La vie est belle pour les Tchèques

71

Après avoir battu les Suédois sur leur glace, les Tchèques ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. La seule mauvaise nouvelle de leur premier match, c’est que Tomáš Filippi souffre de l’épaule après une charge de Michael Lindqvist (qui a été exclu pour cette faute). Comme il était prévu que Gulaš et Kovář soient libérés avant le dernier match, parce qu’ils ont un match d’Extraliga avec Plzen contre le Sparta dès lundi, un joker a été rappelé en urgence, Rudolf Červený du Slovan Bratislava. La Finlande aussi a ajouté un attaquant, Aleksei Mustonen, après avoir eu quelques forfaits dans ce secteur.

Pour l’instant, les Tchèques ont encore assez de joueurs et font tourner. La fratrie Zohorna n’est plus complète et Radek Koblízek fait ses débuts internationaux sur leur ligne, face à des adversaires qu’il connaît bien puisqu’il joue en Finlande depuis six ans. Ses parents ont fait le voyage jusqu’en Suède pour assister à cette première. Premier match en équipe nationale pour Roman Will, le gardien de 26 ans de Liberec.

Dans un match qui peine à se lancer, ce qui peut s’expliquer par l’horaire (coup d’envoi à midi !), Will effectue le premier bon arrêt en captant un revers de Jere Sallinen pour rattraper une erreur de sa défense. Son vis-à-vis Rasmus Tirronen a encore moins de travail, et ce n’est qu’en début de deuxième période qu’il affronte des tirs vraiment dangereux.

Les Tchèques jouent alors avec de plus en plus de mouvement, mais aussi de précision technique. Junttila se fait piéger par Jiří Sekáč et Petr Holík, et quand le centre essaie de rendre le palet à son collègue, le défenseur Ville Pokka le dévie dans ses propres filets. Les Finlandais commettent des erreurs, et Kaski rate un contrôle à la ligne bleue et tombe pendant une supériorité numérique. Les deux frères Zohorna encore présent en profitent : Tomáš offre son premier but en équipe nationale à son frère Hynek.

La République tchèque domine désormais son sujet et maîtrise le jeu en tenant bien son système. Jiří Sekáč ajoute un troisième but en supériorité numérique après un lancer de Kundrátek. Seule incartade : l’indiscipline de Roman Horák qui concède sa troisième pénalité du match. Cela permet à Ville Pokka de réduire le score entre les cercles. Le suspense peut être relancé car Jan Kovář, peut-être pressé de prendre son avion, rentre plus tôt sous la douche (51’48) à cause d’une charge avec la crosse sur Hakulinen. Mais les frères Zohorna notamment continuent d’abattre un très bon boulot en infériorité numérique. Même si les Finlandais sortent leur gardien à plus de quatre minutes de la fin, les Tchèques engrangent une seconde victoire avant de finir le tournoi contre la Russie.

Commentaires d’après-match

Miloš Říha (entraîneur de la République tchèque) : « Hormis les dix premières minutes où nous avons joué sans tactique et où les Finlandais étaient un peu au-dessus, je pense que nous avons totalement contrôlé le match. Nous avons bien patiné, nous avons été combatifs. Les Finlandais n’ont pas su réagir et trouver une solution à notre défense. C’est une performance d’équipe complète, soutenue par un excellent Roman Will. »

Roman Will (gardien de la République tchèque) : « Il n’y a qu’une seule première fois, je n’oublierai jamais ce match. J’étais un peu nerveux lorsque j’avais débuté en NHL [son seul et unique match], mais j’étais rentré en cours de match. Ce n’est même pas comparable. J’ai quatre ans de plus, beaucoup de choses ont changé dans ma vie. J’ai une femme, une petite fille depuis septembre. J’ai mûri et j’ai des gens formidables autour de moi à Liberec. La vie est belle. J’ai essayé de l’aborder comme n’importe quel match. Les gars m’ont beaucoup aidé. Ils ont travaillé, ils ont bloqué les tirs, ils ont joué de façon vraiment responsable, et cela m’a facilité les choses pour faire de mon mieux. »

 

Finlande – Tchéquie 1-3 (0-0, 0-2, 1-1)
Samedi 9 février 2019 à 12h00 au Hovet de Stockholm. 1891 spectateurs.
Arbitrage de Christoffer Holm et Mikael Nord (SUE) assistés de David Laksola et Ludvig Lundgren (SUE).
Pénalités : Finlande 8′ (2′, 4′, 2′) ; Tchéquie 33′ (2′, 4′, 2’+5’+20′).
Tirs : Finlande 18 (8, 4, 6) ; Tchéquie 22 (5, 11, 6).

Évolution du score :
0-1 à 29’56 : Holík
0-2 à 34’00 : H. Zohorna assisté de T. Zohorna (inf. num.)
0-3 à 45’12 : Sekáč assisté de Kundrátek (sup. num.)
1-3 à 48’00 : Pokka assisté de Leskinen (sup. num.)

Finlande

Attaquants :
Julius Junttila (-2) – Aleksi Mustonen (-2) – Niko Ojamäki (-2)
Janne Pesonen (C) – Mikael Ruohomaa (2′) – Ville Leskinen (-1)
Anrei Hakulinen – Juhani Tyrväine (2′) – Joonas Nättinen
Jere Sallinen (A) – Hannes Björninen (2′) – Eetu Luostarinen

Défenseurs :
Mikko Lehtonen (A, -1) – Oliwer Kaski (-1)
Joonas Lehtivuori – Teemu Eronen (2′)
Otto Leskinen – Ville Pokka
Niklas Friman – Oskari Laaksonen (-1)

Gardien :
Rasmus Tirronen [sorti à 55’39]

Remplaçants : Veini Vehviläinen (G), Antti Kalapudas. En réserve : Kristian Näkyvä, Jesse Virtanen.

République tchèque

Attaquants :
Milan Gulaš (C) – Jan Kovář (5’+20′) – Jiří Sekáč (+1)
Martin Zaťovič (A) – Roman Horák (6′) – Marek Kvapil
Radek Koblížek – Tomáš Zohorna (+1) – Hynek Zohorna (+1, 2′)
Radan Lenc (+1) – Petr Holík (+1) – Matěj Stránský
Rudolf Červený [en infériorité]

Défenseurs :
Adam Polášek (A) – Petr Zámorský
Jan Štencel – Tomáš Kundrátek
Jakub Krejčik (+1) – Milan Doudera (+1)
David Musil (+1) – Marek Hrbas (+1)

Gardien :
Roman Will

Remplaçant : Simon Hrubec (G). En réserve : Tomáš Filippi (épaule), Radim Zohorna, Patrik Zdráhal.

Les commentaires sont fermés.

ut Phasellus facilisis quis, Donec dolor ante. felis sem, venenatis, dictum velit,