Brest – Anglet (Division 1, 11e journée)

414

Brest taille patron.

Duel au sommet au Rïnkla Stadium. Le deuxième, Brest, reçoit le leader Anglet pour l’affiche de cette onzième journée du championnat de Division 1. Une opposition très prometteuse entre la meilleure défense (21 buts encaissés par les Albatros) et la meilleure attaque du championnat (45 buts inscrits par les Basques). Il n’est donc pas étonnant de voir l’affluence dépasser les 1000 spectateurs.

Invaincu depuis le début de saison et faisant figure de grand favori dans ce championnat, l’Hormadi a chuté après tirs au but la semaine passée face à une équipe de Briançon retrouvée. Charge à eux de se relancer et de distancer leur dauphin dès la journée suivante.

Si les Albatros sont intraitables à l’extérieur, ils alternent le chaud et le froid à domicile. Ils doivent donc afficher leurs meilleurs visages pour tenter de faire chuter leurs adversaires du soir et ainsi chiper la première place.

Beaucoup d’absents des deux côtés pour cette rencontre. Pour les locaux Nick McParland (Edit : il était en tenue sur le banc mais n’a pas joué), Jan Kana, David Fritz-Dreyssé manquent à l’appel en attaque. L’absence de Kyle Shapiro laisse Sylvain Codère tourner à cinq défenseurs malgré la présence d’Antonin Marcelle sur le banc. Pour Anglet, pas de trace de l’ancien Brestois Sébastien Gauthier ni de l’emblématique Xavier Daramy et des défenseurs Riku Silvennoinen et Kevin Maso. En revanche le public retrouve avec plaisir les « anciens de Ligue Magnus » Christian Ouellet et Léo Bertein.

La rencontre débute sur un bon tempo avec une occupation territoriale qui est à l’avantage des visiteurs. Mais Brest est bien en place et répond par un jeu viril bien décidé à ne pas se laisser faire. Les Albatros bénéficient de deux jeux de puissance (6’05’’ et 10’12’’) mais ils sont joués de manière trop « plan plan » pour faire douter les leaders.

Les Bretons sont en tout cas bien rentrés dans leur match et prennent peu à peu l’ascendant sur des Basques gênés par le pressing et la rigueur défensive adverse. En effet, Ruby n’a finalement que peu de tirs adressés sur lui comparé au temps passé devant lui par l’Hormadi.

C’est finalement une incursion conclue par un très beau revers pleine lucarne de Bryan Kolodziejczyk que Brest décoince la situation (1-0 à 14’25’’). Les Basques souffrent et sont impuissants peu après sur un slalom de Benjamin Lagarde dans leur zone défensive. Bertein est trop reculé dans sa cage pour arrêter le tir pleine lucarne de l’ancien Angloy (17’35’’).

L’ancien portier Brestois se ressaisit bien la minute suivante avec un gros arrêt de la jambière sur Graham Avenel (18’15’’). Mais il n’est pas aidé peu avant le gong par sa défense qui commet une grosse erreur de relance exploitée par Kolodziejczyk et conclue par Lagarde d’un dribble plein de sang-froid (3-0 à 19’45).

Une magnifique période pour Brest et un vrai cauchemar pour le leader qui rentre la valise lourde aux vestiaires après une fin de premier tiers très difficile qui coute la place de Bertein remplacé par Kello pour la suite du match. Olivier Dimet a su ressaisir ses troupes à la pause tant les Basques abordent patins au plancher le tiers médian. Les Albatros sont poussés à la faute et enchainent les pénalités (quatre rien que sur les cinq premières minutes de la période).

C’est un tournant du match puisque même à cinq contre trois, le leader ne parvient pas à déjouer une défense brestoise héroïque. Les locaux jouent même un moment à « deux et demi » puisque Bastien Lardière a perdu sa crosse sur une action (25’). Toutes les prisons sont tuées sous une ovation du public. C’est au final un boost au moral « inversé » qui se produit car les Albatros sont rassurés tandis que leurs adversaires sombrent un peu plus dans le doute.

Brest n’en a pourtant pas fini avec l’indiscipline. Stuart et Grenier s’échangent des amabilités après un arrêt de Kello. Les deux protagonistes sont envoyés au cachot mais le Brestois a un bonus de deux minutes (28’15’’). Anglet est cependant toujours gêné en supériorité à cause notamment d’un gros ménage fait dans l’enclave par la défense locale et de nombreux tirs non-cadrés (30’).

Cannizzo écope lui aussi d’une pénalité (30’37’’). A force de sentir le vent du boulet, les Albatros vont finir par le payer. Ruby s’en tire à très bon compte face à Yannick Riendeau seul en duel dont le tir tape la barre transversale. Il est malgré tout trompé par un palet flottant contrôlé à la main par Ouellet et repris dans la foulée de la palette au second poteau. L’ancien brestois a fait preuve d’un temps de réaction remarquable sur l’action (3-1 à 32’29’’).

Le début d’une folle remontée pour le leader ? Pas vraiment puisque la réussite semble les fuir. Sur une nouvelle action de la ligne de Benjamin Lagarde, un centre est dévié dans son propre but par un défenseur Angloy qui voulait bien faire en se couchant pour couper la passe (4-1 à 36’07’’).

Un but très important pour Brest qui aurait pu douter après la réduction du score par Ouellet et qui au final termine cette période à égalité 1-1. Pas mal pour une équipe qui a écopé de quatorze minutes de pénalités sur vingt minutes de jeu ! Le cinquième but de Jaroslav Kristek d’un tir chirurgical en poteau rentrant dès le début du troisième tiers rend le verdict de plus en plus inéluctable (5-1 à 43’02’’).

L’intensité du jeu baisse et Brest gère confortablement son avance. L’Hormadi pour l’honneur réduit l’écart d’un but anecdotique accordé à Ouellet (on a pourtant cru voir Olsson) sur un rebond laissé par Ruby (5-2 à 52’18’’). Anglet perd son premier match en temps réglementaire et par la même occasion sa place de leader.

Très gros match des Albatros qui font carton plein avec cette belle victoire. Emmenés par un duo Kolodziejczyk-Lagarde de feu (quatre points chacun), ils ont fait la différence dans la première période en exploitant la moindre faille adverse tout en étant rigoureux dans leur propre zone. L’indiscipline aurait pu coûter très cher au deuxième tiers temps mais une chance pour eux les (ex)-leaders ne semblaient pas dans leur assiette. Six points pris ces deux derniers matchs face à Tours puis Anglet, le contrat est largement rempli pour les Bretons.

Anglet aura payé cash une fin de premier tiers complètement loupée et un deuxième tiers qui aurait dû les relancer. Est-ce à cause des absences ? Difficile à dire car il manquait du monde également en face. Il faudra absolument vaincre Cholet dès samedi prochain pour ne pas douter. Après tout l’Hormadi demeure l’équipe la plus régulière du championnat et est à égalité de points avec Brest. Leur effectif reste sur le papier le plus impressionnant de la division. Mais ils ont pu constater les deux dernières journées que des équipes ont les moyens de leur mettre des bâtons dans les roues.

Joueurs du match : Bryan Kolodziejczyk (Brest), Christian Ouellet (Anglet)

Brest – Anglet 5-2 (3-0, 1-1, 1-1)
Samedi 25 novembre 2017 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1008 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Jérémy Metais et Samuel Fessier
Pénalités : Brest 16′ (0’, 14’, 2’), Anglet 14′ (4’, 4’, 6‘).
Tirs : Brest 27 (14, 4, 9), Anglet 29 (9, 14, 6)
Évolution du score :
1-0 à 14’25’’ : Kolodziejczyk assisté de Lagarde et Weidauer
1-1 à 17’48’’ : Lagarde assisté de Kolodziejczyk et Stuart
2-1 à 19’43’’ : Lagarde assisté de Kolodziejczyk
3-1 à 32’29’’ : Ouellet assisté de Cyr et Olsson (sup. num)
4-1 à 36’07’’ : Lagarde assisté de Stuart et Kolodziejczyk
5-1 à 43’02’’ : Kristek assisté de Colombin et Pain
5-2 à 52’18’’ : Ouellet assisté de Baubriau et Cyr

Brest
Attaquants :
Alexandre Lubin– Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Adam Stuart
Jaroslav Kristek – Erwan Pain (A) – Bastien Lardière

Défenseurs :
Gaëtan Cannizzo – Michal Dobron
Aurélien Gréverend (A) – Christian Weidauer
Clément Colombin

Gardien : Jordan Ruby

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Jérémy Cormier, Antonin Marcelle, Maxime Foulon, Nick McParland. Absents : David Fritz-Dreyssé (retour à Rouen), Jan Kana (non-conservé), Kyle Shapiro.

Anglet

Attaquants (rotations) :
Yanick Riendeau – Loïk Poudrier – Christian Ouellet
Alexander Olsson – Mathieu Cyr – Thomas Decock (C)
Florent Neyens (A) – Matthieu Vissio – Benoit Ladonne
Nicolas Thos ; Victor Ranger

Défenseurs :
Dominic Jalbert (A) – Mathieu Pons
Thomas Baubriau – Dave Grenier
Adrian Ubieto

Gardiens :
Léo Bertein puis Quentin Kello à 20’.

Remplaçants : Alban Rodriguez, Paul-Nassim Bonnet. Absents : Sébastien Gauthier, Xavier Daramy, Riku Silvennoinen, Kevin Maso.

Les commentaires sont fermés.

efficitur. id, sed libero. sit libero ipsum velit, at Praesent