Salzbourg – Rouen (CHL, huitième de finale retour)

457

Plus que jamais souverain en championnat, Rouen peut vivre pleinement la nouvelle étape de son exceptionnel parcours européen : un huitième de finale à Salzbourg, pour rêver encore un peu plus d’un exploit incommensurable (un quart de finale en CHL) après le match nul 3-3 de l’aller. Les Autrichiens restent sur trois défaites en championnat mais ont été prévenus à l’aller et sont concentrés. Le retour de Thomas Raffl, convalescent il y a deux semaines, peut leur donner plus d’impact physique.

Les supporters des Dragons se font entendre dans la grande patinoire autrichienne. Leurs « Rou-en » répondent aux « Salz-burg » de leurs homologues locaux. Mais sur la glace, c’est le Red Bull qui impose son jeu. Rouen subit et Atte Mäkinen retient le « top scorer » Brant Harris dans le score. En supériorité numérique, les Autrichiens continuent de pratiquer le même jeu assez direct. Ils envoient des palets à la cage à la recherche de déviations. De retour à cinq contre cinq, le travail de Chris Vandevelde laisse un rebond et Mario Huber surgit sur ce palet traînant face au but… mais rate le cadre dans un grand cri de désolation du public.

Alors que Rouen courbe l’échine, la deuxième pénalité normande, une obstruction de Brodeur, est fatale. Après une belle entrée de zone sur la droite, John Hughes centre pour Ryan Duncan dont le tir à mi-distance trompe, au niveau de la mitaine, un Matija Pintarič soudain redevenu humain. Salzbourg maintient sa pression en zone offensive, mais Harris y donne un coup de trop sur Chakiachvili dans le coin. Rouen gère très mal ce premier avantage numérique, qui s’achève par un changement de ligne précipité laissant les Autrichiens à 4 contre 2. Pintarič sauve son équipe en captant dans son gant le lancer de Harris tout juste sorti de prison.

Les Dragons, qui n’ont pas existé jusqu’ici, commencent à cracher leurs premières flammes par des transitions rapides, notamment de Chad Langlais. Et c’est au moment où on se dit qu’ils sont entrés dans leur match qu’ils encaissent le deuxième but. Langlais a laissé Harris seul devant Pintarič, où il dévie de manière imparable, sous les bottes du gardien, un tir axial de la bleue de Raphael Herburger.

Après ce premier tiers-temps raté, Rouen aborde mieux la deuxième période avec beaucoup plus de pressing. Les champions de France ne laissent plus leur adversaire déployer son jeu et le font déjouer. Cette bonne phase est concrétisée. Joris Bedin, intégré depuis une semaine sur la troisième ligne, conclut au rebond après un palet envoyé à la cage en angle par Alex Aleardi (arrivé à Rouen de Salzbourg il y a un an). Mais les Autrichiens reprennent leurs deux buts d’avance à peine 47 secondes plus tard. La mitaine de Pintarič laisse retomber un tir de Brent Regner, le gardien est sur le dos et essaie de fermer ses bottes sur le palet, mais Raffl, qui a imposé sa puissance dans l’enclave, le propulse au fond.

Les Dragons ont deux grandes occasions de revenir au score. Tout d’abord, Nicolas Ritz parvient attirer la défense sur la gauche et à centrer pour Loïc Lampérier arrivé seul devant le but de Stephen Michalek, qu’il ne parvient pas à contourner. Ensuite, alors que son équipe est en infériorité, Huber va accrocher grossièrement Miklik près de la cage rouennaise. Salzbourg joue donc à 3 contre 5, avec un défenseur qui a perdu sa crosse, et cette séquence folle se termine avec trois Autrichiens couchés autour de leur gardien pour empêcher Lampérier d’exploiter un palet libre. Le deuxième tiers-temps se termine néanmoins encore avec des actions chaudes devant un Pintarič obligé de se débattre dans tous les sens.

Les Rouennais jouent comme il le faut compte tenu des deux buts à remonter. Ils pressent à deux et font l’effort pour récupérer les palets et tenter d’accélérer les transitions. Ils se mettent parfois à danger, subissant une longue phase installée avec un tir de rafale, pardon, un tir de Raffl à bout portant. Salzbourg sait garder le palet dans ces séquences offensives, et sait faire bloc en zone défensive.

Les Dragons prennent de plus en plus de risques, sans réussite, et à cinq minutes de la fin, Pintarič arrête un incroyable 2 contre 0, restant parfaitement placé sur les passes. Mais peu après, Peter Hochkofler part à 2 contre 1 et sert Bobby Raymond qui marque dans le haut du filet. Malgré les trois buts de retard, Lhenry sort son gardien, et Hughes trouve le moyen de manquer la cage vide de près. C’est finalement Duncan qui clôt le score à 5-1. Comme le précédent, le but a été marqué sur un palet récupéré après une grosse charge dans la bande. Salzbourg, qui ne s’attendait pas à être aussi bousculé sur l’île Lacroix, a bien répliqué dans ce domaine ce soir.

La belle aventure s’achève, sans que les Dragons aient à en rougir. Ils ont vécu une belle épopée mais se sont inclinés face à plus forts qu’eux. Ils ne sont toutefois pas très bien entrés dans leur match. Avec 51 tirs subis ce soir, Pintarič était forcément destiné craquer. Après de fortes prestations en poule, Salzbourg est le premier club autrichien à accéder aux quarts de finale de CHL.

Commentaires d’après-match :

Greg Poss (entraîneur de Salzbourg) : « Je suis content que nous soyons la première équipe autrichienne à accéder aux quarts de finale. Nous avons effectué beaucoup de tirs sur la cage, et nous avons mérité de gagner. En infériorité, nous avons su bloquer les lancers. On ne compte pas s’arrêter là, on veut faire tout le chemin, mais en attendant il faut se re-concentrer sur le prochain match de championnat. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Maintenant, je suis déçu de notre jeu dans cette partie. Salzbourg a été bien meilleur, nous n’avons pas mis beaucoup d’intensité. Ce n’était pas notre meilleur match ce soir. Mais je reste fier de la façon dont mon équipe a joué cette compétition et est arrivée jusqu’ici. Donc mon sentiment est cinquante/cinquante. »

 

Salzbourg – Rouen 5-1 (2-0, 1-1, 2-0)
Mardi 20 novembre 2018 à 19h30 à l’Eisarena de Salzbourg. 2177 spectateurs.
Arbitrage d’Oldřich Hejduk et Antonín Jeřábek (TCH) assisté d’Elias Seewald et David Nothegger (AUT).
Pénalités : Salzbourg 8′ (2′, 4′, 2′) ; Rouen 6′ (4′, 2′, 0′).
Tirs : Salzbourg 52 (19, 21, 12) ; Rouen 25 (7, 9, 9).

Évolution du score :
1-0 à 11’29 : Duncan assisté de Hughes et Heinrich (sup. num.)
2-0 à 18’57 : Harris assisté de Herburger et Vandevelde
2-1 à 27’00 : Bedin
3-1 à 27’47 : Raffl assisté de Regner et Hughes
4-1 à 56’35 : Raymond assisté de Hochkofler
5-1 à 58’29 : Duncan assisté de Huber et Hughes

Salzbourg

Attaquants :
Thomas Raffl (+1, 2′) – Ryan Duncan (+2) – John Hughes (+2)
Raphael Herburger (+1) – Christopher Vandevelde (+2) – Brant Harris (+1, 4′)
Peter Hochkofler (+1) – Alexander Rauchenwald – Mario Huber (+2, 2′)
Dario Winkler (-1) – Michael Schiechl (-1) – Florian Baltram (-1)

Défenseurs :
Dominique Heinrich (+3) – Brent Regner (+3)
Robert Raymond (+1) – Martin Štajnoch (+1)
Layne Viveiros – Matthias Trattnig (-1)
Alexander Pallestrang (-1)

Gardien :
Stephen Michalek

Remplaçants : Lukas Herzog (G), Nico Feldner. Blessés : Alexander Cijan, Dustin Gazley.

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier (A, -1) – Nicolas Ritz (2′) – Marc-André Thinel (-1)
Nicolas Deschamps (-1) – Anthony Guttig (A, -2) – Alexander Aleardi (-2)
Joris Bedin (+1) – Joël Caron – Michel Miklik (-1)
Fabien Colotti (-1) – Juha Koivisto (-2) – Vincent Nesa
Benjamin Bérard [8 secondes]

Défenseurs :
Kévin Dusseau (-1) – Chad Langlais (-2)
Florian Chakiachvili (-1) – Mathieu Roy (C, -1)
Mathieu Brodeur (-1, 2′) – Atte Mäkinen (2′)
Enzo Cantagallo [7 secondes]

Gardien :
Matija Pintarič [sorti de 57’15 à 58’29]

Remplaçant : Quentin Papillon (G).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :