’56 »).

2017 01 10 Grenoble Amiens4Avec deux buts d’avance, les Brûleurs de Loups possèdent une avance confortable au début de la deuxième période. Même si Riendeau allume la première mèche, c’est Grenoble qui continue de mettre la pression. Parfois trop portés vers l’avant, les coéquipiers d’Eric Chouinard se font contrer et Horak doit sauver à plusieurs reprises des situations périlleuses.

Sur une reprise de Goličič, O’Keefe est mis aussi à contribution. Le centre slovène est intenable dans cette rencontre et manque de très peu le cadre quelques instants plus tard. Après un tir sur le poteau, les efforts offensifs grenoblois sont finalement récompensés sur une action individuelle d’Eric Chouinard qui déborde sur la droite, revient devant la cage sans être inquiété et ajuste tranquillement O’Keefe (4-1, 27’39 »). Mais Grenoble n’est pas encore à l’abri, le petit relâchement défensif qui suit permet à Riendeau de tirer à bout pourtant, insuffisant pour tromper la vigilance d’un excellent Horak qui avait tendu sa jambière au bon moment.

2017 01 10 Grenoble Amiens5Les temps faibles succèdent aux temps forts dans cette rencontre toujours remplie de déchets techniques à l’image d’une succession de dégagements interdits concédés par les Grenoblois. Ces derniers ne sont pas toujours parfaits mais ont cette capacité à perforer facilement la défense amiénoise. Sur une contre-attaque, Chouinard laisse en retrait à Bisaillon qui tire à la cage, une nouvelle fois Goličič est présent au rebond pour enfoncer un peu plus les Amiénois (5-1, 31’04 »).

Ce but a raison de O’Keefe qui sort, visiblement touché à la jambe. Bisaillon en profite pour tester son remplaçant, le tout jeune Kévin Deliac, qui effectue ses premières minutes devant une cage en Ligue Magnus. Le petit gardien amiénois se détend et bloque le puissant lancer du défenseur québécois.

Une pénalité contre Nicolas Favarin offre à Amiens sa première supériorité numérique du match. Un power-play qui tourne à la catastrophe puisque suite à une relance rapide de Horak, Baylacq parvient à s’échapper en break et marque avec l’aide du poteau (6-1, 34’14 »). Dès lors, les Gothiques n’y croient plus beaucoup et subissent le feu nourri des attaques grenobloises. Chouinard voit son tir arrêté par Déliac alors que Bisaillon en excellent position devant la cage met le palet juste à côté. Alors que la sirène retentit, Tomas Nechala est sanctionné de deux minutes de pénalité.

2017 01 10 Grenoble Amiens6Le power-play grenoblois au début de la troisième période ne donnera pas grand-chose. Les Isérois perdent rapidement Teddy Trabichet, touché au visage par un palet et qui regagne précipitamment le vestiaire. C’est l’occasion pour le jeune Alexandre Pascal de grappiller des minutes de jeu.

Avec leur avance confortable de cinq buts, les Brûleurs de Loups se contentent d’avoir une approche défensive. Les trous dans la défense amiénoise leur offrent quand mêmes des opportunités : Kuralt s’échappe en break mais perd son duel avec Déliac qui s’interpose avec une belle mitaine. Puis Chouinard tarde trop alors qu’il était idéalement placé à côté du slot. Tomas Nechala est de nouveau sanctionné. Encore une fois, les Brûleurs de Loups profitent de la supériorité numérique, par Kuralt, au terme d’une action confuse durant laquelle Déliac a perdu le palet de vue et le laisse glisser derrière la ligne (7-1, 48’43 »).

2017 01 10 Grenoble Amiens3Malgré l’ampleur du score, les hommes d’Edo Terglav continuent de travailler dans les bandes pour maintenir le palet en zone d’attaque. Mais une pénalité de Texier permet à Amiens d’évoluer à son tour en supériorité numérique. Cette fois les Gothiques ne se font pas surprendre et Horak doit s’employer coup sur coup face à Bourgeois puis Kazarine. Mais le portier grenoblois est dans un excellent jour et il ne laisse plus rien passer jusqu’à la fin. Grenoble fait tourner le chrono dans les dernières minutes malgré une dernière pénalité de Joël Champagne. La fin de match en douceur valide le confortable succès grenoblois.

Les Brûleurs de Loups n’ont pas forcé leur talent ce soir pour obtenir un large succès face à Amiens au terme d’une rencontre qui n’a pas atteint les sommets d’intensité des matchs récents contre Lyon et Gap. Grenoble s’est appuyé sur un solide Horak et une attaque très efficace qui a très bien su exploiter les largesses de la défense et du gardien adverse. Au rayon des satisfactions, on notera l’excellente forme du premier trio reconstitué avec Chouinard, Rodman et Goličič. Même si défensivement tout ne fut pas parfait, Grenoble peut se satisfaire ne pas avoir eu à puiser dans ses réserves pour cette rencontre qui lui permet de retrouver le top 4 avant un déplacement délicat à Nice vendredi.

Amiens a rivalisé pendant un tiers-temps avec Grenoble avant d’exploser au deuxième tiers sur des erreurs défensives et des rebonds coupables laissés par O’Keefe. À sa décharge, le portier amiénois s’est visiblement blessé. Une mauvaise nouvelle de plus pour l’entraîneur Mario Richer, déjà privé de Berzins, Legault et Crowder en attaque. Le jeune Kévin Deliac a réalisé une très belle rentrée en n’étant pas toujours bien aidé par sa défense. Mais c’est quasiment la seule satisfaction de la rencontre pour les Gothiques qui rentrent en Picardie les valises pleines et qui voient Nice revenir à seulement deux points après cette rencontre. À douze matchs de la fin de la saison, Amiens devra encore batailler pour assurer sa place en play-offs.

Désignés meilleurs joueurs du match : Teddy Trabichet (Grenoble) et Grégory Béron (Amiens)

(Photos Philippe Crouzet) 

Commentaires d’après-match :

2017 01 10 Grenoble Amiens7Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Après le match de Gap, on voulait voir comment le groupe allait réagir. On n’a senti aucune panique ou de choses négatives, le but c’était de tourner la page rapidement. On a vu à Angers un très beau match d’équipe, aujourd’hui quatre blocs qui fonctionnaient, les unités spéciales étaient là, c’était vraiment avec beaucoup de plaisir de voir l’équipe jouer comme ça. Quand on marque deux buts rapidement, on est en contrôle du match, mais on sait qu’Amiens est une équipe qui a beaucoup de très bons joueurs, on ne voulait pas sortir de notre jeu, on ne voulait pas tomber dans le jeu facile, c’était important qu’on joue soixante minutes de la même façon. Teddy, c’est juste un coup sur le nez, on ne voulait pas prendre de risque, on a beaucoup de matchs qui arrivent. Depuis le début de l’année, le jeu est bien en place, les quatre lignes, y a personne qui triche, c’était important de retrouver ça. Depuis un mois, deux mois, on ne laisse pas beaucoup de place aux autres équipes, les gardiens font un super boulot. Si on joue bien défensivement, on se crée beaucoup de chances et c’est ce qu’on a beaucoup vu aujourd’hui. »

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « Je pense qu’on est bien rentré dans les dix premières minutes. On a eu un bon départ, sauf que Grenoble est venu deux fois dans notre zone, deux lancers, deux buts. Donc on avait le départ voulu mais on n’a pas été capable de tenir sur les deux premiers lancers. Notre gardien n°1 a une blessure, notre défenseur importé [Jass] aussi est sorti au milieu de la première période, il n’était plus capable. Donc on est encore avec cinq importés à l’écart. C’est comme si on enlevait les cinq meilleurs joueurs de Grenoble, on verrait une différence. Grenoble s’est ajusté avec le temps, Texier qui jouait en octobre sur le premier trio est maintenant sur le troisième. Leur premier trio avec Rodman, Chouinard et Goličič ont tous joué dans des ligues supérieures, Chouinard a joué en LNH et en DEL, donc c’est une première ligne très forte, peut-être la meilleure de la ligue. On compte un but par match, ça fait cinq matchs que c’est comme ça. Quand on est mené 2-0 au bout de dix minutes, c’est difficile pour nous de remonter. On veut produire, mais pour l’instant on n’arrive pas à compter les buts. La dernière fois qu’on a joué ici, on avait notre équipe complète, tous nos joueurs étaient dans l’alignement. Donc ça fait une grosse différence. Crowder a joué un match à Angers et est de retour sur la liste des blessés. On est une année où les blessures ne s’arrêtent pas, il y a des équipes qui n’ont pas encore eu de blessures cette année alors ça va bien pour eux… Il nous reste au moins deux semaines à souffrir au niveau du nombre de blessures, on espère que les joueurs vont revenir, qu’on puisse avoir des trios qui ont l’habitude de jouer ensemble. Pour l’instant, il y a beaucoup de combinaisons qui sont refaites toutes les semaines. »

Norbert Abramov (attaquant de Grenoble) : « Ça fait du bien, il n’y a pas eu de panique dans l’équipe, c’est une série qui prend fin, ça devait arriver, c’est comme ça, on a réussi à rebondir très rapidement à Angers et ce soir on a réussi à fournir un match encore plus complet et c’est plaisant d’avoir réussi à se remobiliser aussi rapidement. Il y a beaucoup de travail qui paye [depuis la défaite contre Amiens], il y a plein de petits détails qui sont mis en place aussi tout au long de l’année. On ne pense pas déjà aux play-offs, comme on le dit depuis le début de l’année, on prend chaque match à la fois. Même pendant cette série victorieuse on n’y pensait pas même si c’est plaisant à vivre. »

 

Grenoble – Amiens 7-1 (3-1, 3-0, 1-0).

Mardi 10 janvier 2017 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2 700 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Guillaume Barthe et Frédéric Peurière
Pénalités : Grenoble 4′ (0’, 2’, 2’), Amiens 8’ (2’, 2’, 4’)
Tirs : Grenoble 37 (12, 15, 10), Amiens 25 (7, 11, 7)

Évolution du score :
1-0 à 04’24 » : Rodman assisté de Chouinard et Gervais
2-0 à 06’06 » : Trabichet assisté de Texier et Tartari
2-1 à 08’57 » : Johansson assisté de Coulaud et Brisebois
3-1 à 18’56 » : Goličič assisté de Hardy et Rodman (sup. num.)
4-1 à 27’39 » : Chouinard assisté de Rohat et Scolari
5-1 à 31’04 » : Goličič assisté de Chouinard et Favarin
6-1 à 34’14 » : Baylacq assisté de Tartari et Horak (inf. num.)
7-1 à 48’43 » : Kuralt assisté de Tartari et Miettinen (sup. num.)

 

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Boštjan Goličič – David Rodman
Camilo Miettinen – Sébastien Gauthier – Anže Kuralt
Alexandre Texier (2’) – Christophe Tartari (A) – Norbert Abramov
Julien Baylacq – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud
Antoine Torres

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Teddy Trabichet (A) [puis Alexandre Pascal au 3e tiers] – Nicolas Favarin (2’)
Quentin Scolari – Stéphane Gervais

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Aziz Baazzi (blessé à la main), Rhett Bly (ligaments du genou)

Amiens

Attaquants :
Yanick Riendeau – Eric Johansson – Loïc Coulaud
Rémi Thomas – Joël Champagne (C) (2’) – Grégory Béron (A)
Fabien Kazarine – Joey West – Fabien Bourgeois
Rudy Matima – Yannick Offret – Quentin Fauchon

Défenseurs :
Māris Jass – Jonathan Narbonne
Tomas Nechala (4’) – Mathieu Brisebois (2’)
Nicolas Leclerc – Romain Bault

Gardien :
Mitch O’Keefe puis Kévin Deliac [à 31’04 »]

Absents : Armands Bērziņš, Maxime Legault, Tim Crowder, Corentin Cunsolo, Thomas Suire, Axel Prissaint

Les commentaires sont fermés.

felis vulputate, luctus dolor ipsum elementum