Brest – Neuilly-sur-Marne (Division 1, demi-finale, match 1)

366

Bonne entrée en matière pour les Albatros 

L’histoire se répète. Comme l’an passé c’est une équipe surprise que Brest retrouve en demi-finale. En effet, Briançon est passé à la trappe, pour la seconde année consécutive, dès les quarts de finale. Cette fois ce sont les Bisons de Neuilly qui sont parvenus à terrasser les Diables Rouges en renversant une situation de 2-0 en leur défaveur dans la série.

Les Albatros sont donc prévenus et doivent être fins prêts pour ne pas être piégés à leur tour. Ils ont eu dix jours pour panser les plaies du premier tour et bien se mettre en tête que les compteurs sont remis à zéro. Il faut donc oublier les deux victoires par blanchissage en saison régulière face à cette même équipe.

Le coup d’envoi est donné par Isabelle Mer, présidente de l’association et qui participera prochainement au Final Four du championnat élite de hockey féminin sous les couleurs de Tours. Une des interrogations était la dynamique des équipes. Les Bretons allaient-ils bénéficier d’une meilleure fraîcheur physique grâce à leur repos prolongé ou au contraire mettre du temps à se remettre dans le rythme ? La réponse intervient dès la première minute avec une belle reprise en pleine course de Cullen Bradshaw bien repoussée par Ramon Sopko (à 0’50’’).

Les Albatros sont les premiers à bénéficier d’une supériorité numérique suite à un retenir de Quentin Jacquier. Le jeu de puissance local est installé et fait mouche suite à un lancer de la bleue contré devant Sopko. Sur le cafouillage qui s’ensuit, le capitaine Jonathan Avenel est le plus prompt à exploiter le palet errant (1-0 à 4’24’’).

Une entame de match très sérieuse et rigoureuse de la part de Brest qui impose une défense hermétique à des Bisons au pressing mais qui n’adressent leurs premiers tirs qu’après douze minutes de jeu. Jeff Jones est tout proche d’exploiter un rebond mais Jordan Ruby veille (11’36’’). C’est ensuite Elie Raibon qui a deux bonnes opportunités (12’45’’ et 14’49’’), suivi d’un lancer de Jérémy Fritsch qui trouve la mitaine de Ruby (15’).

Brest repasse la marche en avant, passé cet orage, en prenant le dessus physiquement à l’image des charges d’Alan Dana et Michal Dobron qui renverse littéralement leurs adversaires respectifs, Joël Dubé et Guillaume McSween (16’ et 17’). Jaroslav Kristek pense doubler le score mais son élan l’emporte trop loin dans sa tentative de contourner Sopko (17’30’’).

Neuilly rentre aux vestiaires en infériorité après une pénalité de Yann Diaféria pour retenir. L’ancien Villardien écope en plus d’une méconduite (19’47’’). Brest ne profite pas de cette situation de jeu mais parvient à accroître son avance peu après. Un bon coup de patin d’Aurélien Gréverend le libère de son marquage sur les lignes arrières. Benjamin Lagarde sert intelligemment en retrait son coéquipier rendu disponible, le défenseur brestois lance ras glace l’offrande du Canadien et déjoue Sopko (2-0 à 22’24’’).

Les choses se compliquent pour les Bretons par la suite mais ils peuvent compter sur un Ruby impeccable une nouvelle fois. Le meilleur portier de Division 1 annihile d’un arrêt glissé des jambières le deux contre un emmené par Axel Rioux et dont le centre est repris par Andrew Wigginton (26’54’’).

Sur une action confuse où le but de Ruby bouge, les Bisons pensent avoir marqué mais le but n’est pas validé et c’est une pénalité pour une obstruction de Dana qui est appelée (31’01’’). Bien regroupés en défense devant un Ruby de gala qui multiplie les arrêts, les locaux parviennent à tuer cette pénalité. Néanmoins le Franco-Canadien retourne au cachot, à peine revenu sur la glace, pour cinglage cette fois (33’09’’). Ruby est décidément en réussite puisque même ses poteaux sont avec lui sur un tir de McSween (33’40’’).

La tempête passe pour Brest au grand dam de Neuilly qui ne parvient pas à trouver la faille. Pire pour les Bisons, ils encaissent un troisième but sur une contre-attaque rondement menée par Graham Avenel et conclue par Benjamin Lagarde (3-0 à 35’29’’). Mais Brest demeure indiscipliné avec une pénalité appelée à l’encontre de Colombin (36’28’’). C’est sans conséquence toutefois.

L’avance de trois buts est conservée jusqu’à la sirène . C’est donc un gros coup de froid sur le Rïnkla Stadium lorsque l’ancien Brestois, Jeffrey Jones, signe un doublé dès la première minute de jeu du troisième tiers. Deux buts assez similaires qui sont le fruit d’un gros pressing sur la cage de Ruby qui empêche la défensive brestoise de dégager les palets dangereux rôdant autour de la cage de leur gardien. C’est à chaque fois Massimo Lamacchia qui sert son compatriote pour une finition de près dans un trou de souris (3-1 à 40’18’’ et 3-2 à 40’51’’).

Neuilly était blanchi face à Brest depuis 160 minutes et a inscrit deux buts en trente-trois secondes seulement. Le match est totalement relancé. Sylvain Codère pose immédiatement son temps mort, auquel sa troupe répond bien en repartant de l’avant. Les Bisons se découvrent pour égaliser à tout prix et se font piéger par une contre-attaque fulgurante de Benjamin Lagarde qui rapidement la glace. Le Canadien conclu ce deux contre un en trouvant au centre l’ancien joueur NHL, Jaroslav Kristek, pour une reprise propre qui trouve le fond du filet (4-2 à 48’12’’).

Un but important pour les locaux après l’entame de période totalement loupée. Le jeu s’ouvre de plus en plus dans ce tiers où aucune pénalité n’est appelée. Jeff Jones, encore lui, essaye de raviver la flamme mais son lancer frappé trouve l’épaule du cerbère Ruby. Les Albatros bénéficient tout de même de plusieurs incursions offensives et parachève leur succès sur un bon palet chipé par Niko Suoraniemi en sortie de zone défensive de Neuilly. Le défenseur suédo-finlandais trouve Adam Stuart dans le dos de la défense. Le Canadien pivote et ajuste Sopko dans le haut du but (5-2 à 58’45’’).

L’écart de trois buts est trop grand pour les Nocéens pour tenter une sortie de gardien et cette première manche se termine sur cette marque et ce succès brestois.

Les Albatros doivent tout d’abord leur succès à leur gardien Jordan Ruby qui sort encore une grosse performance. Le champion en titre de la SPHL a bénéficié également du bon travail défensif de ses coéquipiers, notamment en infériorité. L’autre élément décisif est le « timing » des buts inscrits pas les Bretons. En marquant rapidement en début des deux premières périodes ils se sont mis sur de bons rails. Mais surtout, le but de la victoire (le troisième donc) est inscrit après un gros temps fort adverse suite à l’indiscipline brestoise.

Des moments-clés mieux gérés par Brest donc. Toutefois, on a bien vu que les Nocéens s’avèrent très dangereux comme prévu. Le gros relâchement en début de dernière période a été immédiatement sanctionné par deux buts. L’équipe coachée par Franck Spinozzi est besogneuse et est loin d’avoir dit son dernier mot. Elle tentera de revenir dans la série dès ce dimanche.

Joueurs du match : Benjamin Lagarde (Brest), Massimo Lamacchia (Neuilly-sur-Marne).

 

Brest – Neuilly-sur-Marne 5-2 (1-0, 2-0, 2-2)
Samedi 24 mars 2018 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 689 spectateurs.
Arbitrage de Maria-Tjana Picavet assisté de Jérémy Metais et Joffrey Yssembourg
Pénalités : Brest 8′ (0’, 8’, 0’), Neuilly-sur-Marne 18′ (4’+10’, 4’, 0‘).
Tirs : Brest 23 (9, 8, 6), Neuilly-sur-Marne 21 (5, 6, 10)

Évolution du score :
1-0 à 04’36’’ : J. Avenel assisté de Lagarde et Greverend (sup. num.)
2-0 à 22’24’’ : Greverend assisté de Lagarde et G. Avenel
3-0 à 35’29’’ : Lagarde assisté de G. Avenel et Kolodziejczyk
3-1 à 40’18’’ : Jones assisté de Lamacchia
3-2 à 40’51’’ : Jones assisté de Lamacchia
4-2 à 48’12’’ : Kristek assisté de Lagarde
5-2 à 58’45’’ : Stuart assisté de Suoraniemi et J. Avenel

Brest

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Bryan Kolodziejczyk – Graham Avenel
Erwan Pain (A) – Cullen Bradshaw – Adam Stuart
Alexandre Lubin – Jaroslav Kristek – Jonathan Avenel (C)
Antonin Marcelle – Ondrej Rusnák – Bastien Lardière

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Michal Dobron
Alan Dana – Niko Suoraniemi
Clément Colombin – Aleksi Laine

Gardien :
Jordan Ruby

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Jérémy Cormier, Maxime Foulon. Absent : Gaëtan Cannizzo (rupture du tendon d’Achille).

Neuilly-sur-Marne

Attaquants :
Sami Saliji – Massimo Lamacchia – Jeffrey Jones
Elie Raibon – Quentin Jacquier – Yann Diaferia (alternance avec Loïc Chabert)
Joé Dubé – Andrew Wigginton – Axel Rioux
Nathan Bernier ; Marc Slupski

Défenseurs :
Stepan Jeník – Radek Míka (A)
Guillaume McSween – Maxime Dubuc (C)
Jérémy Fritsch, Martin Ropert, Kévin Guimbard (A) (associés respectivement avec un défenseur des deux premiers blocs)

Gardien :
Ramon Sopko

Remplaçant : Hugo Souchère (G).

Les commentaires sont fermés.