Dunkerque – Cholet (Division 1, 5e journée)

Les Dogs à nouveau battus d'un poil...

450

Quatre parties ont été disputées et déjà le besoin de points se fait sentir pour les Dunkerquois et les Choletais. Convalescents, les premiers n’ont pu réaliser à Anglet un exploit susceptible de rattraper deux soirées décevantes à domicile et reçoivent des Dogs frustrés de ne compter comme leurs hôtes qu’un seul gain. Situation famélique au point que l’une des deux formations pourra, pour la première fois depuis le 16 septembre, empocher la victoire dans ce championnat indécis.

L’affrontement rappellera quelques souvenirs d’une demi-finale de Division 2 du printemps 2011, à l’issue de laquelle les Nordistes avaient validé leur montée ; mais il revêt surtout un caractère particulier à travers le retour à Raffoux d’un enfant du club, Loïc Destoop. L’habituel porteur de la tunique numéro 22 avait disputé toute sa carrière dans le club de sa ville natale, intégrant au milieu des années 2000 une équipe première luttant alors pour son maintien parmi l’élite.

L’attaquant se présente désormais sous les couleurs du club encadré par Julien Pihant, peu désireux de faire dans les sentiments après trois défaites par le plus petit des écarts. Si les visiteurs se présentent au complet, au contraire de locaux toujours privés de Clément Thomas et du défenseur David Gaborcik, ils se font une frayeur à l’échauffement. Touché par un lancer au niveau du thorax, Thibault Saez se plaint de longs instants mais tient finalement sa place et se rassure vite du gant face à Rémi Houque. Une crosse haute de Marias-Magill aurait pu l’exposer, mais c’est surtout son attaquant Cody Freeman qui s’illustre en contre-attaque. Dunkerque attend le retour à cinq pour trouver la mire, une passe latérale de Parisot étant reprise sans contrôle par Nicolas Siegfriedt vers la lucarne (1-0 à 08’34″).

On retrouve Loïc Destoop sur une prise de bec avec Matej Direr dans la minute suivante, le Slovaque étant à son tour envoyé en geôle. Plus affûtés en jeu de puissance, les Dogs sortent les gâchettes de Grofek et Doyle pour autant d’interventions de Chimienti. Mais la pénalité de Parisot, qui fait trébucher McGovern le long de la balustrade, est de trop pour le portier canadien. Il est secouru dans un premier temps par Mikusovic devant l’enclave, mais Cody Freeman profite de la double supériorité pour l’ajuster (1-1 à 10’46″). Sans se montrer plus dangereux, Cholet demeure entreprenant à forces égales, jusqu’à une intervention trop brutale de Blinka sur son compatriote Mrkvicka. Auteur de quatre points depuis le début de saison, Charlie Doyle profite de la situation pour employer Lino Chimienti, face à qui Loïc Destoop, en visant trop à droite de la cage, aurait pu jouer un drôle de tour à son ancien public. Réaliste, Dunkerque riposte dès le retour à cinq. Pressée par Blinka, la défense rouge et blanche ne peut que constater les dégâts en voyant Matej Direr récupérer le palet, s’avancer et lancer en force (2-1 à 16’56″).

Une obstruction d’un ancien de la maison, Miroslav Kristin, pourrait permettre aux Corsaires de doubler leur avance avant la fin de la période. Toutefois, c’est à une égalisation qu’aurait pu assister le public : Quentin Guineberteau s’échappe sur la droite et centre pour Arnaud Tharreau, trop juste pour conclure au centre. Las, les visiteurs sont à leur tour pris à revers sur une relance rapide de Francis Ballet au retour des vestiaires. À la réception de l’offrande, Marek Mikusovic trouve Lukàš Zeliska devant la cage (3-1 à 20’37″).

Le HGD ne saurait cependant s’estimer à l’abri. D’abord parce que les matchs des Choletais se jouent depuis le début de saison à un but près ; ensuite parce que les joueurs de Julien Pihant sont les plus entreprenants, notamment au cours de la période intermédiaire. Lino Chimienti sort une belle parade pour mettre fin à un mouvement rapide Kristin – Tremblay – Mc Govern, avant de s’incliner sur une astucieuse déviation du deuxième nommé, positionné devant la cage sur un lancer de Doyle (3-2 à 22’53″). Un palet dégagé par Jonathan Lafrance provoque ensuite une frayeur lorsqu’un membre du staff des Dogs est heurté, heureusement sans trop de dégâts, par le caoutchouc. La remise en jeu est remportée par les Dunkerquois, qui s’offrent une bonne séquence en zone offensive, marquée par une déviation de Ballet et un essai de Martial en pivotant sur lui-même. D’un réflexe, Thibault Saez sauve les siens. Mathieu Jestin lance Arnaud Tharreau dans le dos du jeune Martin Poirier, et le fidèle numéro 57 ne rate pas son duel avec Chimienti pour marquer son premier but de la saison, atteignant ainsi son total de l’an dernier (3-3 à 25’09″).

L’indécision rôde. Les troupes du Maine-et-Loire obligent le portier local à une nouvelle parade devant Peter Szabo, oublié par la paire Young-Ballet, et à confirmer sa forme face à Klejna, à l’affût d’un palet mal dégagé, ou suite à un raid de Destoop sur la gauche. Il serait réducteur de résumer cette période à un cavalier seul des Choletais, car les Corsaires, souvent dans la réaction, se procurent quelques occasions. À la manœuvre dans le dos de Saez, Vit Budínský isole Mikušovic, dont la reprise touche le métal d’une cage prise d’assaut par Jonathan Lafrance, le palet échouant à quelques centimètres de la ligne fatidique (36’16″). Thibault Saez s’interpose avec succès sur un tir croisé de Budínský, capté du gant, mais sa défense est secouée par le harcèlement de Martial ; Zeliska hérite du disque et décale Direr, impitoyable aux abords d’une cage grande ouverte (4-3 à 37’27″).

À nouveau menés, les joueurs des Mauges commettent deux fautes en une trentaine de secondes, risquant d’hypothéquer leurs efforts précédents. Vit Budínský perce le fin rideau pour manquer le coche à quelques secondes de la sirène, isolant à la reprise Marek Mikušovic. Le grand centre slovaque feinte Saez et croit conclure avant que le portier visiteur n’oppose la jambière en catastrophe. Enfin en avantage sur une faute de Zeliska, les Dogs tergiversent sur le jeu de puissance, attendant une longue passe de Mvkvicka vers McGovern, en bout de course, pour prendre la défense à revers. Secoué et empêché d’intervenir sur un but refusé à Cody Freeman (46’59″), Chimienti demeure occupé à forces égales, se montrant solide sur un essai en force de Tomas Grofek, mais pris de court, comme sa défense, lorsque Freeman, nullement inquiété, s’extirpe du coin droit pour venir le tromper de près (4-4 à 50’12″). Et les Choletais de poursuivre sur leur lancée : Kristin et Tremblay s’échangent les passes aux abords d’une cage plutôt mobile… que finit par trouver Peter Szabo, en déviant opportunément le tir d’Alexis Birolini (4-5 à 51’59″).

Pour remobiliser des troupes moins en verve, Antoine Richer prend son temps mort. Un demi-tour de chronomètre plus loin, Matej Blinka est déséquilibré par Martin Borovsky le long de la bande. Les Corsaires enflamment enfin la zone adverse. Budínský centre pour Rémi Houque, qui occasionne une nouvelle frayeur à un Saez impeccable sur les deux tirs subséquents de Mikušovic et aux devants de Young, à la recherche de la lucarne. Les deux derniers protagonistes reprennent leur travail de sape, le Slovaque presse la défense, récupère une rondelle qu’il s’échange avec son défenseur pour conclure dans une cage ouverte (5-5 à 57’57″). Rageant pour l’équipe des Pays de la Loire, qui disposait, quelques secondes auparavant, d’une bonne opportunité pour le capitaine Biroloni, monté aux avant-postes… D’intermittente, l’ambiance tourne à la folie lorsque Martin Pavlicek parvient à conserver le palet en zone offensive, s’échine à éviter la bévue face à un adversaire avide de contre-attaquer et lance en force vers la cage. La rondelle n’est que freinée par Saez et glisse inexorablement vers une ligne que Budínský l’aide à franchir (6-5 à 59’31″).

Le temps-mort, la sortie concomitante de Thibault Saez et un accrocher du dernier buteur corsaire au pressing devant la cage vide offrent une dernière chance aux Dogs à 12 secondes du terme. Les deux ultimes mises au jeu sont remportées par les Dogs, mais le dernier tir de Charlie Doyle ne trompe pas la défense maritime, au grand désarroi d’un Julien Pihant excédé par cette quatrième défaite de suite par le plus petit des écarts.

État d’esprit tout autre du côté du HGD, soulagé par cette fin de match alliant désarroi et euphorie. Tour à tour opportunistes et prudents, les hommes d’Antoine Richer ont su trouver les ressources pour recoller à la marque, grâce à leurs meneurs, dont un Marek Mikušovic décisif. De quoi ponctuer en beauté une soirée placée sous le signe de la solidarité avec l’association « Au-delà du cancer ». Les porteurs des maillots roses de circonstance peuvent ainsi retrouver le sourire après trois défaites de rang.

Commentaires d’après-match :

Julien Pihant (entraîneur de Cholet) : « Il nous est arrivé ce qui arrive depuis le début de saison, car nous avons dominé cinq matchs pour n’en remporter qu’un. Les erreurs individuelles nous coûtent le match, même si on ne peut pas reprocher aux joueurs de ne pas avoir bossé pour contrecarrer le jeu de Dunkerque. Offensivement l’équipe manque plusieurs chances, même si marquer cinq buts doit permettre de l’emporter. Elle est dans le coup, et capable de faire de très bonnes choses cette année, à condition d’être en mesure de faire la différence.»

Dunkerque – Cholet 5-4 (2-1, 2-2, 1-1)
Samedi 21 octobre 2017 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 606 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Jérémie Collin et Samuel Fessier.
Pénalités : Dunkerque 10′ (4’, 0′, 6′), Cholet 12′ (4′, 4′, 4′).
Tirs : Dunkerque 35 (9, 12, 14), Cholet 39 (14, 14, 11).

Évolution du score :
1-0 à 08’34″ : Siegfriedt assisté de Parisot et Blinka
1-1 à 10’46″ : Freeman assisté de Szabo (double sup. num.)
2-1 à 16’56″ : Direr assisté de Blinka et R. Houque
3-1 à 20’37″ : Zeliska assisté de Mikušovic et Ballet
3-2 à 22’53″ : Tremblay assisté de Doyle et Kristin
3-3 à 25’09″ : Tharreau assisté de Jestin et Klejna
4-3 à 37’27″ : Direr assisté de Zeliska et Martial
4-4 à 50’12″ : Freeman assisté de Szabo et Birolini
4-5 à 51’59″ : Szabo assisté de Birolini et Grofek
5-5 à 57’57″ : Mikušovic assisté de Young et R. Houque
6-5 à 59’31″ : Budínský assisté de R. Houque et Pavlicek

 

Dunkerque

Attaquants :
Rémi Houque – Marek Mikušovic (A) – Vit Budínský
Brendan Martial – Matej Direr – Lukáš Zeliska
Matej Blinka – Nicolas Siegfriedt – Geoffrey Parisot

Défenseurs :
Adam Young – Francis Ballet (C)
Martin Poirier – Martin Pavlicek
Alexis Geoffroy-Lemoine – Jonathan Lafrance (A)

Gardien :
Lino Chimienti

Remplaçants : Kévin Deliac (G), Antoine Houque, Clément Garrido, Jordan De Lat, Nathan Thomm. Absents : Clément Thomas (adducteurs), David Gaborcik, Pierrick Boudot.

Cholet

Attaquants :
Cody Freeman – Peter Szabo – Tomas Grofek
Miroslav Kristin – Sean McGovern – Mathieu Tremblay
Hugo Sarlin – Loïc Destoop – Michal Klejna
Kévin Marias-Magill – Quentin Guineberteau – Arnaud Tharreau

Défenseurs :
Mathieu Jestin – Martin Borovsky (A)
Charlie Doyle – Alexis Birolini (C)
Andrej Mrena – Tomas Mrkvicka

Gardien :
Thibault Saez (sorti à 59’31″)

Remplaçants : Matthieu Depanian (G),Thomas Cornu.

Les commentaires sont fermés.

non eget sem, ante. quis Sed massa Praesent ipsum dolor.