Rouen – Hradec Králové (CHL, groupe F, 4e journée)

399

Malgré des prestations honorables, Rouen est toujours à zéro point dans cette Ligue des Champions, et il n’y a que deux autres clubs dans ce cas les Polonais de Tychy et – plus étonnamment – les Eisbären de Berlin. Ce match contre le Mountfield Hradec Králové peut permettre aux champions de France de débloquer leur compteur.

Rouen subit trois infériorités numériques dans la première période, pour une faute en zone offensive d’Anthony Guttig – qui a fait trébucher son adversaire après avoir été mis au sol -, pour un cinglage de Brodeur et pour une dureté d’Aleardi. Les pénalités sont tuées proprement, mais c’est dans les minutes qui suivent à 5 contre 5 que les Tchèques se créent leurs meilleures occasions. Matija Pintarič repousse du bras droit un lancer de Bezúch, et surtout il détourne du bout de la botte droite le tir de Miškář, qui se présentait seul face à lui.

Les forces lâchées dans ces moments-là n’ont pas permis aux Dragons de beaucoup cracher le feu en première période. Seul Anthony Guttig a eu deux occasions. Il n’est malheureusement pas arrivé à reprendre le centre de Nicolas Deschamps face à la cage ouverte. En fin de période, il a dribblé Pavlík pour arriver seul au but, mais Jaroslav Pavelka a fait le poke-check au bon moment.

La deuxième période avait été fatale à Rouen face aux champions de Finlande. Une fois encore, l’équipe normande semble peiner à prendre le bon rythme avec l’éloignement du banc et subit des attaques en surnombre. Pintarič est ainsi livré à lui-même sur deux tirs consécutifs de Jan Berger.

Hradec Králové prend ses premières pénalités, et elles sont livrées en gros. Zámorský donne un coup de crosse à Thinel, puis Chalupa fait trébucher Langlais en zone offensive. Pendant cette dernière prison, le gardien Chalupa est sanctionné pour avoir fait bouger sa cage (déplacée deux fois sans sanction par Pintarič et ses défenseurs au premier tiers). Non seulement ces 24 secondes à 5 contre 3 ne sont pas exploités, mais dans la suite du jeu à 5 contre 4, une passe en retrait indolente de Nicolas Deschamps en zone défensive offre une énorme occasion de but sauvée par Pintarič. Alors que Linhart est à son tour pénalisé, le gardien slovène est encore à l’oeuvre de la mitaine face à Vopelka, qui a devancé Langlais sur une énième contre-attaque.

Les Tchèques ont eu plusieurs belles chances de marquer en infériorité, et les Rouennais aucune malgré leur avantage numérique ! On est donc en droit de se demander ce qu’apportera le surnombre tchèque sifflé fin de deuxième période. Mais cette fois, le jeu de puissance des Dragons fait mouche : Michel Miklík reprend la passe croisée de derrière la ligne de fond de Nicolas Deschamps (1-0). C’est à cela qu’on reconnaît un pur buteur : cette capacité à mettre un but quand on ne s’y attend plus, et quand son équipe n’est pas dans une période florissante.

Le troisième tiers-temps s’ouvre par une pénalité de Lampérier, mais Matija Pintarič reste précis dans ses déplacements et vif pour fermer ses jambières. Au moment où la pénalité s’achève, et alors que les défenseurs rouennais sont depuis un moment sur la glace, Nicolas Ritz fait encore l’effort pour partir à 2 contre 1. L’international français au maillot de « Top Scorer » n’a plus les jambes et choisit logiquement le lancer. Même si le défenseur tchèque a compris et se couche, c’est inutile car le palet est propulsé en pleine lucarne (2-0).

Sentant que la victoire se dessine, les Dragons sont maintenant survoltés, encouragés par une ambiance qui est montée d’un cran. Ritz rate le cadre sur un centre d’Aleardi. Il faut maintenant surtout protéger ces deux buts d’avance trop vite perdus avant-hier contre les Kärpät. Pintarič laisse juste échapper un palet en posant sa mitaine et se fait une petite frayeur, mais sinon il reste solide. Vigilant sur les tirs lointains, il arrête aussi un tour de cage de Patrik Miškář en fin de match.

Rouen a certainement mieux joué contre les Kärpät, un adversaire d’un plus haut niveau encore, mais on ne va pas bouder notre plaisir même si le match n’a pas atteint la même qualité. C’est ce soir que les Dragons obtiennent enfin leur première victoire tant attendue en CHL. Et maintenant, rien ne leur interdit de rêver. Ils restent en course pour la qualification avant leur double confrontation en octobre contre Nuremberg, une équipe certes supérieure mais qui – comme les Tchèques ce soir – reste à leur portée. Surtout si le gardien slovène Matija Pintarič maintient la même forme.

Commentaires d’après-match (au micro de la CHL)

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « La clé, ça a été notre gardien ce soir. Autant on aurait mérité un point ou deux sur les deux derniers matches, autant ce soir c’est le match où on a fait le plus d’erreurs. Mais on a mérité de prendre ces points, de toujours vivre dans cette compétition. Il y a eu un bel effort de l’équipe qui s’est sacrifiée. Le groupe était vraiment déçu vendredi soir de ne pas avoir pris de points. On a vraiment pris cette compétition au sérieux, c’est une belle compétition. Il faut battre deux fois Nuremberg. L’objectif serait de sortir des poules et de continuer. Jouer encore des matches de CHL cet automne, ce serait bien. »

 

Rouen – Hradec Králové 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)
Dimanche 9 septembre 2018 à 15h15 sur l’île Lacroix. 2646 spectateurs.
Arbitrage de Lasse Kopitz (ALL) et Pierre Dehaen (FRA) assistés de Joris Barcello et Nicolas Constantineau (FRA).
Pénalités : Rouen 12′ (6′, 0′, 6′) ; Hradec Králové 16′ (0′, 10′, 6′).
Tirs : Rouen 25 (6, 12, 7) ; Hradec Králové 35 (10, 11, 14).

Évolution du score :
1-0 à 39’03 : Miklík assisté de Deschamps et Thinel (sup. num.)
2-0 à 43’57 : Ritz assisté de Deschamps

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps (+1) – Anthony Guttig (A, 2′) – Michel Miklík
Joris Bedin – Nicolas Ritz (+1) – Alex Aleardi (2′)
Loïc Lampérier (A, +1, 2′) – Juha Koivisto (+1) – Marc-André Thinel
Joran Reynaud – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur (+1, 2′) – Atte Mäkinen (4′)
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintarič

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo, Julien Msumbu. Absent : Joël Caron (commotion).

Hradec Králové (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Matěj Chalupa (6′) – Lukáš Cingel (-1, 2′) – Tomáš Vincour (-1)
Patrik Miškář – Māris Bičevskis (2′) – Jan Berger
Juraj Bezúch – Roman Kukumberg – Lukáš Vopelka
Patrik Mašín – Matej Paulovič (-1) – Jakub Muška

Défenseurs :
Tomáš Linhart (C, 2′) – Petr Zámorský (2′)
Štěpán Havránek – Oskars Cibulskis (-1)
Mislav Rosandić – Filip Pavlík (-1)

Gardien :
Jaroslav Pavelka [sorti de 41’37 à 41’46 et de 58’46 à 60’00]

Remplaçant : Brandon Maxwell (G). Absents : Sébastien Piché (suspendu 2 matches pour sa charge sur Caron à l’aller), Dominik Graňák, Daniel Rákos, Petr Koukal, Radek Pilař, Radovan Pavlík.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

%d blogueurs aiment cette page :