Brest – Neuilly-sur-Marne (Division 1, 26e journée)

388

Les Albatros assurent la deuxième place.

Avant d’entamer le compte-rendu de la rencontre, commençons par saluer la mémoire de Xavier Lucas, disparu cette semaine après un long combat contre la maladie. Il fût le webmestre du site Albakros, longtemps la seule référence en terme d’informations sur les Albatros de Brest au début des années 2000. Vous l’aviez peut-être croisé sur le forum d’HockeyArchives sous le pseudonyme khzav.

Ultime journée de championnat donc pour laquelle Albatros et Bisons se retrouvent avec plusieurs enjeux à la clé. Pour Brest, il s’agit d’assurer par un succès la deuxième place du championnat, empêchant ainsi un retour de Briançon peu importe le résultat des Diables Rouges. La première place est même envisageable en cas de défaite d’Anglet dans le même temps face au HOGLY.

Pour Neuilly-sur-Marne, actuel quatrième, l’avantage de la glace au premier tour des play-offs est sérieusement menacé. Nantes et Tours peuvent, en cas de succès, dépasser les Bisons si ces derniers s’inclinent. La troupe emmenée par Frank Spinozzi doit donc absolument s’imposer ce soir sous peine de rétrograder au classement.

La semaine brestoise fut agitée hors-glace. Mardi, l’arrivée de David Dostal en tant qu’entraîneur-adjoint est annoncée pour épauler Sylvain Codère. Mais surtout, dans un article publié mercredi dans la presse quotidienne régionale, le président Briec Bounoure fait des déclarations fracassantes. Il qualifie tout d’abord son équipe de « médiocre » (sic) et annonce une décision dans les deux semaines pour savoir si le club « tirera le rideau » suite à un bras de fer entamé avec la mairie au sujet de la construction de loges dans la patinoire.

Un contexte particulier, donc, pour les joueurs sans doute piqués au vif par ces propos. Sylvain Codère et David Dostal doivent se passer des services de Jaroslav Kristek, Ondrej Rusnák et Niko Suoraniemi ce soir. Ils choisissent de reconstituer des alignements offensifs qui ont fait leurs preuves cette saison : le trio le plus efficace Lagarde – Kolodziejczyk – Stuart et la triplette coriace Lubin – G. Avenel – J. Avenel.

Les Bisons entament mal la rencontre en écopant de deux pénalités successives (Quentin Jacquier à 1’31’’ et Guillaume McSween à 3’26’’). Mais hormis une belle déviation de Cullen Bradshaw (5’26’’) les Albatros ne sont pas convaincants sur ces jeux de puissance.

Revenus à forces égales, les Franciliens sont plus entreprenants. Ils pressent autour de Jordan Ruby et pensent même ouvrir la marque mais le but est refusé pour une cage déplacée (7’). Le pressing haut et fort imposé par les hommes de Spinozzi fonctionnent bien et gêne leurs adversaires. Les tirs se multiplient vers la cage brestoise mais ni Joël Dubé, ni Samir Saliji ne trompent Ruby (11’).

On peut donc parler de réalisme local lorsque les Albatros ouvrent leur compteur but. Sur un palet bien gardé en zone offensive par Alan Dana, Brest amène le danger derrière le but de Ramon Sopko. Toujours très fort le long des bandes, Adam Stuart parvient à remettre le disque vers l’enclave pour une reprise de Benjamin Lagarde. Le portier slovaque repousse la tentative mais la palette de Bryan Kolodziejczyk est prompte à exploiter ce retour (1-0 à 12’26’’).

Les Bisons repartent à la charge. Un pivot intelligent de Massimo Lamacchia met le feu à la défensive bretonne et donne un shoot ouvert à Andrew Wigginton (14’). Dans la foulée, Ruby doit encore s’employer cette fois face à Axel Rioux (15’). À force de subir, Brest est sanctionné. Michal Dobron est pris par la patrouille pour une charge contre la bande (17’18’’). Joël Dubé (18’) et Jeff Jones (19’59’’) sont proches de l’égalisation sur des déviations mais Ruby est toujours là. Les Albatros s’en tirent à bon compte car Neuilly a tiré deux fois plus qu’eux dans cette première période (treize tirs à six en faveur des Franciliens).

La pause est salvatrice pour les locaux qui vont rapidement décanter la situation dans le tiers médian. Sur une mise en jeu offensive, Bryan Kolodziejczyk parvient à pousser le palet vers Ramon Sopko, forçant ce dernier à aller à la pêche pour écarter la rondelle. L’international belge parvient à se ressaisir du disque et profite du replacement du portier slovaque pour adresser un tir. Sopko repousse comme il peut mais de manière fatale puisque Bastien Lardière se saisit du rebond pour inscrire son premier but de la saison (2-0 à 22’32’’).

Neuilly tente bien de réagir par l’intermédiaire de l’ancien Brestois Jeff Jones (24’), mais Brest enfonce le clou en profitant d’une brèche adverse pour s’engouffrer en zone offensive. La passe décalée de l’omniprésent Kolodziejczyk est reprise de volée avec succès par Benjamin Lagarde qui crucifie Sopko (3-0 à 25’19’’). Frank Spinozzi prend son temps mort pour donner de nouvelles consignes à ses troupes.

De retour au jeu, Antonin Marcelle charge lourdement Yann Diaferia contre la bande et écope d’une pénalité (25’49’’). L’ancien Villardien est touché à la jambe droite dans le choc et ne reviendra pas sur la glace. Les Brestois sont exemplaires en infériorité et forcent les Nocéens à passer un temps important dans leur propre zone défensive. Revenus à cinq, les Albatros prennent le large sur un lancer d’Aleksi Laine relâché par Sopko qui permet à Colin Bradshaw d’exploiter cet énième rebond laissé par le cerbère visiteur (4-0 à 28’18’’).

En six minutes, l’équipe locale a multiplié par quatre son avance. Neuilly continue de pousser, notamment Rioux et Lamacchia (29’), mais Brest est en confiance et utilise au mieux les dimensions de la glace en procédant par de belles passes léchées.

Peu après la mi-match, une pluie de pénalités s’abat sur les Albatros. À la sanction pour accrocher de Lubin (32’29’’) succède un 2’+2’ de Laine pour crosse haute (32’57’’). Réduit à trois contre cinq pendant 1’31’’, les Brestois font preuve d’une solidarité défensive à toute épreuve. Bon placement, bonne intensité, tirs contrés, le jeu en infériorité est exemplaire. Et si jamais un Bison franchit le rideau défensif, il trouve sur sa route un Ruby invincible à l’image de cet arrêt mitaine à bout portant sur un Elie Raibon écœuré (36’04’’).

Brest demeure néanmoins indiscipliné et ne reste pas longtemps au complet suite à une obstruction d’Aurélien Gréverend (37’46’’). Les choses se tendent un peu en fin de tiers sur une occasion de Neuilly où Maxime Dubuc cherche un rebond de manière trop virulente au goût de Laine. Les deux hommes s’échangent quelques coups et terminent la période en prison (38’32’’).

Fort de cette confortable avance, les Albatros jouent sereinement la dernière période. Une pénalité de Dubé (47’50’’) leur permet d’achever leur succès. Installés en zone offensive, les hommes de Sylvain Codère tournent en bourrique la défensive adverse par leur jeu de passes. Adam Stuart, légèrement excentré, a tout son temps pour trouver la meilleure solution de passe pendant qu’une partie de ses coéquipiers constitue un écran qui gêne Sopko. Le natif de Calgary aperçoit Bradshaw sur sa droite et lui adresse une passe décalée lumineuse. Le slap sur réception de son compatriote se loge dans une cage ouverte (5-0 à 48’28’’). Gêné par des joueurs, Sopko s’attendait sans doute à un tir de Stuart et a été mystifié par la passe de ce dernier.

Bien que l’écart soit conséquent, les deux équipes continuent d’offrir un jeu fluide et agréable à suivre. Brest tient à préserver sa cage inviolée et cela se voit notamment dans le « backcheck » que les joueurs continuent d’effectuer. Neuilly tente de sauver l’honneur mais Ruby est encore là et préserve son jeu blanc, le quatrième de la saison, son second face à Neuilly en autant de rencontres.

Succès solide pour Brest qui se sera réellement dessiné dans la première moitié du deuxième tiers avec trois buts successifs qui ont fait très mal aux Bisons. Après un premier tiers dominé où ils n’ont pas été récompensés, les Nocéens ont souffert lorsque les Albatros ont accéléré à leur retour des vestiaires. Les Bretons ont habilement exploité les trop nombreux rebonds laissés par Sopko. Les Bisons ont ensuite été trahis par leur jeu de puissance malgré plusieurs opportunités. Il faut dire que les Albatros ont été exemplaires sur les situations d’infériorités avec un travail de tous les instants.

Les absences brestoises de Kristek, Rusnák et Suoraniemi sont finalement passées inaperçues. Le trio Lagarde – Kolodziejczyk – Stuart se trouve toujours les yeux fermés et a été extrêmement efficace. Mais globalement les trois blocs ont été solides et ont tous participé au succès. Antonin Marcelle, malgré une mauvaise charge qui blesse Diaferia, fait un bon match et prouve une nouvelle fois qu’on peut compter sur lui lorsqu’on lui en donne l’opportunité. Et que dire une nouvelle fois de la prestation impeccable de Jordan Ruby qui s’affirme comme le meilleur gardien de Division 1.

Deuxième place acquise pour Brest qui termine finalement à deux points du leader Anglet, plus régulier sur cette saison régulière. Cela demeure néanmoins une belle performance pour un effectif loin d’être « médiocre » et malmené tout au long de la saison par des réajustements incessants.

Pour Neuilly, le scénario catastrophe se confirme puisque Nantes et Tours ont gagné dans le même temps. Les Bisons perdent deux places et l’avantage de la glace qui va avec. Les quarts de finale les verront donc affronter les redoutables Diables Rouges de Briançon. Pour Brest ce sera une opposition face à La-Roche-sur-Yon. Une équipe avec un gros physique qui a posé des problèmes aux Albatros cette saison.

Joueurs du match : Jordan Ruby (Brest), Jeff Jones (Neuilly-sur-Marne).

 

Brest – Neuilly-sur-Marne 5-0 (1-0, 3-0, 1-0)
Samedi 3 mars 2018 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 981 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Joffrey Yssembourg et Samuel Fessier.
Pénalités : Brest 16′ (4’, 12’, 0’), Neuilly-sur-Marne 8′ (4’, 2’, 2‘).
Tirs : Brest 17 (6, 5, 6), Neuilly-sur-Marne 31 (13, 13, 5)

Évolution du score :
1-0 à 12’26’’ : Kolodziejczyk assisté de Lagarde et Stuart
2-0 à 22’32’’ : Lardière assisté de Kolodziejczyk
3-0 à 25’19’’ : Lagarde assisté de Kolodziejczyk et J. Avenel
4-0 à 28’18’’ : Bradshaw assisté de Laine et Colombin
5-0 à 48’28’’ : Bradshaw assisté de Stuart et Lubin (sup. num)

Brest

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Adam Stuart
Alexandre Lubin – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Erwan Pain (A) – Cullen Bradshaw – Bastien Lardière

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alan Dana
Antonin Marcelle – Michal Dobron
Aleksi Laine – Clément Colombin

Gardien :
Jordan Ruby

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Jérémy Cormier, Maxime Foulon. Absents : Gaëtan Cannizzo (rupture du tendon d’Achille), Jaroslav Kristek, Ondrej Rusnák, Niko Suoraniemi.

Neuilly-sur-Marne

Attaquants :
Massimo Lamacchia – Andrew Wigginton – Jeffrey Jones
Axel Rioux – Sami Saliji – Joé Dubé
Elie Raibon – Quentin Jacquier – Yann Diaferia (puis Slupski à partir 25’49 et Loïc Chabert au T3)
Nathan Bernier – [Wigginton] – Marc Slupski,

Défenseurs :
Radek Míka (A) – Maxime Dubuc (C)
Guillaume McSween – Stepan Jenik
Martin Ropert, Kévin Guimbard (A), Jérémy Fritsch

Gardien :
Ramon Sopko

Remplaçant : Hugo Souchère (G).

Les commentaires sont fermés.

Sed adipiscing massa amet, lectus efficitur. facilisis Praesent