Grenoble – Mulhouse (Ligue Magnus 2017/18, 1/4 de finale, match 5)

Les Brûleurs de Loups se font des frayeurs

214

Les Brûleurs de Loups et les Scorpions avaient quitté à Pôle Sud sur un égalité 1-1 dans la série, ils reviennent avec une égalité de 2-2. Le match 3 a été gagné par Mulhouse après prolongation ce qui a permis de nouveau à Mulhouse de prendre les devants dans la série. Dans le match 4, le début parfait des Scorpions qui menaient 2-0 au bout de quelques minutes laissaient augurer du pire pour Grenoble. Mais la réaction grenobloise fut impressionnante avec cinq buts consécutifs – dont deux en power-play, une première dans la série pour Grenoble après seize échecs – pour ce qui constitue l’écart le plus important dans la série (5-2).

Seule mauvaise nouvelle pour Grenoble : la suspension pour deux matchs d’Olivier Dame-Malka pour une charge contre la bande non signalée par les arbitres pendant le match 4 mais qui a fait beaucoup parler dans les travées de l’Illberg. Du côté mulhousien, Adam Havlik, blessé sur la charge de Dame-Malka, est absent ce soir alors que Branislav Rehuš, à l’inverse, effectue ses débuts dans la série.

La première alerte sur la cage de Surek vient d’un débordement de Leclerc sur la gauche et un premier lancer est capté par la mitaine du portier mulhousien. Les Brûleurs de Loups montrent leurs intentions et les hostilités débutent avec une grosse charge de Côté qui provoque un début de bagarre avec Jurik. Champagne se fait pénaliser pour accrocher. Les Scorpions ont du mal à installer leur power-play même si Östman esseulé face au slot parvient à inquiéter Horak qui dévie le palet. À cinq contre cinq, Mulhouse garde la possession du palet.

Une bonne période en zone offensive remet Grenoble dans le sens de la marche avec un bon lancer de Rohat dévié par Surek. Grenoble enchaîne avec un bon centre de Leclerc pour Kunnas dont le tir est capté par Surek. Hordelalay parvient à s’infiltrer dans le dos de la défense mais perd son face-à-face avec Surek. Mais les Brûleurs de Loups se font de nouveau sanctionner pour une charge en zone offensive d’Hordelalay.

Horak réalise un bel arrêt-réflexe à bout portant face à Vigners qui s’était démarqué. Sur la contre-attaque, Paakkolanvaara fait trébucher Kara et les deux équipes se retrouvent à quatre contre quatre. Une situation de jeu qui profite à Hardy qui accélère pour s’offrir un un-contre-un mais son lancer est repoussé par Surek. Alors qu’une pénalité est appelée contre Cruchandeau, Giroux manque une cage grande ouverte et met le palet sur le petit filet extérieur. La supériorité numérique grenobloise qui suit ne donne pas grand-chose. Tartari tente de surprendre Surek avec un lancer dans le trafic. Les pénalités s’enchaînent : Ville d’un côté, Treille de l’autre, se font sanctionner pour des accrocher par deux arbitres assez tatillons. Les deux équipes jouent de nouveau à quatre contre quatre. Ševčenko est tout près de marquer sur un rebond laissé par Horak consécutif à un tir de Rehuš. Les Brûleurs de Loups terminent le tiers en supériorité numérique car Ševčenko accroche Hardy en entrée de zone. Goličič tente sa chance dans un trou de souris mais Surek ne se laisse pas surprendre.

La deuxième période débute. Vigners s’échappe sur l’aile droite et lance à la cage. Les arbitres continuent à siffler, cette fois contre Tartari qui se fait sanctionner pour accrocher. Les Scorpions ne parviennent pas à créer de décalage en supériorité numérique. Sur un déboulé à trois contre un, Mulhouse est tout près de surprendre Horak qui réalise un arrêt important. Le palet va d’une cage à l’autre et les deux équipes procèdent par contre-attaques rapides. Sur l’une d’elles, Tartari remonte vite le palet et sert Giroux mais Surek repousse. De l’autre côté de la glace, Vigners parvient à déjouer la vigilance de la défense grenobloise mais il croise trop son tir au moment de conclure. Le KO semble proche. Les Brûleurs de Loups mettent une grosse pression sur la cage mulhousienne avec plusieurs tirs successifs en direction de Surek qui les repousse tous. La pression grenobloise finit par être récompensée par une pénalité de Hoehe. Les Brûleurs de Loups parviennent à ressortir le palet pour Hardy qui profite d’un écran de Le Blond pour surprendre Surek (1-0, 30’26).

Le power-play grenoblois, en difficulté depuis le début du match, se montre enfin efficace, mais les Scorpions ne se laissent pas abattre et partent tout de suite à l’offensive. Sur l’engagement, il s’en faut de très peu pour que Ševčenko ne profite de la passivité de la défense grenobloise. Paakkolanvaara a une très bonne opportunité à son tour dans les secondes qui suivent, mais une nouvelle fois Horak est décisif. Une pénalité pour obstruction de Rehuš sur Hardy en zone offensive permet à Grenoble de relâcher la pression mulhousienne et de porter de nouveau le danger sur la cage adverse. Malgré une bonne circulation du palet, le power-play grenoblois ne parvient pas à trouver l’ouverture. Un bon lancer de Bisaillon dans le trafic est bien capté par Surek sans laisser de rebond.

Les Brûleurs de Loups semblent en contrôle de la rencontre mais Arnaud reçoit une pénalité majeure pour sur une charge sur Tomanek. Sanction sévère alors que Tomanek semblait plutôt rentrer en collision avec Arnaud qui semble faire un geste d’auto-protection. Comme lors du match 1, Mulhouse a donc cinq minutes pour tenter d’égaliser mais une pénalité de Rubeš vient écourter l’avantage numérique. Les Scorpions n’arrivent pas à mettre en danger Surek. À l’inverse, Grenoble est tout près de marquer sur un 2 contre 1 joué entre Rohat et Champagne. Finalement la pénalité majeure est tuée sans dommage par Grenoble qui garde son avantage à la fin du second tiers.

En contrôle, les Brûleurs de Loups débutent la troisième période avec une certaine prudence. Mulhouse n’abdique pas et continue de pousser. Mais Ten Braak se fait pénaliser. Et cette fois les Grenoblois ne mettent pas longtemps à concrétiser leur avantage numérique : Giroux subtilise le palet à Treille en entrée de zone, s’avance et ajuste Surek d’un tir précis le long du poteau (2-0, 42’34). Avec deux buts d’avance, les Grenoblois font le break et peuvent voir la fin du match de manière plus sereine

Les Brûleurs de Loups cherchent le but du KO et sont très près d’y arriver avec une incursion de Rodman qui s’offre un petit numéro en zone offensive alors que Surek a du mal à bloquer le palet. Les Scorpions semblent à la peine physiquement, Treille se fait pénaliser, ce qui donne une nouvelle chance à Grenoble de prendre ses distances. Pourtant ce sont Vigners et Ševčenko qui partent en deux contre un mais un mauvais choix de Vigners ne leur permet pas de conclure. En supériorité numérique, Le Blond est tout près de marquer devant le slot mais Surek arrive quand même à voir le palet arriver malgré le trafic devant la cage.

Les occasions grenobloises se multiplient, Mulhouse semble à l’agonie : sur une échappée de Giroux, Kenny Martin est sanctionné pour avoir accroché le buteur grenoblois. L’arbitre accorde un tir de pénalité : Giroux s’élance, tente la feinte mais échoue sur Surek qui laisse son équipe dans le match.

Grenoble ne renonce pas et continue de pousser. Le Blond passe à Hordelalay qui est poussé irrégulièrement dans la cage par Seda. De nouveau en supériorité numérique, les Brûleurs de Loups ont encore une occasion de tuer le match. Champagne sert Giroux sur un plateau mais la reprise de l’attaquant grenoblois est trop molle, ce qui permet à Surek de faire l’arrêt.

Même s’ils n’arrivent pas à marquer, les Grenoblois semblent en contrôle du match à moins de dix minutes de la fin. Mais ces dix dernières minutes justement vont être complètement folles et permettre à Mulhouse de se relancer dans la partie. Gabin Ville se fait pénaliser pour un cinglage en zone offensive. Une pénalité qui sera lourde de conséquences. Eriksson sent l’opportunité et demande un temps mort pour organiser cette supériorité numérique de la dernière chance. Une belle inspiration car Mulhouse arrive à marquer sur un lancer anodin de Jurik (2-1, 52’17). Ce but relance complètement Mulhouse qui se remet à y croire et oublie la fatigue. À l’inverse, la défense grenobloise semble soudainement fébrile et elle finit par craquer sur un lancer dans le trafic de Rubeš (2-2, 54’40).

Coup de froid dans Pôle Sud alors que Mulhouse est complètement relancé avec ces deux buts marqués en à peine plus de deux minutes. Grenoble a une occasion de reprendre l’initiative avec une pénalité d’Esipov. Goličič se retrouve seul face à la cage ouverte mais son tir trop écrasé manque le cadre. Cette grosse opportunité manquée, les Grenoblois continuent de pousser mais ne parviennent pas à tirer profit de la supériorité numérique. Les deux équipes filent droit vers les prolongations. Mais une belle passe en profondeur de Tartari permet à Kara de partir en contre-attaque. Il centre pour Leclerc au milieu de la défense mulhousienne… et le tir croisé de l’attaquant grenoblois trompe Surek à trente secondes de la fin du temps réglementaire (3-2, 59’29) !

Les Brûleurs de Loups sont passés tout près de la correctionnelle ce soir. Après 50 premières minutes imparfaites mais suffisamment abouties pour leur permettre de mener 2-0 grâce à deux buts en power-play dans un match haché par les pénalités, ils semblaient en bonne position pour ramener tranquillement cette cinquième manche. Mais en l’espace de quelques minutes, tout s’est effondré : une mauvaise pénalité de Ville en zone offensive, une soudaine fébrilité défensive à l’image d’Horak pas au mieux sur les deux buts encaissés et tout est à refaire…. Avec une dynamique clairement inversée qui aurait pu profiter à Mulhouse en cas de prolongation. Le but de Leclerc à 30 secondes de la fin du temps réglementaire est donc un quasi miracle qui évite à Grenoble bien des tracas et à l’inverse met un petit coup derrière la tête aux Scorpions. Pour la première fois en tête dans cette série, Grenoble a l’occasion de finir le travail dimanche à Mulhouse ou mardi à Grenoble en cas de match 7. Un moindre mal, mais encore une fois, que ce fut dur pour en arriver là !

Désignés étoiles du match : ***  Kyle Hardy, **  Lukáš Horák, *  Alexandre Giroux

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On est en contrôle du match, on les laisse revenir, mais il faut donner du crédit à Mulhouse, c’est une équipe qui a beaucoup de caractère, c’est pourquoi ils sont là, c’est une équipe qui n’abandonne jamais. Ils ont profité de quelques moments où on n’était pas à 100%, ils ont marqué, ils sont revenus dans le match. Le dernier match à Mulhouse, on prend deux buts rapidement, on revient dans le match… Là, il n’y a jamais eu de moment de panique sur le banc. On s’est dit de revenir à la base et de jouer en avant, et puis il y a eu un jeu un peu chanceux. On est parti à deux contre un, un bon jeu de Vincent, un beau but de Guillaume et c’est fait. On a cherché beaucoup de solutions en supériorité numérique après les trois premiers matchs, là ça fait deux matchs qu’on marque deux buts. Ce sont toujours les moments où on veut chercher un peu de momentum, c’est important pour l’équipe. On n’a pas donné beaucoup de lancers mais on a été un peu indisciplinés en prenant des pénalités pas nécessaires. Depuis le début, on n’est pas au complet, il manque des joueurs à chaque match, je vais me concentrer sur les joueurs qui sont là et qui donnent le maximum. Que l’équipe performe avec ceux qu’on a, c’est tout ce qu’on peut contrôler. Maintenant c’est Mulhouse qui a la pression, c’est à eux de s’ouvrir un peu plus, à nous d’être intelligents, d’être bien en place défensivement et d’attendre nos chances. On sait la façon dont ils jouent chez eux, devant leur public, on s’attend un match difficile, c’est à nous de bien gérer comme il faut pendant soixante minutes. »

Kyle Hardy (capitaine de Grenoble) : « On voulait bien commencer le match, on a vu qu’on avait beaucoup de chances dans le premier tiers, c’est pas rentré mais on est resté concentré, patient, finalement on mène le match 2-0, c’est dommage d’avoir pris ces deux buts à la fin mais on est resté positif et finalement Guillaume met le troisième but à la fin à un moment important, c’est bien. C’était des petites erreurs, des bons shoots avec du trafic, beaucoup de joueurs devant la cage, il y avait deux trois gars qui ont essayé de bloquer le tir, on a manqué un peu de chance, il y a plein de choses qui peuvent arriver dans les play-offs. »

Alexandre Giroux (attaquant de Grenoble) : « On voit ça comme si c’était 0-0 dans la série, personne ne pense que ça va être facile. Aujourd’hui ça a duré jusqu’à la 59e minute pour les battre, c’est une équipe très compétitive, très bien structurée, on n’est pas dans l’idée que c’est terminé vu que c’est difficile à chaque match, on va approcher le prochain match comme si c’était le premier de la série. Ils sont très bons sur leur PK, ils mettent beaucoup de pression, il a fallu s’ajuster. On n’a pas vraiment changé, on a mis plus de rondelles au filet, on a mis plus de trafic, on a vu le but de Kyle, c’était rien de spécial. Ils défendent bien alors on essaie juste de jouer plus simple que lors des premiers matchs. »

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : « Ce n’était pas une grosse indiscipline, les arbitres se sont mis à siffler des choses que leurs collègues ne sifflaient pas dans les autres matchs, notamment certains retenir avec la crosse qui n’étaient pas sifflés avant. Ce n’était pas plus pour nous ou pour Grenoble, mais ça a fait un match très haché qui bouffe énormément l’énergie des joueurs qui jouent dans les unités spéciales. Grenoble a encore marqué dans le power-play, après on continue, on n’abandonne pas, on arrive à revenir dans le match à 2-2. C’est dommage de faire une erreur comme ça à la fin, on aurait pu être un peu plus lucide et attendre la fin de la période. Mais c’est un match très serré, on est proche de Grenoble presqu’à chaque match, on est amer mais c’était quand même un très bon travail. Après ça commence à être lourd de perdre des joueurs à plusieurs reprises… Il n’y a pas photo entre nous et Grenoble sur la profondeur, sur le niveau, ils ont quinze ans d’avance sur nous, à nous de nous battre avec nos moyens, c’est tout. »

Yorick Treille (attaquant de Mulhouse) : « C’est allé vite, on ne s’attendait pas à ça, on était presque projetés mentalement vers la prolongation et c’est un but qui fait mal. C’est dur à digérer, on va essayer de tourner la page et de retrouver de l’énergie. On n’abandonne jamais, on sait qu’on est capable de revenir, on l’a déjà fait plusieurs fois, mais vu le dénouement du match, on est déçu. La série est comme ça depuis le début, on sait que par moment on va être dominés, mais on essaie d’être solidaires et de défendre comme on peut et ça nous permet de rester quasiment dans tous les matchs depuis le début. On avait fait quasiment ce qu’on voulait, on arrive à revenir à l’extérieur, on tient le score proche, c’est sûr qu’on aurait aimé plus performer sur nos power-plays, c’est ce qui nous fait mal ce soir, ça se joue à des détails, c’est comme ça. »

 

Grenoble – Mulhouse 3-2 (0-0, 1-0, 2-2)
Vendredi 2 mars 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2900 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart et Geoffrey Barcelo assisté de Nicolas Constantineau et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 37′ (8’, 2’+5’+20’, 2’), Mulhouse 24’ (10’, 6’, 8’)
Tirs : Grenoble 39 (15, 10, 14), Mulhouse 17 (4, 7, 6)

Évolution du score :
1-0 à 30’26’ : Hardy assisté de Hordelalay et Baylacq (sup. num.)
2-0 à 42’34’ : Giroux assisté de Bisaillon et Rodman (sup. num.)
2-1 à 52’17’ : Jurik assisté de Vigners et Paakkolanvaara (sup. num.)
2-2 à 54’40’ : Rubeš assisté de Seda
3-2 à 59’29’ : Leclerc assisté de Kara et Tartari
 

Grenoble

Attaquants :
Alexandre Giroux – Boštjan Goličič – David Rodman
Guillaume Leclerc – Joël Champagne (A) (2’) – Vincent Kara
Julien Baylacq – Matthieu Le Blond – Pierre-Charles Hordelalay (2’)
Gabin Ville (4’) – Sébastien Rohat – Matthias Arnaud (5’+20’)

Défenseurs :
Kyle Hardy (C) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) (2’) – Jean-Philippe Côté (2’)
Joona Kunnas – Aziz Baazzi

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Lucien Onno. Absents : Olivier Dame-Malka (suspendu), Maxime Legault (suspendu), Teddy Trabichet (commotion).

Mulhouse

Attaquants :
Artūrs Ševčenko (2’) – Milan Jurík (A) (2’) – Rolands Vīgners
Roman Tománek – Tomáš Rubeš (2’) – Branislav Rehuš (2’)
Anton Östman – Tommi Paakkolanvaara (2’) – Yorick Treille (A) (4’)
Raphaël Papa – Bryan Ten Braak (2’)

Défenseurs :
Michal Seda (2’) – Hugues Cruchandeau (C) (2’)
Pierrick Hoehe (2’) – Andrei Esipov (2’)
Kenny Martin – Hubert Genest

Gardien :
Martin Surek [sorti de 59’44’ à 60’00’]

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Aurélien Haaser, Jonathan Estienne, Julien Maricato. Absents : Adam Havlík (blessé), Benoît Quessandier (blessé)

Les commentaires sont fermés.

consectetur ipsum Donec Lorem luctus neque. venenatis nunc risus