France – Bélarus (tournoi EIHC de Lørenskog)

138

Après une solide victoire 3-0 sur la Hongrie, les Bleus doivent affronter un plus gros morceau : l’effectif du Bélarus est proche de celui qui a battu une équipe de France mieux garnie le mois dernier. Il a même failli être plus fort, puisqu’il a convoqué deux joueurs qui avaient pris un passeport russe pour jouer en KHL et qui sont de nouveau sélectionnables maintenant que les sportifs biélorusses ne sont plus considérés comme étrangers par décret du ministère russe des sports : le défenseur Ilya Shinkevich, déjà vu en sélection, et l’attaquant Vladislav Kodola, qui n’a jamais porté le maillot de son pays de naissance et a même représenté la Russie lors du tournoi U18 – non officiel – Ivan Hlinka. Peine perdue : leurs clubs de KHL ont refusé de libérer les joueurs, remplacés par les habituels Gavrus et Gotovets.

On se souvient de l’incident diplomatique née de la fouille des bagages des Biélorusses à la Gare Montparnasse lors du Mondial de Paris. Que la France soit rassurée, la Norvège a fait plus fort : au lieu de passer l’hymne biélorusse lors de la cérémonie d’avant-match, les organisateurs ont diffusé une chanson traditionnelle biélorusse du groupe de folk Pesniary. L’entraîneur, furieux, a voulu retirer son équipe de la glace. Les Norvégiens se sont excusés oralement, mais leurs invités ont exigé des explications écrites. En clair : des excuses officielles. Passablement énervés, les Biélorusses ont été dominés 3-0 dès la première période et ont subi une lourde défaite 6-1 contre les Norvégiens. La raison de leur départ raté est sans doute moins à chercher dans le problème d’hymne que dans un souci logistique : ils avaient prévu d’arriver tôt la veille pour s’entraîner sur place… mais leur équipement est arrivé en retard, ce qui les a obligés à annuler la séance.

Les Biélorusses sont motivés et revanchards, et s’ils avaient dominé en vain la fin de match contre la Norvège, ils continuent de mener aux tirs en première période. Il faut dire que les Bleus se sont mis en difficulté tout seuls par des pénalités, puisque Bastien Maia (cinglage) et Fabien Bourgeois (faire trébucher) ont été pénalisés en même temps après quatre minutes de jeu. Les unités spéciales tricolores, déjà efficaces hier, tuent ce 3 contre 5, puis une autre pénalité à cheval sur la pause.

Et dès que l’équipe de France revient au complet, elle ouvre le score avec un lancer de Kevin Dusseau dans le trafic. Si les Bleus n’auront pas de réussite en supériorité numérique cette fois (en seulement deux occasions), ils apprennent à préserver leur avance, même s’ils reculent pas mal et ne tirent qu’une fois au troisième tiers-temps.

C’est une belle victoire, et surtout une belle performance pour Clément Fouquerel : jusqu’ici, le gardien caennais n’avait connu que des matches difficiles en équipe de France, avec un pourcentage d’arrêts en carrière de seulement 80%. Ce premier blanchissage, face à 29 tirs, lance peut-être une nouvelle carrière en bleu pour lui, à sa sixième sélection.

Désignés joueurs du match : Clément Fouquerel pour la France et Pavel Vorobei pour le Bélarus.

Commentaires d’après-match 

Andrei Sidorenko (entraîneur du Bélarus) : « Je ne pense pas que le score reflète la réalité. Nous avons eu l’avantage, nous nous sommes créé des occasions, nous avons tiré au but, mais nous avons mal joué en fin de match. »

Pavel Vorobei (défenseur du Bélarus, 5 tirs) : « On tire beaucoup, mais ce sont principalement des tirs sans danger. Nous devons aller à la cage, boucher la vue du gardien. »

France – Bélarus 1-0 (0-0, 1-0, 0-0)
Vendredi 14 décembre 2018 à 16h00 au Lørenskog Ishall (NOR). 50 spectateurs.
Arbitrage de Roy Stian Hansen (NOR) et Mikael Holm (SUE) assistés de Knut Einar Bråten (NOR) et Mathias Naperotti (SUE).
Pénalités : France 10′ (8′, 2′, 0′) ; Bélarus 6′ (2′, 2′, 2′).
Tirs : France 16 (7, 8, 1) ; Bélarus 29 (13, 8, 8).

Évolution du score :
1-0 à 22’06 : Dusseau assisté de Maia et Ritz

France

Attaquants :
Loïc Lampérier (+1) – Nicolas Ritz (+1) – Bastien Maia (+1, 2′)
Rudy Matima – Matthias Terrier (2′) – Victor Barbero
Julien Correia – Maurin Bouvet – Peter Valier
Cédric Di Dio Balsamo – Sébastien Rohat – Vincent Kara (2′)
Joris Bedin

Défenseurs :
Kévin Dusseau (+1) – Kévin Hecquefeuille (C, +1)
Fabien Bourgeois (2′) – Jonathan Janil (2′)
Maxime Moisand – Thomas Thiry
Damien Raux

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Florian Hardy (G). En réserve : Hugo Gallet, Alexandre Mulle, Gabin Ville.

Bélarus

Attaquants :
Artyom Demkov – Nikita Remezov (2′) – Artyom Kisly
Maksim Parfeyevets (-1) – Pavel Razvadovsky (-1) – Nikita Feoktistov (-1)
Aleksandr Malyavko – Viktor Turkin – Sergei Malyavko (2′)
Ilya Litvinov – Andrei Belevich – Artur Gavrus
Viktor Bovbel

Défenseurs :
Nikita Kryskin – Mikhail Khoromando
Andrei Antonov (C) – Pavel Vorobey
Daniil Bokun (-1) – Kirill Gotovets (-1)
Nikita Ustinenko (2′)

Gardien :
Mikhail Karnaukhov [sorti à 59’03]

Remplaçant : Aleksandr Osipkov (G).

Les commentaires sont fermés.

nec tristique elit. id, mi, Nullam sed commodo leo