Bulletin NHL : Le point, la Métropolitaine, des échanges, Erik Karlsson, Buffalo, Coleman et les cornichons, etc.

Source: coleman20.com
274

Le Bulletin NHL fait chaque lundi le tour des nouvelles les plus marquantes de la ligue. Signatures, blessures, échanges, on vous résume le plus important.

 

Le point sur la ligue

Intéressant week-end qui a vu des régressions attendues au PDO enfin advenir. Tout d’abord les Islanders descendent à 104 après la rouste infligée hier par Dallas. Et les deux gardiens ont mangé, pas de jaloux. Nashville a gagné samedi malgré un 0-3 à 5 contre 5, ce qui fait baisser son PDO presque dans la bande verte. Florida voit son PDO dégringoler de 100 à 98 en une semaine, San José remonte de 96 à presque 97 et commence à s’installer en tête de la Pacifique. Une Pacifique où les Flames améliorent leur jeu alors que celui des Oilers régresse. Une Pacifique où les Kings reçoivent enfin un peu d’amour de la réussite à 5 contre 5 mais ça ne suffit pas toujours. Une Pacifique où Vegas a toujours, de loin, le pire taux d’arrêts de la ligue, ce quoi briser toute ambition.

Plus généralement, le groupe des bons élèves commence à bien se former: Tampa, Minnesota, New Jersey qui bute sur des détails, Montréal, Boston, Toronto, Columbus, Dallas, Philadelphie qui a relevé la tête après son début de saison, les Rangers et Buffalo, sans oublier Nashville.

Et Carolina qui vit sur son île, nous leur consacrerons un article complet cette semaine.

 

Focus sur la Métropolitaine : la bouteille à l’encre

Au quart de la saison, bien malin qui pourra prédire le vainqueur de la division Métropolitaine. Après les matchs de samedi 17 novembre, les huit équipes se tiennent en seulement 9 points – sept sont d’ailleurs en cinq points. Elles ont joué entre 18 et 20 matchs. Columbus mène la danse avec 12 victoires et 26 pts en 20 matchs, devant les deux équipes new-yorkaises (10 victoires et 22 pts chacune), que l’on n’attendait certainement pas à pareille fête. Washington (21), Philadelphie (20), Carolina (19), New Jersey (18) et Pittsburgh (17) restent à portée.

Le schéma est très varié : défense passoire (Philadelphie), attaque anémique (Carolina), gardiens en difficulté (Pittsburgh)… il y a de tout, et surtout, beaucoup d’inconstance. Les Penguins, qui restent sur trois défaites, sont désormais en dessous des 50% de victoires, avec une triste fiche de 2-7-1 sur les dix derniers matchs, et derniers de toute la conférence. Le double champion 2016-2017 est-il en déclin ? La blessure au bas du corps de Crosby le 14 novembre ne va rien arranger…

Quoi qu’il en soit, les surprises de tarderont pas à surgir dans cette division. Les indicateurs de possession et de chances de marquer ne favorisent guère certaines équipes, et leur succès ne durera peut-être pas. Cependant, face à une division Atlantique qui montre ses muscles, on peut se demander s’il n’y aura pas que trois places pour la Métropolitaine, et aucune wild-card…

 

Les Penguins et les Kings font affaire, les Oilers et les Rangers aussi

Et justement, Pittsburgh a bien senti le danger. Cette semaine, le manager général Jim Rutherford a décidé de réaliser son premier mouvement, en envoyant Carl Hagelin aux Kings de Los Angeles contre Tanner Pearson. Hagelin, pilier de la troisième ligne des récents vainqueurs de la coupe Stanley, ne comptait qu’un but et trois points cette saison. Il sera en fin de contrat en juillet 2019 et a déjà trente ans.

Pearson pour sa part connaissait un début de saison noir. L’ailier de 26 ans n’a toujours pas marqué et n’affichait qu’une seule assistance en 17 matchs sous les couleurs des Kings.

Un mouvement qui vieillit encore un peu plus les Californiens. Los Angeles, au fond du trou et qui a déjà changé d’entraîneur, tentera sans doute de ré-échanger Hagelin d’ici à la date limite des transactions, ainsi que d’autres joueurs. Dans tous les cas, le mouvement libère de la masse salariale à moyen terme. Pittsburgh espère pour sa part un réveil de Pearson, auteur en 2017 de 24 buts et 44 pts, et de s’offrir enfin un peu de profondeur offensive.

Autre échange, celui entre les Rangers de New York et les Oilers d’Edmonton. Peter Chiarelli se sépare de Ryan Strome, pour obtenir en retour Ryan Spooner. Un mouvement qui vise à donner plus de vitesse au jeu de la franchise de l’Alberta, alors que les Rangers s’offrent un jeune passeur aux qualités défensives tout à fait correctes – on se demande bien qui jouera désormais en infériorité du côté des Oilers. Mais un mouvement qui met encore Chiarelli sur le devant de la scène, face aux conséquences de ses multiples choix douteux ces dernières années… On rappelle que Strome était censé être la pièce maîtresse en retour de Jordan Eberle il y a quelques mois. La synthèse ci-dessous fait mal au cœur des supporters des Oilers…

 

Erik Karlsson enfin buteur : le point sur les défenseurs

Samedi, Erik Karlsson a enfin marqué ! Le plus gros transfert de l’intersaison a bien du mal à s’adapter à sa nouvelle équipe des Sharks de San José. S’il compte désormais 12 pts en 21 matchs, il reste bien éloigné de ses standards habituels, notamment en possession de palet. Ce but est l’occasion de faire un petit point sur l’apport des défenseurs à l’attaque dans la NHL.

Alors que l’on attendait San José dominant dans ce secteur après l’échange, les Californiens ne se placent finalement qu’en quatrième position avec 50 pts cumulés, portés par un Brent Burns de feu (22 pts en 21 matchs). Le numéro 1 de la ligue ? Sans surprise, Nashville, avec 54 pts cumulés, dont douze buts. On trouve en deuxième position Ottawa : les Senators ont donc su compenser le départ de Karlsson grâce à l’émergence de Thomas Chabot, auteur de 5 buts et 23 pts en seulement 20 matchs. Maxime Lajoie compte lui aussi 5 buts, pour un total de 18 buts marqués par cinq des dix arrières utilisés cette saison, un sommet de la NHL. En troisième, Columbus, avec 51 pts cumulés. Au classement des défenses qui marquent, Ottawa (18 buts) devance Minnesota (15, dont 8 de Dumba) et un trio composé de Nashville, St. Louis et Toronto (12 buts). Mais du côté des Leafs, l’équilibre n’y est pas trop, puisque 9 des 12 buts, et 25 des 48 pts, viennent de Morgan Rielly.

À l’opposée du spectre, on trouve fort logiquement les pires attaques de la ligue. Los Angeles ne compte que 26 pts de ses lignes arrières, dont dix de Doughty, et seuls quatre défenseurs ont marqué – 1 seul but chacun. Deux autres équipes n’ont pas dépassé les 30 pts cumulés : les Islanders de New York (29 avec seulement trois buteurs) et Vegas (28). À noter que Vegas, St. Louis et Vancouver ne comptent aucun défenseur au-delà des dix points marqués.

 

Buffalo, la renaissance ?

Cinq victoires consécutives : la meilleure série en cours appartient aux Sabres de Buffalo. Une surprise, tant la franchise traîne au fond du trou depuis les années de gloire du duo Brière-Drury (trophée du Président 2007, deux finales de conférence Est en 2006 et 2007). Pour juger encore plus l’exploit de ce début de saison, petite mise en perspective au 17 novembre des années précédentes :

AnnéeMJVDButs+Buts-Pts
201820128605626
201719514518314
201617512314514
201518810414917
201419415306810
201322517416811

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce début de saison 2017-2018 n’était pas attendu ! L’acquisition de Jeff Skinner (14 buts, 21 pts) a fait un bien fou – une finition qui manque cruellement aux Hurricanes, d’ailleurs. Jack Eichel mène l’équipe avec 22 pts en 20 matchs (4 buts) et Jason Pominville retrouve une seconde jeunesse, avec 9 buts et 17 pts. Ce premier trio dispose de bons soutiens, avec déjà sept joueurs au delà des dix points, dont Rasmus Dahlin. Le jeune défenseur de 18 ans, n°1 de la dernière draft, compte 2 buts, 8 passes et un ratio de +6. Le principal problème des Sabres sera de trouver un relais à Rasmus Ristolainen, clairement sur-utilisé (25 minutes par match) et en souffrance défensivement.

 

Une histoire de cornichons

Mercredi dernier, c’était le « National Pickels Day », soit la journée nationale du… cornichon. Et quand on parle cornichon, on parle forcément de Blake Coleman, en pleine bourre avec les Devils du New Jersey (7 buts, 11 pts). Le joueur de deuxième année est rapidement devenu le favori du public grâce à ses efforts inlassables sur la glace, mais aussi en dehors. Il s’est fait connaître l’an dernier lorsque son coéquipier Brian Gibbons était venu lui porter sur le banc des pénalités une boisson bien étrange : du jus de cornichon. Souffrant de crampes régulières, le natif du Texas a expérimenté cet étrange breuvage lors de ses années universitaires, et y a trouvé un apport régénérant précieux lors des matchs en altitude ou dans des patinoires surchauffées. Cette vidéo de Gibbons portant la bouteille a trouvé rapidement un écho auprès des fans, qui se sont mis à apporter des bouteilles de jus de cornichon à dédicacer, ce qui n’a pas manqué d’amuser et de faire réfléchir Coleman.

Cet été, Coleman a franchi un cap. Mettant en profit son diplôme d’école de commerce à l’université Miami-Ohio, il a embauché sa jeune sœur Lauren, diplômée de marketing, et des connaissances graphistes de celle-ci et monté sa propre marque : « Pickels 20 », ou « P20 ». Au menu, de nombreux produits dérivés sur le thème du cornichon : casquettes, T-shirt, chaussettes (!), ballon gonflable, et, depuis peu, sa propre boisson énergétique au jus de cornichon. Il a apporté lui-même ses recommandations pour le design du personnage, avec un travail méticuleux avec un graphiste.

Le joueur n’hésite pas à se mettre en scène et s’implique de manière très professionnelle dans ce projet, avec un souci du détail et un business-plan parfaitement monté. Une partie des bénéfices sont reversés à une association caritative du New Jersey, le « Boys & Girls club », qui permet entre autres à des enfants de rencontrer Coleman à l’issue des matchs. Une autre action éducative, avec achat de livres pour enfants, est également en préparation, avec l’aide de sa fiancée Jordan Daigle. « Pickels Pals », la plateforme communautaire qui centralise ces projets, est une belle réussite.

Blake Coleman compte déjà deux clients parmi les joueurs NHL, notamment Scott Darling. Le gardien des Hurricanes a adhéré au jus de cornichon en côtoyant Coleman lors des Championnats du monde de Copenhague, car il souffrait lui aussi de soucis de crampes.

On a appris récemment que plusieurs joueurs du Canadien de Montréal avaient pris l’habitude des massages de jambes au jus de cornichon : de futurs clients ?

Une histoire à retrouver au complet sur The Athletic (article payant)

 

Morrissey simplement réprimandé, Archibald suspendu

Les Winnipeg Jets vont sans doute être soulagés : le défenseur Josh Morrissey n’a écopé que d’une amende de 8500 dollars pour une mise en échec appuyée sur T.J. Oshie qui a laissé le joueur sonné dans les dernières minutes de la rencontre face aux Washington Capitals. Si l’action ressemblait à s’y méprendre à la mise en échec du défenseur des Panthers Mike Matheson sur l’espoir des Canucks Elias Pettersson qui avait valu deux matchs de suspensions à l’accusé, cette fois ci la ligue a estimé qu’une simple amende était suffisante.

Moins de chance pour Josh Archibald qui observa deux rencontres depuis son canapé suite à sa suspension par le Département pour la Sécurité des Joueurs. L’attaquant des Arizona Coyotes s’est rendu coupable d’une charge au visage de Ryan Hartman. Le joueur des Nashville Predators sonné sur le coup a pu reprendre la rencontre au cours du troisième tiers, plus de peur que de mal donc.

 

Infirmerie remplie par les gardiens, mais pas seulement.

La situation ne s’arrange pas pour les  Philadelphia Flyers devant la cage. Déjà privé de Michal Neuvirth qui n’a disputé qu’un match, les Flyers vont devoir à nouveau se passer de Brian Elliott qui s’est blessé au cours du troisième tiers lors de la rencontre face aux New Jersey Devils. À nouveau car Elliott a déjà manqué plusieurs rencontres cette saison suite à une blessure non révélée par le club. Alors qu’il était à son poteau gauche pour fermer l’angle, Elliott a voulu passer à son autre poteau pour bloquer le wraparound de Kyle Palmieri, mais le portier n’est pas arrivé à s’étendre et s’est blessé sur cette action. Son absence est estimée à deux semaines.

Autre gardien sur la touche et pas moindre, Andrei Vasilevskiy se retrouve lui aussi sur la touche pour une durée de quatre à six semaines a annoncé l’encadrement du Tampa Bay Lightning. Blessé à l’entrainement, le portier souffre d’une fracture du pied. Dommage pour l’équipe basée en Floride puisque Vasilevskiy était alors le gardien le plus victorieux de la saison avec neuf succès.

Du côté des Predators, c’est aussi bien à l’avant qu’à l’arrière que l’infirmerie se remplit. P.K. Subban a été placé sur la liste des blessés jeudi et manquera par conséquent trois rencontres au minimum. Pour le moment la situation n’est pas alarmante puisque son entraîneur Peter Laviolette a indiqué que cette blessure au bas du corps sera réévaluée quotidiennement. En revanche pour Viktor Ardvidsson c’est six à huit semaines d’absence à cause d’une fracture du pouce occasionnée par un coup de crosse du défenseur des Dallas Stars Esa Lindell. De quoi ralentir le bon rythme sur lequel avait démarré l’attaquant (huit buts et cinq assistances).

On peut être grand et robuste mais aussi subir une blessure. C’est ce qui est arrivé à Zdeno Chara qui va manquer quatre à six semaines d’actions à cause d’une blessure au genou gauche. Cette blessure semble avoir eu lieu lors d’une mise en échec du grand défenseur des Bruins sur Carl Soderberg lors de la rencontre face à l’Avalanche Colorado. Problème pour les Boston Bruins, la brigade défensive est déjà privée de Charlie McAvoy (commotion), Kevan Miller (fracture de la main), Brandon Carlo (blessure au haut du corps) et du jeune Urho Vaakanainen lui aussi souffrant d’une commotion alors qu’il avait été appelé par les Bruins pour compléter l’effectif. Des volontaires pour prendre un poste de défenseur chez les Bruins ?

À Washington aussi on va commencer à compter les blessés, mais la situation est tout de même moins alarmante. Evgeny Kuznetsov, T.J. Oshie et Braden Holtby sont considérés blessés mais leur cas est réévalué quotidiennement. Comme évoqué plus haut, c’est à cause de la charge de Josh Morrissey que Oshie est sur la touche. Lors de ce même match, Kuznetsov a lui reçu un coup de coude à la tête est à quitté ses coéquipiers en cours de match. Quand au portier des Capitals (décidément), l’encadrement a annoncé qu’il souffrait d’une blessure au haut du corps et c’est Pheonix Copley qui prend la relève en attendant son retour.

Chez les Islanders aussi il va peut-être falloir pousser les murs de l’infirmerie puisque les nouveaux pensionnaires se nomment Andrew Ladd, Casey Cizikas et Matt Martin, tous placés sur la liste des joueurs blessés. Si Matt Martin pourrait revenir rapidement, ce n’est pas le cas de Cizikas dont l’absence est évaluée à trois semaines à cause d’une blessure au bas du corps. Situation encore plus inquiétante pour Ladd dont aucune date de retour n’a été avancée pour  une blessure aussi au bas du corps.

Enfin du côté de l’Arizona, c’est pour toute la saison qu’on vient de perdre le défenseur Jason Demers à la suite d’une blessure au genou occasionnée lors de la rencontre face aux Predators. Après un contact avec Kyle Turris, le numéro 55 est mal retombé avant de se tenir immédiatement le genou. Ici aussi le staff médical ne chôme pas puisqu’il rejoint les défenseur Alex Goligodki et Jakob Chychrun ainsi que le gardien Antti Raanta.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :