Mondial U18, 6e journée : Lafrénière, héros du jour

18

Finlande – République Tchèque 4-2

La Finlande conserve son invincibilité en s’imposant contre les Tchèques, et jouera la Biélorussie en quarts de finale. Les positions étaient de toute façon déjà figées avant la rencontre. La première ligne nordique a produit l’essentiel des dommages. Kotkaniemi démolissait tout sur son passage avec une série d’actions dangereuses, ponctuée par un tir du poignet violent qui percutait le poteau et la transversale avant de sortir. Sa passe laser pour Sampo Ranta en fin de tiers n’était pas convertie.

Après ces vingt minutes dominantes, la Finlande ouvrait le score par Nordgren, qui poussait au fond un centre de Kakko. Puis, Kupari trouvait l’ouverture d’un tir précis en hauteur. Kotkaniemi se voyait récompensé et portait la marque à 3-0 à la mi-match, débordant à droite et bonifiant un une-deux avec Kakko. Nordgren creusait l’écart à 4-0 en double supériorité, puis son camp protégeait le score en tuant brillamment un jeu de puissance tchèque. Le match plié, la Finlande se reposait sur son avance en dernier tiers et concédait deux buts, tout d’abord par Lauko en supériorité, puis par Strondala juste à la fin d’une supériorité dans les derniers instants.

Etats-Unis – Biélorussie 8-0

Il n’y aura pas eu de match entre le favori américain et la Biélorussie. Déjà contents d’avoir battu la Suisse et décroché un billet en quarts – et surtout le maintien -, les joueurs d’Europe de l’Est n’ont pas vu le jour. Drew DeRidder signe un blanchissage de 13 arrêts, lui qui n’avait pas joué depuis le premier match du tournoi. De quoi rassurer un peu un secteur défensif à la peine cette année. Alexander Turcotte ouvrait le score en supériorité et K’Andre Miller doublait la mise en fin de tiers.

La deuxième période était à sens unique, et les stars de l’équipe américaine se mettaient en valeur : Oliver Wahlstrom, Cole Caufield, Joel Farabee inscrivaient trois buts en quatre minutes avec la complicité de Jack Hugues. Caufield s’offrait un doublé en jeu de puissance juste après la mi-match, et Gavin Hain portait le score à 7-0 avant la sirène, avec une assistance de Turcotte. Le changement de gardien stabilisait un peu la Biélorussie, mais Danil Veremeichik concédait quand même un triplé à Cole Caufield, servi par Turcotte. Victoire sans forcer…

Russie – Slovaquie 6-5 (fusillade)

Déjà qualifiées, les deux équipes se battaient pour le classement et ont proposé l’un des matchs les plus excitants depuis le début du tournoi. À domicile, la Russie coulait en début de partie. Deux pénalités de suite offraient au meilleur buteur du tournoi, Maxim Cajkovic, l’occasion de briller avec un premier but à 13’27 ». La supériorité continuait et profitait à Marcel Dlugos. Vingt-deux secondes plus tard, Martin Bucko creusait l’écart (3-0 à 15’22 »). Amir Miftakhov, économisé à l’entrainement, quittait la cage russe et laissait sa place à Danil Isayev, un mouvement qui servait d’électrochoc à la formation locale. Kirill Marchensko réduisait ainsi la marque à trois minutes de la pause.

Le deuxième tiers, très disputé, ne profitait pas plus à la Russie. Un peu avant la mi-match, Daniel Vladimir Tkac signait son deuxième point du soir avec le but du 4-1, qui précipitait un temps mort russe. Plus agressifs vers l’avant, les locaux décrochaient deux pénalités slovaques et exploitaient l’avantage numérique par Danil Mysul (4-2). Un but qui lançait une furia russe : Aleksandr Romanov, puis Vasili Podkolzin, replaçaient les deux équipes à 4-4, concluant une série de trois buts en deux minutes. Temps mort slovaque…

Le dernier tiers était tout aussi spectaculaire. Michal Mrazil, en supériorité, pensait avoir donné la victoire à la Slovaquie, mais la Russie revenait encore à hauteur à 52’36 » par Ruslan Iskhakov. La prolongation ne donnait rien. Tout se jouait en fusillade, ou Danil Isayev bloquait les cinq essais slovaques. Semyon Kizimov et Pavel Dorofeyev se montraient plus précis. La Russie affrontera les États-Unis en quarts.

Suède 2-3 Canada (prol.)

La première place du groupe A était en jeu pour ce dernier match du premier tour. Le Canada s’offre finalement la victoire grâce à un but d’Alexis Lafrénière après prolongations. C’est la première défaite suédoise du tournoi. Intense, le début de match permettait à la Suède d’ouvrir le score à quatre-contre-quatre. Le défenseur Adam Boqvist, servi en retrait par Jacob Olofsson, trompait Olivier Rodrigue en hauteur. Le Canada poussait pour égaliser et voyait son compteur de tirs grimper, bombardant Olof Lindbom. Le gardien craquait lorsque Ty Dellandrea trouvait Raphael Lavoie en retrait pour une volée gagnante (1-1).

Le duel de gardiens, spectaculaire, tenait jusqu’au troisième tiers. À 48’15 », Lafrénière servait Ryan Merkley, qui dénichait Chase Wouters près du but (1-2). Lindbom tenait le score et ses coéquipiers le récompensaient d’une égalisation à 58’26 » sur un centre dévié de Boqvist qui surprenait Rodrigue (2-2). Le gardien canadien résistait ensuite au défenseur suédois en prolongation. Finalement, une pénalité de Jonatan Berggren faisait basculer la partie. Merkley orientait le jeu vers Lafrénière, qui donnait la victoire au Canada en deux temps.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :