Neuilly – Tours, le match au sommet de la D1

neuilly-tours-division1-8e-journee

749

Trônant invaincu à la première place de la division 1, Neuilly-sur-Marne a battu la semaine son premier contradicteur majeur, Cergy-Pontoise, avec la manière (6-2). Les Bisons enchaînent en recevant la troisième équipe forte de ce début de saison, les Remparts de Tours. Ils étaient l’autre équipe invaincue… sauf qu’ils ont perdu ce statut mercredi contre Nantes, battus 5-6 alors qu’ils menaient 4-1, en l’absence de celui qui était alors leur co-meilleur marqueur (Kevin Altidor) et de leur gardien titulaire Raphaël Garnier, victime d’une pubalgie. Garnier reprend place dans sa cage ce soir, mais pas Altidor, qui purge son second match de suspension.

Le match est précédé d’une minute de silence en hommage à Daniel Bougro, décédé en son sommeil à 52 ans dans la nuit de mercredi à jeudi. Entraîneur des jeunes du club voisin Champigny-sur-Marne, il laisse dans la peine une compagne, une fille et deux fils, Yohann Auvitu (défenseur de l’équipe de France) et Maxence Auvitu, joueur des Bisons. À cette minute de silence est aussi associée David Gaborcik, joueur de Dunkerque disparu dans des circonstances mystérieuses mardi, et dont la mort a provoqué le report du match de Neuilly dans le Nord qui était prévu mercredi.

Neuilly essaie à son habitude de mettre tout de suite la pression en zone offensive, mais Ryan Gouveia s’y fait pénaliser après douze secondes (faire trébucher). Si l’avantage numérique n’est pas transformé, Tours en profite pour prendre le contrôle de la partie. Un lancer balayé d’Alexis Crosnier, servi dans le haut de la zone par une passe en retrait de Peter Bourgaut, trompe Sopko après quatre minutes (0-1, 04’15). Il faudra attendre sept minutes pour comptabiliser le premier lancer cadré de Neuilly-sur-Marne, envoyé de la ligne bleue par Gianni Mangone vers la fin du premier jeu de puissance. De nombreux tirs sont en effet imprécis, ou contrés par la solide boîte tourangelle.

La défense de Tours fait bonne impression jusqu’à une mauvaise relance croisée de Camil Durand en zone défensive, interceptée par le jaillissement de Mangone (9’14). Le match tourne alors. Colin Downey est sanctionné pour un retard de jeu à l’engagement dix secondes plus tard, puis Timothée Franck le rejoint en prison pour une charge à retardement. La double supériorité numérique qui s’annonce est gâchée par une charge avec la crosse de Saliji dans le dos de Susanj en cherchant à s’imposer dans le slot. Neuilly domine cette seconde moitié du premier tiers-temps, mais la défense tourangelle se couche devant les lancers (Mugnier) ou coupe bien les passes (Durand). Le gardien Raphaël Garnier anticipe bien les tirs et écarte les palets, mais semble masqué sur un tir croisé à mi-hauteur de Gianni Mangone (1-1, 17’30). Une égalisation somme toute logique, chaque équipe ayant eu sa moitié de période.

Ramon Sopko (Neuilly) – photo de Jean-François Battaglini

Tours prend l’avantage au deuxième tiers-temps sur un but inattendu, un lancer flottant d’Aleksi Honka à la ligne bleue qui retombe juste entre les bottes de Ramon Sopko (1-2, 23’21). Dans ce match serré qui bascule sur des détails et des erreurs, Neuilly retourne le score en dix-sept secondes après la mi-match. Reed Seckel, sorti du banc pour prendre une mise au jeu en zone offensive entre les deux joueurs de quatrième ligne (qui étaient flanqués d’un ailier tournant en première période mais ne prennent pas les engagements). L’Américain gagne le duel dans le cercle, puis conclut l’action d’un lancer dans la lucarne droite (2-2, 31’57). Kolodziejczyk fait alors trébucher Seckel sur la remise en jeu. L’avantage numérique est alors converti par l’ex-Tourangeau Dominik Gabaj, en haut du cercle gauche, qui trompe Garnier à ras glace (3-2, 32’14). Impliqué face à son ancienne équipe, Gabaj préserve cette avance en se jetant en avant pour contrer un lancer de Crosnier, servi par une passe en retrait de Fomin (34′).

Neuilly-sur-Marne garde ainsi la tête jusqu’à l’approche des dix dernières minutes. Martin Ropert fait trébucher Downey sur une accélération, et Neuilly, déjà en infériorité, est alors sanctionné d’un surnombre. Avec 43 secondes à 5 contre 3, Rodolphe Garnier appelle son temps mort. Sopko pare du gant un tir de l’enclave de Kolodziejczyk, mais il laisse finalement passer un tir du poignet décoché par Karl Léveillé à la ligne bleue (3-3, 51’14). Les Bisons pressent jusqu’à la fin de match, et à une minute de la fin, un tir de Joe Dubé est dévié de justesse par Garnier, de l’intérieur de sa botte gauche : le palet passe derrière sa jambe droite et avait donc déjà traversé le passage entre les jambes.

La prolongation à 3 contre 3 est abordée à l’envers par Neuilly, qui patine moins et fait deux passes dans le vide. Mais la première occasion vient d’une contre-attaque de Seckel, avec Safar qui insiste au rebond. Les Bisons poussent en zone offensive, mais les défenseurs slovaques de Tours (Nechala et Pichnarcik) sont solides en un contre un. Gabaj se fait pour sa part accrocher, mais les coups de sifflet se font plus rares en prolongation. Après une passe-abandon douteuse de Kolodziejczyk, le jeu revient dans la zone tourangelle et Frank Spinozzi utilise son temps mort. Une récupération de palet de Jacquier permet un 2 contre 1, mais Mangone ne parvient pas à reprendre dans les airs une passe de Hordelelay, un geste il est vrai difficile à exécuter. En fin de compte, après plusieurs minutes clairement locales, Jan Safar laisse échapper le palet, Colin Downey file côté droit et tire au-dessus de l’épaule gauche de Sopko (3-4, 68’53). Plusieurs personnes sur le banc de Neuilly – dont Frank Spinozzi – et des supporters derrière le but sont pourtant convaincus que le palet n’est pas rentré. Ni les joueurs ni le gardien ne protestent, et le match se termine sur ce résultat qui préserve la première place des Bisons, mais pas leur invincibilité.

Colin Downey (Tours) – photo de Jean-François Battaglini

On a comme l’impression que les deux équipes se sont données rendez-vous pour la suite, sachant avoir affronté un adversaire de valeur. Si Neuilly n’a apparemment pas livré sa meilleure prestation ce soir, on a en tout cas apprécié une belle trouvaille dans le recrutement en la personne de Gianni Mangone : ce défenseur canadien réussit le paradoxe de paraître à la fois posé, parce que ses gestes restent sensés et ne sont jamais précipités, et vif, parce qu’il les exécute rapidement et accélère ainsi le jeu. Mais collectivement, la défense de Tours a semblé plus homogène, plus dense, conservant sa structure sans rien lâcher dans les duels.

Désignés joueurs du match : Gianni Mangone pour Neuilly-sur-Marne et Gasper Susanj pour Tours.

Commentaires d’après-match

Frank Spinozzi (entraîneur de Neuilly-sur-Marne) : « J’ai trouvé que l’on a pas abordé le match comme d’habitude. Combien de fois on met la rondelle dans le fond sur un changement ? Ce soir on faisait une passe du revers, ce n’est pas nous. La saison est comme un grand livre : ce chapitre-ci nous a donné son lot de frustrations. Sur le six-hommes, le joueur n’intervient pas dans le jeu, il fait un ou deux mètres et revient au banc. Ostie, il y a toujours un call qui arrive de nulle part… C’est un de nos matches les moins engagés. Pour faire un screen, il faut vouloir payer le prix, car on sait qu’on va prendre un coup de bâton. Si tu laisses le gardien voir les lancers… Les gardiens ont fait la différence ce soir. Notre première passe a été notre faiblesse toute la soirée. Notre équipe est bâtie sur notre défense, mais nos défenseurs ont eu un match très moyen, sauf Mangone qui est mon meilleur joueur. »

Rodolphe Garnier (entraîneur de Tours) : « Mercredi, notre gardien de 18 ans, Jean-Philippe Fontaine, faisait son premier match comme titulaire en seniors. C’est la problématique du hockey français, les gardiens jouent très peu de matches après 15 ans, et le costume n’était pas évident à endosser. Mais on doit apprendre à jouer avec notre deuxième ou notre troisième gardien. On est tombé mercredi, il fallait bien qu’on se venge ! On a bien géré, on a été bien discipliné dans le respect des consignes, il y a eu une bonne implication de tout le monde. Les deux équipes ont fait un bon match, Ramon [Sopko] nous a fait un beau cadeau sur le deuxième but. L’état d’esprit est là depuis le début, on a un super groupe avec de l’abnégation dans les deux sens de la patinoire. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui s’entraînent aussi dur que nous. Il faut continuer dans cette dynamique, mais il faut rester humble, on n’a pas rencontré tout le monde encore. »

 

Neuilly-sur-Marne – Tours 3-4 après prolongation (1-1, 2-1, 0-1, 0-1)
Samedi 3 novembre 2018 à 18h30 à la patinoire municipale de Neuilly-sur-Marne. 420 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Jérémy Metais et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Neuilly 10′ (4′, 2′, 4′, 0′), Tours 12′ (8′, 2′, 2′, 0′).
Tirs* : Neuilly 39 (8, 14, 13, 4), Tours 32 (8, 10, 11, 3).
* véritable comptage du staff de Neuilly [attesté par le mien en secours], pas le 52 à 37 de la FDM officielle…

Évolution du score :
0-1 à 04’15 : Crosnier assisté de Bourgaut et Pichnarcik
1-1 à 17’30 : Mangone assisté de Gabaj et Dubé (sup. num.)
1-2 à 23’21 : Honka assisté de Crosnier et Bourgaut
2-2 à 31’57 : Seckel assisté de Gabaj et Valier
3-2 à 32’14 : Gabaj assisté de Mika et Mangone (sup. num.)
3-3 à 51’14 : Leveillé assisté de Fomin et Honka (sup. num.)
3-4 à 68’53 : Downey

Neuilly-sur-Marne

Attaquants :
Reed Seckel – Derek Thorogood – Ryan Gouveia
Joe Dubé – Dominik Gabaj – Samir Saliji
Leyland Plaire – Quentin Jacquier – Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Dordet – Benoît Valier – [Dubé ou Gouveia, puis Seckel]

Défenseurs :
Gianni Mangone – Radek Mika
Thomas Giorgi – Jan Safar
Edgars Dikis – Martin Ropert ou Alan Dana

Gardien :
Ramon Sopko

Remplaçants : Rémi Husson (G), Luc Tanesie, Romain Neil. Absent : Maxence Auvitu (deuil familial).

Tours

Attaquants :
Peter Bourgaut – Colin Downey – Alexis Crosnier
Jordan Mugnier – Bryan Kolodziejczyk – Karl Léveillé
Antoine Torres [ou Camy-Sarty] – Timothée Franck – Henri Fomin [ou David Camy-Sarty]

Défenseurs :
Camil Durand – Aleksi Honka
Tomas Nechala – Michal Pichnarcik
Gasper Susanj – Maxime Ritz

Gardien :
Raphaël Garnier

Remplaçants : Renan Sarrazin (G), Maxime Martin, Yoann Coubret. Absents : Jean-Philippe Fontaine (G), Kevin Altidor (suspendu), Mikko Männistö (non conservé à son retour au jeu après une fracture de la mâchoire début septembre).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :