Dunkerque – Cholet (Division 1, 1re journée)

341

Au moment où les journées du patrimoine battent leur plein, un monument du hockey nordiste s’apprête à entamer ce qui devrait constituer sa dernière campagne. La patinoire Michel-Raffoux, inaugurée il y a près de cinquante ans, laissera bientôt la place à un équipement flambant neuf à l’écart du quartier de Malo. Pour faire honneur à leur antre particulière, les Corsaires seraient bien inspirés de s’épargner les sueurs froides de la saison dernière, au cours de laquelle ils glissèrent dangereusement d’une position provisoire parmi les huit invités aux séries à un statut précaire de barragiste, la faute notamment à une défaite sur l’une des glaces des Bouquetins de Vanoise… synonyme de maintien pour les Dogs de Cholet.

Eux aussi revanchards, les joueurs de Julien Pihant se présentent avec un effectif fortement remanié et rodé par une série plus conséquente de matchs amicaux. Mathieu Jestin, Quentin Guineberteau et Thibault Saez ont raccroché patins et mitaines, une douzaine d’éléments ayant quitté les Mauges. Dont un certain Loïc Destoop, rentré au bercail et aligné d’entrée par Antoine Richer.

C’est cependant au trio de Marek Mikušovic de souhaiter la bienvenue en Division 1 au portier russe Sergei Khoroshun, dont la défense est prise de vitesse par le mouvement initié par Young et relayé par le centre vers Budínský (1-0 à 00’55″). Si le grand numéro 90 slovaque se relâche devant Birolini, qui force Antti Leskinen à fermer la porte, que dire des débuts de l’ancien Niçois, totalement surpris par un tir de Craig Gans à l’entrée de la zone (2-0 à 06’50″) et plutôt nerveux à mesure que les assauts se succèdent ?

La première ligne des Dogs, composée du buteur venu du Junior québécois Emanuel Aucoin, de l’ancien Briançonnais Kapicka et de Szabo, s’illustre dans la zone locale, d’où elle adresse deux lancers, avant de voir Sébastien Valade inaugurer la prison. L’occasion de découvrir un jeu de puissance nordiste peu reluisant, Clément Thomas devant un temps lutter pour récupérer la rondelle le long de la balustrade. Autant d’imprécisions épargnent un Khoroshun peu à son avantage sur le tir en hauteur de Mikušovic, mais suffisamment lucide pour écarter la reprise de Vit Budínský. Sans trop d’efforts, il contribue à effacer la deuxième pénalité, un accrocher de Peter Szabo, séquence en grande partie disputée avec une cage dessoclée…

Une percée d’Adam Young, reprise hors cadre par Mikušovic, aurait pu sonner les représentants du Maine-et-Loire, à leur tour entreprenants sur une nouvelle présence intéressante du premier trio : servi à gauche, Szabo bute sur Antti Leskinen, tout comme Aucoin de l’autre aile. Les pertes de palet et relances peu assurées handicapent les visiteurs, avides de réagir au retour des vestiaires. Toutefois, le Québécois Raphaël Bastille, très remuant aux alentours de la cage, se heurte à son massif compatriote Craig Gans. Plus préoccupant, Charlie Doyle perd le disque en territoire adverse, subissant la contre-attaque parachevée par Clément Thomas d’un tir croisé de la gauche (3-0 à 24’36″).

Le défenseur blanc parvient enfin à lancer, vers un Leskinen solide, et auteur d’une parade réflexe du haut du corps face à Bastille, seule éclaircie d’un jeu de puissance peu rassurant. La deuxième supériorité, deux minutes plus tard, n’est guère plus réjouissante pour les Dogs. Période surtout marquée par une scène cocasse, lorsque la passe contrée de Kapicka percute un élément du plafond, obligeant le corps arbitral à jouer les aide-ménagères. Pensant, au retour à cinq, poursuivre leur croisière, les Dunkerquois sont surpris par un centre de Szabo, le palet ricochant dans l’enclave sur Shawn Hulshof (3-1 à 31’56″).

Le public enthousiaste a tout juste le temps d’envisager un retour choletais que Marek Mikušovic, alerté à gauche, évite un défenseur et sert un caviar à son buteur tchèque préféré (4-1 à 32’25″). Handicapé par des difficultés à relancer face au rideau et au pressing dunkerquois, Cholet se montre encore dangereux par sa première ligne. Mais comme Hulshof au début du tiers-temps, les attaquants se heurtent à un portier finlandais bien en place, avide de détourner chaque palet dirigé vers sa cage et impeccable sur le tir dévié du défenseur Martin Borovsky.

De l’autre côté du glaçon, le cauchemar de Khoroshun prend fin suite au sixième filet, trouvé par Adam Young, avec l’aide du poteau. À la décharge du gardien russe, son arrière-garde s’était vue trop facilement dépossédée de la rondelle aux abords de la cage par l’ancien de la maison Loïc Destoop (5-1 à 39’29″). En grande forme, Marek Mikušovic se charge de ternir l’entrée en jeu du suppléant Matthieu Depanian, ponctuant un travail de harcèlement de Budínský en infériorité (6-1 à 40’45″).

En recherche d’automatismes, les Dogs, parmi lesquels seuls trois attaquants étaient présents sur cette même glace l’an dernier (Szabo, Tremblay, Tharreau), parviennent à réduire l’écart par Alexis Birolini, oublié par des Flandriens relâchés en fin de pénalité (6-2 à 48’59″) mais multiplient les fautes et terminent la rencontre sans Gauthier Gibert, exclu.

Sur une double supériorité provoquée par une montée de l’insaisissable Young, ce dernier est à l’origine du triplé de Vit Budínský (7-2 à 50’54″). Quant à Igor Halas, puni à trois reprises au cours de la soirée, il termine sur une bonne note, venant ajuster Depanian de près, bien lancé par une ouverture millimétrée de Laine (8-2 à 57’18″).

Première sortie difficile pour les hommes de Julien Pihant, auteurs de l’anecdotique dernier but sur un 2 contre 1 conclu par Simard (8-3 à 58’03″). Ils seront obligés de se ressaisir à la maison face à Chambéry, histoire de s’éviter une nouvelle saison frustrante. Tirant profit des difficultés défensives de leurs visiteurs, les Corsaires prennent un bon départ avant un périlleux déplacement à Briançon. De quoi voir la suite avec optimisme ? Méfiance, ces deux dernières saisons, poursuivies dans la douleur, avaient également été inaugurées par des gains à la maison…

 

Dunkerque – Cholet 8-3 (2-0, 3-1, 3-2).
Samedi 15 septembre 2018 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 536 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Romain Bispo et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Dunkerque 12′ (0’, 4′, 8′), Cholet 42′ (4′, 0′, 8’+10’+20′).
Tirs : Dunkerque 28 (9, 10, 9), Cholet 25 (7, 10, 8).

Évolution du score :
1-0 à 00’55″ : Budínský assisté de Mikušovic et Ballet
2-0 à 06’50″ : Gans assisté de Martial
3-0 à 24’36″ : Thomas assisté de Budínský et Mikušovic
3-1 à 31’56″ : Hulshof assisté de Szabo et Kapicka
4-1 à 32’25″ : Budínský assisté de Mikušovic et Thomas
5-1 à 39’29″ : Ballet assisté de Young et Halas
6-1 à 40’45″ : Mikušovic assisté de Budínský (inf. num.)
6-2 à 48’59″ : Birolini assisté de Aucoin et Eischen
7-2 à 50’54″ : Budínský assisté de Ballet (double sup. num.)
8-2 à 57’18″ : Halas assisté de Laine
8-3 à 58’03″ : Simard assisté de Tharreau et Bastille

Dunkerque

Attaquants :
Igor Halas – Loïc Destoop – Dominik Simcak
Clément Thomas (C) – Marek Mikušovic (A) – Vit Budínský
Brendan Martial – Matthieu Vissio – Rémi Houque puis Martin Poirier à 42’13″

Défenseurs :
David Gaborcik – Jussi Laine
Craig Gans – Thibaut Colombin
Adam Young – Francis Ballet (A)

Gardien :
Antti Leskinen

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Pierre Pampanay, Jordan De Lat.

Cholet

Attaquants :
Emanuel Aucoin – Peter Szabo – Michal Kapicka
Raphaël Bastille – Louis-Philippe Simard – Gauthier Gibert
Armand Jayat ou Arnaud Tharreau – Shawn Hulshof – Mathieu Tremblay (C)
Clément Lallemand à 42’13″, Jonathan Manon à 52’09″

Défenseurs :
Charlie Doyle – Martin Borovsky (A)
Alexis Birolini (A) – Thomas Eischen
Alex Bontje – Thomas Cornu
Sébastien Valade

Gardien :
Sergei Koroshun puis Matthieu Depanian à 40’00″

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :