L’Autriche sabote volontairement son match

352

Le sélectionneur tchèque Miloš Říha continue de faire tourner sa deuxième et sa quatrième ligne, en chantier. Palát recule de l’une à l’autre au profit de Jaškin, tandis que Filip Chytil, le jeune centre des New York Rangers, retourne en tribune.

C’est un match idéal pour des réglages car l’Autriche a clairement fait le choix de privilégier le match capital pour le maintien, demain face à l’Italie. Son entraîneur Roger Bader pouvait bien prétendre qu’il imite la France, aucun pays n’avait osé si impudemment faire une croix sur un match du Mondial : il met carrément au repos ses trois meilleurs attaquants, Michael Raffl, Peter Schneider et Konstantin Komarek ! L’effectif est même amputé à la dernière minute de Dominique Heinrich, qui quitte ses partenaires sur blessure à l’échauffement. Kickert étant blessé et Starkbaum décevant contre la Norvège, le troisième gardien de départ Lukas Herzog a sa chance devant le filet pour son premier match en compétition officielle. Bader a ouvert la possibilité qu’il puisse même jouer le match décisif demain.

Les Tchèques s’installent logiquement de manière répétée en zone offensive. Une déviation de Kubalík dans le slot ou un tir de l’enclave de Řepík sur passe de Palát mettent vite dans le bain Herzog. Mais, pas trs bien positionné, il n’empêche pas Radek Faksa de marquer son premier but du championnat du monde, dans le haut du filet depuis le cercle droit, sur une passe de derrière la cage de Jan Kolář.

La République tchèque se complique la vie toute seule par des pénalités : Kolář accroche Haudum et Simon retient Herburger. La principale occasion est néanmoins une échappée de Tomáš Zohorna en infériorité numérique. Il feinte Herzog mais son tir du revers est ensuite capté par la mitaine du gardien autrichien. Au retour à cinq contre cinq, Dominik Kubalík déborde à gauche et repique au centre en écartant le défenseur Patrick Peter par sa puissance de jambes pour glisser le palet sous Herzog (0-2). L’indiscipline tchèque empire : Kovář fait trébucher Unterweger en zone offensive puis Hronek est sévèrement pénalisé pour un coup de crosse. L’Autriche joue à 5 contre 3 pendant une minute et demie, avec comme maigre butin un lancer de Zwerger dans la mitaine de Pavel Francouz, qui a pu voir partir le tir en se penchant à côté de l’écran Herburger.

À forces égales, l’écart de niveau est évidemment net, a fortiori avec une Autriche volontairement affaiblie. Dès le début du deuxième tiers-temps, Dominik Simon conclut d’une déviation face au but un magnifique jeu en triangle lancé par Hronek avec un relais parfait de Voráček sur l’aile droite (0-3). Lukas Herzog prend sa revanche en arrêtant de la botte droite un breakaway de ce même Simon.

Les Tchèques n’en peuvent plus d’accumuler les pénalités, mais soudain les coups de sifflet se retournent. Rauchenwald retient Tomáš Zohorna et Hundertpfund donne un coup de crosse au centre de la glace. En double supériorité numérique, Kubalík prend un lancer et Faksa décale avec la cage ouverte sur le rebond. Patrick Peter inflige alors une charge avec la crosse dans le dos du buteur… et les Tchèques continuent donc à 5 contre 3. Lukas Herzog est hors de position après un arrêt acrobatique, et Michael Frolík n’a plus qu’à pousser le palet dans les filets (0-5). La prison autrichienne ne désemplit pas, et les Tchèques auront travaillé leur powerplay qui était moyen. Ses statistiques s’améliorent, mais le jeu à 5 contre 3 aura aidé…

Le début de troisième période est un calvaire pour l’Autriche qui abandonne toute conscience défensive et prend trois buts en cinq minutes. Kubalík envoie d’abord Michal Řepík inscrire un doublé sur un breakaway, conclu par un tir en lucarne côté mitaine (0-6). Puis les Tchèques s’installent en zone offensive, et la conduite du palet de Voráček amène les cinq Autrichiens du même côté de la glace pendant que Jan Kolář est seul pour reprendre dans le cercle droit (0-7). Après une perte de palet de Hundertpfund en zone neutre, Jakub Vrána marque à son tour d’un tir croisé sous le bras gauche de Herzog (0-8). Roger Bader utilise alors son temps mort pour exhorter ses troupes à finir dignement. Ce sera heureusement le cas. Le seul évènement de la fin de match est une scène amusante : la chute de Pavel Francouz alors qu’il se dirige vers son banc pendant une pénalité différée. Cela ne l’empêche pas d’enchaîner un second blanchissage consécutif après celui contre l’Italie.

Après cette grossière impasse, devant certains de ses supporters qui ont payé leur place, l’Autriche – qui avait jusqu’ici marqué au moins un but à chaque match – a encore plus intérêt à réussir son match de la peur face à l’Italie demain soir. Ses leaders ménagés ce soir auront encore plus la pression de devoir prendre leurs responsabilités offensives et de mener leur équipe, ce qu’ils ont peu fait jusqu’ici.

Désignés joueurs du match : Patrick Obrist pour l’Autriche et Dominik Kubalík pour la République tchèque.

Commentaires d’après-match

Thomas Raffl (capitaine de l’Autriche) : « Même si on a reposé plusieurs joueurs, il y a beaucoup plus de potentiel que ça dans l’équipe. Peut-être qu’intérieurement on économisait de l’énergie pour demain, mais ça n’était pas suffisant. On ne doit jamais se présenter comme ça à un match. »

 

Autriche – République tchèque 0-8 (0-2, 0-3, 0-3)
Dimanche 19 mai 2019 à 16h15 à la Ondrej Nepela Arena de Bratislava. 9072 spectateurs.
Arbitrage d’Aleksi Rantala (FIN) et Maksim Sidorenko (BLR) assistés de René Jensen (DAN) et Dustin McCrank (CAN).
Pénalités : Autriche 10′ (0′, 8′, 2′) ; Tchéquie 16′ (8′, 4′, 4′).
Tirs : Autriche 16 (5, 4, 7) ; Tchéquie 39 (11, 21, 7).

Évolution du score :
0-1 à 06’30 : Faksa assisté de Kolář et Gudas
0-2 à 14’30 : Kubalík assisté de Gudas
0-3 à 20’41 : Simon assisté de Voráček et Hronek
0-4 à 30’14 : Řepík assisté de Faksa et Kubalík (double sup. num.)
0-5 à 30’55 : Frolík assisté de Gulaš et Hronek (double sup. num.)
0-6 à 42’26 : Řepík assisté de Kubalík et Kolář
0-7 à 44’06 : Kolář assisté de Voráček et Frolík
0-8 à 45’01 : Vrána assisté de Jaškin et Faksa

Autriche

Attaquants :
Thomas Raffl (C, -2) – Raphael Herburger (-1) – Lukas Haudum (-3)
Dominic Zwerger (-1) – Alexander Rauchenwald (-1, 2′) – Fabio Hofer (2′)
Benjamin Baumgartner (-3) – Thomas Hundertpfund (A, -4, 2′) – Manuel Ganahl (A, -3)
Patrick Obrist – Alexander Cijan

Défenseurs :
Alexander Pallestrang (-2) – Markus Schlacher (-2)
Clemens Unterweger (-2) – Martin Schumnig (-2)
Steven Strong (-2) – Patrick Peter (-2, 2′)

Gardien :
Lukas Herzog

Remplaçant : Benhard Starkbaum (G). En réserve : David Kickert (G, problème musculaire à la jambe), Raphael Wolf (D, doigt cassé), Dominique Heinrich (D), Peter Schneider, Michael Raffl, Konstantin Komarek (A).

République tchèque

Attaquants :
Michael Frolík (A, +2, 2′) – Dominik Simon (+2, 2′) – Jakub Voráček (C, +2)
Dmitrij Jaškin (+2, 2′) – Radek Faksa (+1) – Jakub Vrána (+2)
Dominik Kubalík (+2) – Jan Kovář (+3, 2′) – Milan Gulaš
Ondřej Palát (+1) – Tomáš Zohorna – Michal Řepík (+1)
Hynek Zohorna

Défenseurs :
David Musil (+2) – Filip Hronek (+1, 4′)
David Sklenička (+1) – Jan Rutta (+1, 2′)
Jan Kolář (+3, 2′) – Radko Gudas (A, +4)
Petr Zámorský

Gardien :
Pavel Francouz

Remplaçant : Patrik Bartošák (G). En réserve : Šimon Hrubec (G), Michal Moravčík (D, indisposé), Filip Chytil (A).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

adipiscing at amet, mattis porta. odio dapibus