Wasquehal – Valenciennes (Division 2, poule A, 6e journée)

749

Les deux représentants du Nord dans le championnat de Division 2 se croisent pour la première fois cette saison, dans des positions plutôt flatteuses. Entre le co-leader wasquehalien et des Valenciennois à l’affût des places d’honneur, l’affrontement s’annonce animé, d’autant que les deux clubs, via les réseaux sociaux, se sont donné rendez-vous depuis plusieurs jours à travers défis et humour. Mais c’est dans une ambiance très particulière que s’annonce ces retrouvailles, le décès de David Gaborcik à Dunkerque ayant ému les différents protagonistes. Comme un symbole, au cours de la minute de silence, les deux capitaines David Selin et Benjamin N’Guyen se sont associés pour brandir la tunique des voisins et partenaires Corsaires à l’encontre du public.

Soutenus par des partisans bruyants, les Valenciennois sont les premiers en action, par un tir d’Allan Harmegnies, bien capté par Marc-André Martel, au moment où un bâton élevé envoie Thybaud Rouillard inaugurer la geôle, vingt secondes après l’engagement. Le début d’une (trop) longue série… Le carré mis en place par Anton Rojko investit le devant de la scène, Zib et Marcinek travaillant sans relâche pour tuer cette première pénalité. On retrouve Petr Zib lorsque les forces s’inversent, conséquence d’un surnombre local ; Martel fait front à l’ancien Amnévillois, comme à son compère Hula. L’égalité numérique ne perdure guère ; Benjamin N’Guyen puni pour accrocher, les Diables Rouges ouvrent la marque par Aleš Machácek, laissé libre au rebond d’un tir de Dominik Hula (0-1 à 06’15″).

Avantage qu’il faut vite préserver car Lukas Janos lève trop le coude à l’endroit de Bjroklund. Les Lions sont cependant encore en rodage ; Martin Domian dribble sur la droite et s’apprête à défier Zvedelík, mais il oublie la rondelle… peu de temps après avoir manqué son contrôle à la ligne bleue, subissant les railleries de son compatriote Machácek. Le portier tchèque est enfin mis à contribution sur un tir de pénalité échu à Rayan Belharfi (08’43″). Une faute d’Allan Harmegnies et une première méconduite à l’endroit de Rouillard facilitent la montée en puissance des Lions. Marc-Antoine Herbet oblige Robin Zvedelík à une intervention du bras, et se positionne ensuite pour reprendre le lancer de Benjamin Louf (1-1 à 13’19″). Valenciennes cède une deuxième fois, la charge trop appuyée de Camurat étant sanctionnée doublement : d’un coup de sifflet, puis d’un service de Louf, positionné derrière le but, pour Aurélien Zajac (2-1 à 17’22″).

Solide aux devants de Tomáš Marcinek, alerté de loin, Marc-André Martel est le Lion le plus concentré en début de deuxième période, mettant fin à un bon mouvement du Tchèque qu’Allan Harmegnies, venu en renfort, tente de conclure. Un faire-trébucher de Zajac sur Zib à hauteur de la table de marque peut remettre les Diables Rouges sur de bons rails… mais c’est surtout la vitesse de Belharfi, échappé à droite, qui s’illustre, Antonin Plagnat profitant de l’incapacité de la défense à dégager le palet (3-1 à 24’49″). Comme son prédécesseur Sedlacko lors du dernier affrontement entre les deux clubs en décembre dernier, Robin Zvedelík est surpris par un lancer de Mattéo Toneatto sur un engagement remporté côté gauche (4-1 à 25’13″). Son vis-à-vis poursuit sa prestation solide pour enrayer les tentatives de Machácek, étant uniquement défié par un lancer lointain de Janos lors de la supériorité suivante.

Les affaires hennuyères sont au plus bas ; les leaders techniques Marcinek et Zib trébuchent tour à tour, Mameri est dépassé par Plagnat et la supériorité suivante fait encore sentir la menace de la vitesse des jeunes Gothiques sur une arrière-garde déjà gênée par les jeunes jambes rouennaises deux semaines plus tôt. Un cinglage de Rouillard et un faire-trébucher de Marcinek, à son tour sanctionné d’une méconduite, sur Herbet, sont de trop : en double supériorité, Wasquehal scelle quasiment le sort des débats par Antonin Plagnat, arrivé entre les cercles pour contrôler et expédier au ras du poteau la passe de Coulaud (5-1 à 36’31″).

Le troisième tiers-temps verra le vaisseau valenciennois submergé par les buts métropolitains et les pénalités. Déjà privés pour dix minutes de François Marchal, les visiteurs perdent définitivement Sébastien Fronty, exclu. Les cinq minutes d’infériorité permettent aux Lions de soigner leur différence de buts, d’abord par Benjamin Louf, à la réception du centre de N’Guyen (6-1 à 45’26″). Entré sous les vivas de supporters rouges moins en verve depuis de longues minutes, Axel Brassart subit les assauts successifs de Tiramani, au rebond d’un lancer initial de Plagnat (7-1 à 46’07″), de Louf à la bleue (8-1 à 47’53″) et de Coulaud, venu inscrire de près le premier but à égalité numérique de la soirée (9-1 à 50’28″)…

Appelé à suppléer Martel, Maurad Laamel est lui aussi employé au cours d’une fin de rencontre décousue. Petr Zib, en récupérant derrière la cage un essai non cadré de Rouillard (9-2 à 54’27″) et Allan Harmegnies, d’un lancer millimétré dans la lucarne opposée (9-3 à 56’02″), réduisent un peu l’écart. Pour l’anecdote, la dizaine est atteinte par Yohan Coulaud, à mi-distance (10-3 à 58’13″). Plus préoccupantes, les discussions à répétition, les invectives sur et hors du glaçon et l’excès d’engagement à la limite de la violence auront terni la fin de soirée. Au dernier coup de sirène, une charge aussi inutile qu’appuyée de Louis Camurat vise Martin Lagrise, étendu de longues minutes au sol. Lukas Janos vient s’enquérir de l’état de santé du jeune attaquant formé au club, touché au genou.

 

Wasquehal – Valenciennes 10-3 (2-1, 3-0, 5-2).
Samedi 3 novembre 2018 à 18h40 à la patinoire Serge Charles. 458 spectateurs.
Arbitrage d’Armand Bornais assisté de Laura Peronnin et Louis Bachetti.
Pénalités : Wasquehal 49′ (10′, 8′, 6’+5’+20′), Valenciennes 147′ (12’+10′, 6’+2×10′, 14’+3×5’+10’+3×20′).
Tirs : Wasquehal 37 (8, 11, 18), Valenciennes 36 (14, 15, 7).

Évolution du score :
0-1 à 06’15″ : Machácek assisté de Hula et Mameri (sup. num.)
1-1 à 13’19″ : Herbet assisté de Louf (sup. num.)
2-1 à 17’22″ : Zajac assisté de Louf et Herbet (sup. num.)
3-1 à 24’49″ : Plagnat assisté de Belharfi (sup. num.)
4-1 à 25’13″ : Toneatto assisté de N’Guyen (inf. num.)
5-1 à 36’31″ : Plagnat assisté de Coulaud (double sup. num.)
6-1 à 45’26″ : Louf assisté de N’Guyen et Zajac (sup. num.)
7-1 à 46’07″ : Tiramani assisté de Plagnat et Belharfi (sup. num.)
8-1 à 47’53″ : Louf assisté de Bjorklund et Lagrise (sup. num.)
9-1 à 50’28″ : Coulaud assisté de Belharfi
9-2 à 54’27″ : Zib assisté de Rouillard et Marcinek
9-3 à 56’02″ : A. Harmegnies assisté de Machacek
10-3 à 58’13″ : Coulaud assisté de Turpin

Wasquehal

Attaquants :
Martin Domian – Aurélien Zajac – Marek Matej
Lucas Besson – Lucas Herrera-Mione – Rayan Belharfi
Benjamin Turpin – Benjamin N’Guyen (C) – Arnaud Péan
François Piquet – Lukas Bjorklund – Martin Lagrise

Défenseurs :
Mattéo Toneatto – Benjamin Louf (A)
Christophe Tiramani – Yohan Coulaud
Marc-Antoine Herbet (A) – Mathias Thomas

Gardien :
Marc-André Martel puis Maurad Laamel à 50’28″

Remplaçant : Thomas Trambouze. Absents : François Grenier (genou), Thibault Verschaeve, Charley Marcos, Simon Angielczyk.

Valenciennes

Attaquants :
Thybaud Rouillard – Tomáš Marcinek – Allan Harmegnies
Arthur Delbecque – Aleš Machácek – Petr Zib (A)
François Marchal – Maël Harmegnies – Théo Berdou

Défenseurs :
David Selin (C) – Lukas Janos
Guillaume Mameri – Dominik Hula
Louis Camurat (A) – Sébastien Fronty

Gardien :
Robin Zvedelík puis Axel Brassart à 45’26″

Remplaçants : Grégory Gajewski, Antoine Hurez. Absents : Victor Bernard, Grégoire Giguère (blessé), Jamie McIlroy.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

%d blogueurs aiment cette page :