Rouen – Bordeaux (Ligue Magnus, match avancé, 10e journée)

L’essentiel est là, furieusement là !

1 020

L’essentiel est là, furieusement là !

En début de match, pendant trois minutes, Bordeaux, pourtant affaibli par les absences de trois titulaires, Milesko, Terrier et Sauvé, a causé quelques soucis à Rouen actuellement en recherche d’assiduité pendant 60 minutes. Mais à trois contre cinq pendant 1’45, les trios rouennais (Ritz-Brodeur-Nesa, Colotti-Roy-Bedin et Ritz-Roy-Lampérier) s’en sont sortis face à des Girondins alors surtout emmené par Adam Hughesman (0’38 & 2’47).

Leur chance passée, les Bordelais sont restés agressifs et les Normands se sont mis au diapason. Il y a eu beaucoup d’énergie dans la conquête du puck. La possession du palet a été âprement disputée et sans temps mort. Les occasions à cinq contre cinq ont été bordelaises mais non cadrées (Bruyant à 14’08 et Guillaume 15’29). Rouen a été le plus souvent dangereux en supériorité (Lampérier à 3’21 et Ritz à 4’12). En fin de premier tiers, Julien Guillaume, des poignets, ouvrait la marque en haut du cercle gauche alors que Pintaric était masqué par Roy et Mulle au contact (notre photo ci-dessous, 0-1 à 19’29). Lors de la remise en jeu, Lessard, malicieux et insistant, provoquait oralement et physiquement les vieux fantômes d’Aleardi. Les deux ailiers terminaient à la fois leur « conversation » aux poings et leur match ici. Un fait de match qui pénalisait plus les visiteurs, voyageant avec un banc ultra-court et pourtant instigateurs de la rixe !?

La période du milieu ne baissait pas d’intensité, partant parfois même dans de vertigineux crescendos. Par contre, les Dragons l’ont dominée cette fois, en allant au plus près de Clément Fouquerel assez incroyable devant sa cage lorsque sa défensive ne bloquait plus les tirs. Notamment devant Loïc Lampérier (28’44), en deux temps face à Anthony Guttig (32’28), Marc-André Thinel dans le trafic (34’42) et de la botte sur Joris Bedin (38’37). Le portier des Boxers était sans doute revanchard de sa terrible erreur à la reprise. Surpris derrière son but pour couper une passe adverse de la zone neutre servant de lancement à une lutte dans la bande, le gardien, cerné par deux Dragons comme une mauvaise feuille de salade dans un burger, tentait une relance hasardeuse, de surcroît embryonnaire, forcément contrée. C’était le départ d’une sacrée panique bordelaise que les Seino-Marins jouaient avec sang-froid. Anthony Guttig égalisait pendant que le portier blanc était à plat ventre (1-1 à 20’46).

Peu après la mi-match, Clément Fouquerel n’a pas trouvé de parade miraculeuse devant Joris Bedin, qui le transperçait lorsque la défensive girondine, forcée, perdait le contrôle de la rondelle, et avait laissé l’attaquant rouennais tout seul entre les oreilles. L’ailier polyvalent frappait de plein fouet, la passe de la gauche de Juha Koivisto (2-1 à 35’49). Offensivement, Bordeaux n’a pas beaucoup existé dans cette période. Seul Johnston a réussi à trouver une bonne position (32’45).

Le troisième tiers a été aussi incandescent, mais les coéquipiers de Mathieu Roy n’ont pas trouvé les filets. Clément Fouquerel a maintenu dans le match ses partenaires, encore amoindri par une pénalité de 10 minutes donné à Jonathan Janil, lors d’une infériorité simple et une autre, double celle-ci, pendant 38 secondes. Il aura stoppé 15 lancers dont ceux très chauds de Roy (41’21), Guttig (42’38), Miklik (43’49), Thinel (46’05, 51’58 & 52’38) et Lampérier (54’13).

Ne concrétisant pas non plus d’autres occasions (Guttig à 44’20 et Caron à 47’22), les Dragons se sont exposés à une erreur que, mis à part Adam Hughesman, les Bordelais n’utilisaient pas vraiment, sauf à moins de cinq minutes de la sirène. En zone offensive, grâce à un gros travail dans la bande de Teemu Loizeau, Julien Guillaume ôtait le caoutchouc dans les patins d’un Rouennais puis filait en haut de l’enclave mystifier Matija Pintaric au-dessus de son gant d’attrape (2-2 à 55’14). Avant cette saison, Julien Guillaume a marqué 10 buts en 137 matches de ligue Magnus, play-offs compris. Avec ce doublé, et son but à Nice, le joueur de centre présente une fiche de 3 buts en 8 matches de championnat !

Les dernières minutes étaient plus équilibrées voire même légèrement à l’avantage des Girondins qui disposaient désormais du momentum. Mais rien ne sera marqué. La foule assistait donc à la prolongation. Le surtemps failli être court car Hugo Gallet pouvait aller provoquer en duel Matija Pintaric qui en sortait gagnant (60’11). Rouen eut deux chances. Florian Chakiachvili ne cadrait pas son lancer (61’19) et Clément Fouquerel s’imposait de la botte devant Chad Langlais (62’28). Finalement, le RHE mettait à profit une supériorité. Michel Miklik sautait sur un retour de tir frappé de Thinel (3-2 à 65’34). C’est le premier but gagnant inscrit en Ligue Magnus, mais son second au total, par la recrue slovaque.

Rouen a logiquement remporté cette rencontre, avec le regret de la prolongation, mais en haussant furieusement son niveau de jeu. Les Dragons ont disputé un match plein, spectaculaire, complet, devant une équipe bordelaise accrocheuse et à laquelle il a manqué 5 éléments pendant douze minutes au troisième tiers ! Ce fut une excellente rencontre à suivre.

Étoiles du match : Julien Guillaume *** (Bordeaux), Clément Fouquerel ** (Bordeaux) et Anthony Guttig * (Rouen).

Commentaires (dans Paris-Normandie:

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « Je pense que, ce soir, on a livré notre meilleur match de la saison en championnat. Si Bordeaux a commencé fort en nous pressant beaucoup, ce qui nous a fait nous mettre à la faute, dans l’ensemble, je trouve qu’on s’est créé pas mal d’occasions et qu’à l’inverse on ne leur en a pas beaucoup laissé. Ils ont été opportunistes. C’est un peu dommage de ne pas avoir gagné dans le temps réglementaire mais on a sérieusement haussé notre niveau de jeu par rapport aux matches précédents. On a notamment été très bon en infériorité numérique. On leur a laissé peu de chances dans cette situation alors qu’ils ont un des meilleurs power-plays du championnat. On aurait pu tuer le match et se mettre à l’abri plus tôt mais on n’a pas été assez tueur face au but. Il faudrait changer ça pour la Champions Hockey League car on aura moins d’occasions, c’est sûr. »

Rouen – Bordeaux 3-2 après prolongation (0-1, 2-0, 0-1, 1-0)
Dimanche 7 octobre 2018 à 16h00 au centre sportif Guy Boissière. 2280 spectateurs.
Arbitres : MM. Alexandre Bourreau et Damien Bliek assistés de MM. Joffrey Yssembourg et Charles-Edouard Salmon
Pénalités : Rouen 37′ (6’+5’+20′, 4’, 2’, 0’) ; Bordeaux 49′ (4’+5’+20′, 2′, 6’+10′, 2′).
Tirs : Rouen 45 (10, 15, 15, 5) ; Bordeaux 32 (11, 8, 10, 3).
Chances : Rouen 20 (2, 7, 9, 2) ; Bordeaux 7 (4, 1, 1, 1).
Supériorités : Rouen 1/7, Bordeaux 0/6.

Évolution du score :
0-1 à 19’29 : Guillaume assisté de Mulle et Janil
1-1 à 20’46 : Guttig assisté de Roy et Deschamps
2-1 à 35’49 : Bedin assisté de Koivisto et Caron
2-2 à 55’14 : Guillaume assisté Loizeau et Horak
3-2 à 65’34 : Miklik assisté de Thinel (sup.num.)

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Alexander Aleardi (puis Miklik à 20’00)
Joël Caron – Juha Koivisto – Michel Miklik (puis Bedin à 20’00)
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz – Marc-André Thinel
Joris Bedin (puis Reynaud à 20’00) – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)
Mathieu Brodeur – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais

Gardien :
Matija Pintaric (30 arrêts)

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Thomas Carminati et Joran Reynaud.

Bordeaux

Attaquants :
Jonathan Lessard (puis Mulle à 20’00) – Andrew Johnston – Peter Valier
Adam Hughesman – Tanner Glass (A) – Victor Barbero
Alexandre Mulle (puis Paquin à 20’00) – Julien Guillaume – Teemu Loizeau
Tanguy Auger ou Jules Lefebvre – François Paquin – Alexandre Bruyant

Défenseurs :
Hugo Gallet – Oldrich Horak
Maxime Moisand (C) – Aina Rambello
Jonathan Janil (A) – Aziz Baazzi

Gardien :
Clément Fouquerel (42 arrêts)

Remplaçant : Julian Junca (G). Absents : Jakub Milesko, Mathias Terrier et Maxime Sauvé (?).

Tanner Glass (Bordeaux) et Vincent Nesa (Rouen)

 

Marc-André Thinel, Loïc Lampérier (Rouen) et Clément Fouquerel (Bordeaux).

 

Victor Barbero (Bordeaux) et Kevin Dusseau (Rouen)

 

 

Ci-dessus et ci-dessous : Victor Barbero (Bordeaux) et Fabien Colotti (Rouen)

 

Alex Aleardi (Rouen) et Jonathan Lessard (Bordeaux)

 

Mathieu Roy (Rouen) et Alexandre Mulle (Bordeaux)

Les commentaires sont fermés.

ut elit. felis risus. Nullam justo Phasellus