Briançon – Lyon (Coupe de France, huitième de finale)

8

La Continental Cup aura laissé des traces, physiques et mentales, mais les Lions se doivent déjà de passer à autre chose. Quoi de mieux que leur compétition préférée pour reprendre du poil de la bête. Après le titre décroché l’an passé et les éliminations de Grenoble (face à Lyon), Rouen et Bordeaux dès les seizièmes de finale, les Lions se prêtent à rêver du doublé. Mais avant de penser à un éventuel Final 4 à Paris, il y a bien des étapes à braver. Actuellement douzièmes de Division 1, les Diables Rouges n’ont remporté que 4 de leurs 10 premiers matchs cette saison. Mais comme ils l’ont déjà montré face aux Lions en préparation, les Briançonnais ne sont jamais faciles à jouer, d’autant plus sur leur glace. Les éliminations des grosses écuries de Ligue Magnus ont pu donner des idées aux équipes de Division 1 encore en lice qui se verraient bien visiter à Paris.

Contre des Briançonnais bien décidés à créer l’exploit face au tenant du titre, Daniiel Kulikov est le premier à être poussé à la faute. Les Diables Rouges en profitent aussitôt sur une belle passe de Francis Drolet, c’est Fabien Metais qui ouvre le score (2’07 : 1-0). Vexés, les Lions mènent la révolte, bien aidés par la faute de Ruel qui laisse les siens en infériorité. Le powerplay qui avait fait défaut aux Lyonnais ce week-end en Coupe d’Europe est cette fois bien mené et Martins Lavrovs égalise pour les Lions (5’58 : 1-1). Le jeu est ouvert et les deux équipes créent le danger devant la cage adverse. Après 14 minutes de jeu et des temps forts non convertis, les Lions vont se faire punir par Mathieu André qui ajuste parfaitement Rok Stojanovic (14’11 : 2-1). Les Lyonnais continuent de pousser dans la fin de ce premier tiers-temps mais la défense briançonnaise tient bon.

C’est en supériorité que les Lions entament la deuxième période, sans trouver la faille. Les Briançonnais sont bien en place et le jeu est fluide. Les arrêts de jeu sont inexistants et les joueurs multiplient les efforts. À la 32e minute, la première faute de la période frappe Arturs Mickevics. Le powerplay briançonnais n’est pas concluant et à 5 minutes de la fin du tiers-temps, c’est au tour d’Elias Ghantous de partir en prison, pour la seconde fois du match. Les Lions vont de nouveau en profiter. Correia sert parfaitement Essery au cercle qui ne laisse aucune chance au portier Blazek (35’07 : 2-2). Trois minutes plus tard, Correia remet ça pour Arturs Mickevics qui lui aussi ajuste parfaitement le gardien des Diables (37’57 : 2-3). Les Lions retournent aux vestiaires en avance au tableau d’affichage.

Après un deuxième tiers-temps solide de la part des Lions, ces derniers se voient rapidement pénalisés, par un retard de jeu de Cédric Cutosse. Les Diables Rouges poussent mais Rok Stojanovic est bien décidé à garder sa cage inviolée pour le reste de la partie. Les Lyonnais ont eux aussi l’occasion en supériorité avec une crosse haute de Bonnardel, mais ils manquent de réussite devant la cage. À deux minutes du terme, Mathieu André fait frémir le banc lyonnais mais son lancer passe juste au-dessus de la cage de Rok Stojanovic. Les Diables font sortir leur gardien pour la dernière minute de jeu et une ultime occasion briançonnaise fait encore trembler Lyon. Menés par deux fois, les Lions s’imposent finalement et rebondissent parfaitement après leurs trois défaites en Continental Cup.

En se qualifiant pour les quarts de finale de cette Coupe de France, les Lyonnais ne se retrouvent plus qu’à une victoire d’un Final Four à Paris.

Commentaires d’après-match (communiqué de presse du LHC)

Mitja Sivic (entraîneur de Lyon) : « Il y a des périodes dans la saison où les joueurs sont plus fatigués et je pense que nous sommes actuellement en plein dedans. Nous prenons bien évidemment cela en compte et nous ne nous sommes pas beaucoup entraînés dernièrement. Les gars enchaînent les matchs mais c’est le hockey et c’est comme ça. Face à Briançon, ce fut l’un des plus gros matchs de la saison pour nous. La Coupe de France est très importante pour ce groupe et en tant que champion en titre nous nous devons de le défendre. Les Gothiques d’Amiens sont très en forme en ce moment. Il est très dur de jouer chez eux. Pour les affronter, nous aurons besoin de dépenser beaucoup plus d’énergie que nous ne l’avons fait contre Briançon. »

 

Briançon – Lyon 4-1 (2-1, 2-0, 0-0)
Mardi 20 novembre 2018 à 20h30 à la patinoire René-Froger. 1356 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Gwilherm Margry et Frédéric Peurière.
Pénalités : Briançon 14′ (8′, 4′, 2′) ; Lyon 20′ (4′, 2′, 14′).

Évolution du score :
1-0 à 02’07 : Metais assisté de Drolet et André (sup. num.)
1-1 à 05’58 : Lavrovs assisté d’Essery (sup. num.)
2-1 à 14’11 : André assisté de O’Connor et Metais
2-2 à 35’07 : Essery assisté de Correia et Ferry (sup. num.)
2-3 à 37’57 : Mickevics assisté de Correia et Verbeek

Briançon

Attaquants :
Francis Drolet (A) – Alexandre Demers (C) – Mathieu André (A)
Fabien Métais – Kyle Campbell – Jessyko Bernard
Blake Young – Lucas Bonnardel – Hugo Casini
Antoine Gsegner – Nicolas Siegfriedt – Nicolas Ruel

Défenseurs :
Derek Brown – Gabriel O’Connor
Loïc Chapelier – Elias Ghantous
Charles Schmitt

Gardien :
Jiri Blazek [sorti à 58’20]

Remplaçants : Mathis Condevaux (G), Thomas Raby, Alexandre Raby.

Lyon

Attaquants :
Julien Correia – Ryan Verbeek – Arturs Mickevics
Martins Lavrovs – Kyle Essery (A) – Daniil Kulikov
Cédric Di Dio Balsamo – Jaka Ankerst – Valentin Michel
Pierre Robert – Quentin Berthon (A) – Sébastien Delemps

Défenseurs :
Tyler Ferry – Vincent Llorca
Lubomir Dinda – Jules Breton
Thomas Roussel (C) – Cédric Custosse
Alexandre Pascal

Gardien :
Rok Stojanovic

Remplaçants : Olivier Richard (G), Killian Lairet. Absent : Tomas Andres.

Les commentaires sont fermés.

quis, at id dictum eleifend Praesent elit. et,