Norvège – France (tournoi EIHC de Lørenskog)

246

Après avoir obtenu deux victoires face à la Hongrie et au Bélarus, l’équipe de France joue en quelque sorte la finale du tournoi EIHC de Lørenskog face au pays organisateur, la Norvège. Un défi qui s’annonce beaucoup plus difficile : si le sélectionneur Philippe Bozon a fait tourner son effectif, son homologue scandinave a logiquement privilégié ce tournoi à domicile pour aligner la meilleure équipe, après avoir procédé à des tests en novembre en Pologne.

C’est donc la meilleure équipe de Norvège qui est alignée ce soir, à l’exception de Zuccarello et des frères Olimb, voire de Sondre Olden blessé au poignet. Une équipe qui ne comprend plus Anders Bastiansen, vétéran de 38 ans qui a décidé le mois dernier de mettre un terme à sa formidable carrière. La défense présentée ici a de grandes chances d’être exactement la défense de la Norvège aux prochains Mondiaux. L’attaque est emmenée par Patrick Thoresen, le fils du sélectionneur qui fait son grand son retour dans l’équipe nationale après avoir décliné l’invitation aux derniers Mondiaux pour raisons familiales.

Mais les Français, sans vedettes de ce calibre, jouent avec cran et agressivité. Ils font preuve d’une grande efficacité pour saisir leurs occasions en début de match. Kevin Dusseau ouvre le score sur un but que le gardien norvégien Lars Haugen aurait dû arrêter, puis Peter Valier profite d’un défaut de marquage pour doubler la mise, seul face à la cage. La Novrège parvient à réduire le score avant la pause par Jørgen Karterud.

La Norvège continue de dominer en deuxième période, mais se montre moins stérile. Tommy Kristiansen occupe sa position préférentielle dans le slot et redirige au fond un lancer de Johannes Johannesen. La France, dont les unités spéciales avaient brillé en début de tournoi, retombe ensuite dans ses travers en infériorité numérique. Les deux pénalités bleues du deuxième tiers (un retenir de Rohat et une attitude anti-sportive de Correia) sont sanctionnées par deux buts. Et le revenant Patrick Thoresen y est pour beaucoup. Après avoir manqué auparavant un face-à-face avec Florian Hardy, il donne tout d’abord l’avantage à son équipe. Puis il offre la passe décisive à Alexander Reichenberg pour le 4-2.

Les Norvégiens n’ont ensuite plus qu’à contrôler les vingt dernières minutes. Ils doivent le faire avec beaucoup de vigilance, car Nicolas Ritz réduit l’écart en entrée de zone dès le début de la période sur une récupération de palet de Bastien Maia en zone neutre. Le score est modeste au vu de l’écrasante domination norvégienne aux tirs (48 à 14).

Les deux pays sont dans des situations différentes. La Norvège a découvert un premier trio intéressant avec l’éternel Patrick Thoresen, le naturalisé Lindström et la bonne performance de Reichenberg. On imagine très bien un autre trio majeur autour des frères Olimb, et avec les habituels joueurs de devoir, son équipe aux prochains Mondiaux se dessine déjà. Il n’en va pas de même pour Philippe Bozon qui a procédé à une large revue d’effectif. Le bon comportement des « réservistes » – même si les Rouennais comme Ritz ne le sont pas vraiment et ont vu leur sélection décalée par la CHL – élargit plutôt son éventail de choix. Sa sélection définitive ne se dévoilera progressivement qu’en 2019.

Désignés joueurs du match : Patrick Thoresen pour la Norvège et Jonathan Janil pour la France.

Commentaires d’après-match

Petter Thoresen (entraîneur de la Norvège) : « Nous avons gagné le tournoi parce que nous étions la meilleure équipe. Nous l’avons montré aujourd’hui. Je suis très satisfait de notre structure de jeu et de notre qualité en powerplay. Ils ont mené 2-0 après cinq tirs cadrés… Nous nous sommes créé beaucoup d’occasions, le score n’était pas favorable mais le jeu était bon et tout le monde savait que nous étions présents et que nous pouvions retourner le match. Le plus positif est que nous avons suivi le plan de bataille et que les gars ont travaillé dur tout le temps. Cela réchauffe le cœur d’un coach. Patrick était de retour aujourd’hui et on l’a marqué. La différence entre les bons championnats et les mauvais championnats pour un petit pays comme la Norvège est que nos meilleurs joueurs sont avec nous. »

Patrick Thoresen (attaquant de la Norvège) : « Je pense que nous avons pris les rênes dès le début. C’était juste une question de temps avant que nous remontions leurs deux buts d’avance. C’est un tournoi presque parfait. C’est du hockey international, et nous avons plus ou moins totalement dominé les trois rencontres Nous avons été très bons contre le Bélarus et la France. Nous avons été moyens contre la Hongrie, mais trois matches en trois jours, c’est un peu usant, donc nous pouvons être globalement satisfaits. Ce n’est si pas souvent que la Norvège gagne un tournoi, cela faisait longtemps. C’est agréable de remporter un trophée ! »

Norvège – France 4-3 (1-2, 3-0, 0-1)
Samedi 15 décembre 2018 à 16h00 au Lørenskog Ishall (NOR). 126 spectateurs.
Arbitrage de Roy Stian Hansen et Marcus Wannerstedt (NOR) assistés de Knut Einar Bråten et Alexander Waldejer (NOR).
Pénalités : Norvège 8′ (0′, 6′, 2′) ; France 22′ (4′, 4’+10′, 4′).
Tirs : Norvège 48 (14, 13, 21) ; France 14 (5, 5, 4).

Évolution du score :
0-1 à 05’41 : Dusseau
0-2 à 15’19 : Valier
1-2 à 16’29 : Karterud assisté de Lindström et P. Thoresen
2-2 à 22’18 : Kristiansen assisté de Johannesen et Nørstebø
3-2 à 29’58 : P. Thoresen assisté de Reichenberg et Lindström (sup. num.)
4-2 à 35’11 : Reichenberg assisté de P. Thoresen (sup. num.)
4-3 à 41’55 : Ritz assisté de Maia

France

Attaquants :
Loïc Lampérier – Nicolas Ritz (A, 2′) – Bastien Maia (+1)
Rudy Matima (+1) – Peter Valier (+1) – Julien Correia (+1, 4’+10′)
Gabin Ville – Maurin Bouvet – Vincent Kara (-1)
Joris Bedin – Sébastien Rohat (2′) – Alexandre Mulle
Cédric Di Dio Balsamo

Défenseurs :
Kévin Dusseau (+1, 2′) – Kévin Hecquefeuille (C, -1)
Hugo Gallet (+2) – Maxime Moisand (+2)
Damien Raux (-1) – Jonathan Janil (A, -1, 2′)
Fabien Bourgeois

Gardien :
Florian Hardy [sorti à 59’42]

Remplaçant : Clément Fouquerel (G). En réserve : Thomas Thiry, Matthias Terrier, Victor Barbero.

Norvège

Attaquants :
Alexander Reichenberg (2′) – Tobias Lindström (+1) – Patrick Thoresen (A, +1)
Thomas Valkvæ Olsen – Michael Haga – Mats Rosselli Olsen (2′)
Tommy Kristiansen (-1) – Niklas Roest (2′) – Martin Røymark
Martin Rønnild (-1) – Kristian Forsberg (-2) – Steffen Thoresen (-1)
Jørgen Karterud

Défenseurs :
Jonas Holøs (C, +1) – Erlend Lesund (-1)
Stefan Espeland (-1) – Alexander Bonsaksen (A, -1, 2′)
Johannes Johannesen (-1) – Mathias Nørstebø (+1)
Christian Bull

Gardien :
Lars Haugen

Remplaçant : Henrik Holm (G).

Les commentaires sont fermés.

venenatis risus Donec id, felis libero nunc porta. diam Curabitur consequat.