Le jeu de puissance tchèque fatal aux Bleues

212

À peine vingt-quatre heures après leur défaite contre le Japon en ouverture, les Bleues enchaînent leur deuxième rencontre ce vendredi contre la Tchéquie, qui elle fait ses débuts dans la compétition.

Françaises et Tchèques s’étaient affrontées récemment, en décembre dernier lors du tournoi de Pribram. Les Slaves s’étaient alors imposées 3-1, ne faisant la différence que dans le troisième tiers-temps. Elles se retrouvent en configuration championnat du monde dans un contexte évidemment différent. La victoire surprise de l’Allemagne sur la Suède la veille n’arrange les affaires de personne dans ce groupe B, et les points sont donc déjà cruciaux pour la course aux quarts de finale et éviter ainsi la relégation.

La sélection tchèque féminine est une proie potentielle, elle n’a jamais inquiété les grandes nations de l’élite et a très souvent fait l’ascenseur entre les divisions. Mais, après une saison assez décevante, elle s’est rassurée en battant la Slovaquie 2-1 puis la Russie 3-2 juste avant de se rendre à Espoo.

Devant la cage bleue, Caroline Baldin effectue un deuxième départ consécutif, alors que Klára Peslarová garde les buts tchèques. Une gardienne que connaissent Marion Allemoz, Lore Baudrit et Betty Jouanny, qui l’ont côtoyée avec leur équipe suédoise de MODO cette saison.

Le match commence assez mal pour l’équipe de Grégory Tarlé puisque deux pénalités vont être lourdes de conséquence. À la 6e et à la 10e minute de jeu, Kateřina Mrázová et Klára Hymlárová marquent toutes deux en jeu de puissance pour donner un avantage de 2-0 aux Tchèques. Au début du deuxième tiers, Aneta Lédlová triplera la mise pour les Tchèques : 3-0.

Peslarová arrête pendant longtemps les essais de la France, notamment de Léa Parment, Lore Baudrit, Lara Escudero et Marion Allemoz. Pénalisée pour charge illégale, Simona Studentova offrira à huit minutes de la fin… le seul jeu de puissance de la France dans ce match ! Une bonne occasion que choisira Emmanuelle Passard pour inscrire le premier but de l’histoire du hockey français dans un Mondial élite féminin.

Particulièrement appliquée, la Tchéquie ne lâchera pas sa victoire, capitalisée sur deux buts rapides en avantage numérique en début de match. Battue une deuxième fois en vingt-quatre heures, la France s’en sort encore avec les honneurs, avec une fois de plus, comme contre le Japon, un dernier tiers abouti. Mais les pénalités bleues ont fait très mal et limité leur marge de manœuvre. Et il manque ces points, si précieux pour éviter les deux dernières places du groupe synonymes de relégation.

Il reste à la France deux matchs pour entretenir l’espoir : dimanche la Suède, revancharde car renversée par les Allemandes en ouverture de la compétition, et justement lundi l’Allemagne, dont la victoire surprise sur la Damkronorna ne suffira pas dans un groupe très ouvert.

 

Élues meilleures joueuses du match : Aneta Lédlová pour la Tchéquie, Estelle Duvin pour la France.

Commentaires d’après-match (IIHF) 

Lore Baudrit (attaquante de la France) : « Nous avons pris trop de pénalités. C’est le jeu de puissance tchèque qui a gagné aujourd’hui. Ce n’est pas bon pour nous. Si nous n’avions pas eu autant de pénalités, nous aurions peut-être eu davantage de chances de gagner. Les Tchèques ont une bonne équipe. Elles ont quatre lignes homogènes et jouent très vite. C’était difficile pour nous d’obtenir le momentum. »

 

Tchéquie – France 3-1 (2-0, 1-0, 0-1).
Vendredi 5 avril 2019 à 16h00 à la Metro Areena d’Espoo. 553 spectateurs.
Arbitrage de Henna Aberg (FIN) et Maria Fuhrberg (SUE) assistées de Veronica Lovensno (SUE) et Jacqueline Spresser (USA).
Pénalités : Tchéquie 2′ (0′, 0′, 2′), France 12′ (6′, 2′, 4′).
Tirs : Tchéquie 43 (12, 18, 13), France 17 (3, 3, 11).

Évolution du score :
1-0 à 05’06 : Mrázová assistée de Krizová (sup. num.)
2-0 à 09’44 : Hymlárová assistée de Mills et Tejralova (sup. num.)
3-0 à 23’26 : Lédlová assistée de Vanišová
3-1 à 52’21 : Passard assistée de Duvin et Allemoz (sup. num.)

Tchéquie

Attaquantes :
Denisa Křížová (A) – Kateřina Mrázová – Michaela Pejzlová
Alena Mills (C) – Klára Hymlárová – Natálie Mlýnková
Aneta Lédlová (+1) – Simona Studentová (2′) – Vendula Přibylová
Martina Mašková – Barbora Patočková (+1) – Tereza Vanišová (+1)
Noemi Neubauerová

Défenseures :
Daniela Pejšová (+1) – Samantha Kolowratová
Aneta Tejralová (A) – Pavlína Horálková
Karolína Kosinová (+1)  – Anna Zíková
Martina Zedníková

Gardienne :
Klara Peslarová

Remplaçante : Kristýna Bláhová (G). En réserve : Katerina Zechovska (G).

France (2′ pour surnombre)

Attaquantes :
Lore Baudrit (A) – Marion Allemoz (C) – Clara Rozier
Chloé Aurard – Estelle Duvin – Emmanuelle Passard (2′)
Léa Parment – Betty Jouanny (-1, 2′) – Lara Escudero (-1, 2′)
Margot Desvignes – Morgane Rihet (A) – Jade Vix
Amandine Cuasnet

Défenseures :
Athéna Locatelli – Gwendoline Gendarme (2′)
Léa Villiot – Raphaëlle Grenier
Eloïse Juré (-1) – Alexandra Harrison (-1)
Louanne Mermier

Gardienne :
Caroline Baldin

Remplaçante : Caroline Lambert (G). En réserve : Margaux Mameri (G).

 

Les Américaines renversantes

Jeudi soir, la Finlande a cru pendant un moment renverser les États-Unis, menant 1-0 puis 2-1 grâce à Elisa Holopainen et Petra Nieminen. Mais les championnes olympiques, qui avaient déjà marqué grâce à Kendall Coyne Schofield, ont égalisé par Melissa Samoskevich. Et seulement 1’41 après l’égalisation des USA, Rosa Lindstedt a effectué une mauvaise relance qui a atterri directement dans la crosse de Hilary Knight, la star US tirant instantanément dans le but suomi pour le 3-2.

Les États-Unis creuseront l’écart en fin de match, par Alex Carpenter, Brianna Decker et Annie Pankowski, portant le score définitif à 6-2. Les Lionnes, qui ont mené 2-1 après deux tiers-temps, n’ont donc pas pu empêcher le réveil des Américaines.

Les commentaires sont fermés.

porta. velit, consectetur eleifend Aenean dictum nec