36 joueurs, 25 places, un week-end

116

Le camp tchèque, c’est un peu comme une émission de télé-réalité. 36 joueurs sont réunis à Brno pour les Carlson Hockey Games, et après quatre jours de tournoi, il ne restera que 25 places pour les championnats du monde. Ils seront donc nombreux à s’entendre dire « vous êtes le maillon faible, au revoir ». Le sélectionneur Miloš Říha avait évoqué la nervosité des joueurs quand ils étaient plus de trente il y a deux semaines, mais le vestiaire a de nouveau enflé avec l’arrivée progressive des joueurs de NHL : 4 mardi, 2 mercredi, et enfin le dernier ce jeudi soir, Jakub Vrána (Washington Capitals), fin dont les examens médicaux ont pris du temps car il avait une douleur à l’épaule pendant les play-offs. Il est pourtant venu alors qu’il est en fin de contrat, et d’une manière générale les joueurs tchèques de NHL ont tous très bien répondu à l’appel.

Říha justifie d’avoir conservé cette surpopulation stressante par le volonté de bien vérifier l’état de santé et de forme de tous les nouveaux arrivants. Il prépare le tournoi pour que chacun joue au moins un match, et le plus souvent deux pour ceux qui ont le moins joué ces derniers temps mais aussi ceux qui sont le plus en balance pour la sélection.

Les Finlandais compensent leur manque de renforts NHL par leur bel enthousiasme juvénile et leur engagement sans faille. Le premier tiers-temps reste néanmoins relativement fermé. Les Tchèques ont l’avantage territorial sans mettre une si grosse pression sur la cage. Côté finlandais, deux tirs sont décochés par le prometteur défenseur Oliwer Kaski, mais on pense atteindre la pause sur un score vierge. Néanmoins, à seize secondes de la pause, une longue passe de Henri Jokiharju envoie Sakari Manninen en solitaire pour une simulation de pénalty, qu’il conclut sous les bottes de Jakub Kovář.

Les Tchèques essaient de se montrer plus actifs en deuxième période. Mais Dominik Kubalík n’est toujours pas en réussite sur ses occasions. La Finlande double la mise sur une étonnante partie de billard : un lancer de la ligne bleue de Petteri Lindbohm est repoussé par la jambière droite de Kovář, et le palet heurte successivement la jambe du défenseur Kundrátek, puis l’épaule et le plastron de Kovář, et enfin le bras de Kundrátek dans son mouvement destiné à rattraper cette rondelle capricieuse avec son gant, et qui marque en fait contre son camp.

Říha commence alors à tester d’autres lignes : il permute d’abord les centres Jan Kovář et Simon, avant de faire tourner les ailiers. À la dernière minute du deuxième tiers, un cinglage de Jokiharju et une charge avec la crosse de Mikkola laissent les Finlandais à 3 contre 5. Jakub Voráček passe alors de derrière la cage pour la puissante reprise de Filip Hronek dans le cercle droit. Les Tchèques haussent encore le ton à la reprise. La passe transversale de Michal Řepík échappe aux défenseurs et parvient à Jiří Sekáč qui centre aussitôt pour la reprise de Robin Hanzl : une action magnifique, et un splendide arrêt de l’épaule du gardien Juho Olkinuora. Celui-ci s’interpose aussi face à Hronek. En fin de match, Manninen arrive à viser la cage vide depuis la ligne bleue défensive et rétablit l’écart de deux unités. Le but à 6 contre 4 de Radko Gudas – le rugueux défenseur de Philadelphie qui a aussi fait sentir sa présence par de dures mises en échec – arrive alors trop tard pour éviter la défaite tchèque.

Commentaires d’après-match

Robert Reichel (entraîneur-adjoint de la République Tchèque) : « Je crois que nous allons bâtir sur la façon dont nous avons joué les trente dernières minutes contre les Finlandais. Mais il faudra mieux entrer dans le match. Nous avons fait quelques changements à la mi-match, nous sommes alors devenus plus agressifs. Nous patinions mieux, les lignes ont commencé à se trouver. Le trio Frolík-Simon-Voráček qui a fini le match jouera sûrement samedi. Je suis content que tous les joueurs de NHL aient accepté. C’est une question de bonne communication, nous sommes allées les voir et leur parler outre-Atlantique pendant la saison, ils retournent vers nous maintenant. Tout le monde a la chance de nous convaincre jusqu’à la dernière minute. Maintenant, Ce n’était peut-être pas le cas avant, mais maintenant, nous avons des joueurs qui se battent pour aller au championnat du monde. Quand les joueurs ont de la compétition, ils progressent. »

Radko Gudas (défenseur de la République Tchèque) : « Les Finlandais sont jeunes, ils ont joué et patiné comme ils devaient le faire. Nous sommes plus expérimentés et nous aurions dû les laisser en faire plus. La troisième période a été excellente, pas les deux autres. Au début, il n’y avait personne devant la cage pendant les tirs, parfois nous lancions trop vite sans attendre que l’attaquant y soit parvenu. Mais au fil du match, nous avons mieux joué. On doit certainement améliorer notre power-play, ainsi que la communication dans notre zone. Je suis content d’avoir enfin marqué. Je dois être plus calme avec la crosse et je parviendrai à marquer même dans les matches les plus durs. »

 

Finlande – République tchèque 3-2 (1-0, 1-1, 1-1)
Jeudi 2 mai 2019 à 17h30 à la DRFG Arena de Brno. 7700 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Konstantin Olenin et Evgeny Romasko (RUS) assistés de Miroslav Lhotský et Jiří Ondráček (TCH).
Pénalités : Finlande 20′ (0′, 4′, 6’+10′) ; Tchéquie 4′ (0′, 2′, 2′)
Tirs : Finlande 21 (4, 11, 6) ; Tchéquie 41 (11, 11, 19)

Évolution du score :
0-1 à 19’44 : Manninen assisté de Jokiharju et Lehtonen
0-2 à 33’04 : Lindbohm
1-2 à 39’32 : Hronek assisté de Voráček (double sup. num.)
1-3 à 58’42 : Manninen assisté de Lehtonen (cage vide)
2-3 à 59’32 : Gudas assisté de Simon (sup. num.)

Finlande

Attaquants :
Toni Rajala (+2) – Arttu Ilomäki (+1) – Veli-Matti Savinainen (C, +2)
Harri Pesonen – Sakari Manninen (+2, 2′) – Joonas Nättinen (2′)
Joel Kiviranta – Eetu Luostarinen – Niko Ojamäki
Jere Sallinen (+1) – Juho Lammikko – Marko Anttila (A, +1)

Défenseurs :
Mikko Lehtonen (A, +2) – Miika Koivisto
Tony Sund – Henri Jokiharju (+1, 4’+10′)
Niko Mikkola (2′) – Oliwer Kaski
Petteri Lindbohm (+2) – Otto Leskinen (+1)

Gardien :
Jussi Olkinuora

Remplaçant : Kevin Lankinen (G). En réserve : Eetu Laurikainen (G), Juuso Vainio (D), Kaapo Kakko, Arttu Ruotsalainen, Kristian Kuusela, Juhani Tyrväinen (A).

République tchèque

Attaquants :
Martin Zaťovič – Jan Kovář (-1) – Jakub Voráček (C, -2)
Michael Frolík (A, -1) – Dominik Simon (-1) – Dmitrij Jaškin (-2)
Dominik Kubalík – Robin Hanzl – Michal Řepík (-1)
Jiří Sekáč – Filip Chytil (-1) – Hynek Zohorna (-1)

Défenseurs :
Jakub Krejčík (2′) – Radko Gudas (A, -1, 2′)
Jakub Jeřábek (-1) – Tomáš Kundrátek (-2)
Michal Moravčík (-1) – Jan Rutta
Jan Kolář – Filip Hronek (-1)

Gardien :
Jakub Kovář [sorti de 57’07 à 58’42 et de 59’02 à 59’32]

Remplaçants : Patrik Bartošák (G), David Tomášek (A). En réserve : Marek Langhamer, Šimon Hrubec (G), David Sklenička, Filip Pavlík, Petr Zámorský, David Musil (D), Tomáš Fořt, Ondřej Palát, Jakub Vrána, Lukáš Rousek, Tomáš Zohorna, Rudolf Červený (A), Radim Zohorna (A, malade).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

odio justo leo felis Aenean Aliquam elit. commodo Lorem dictum ut elit.