Grenoble – Anglet (Ligue Magnus, 9e journée)

Anglet pas récompensé

9

Les Brûleurs de Loups s’apprêtent à affronter une montagne puisqu’au cours des 3 prochains matchs Berne, Rouen et de nouveau Berne sont à leur copieux programme. Mais avant cela, ils doivent confirmer leur bonne passe actuelle face à Anglet. Après un début délicat (1 défaite et 2 victoires après prolongation), ils viennent d’enchaîner 5 victoires consécutives, la plupart sur des scores assez larges, ce qui leur a permis de se repositionner dans le peloton de tête de la Ligue Magnus. En une semaine, ils ont notamment marqué 19 buts en 3 matchs face à Gap (5-0), Briançon (9-5) et à Mulhouse (5-2).

Anglet peut donc nourrir quelques inquiétudes en se présentant cet après-midi à Pôle Sud mais les Angloys restent sur une bonne prestation face à Rouen et Amiens (courtes défaites 2-4 et 3-4) et un succès à Gap (3-1). Auparavant ils avaient enchaîné 4 victoires d’affilée, ce qui leur permet de figurer dans la première partie du classement. Anglet n’a donc rien à perdre aujourd’hui et la troupe d’anciens Grenoblois (Gauthier, Arrossamena, Kunnas, Lamboley, Pons) voudra se montrer sous son meilleur jour à Pôle sud.

Anglet n’hésite pas d’ailleurs à tenter quelques incursions en zone offensive dès les premières minutes de jeu. Mais c’est Rohat qui se procure la meilleure occasion sur un bon dribble en zone offensive, il parvient à se repositionner devant le slot mais son lancer est repoussé par Eric Schierhorn. Les Brûleurs de Loups se contentent de dominer la possession du palet et de lancer quelques flèches lointaines. Anglet attend les contre-attaques et parvient à en placer une avec un bone une-deux du duo Tarantino-Berard mais Horak veille. Le match se lance vraiment sur une bonne accélération de Fleury sur l’aile droite. Sacha Treille récupère le palet derrière la cage, il parvient à revenir devant sans être inquiété et ajuste Schierhorn d’un tir du revers en lucarne (1-0. 06’46). Les Angloys n’ont pas eu complètement le temps de se remettre de cette déconvenue qu’ils prennent une deuxième vague, de la première ligne grenobloise cette fois : Kearney décale à droite pour Aleardi lequel lance immédiatement sur la cage. Schierhorn repousse dans l’axe sur… Kearney qui marque à bout portant (2-0, 07’05). En vingt secondes, Grenoble a déjà fait le trou.

Après ce double coup du sort, les Angloys essaient tant bien que mal de repartir à l’attaque. Mais leur défense montre des signes de relâchement et Dylan Fabre est bien près de refaire le même coup que Sacha Treille en partant derrière la cage pour revenir devant le slot et déclencher un tir, dévié par Schierhorn. Anglet laisse venir un peu trop facilement les attaquants grenoblois et Champagne, laissé libre devant le slot, est tout près de marquer le troisième but sur un centre d’Aleardi. Son tir heurte le poteau. Florent Neyens est sanctionné pour avoir accroché le capitaine grenoblois sur l’action. Le boxplay angloy fait du bon travail pendant deux minutes. Valier fait trébucher Decock à la ligne bleue et part à son tour en prison. L’Hormadi met un peu de temps à installer son jeu de puissance. Decock parvient à lancer sur la cage grenobloise mais Horak est bien présent. Champagne et Tartari ont l’occasion de marquer en deux contre un mais ce dernier manque de peu la cage. Grenoble tue assez facilement la pénalité.

Les Brûleurs de Loups peuvent repartir à l’offensive avec Aleardi qui se fait accrocher par Tarkkanen avant de tirer. Les Grenoblois ont du mal à s’installer et la défense angloye effectue un gros travail pour se dégager. Mieux même, suite à un palet porté par Decock en zone offensive, Bisaillon se fait sanctionner. D’un seul coup, c’est Grenoble qui se retrouve en infériorité numérique dans une fin de tiers décidément très hachée par les pénalités. Surtout qu’Anglet n’a pas vraiment le temps d’installer le jeu de puissance, Rohat s’échappe à la ligne bleue mais il est retenu irrégulièrement par Tarkkanen qui part à son tour en prison. Les deux équipes terminent donc le tiers à quatre contre quatre. Un dernier lancer d’Aleardi est détourné par Schierhorn sur le coup de sirène.

Le jeu décousu des pénalités en fin de première période permet aux Brûleurs de Loups d’évoluer en supériorité numérique à la reprise. Le jeu de puissance est tout de suite installé, le palet circule avec Aleardi qui lance en direction de la cage. Schierhorn repousse mais Champagne et Bisaillon se précipitent au rebond. Après trois tentatives, le palet finit au fond de la cage (3-0, 20’28).  Avec désormais une avance confortable, les Brûleurs de Loups peuvent voir venir. Mais leur indiscipline les remet dans une position délicate. Cela commence avec Damien Fleury, coupable d’un cinglage en zone offensive sur Juuso Perttilä. L’attaquant grenoblois prend deux minutes supplémentaires pour avoir contesté la décision de l’arbitre. Belle opportunité donc pour les hommes d’Heikki Leime de se relancer dans la partie mais ils ont du mal à s’installer. Alors que la première pénalité allait s’achever, Fabre est pénalisé pour un excès d’engagement derrière la cage angloye.

Anglet peut donc évoluer à cinq contre trois pendant deux minutes mais l’Hormadi se précipite un peu trop et laisse Sébastien Rohat partir seul en échappée. Riendeau est contraint de commettre une faute en mettant sa crosse en plein visage de l’attaquant grenoblois ce qui permet à Grenoble de bénéficier d’un tir de pénalité. Il est tiré par Sacha Treille qui ne parvient pas à feinter Schierhorn, bien présent. Anglet peut donc continuer de tenter de réduire l’écart en double supériorité. Le power-play est bien installé mais le palet ne circule pas suffisamment vite. Horak s’interpose devant Decock et à deux reprises face à Perttilä. Grenoble peut même se payer le luxe d’une contre-attaque sur une accélération de Fabre qui joue parfaitement le deux contre un avec Fleury mais Schierhorn repousse à bout portant.

Revenus à cinq contre cinq sans avoir encaissé de but, les Brûleurs de Loups reprennent le contrôle du jeu. Pas pour longtemps puisque Kearney fait trébucher Berard avant que les deux joueurs ne se provoquent. Nouvelle supériorité numérique pour Anglet, et cette fois ce sera la bonne : Perttilä sert devant le filet Kloz qui, d’une subtile déviation du revers, sert Riendeau complètement démarqué. Le buteur angloy marque dans la cage grande ouverte (3-1, 27’10).

Relancé dans la partie, l’Hormadi continue de bénéficier de l’indiscipline grenobloise avec une charge à retardement de Treille sur Vitou en zone offensive. Mais comme souvent en supériorité numérique, les Angloys se font surprendre sur un contre : Trabichet s’y reprend en deux temps mais n’arrive pas à déjouer Schierhorn.  Un lancer de Tarkkanen est difficilement capté par Horak mais c’est le seul danger au cours de deux minutes relativement tranquillement pour les locaux. C’est à cinq contre cinq que l’Hormadi se procure une énorme opportunité sur une contre-attaque rapidement jouée. Lionel Tarantino sert Florent Neyens qui se présente seul face à Horak mais le portier grenoblois fait l’arrêt.

Le jeu se déroule maintenant à cinq contre cinq mais Anglet continue à se montrer dangereux. Decock va au pressing sur la cage et manque de peu de prendre un rebond. La bonne période angloye est interrompue par une pénalité de Riendeau en zone offensive. Sur l’engagement, Bisaillon récupère le palet seul face à Schierhorn mais le portier américain fait une nouvelle fois l’arrêt. Anglet tue la pénalité. L’Hormadi est tout près de réduire le score sur un magnifique une-deux entre Arrossamena et Decock mais le tir est repoussé à bout portant par Horak. Et alors qu’Anglet domine cette fin de tiers, Manavian exploite parfaitement une passe en retrait de Fleury pour nettoyer la lucarne de Schierhorn à vingt petites secondes de la fin du tiers (4-1, 39’40). Dur pour Anglet.

Malgré leurs trois buts d’avance, les Brûleurs de Loups accélèrent dès le début de la troisième période. Sur une rapide remontée de palet, Fleury effectue un centre-tir dévié par Treille. Le palet rebondit sur Schierhorn, flirte avec la ligne de but mais est finalement dégagé en catastrophe par une crosse angloye. Après cette première grosse occasion, le rythme de la rencontre baisse d’un cran. Grenoble, en maîtrise du palet, arrive à contenir Anglet dans sa zone défensive ou en zone neutre. Et sur une attaque plein axe, Valier laisse en retrait pour Koudri qui place le palet en lucarne d’un magnifique tir du poignet (5-1, 44’24). Même si la situation au tableau d’affichage devient très compliquée, Anglet ne renonce pas. Perttilä et Arrossamena profitent d’un changement de ligne approximatif de la défense iséroise pour placer un contre fulgurant mais le tir de Perttilä est repoussé par Horak.

Plus disciplinés dans ce tiers qui ne verra aucune pénalité, les Brûleurs de Loups continuent de pousser et Kyle Hardy est tout près du sixième but sur un lancer de bleue au milieu du trafic mais Schierhorn parvient à bloquer le palet. Perttilä tente de nouveau sa chance alors que Gauthier masquait Horak mais le palet est repoussé par le portier grenoblois. Arrossamena quitte la patinoire, sonné par une charge grenobloise. Anglet ne renonce toujours pas. Sur une longue passe en profondeur, Tarantino parvient à se présenter seul face à Horak mais le portier tchèque se montre de nouveau impérial.

Jusqu’au bout l’Hormadi tentera de réduire le score, à l’image d’Arrossamena, revenu sur la glace, qui se présente en bonne position sans pour autant parvenir à déjouer Horak. De l’autre côté, les Grenoblois essaient de profiter des espaces à l’image de Valier puis Fabre mais la finition n’est pas au rendez-vous. Dans la dernière minute, Sacha Treille a encore l’occasion d’alourdir le score mais Pons se jette sur la trajectoire du palet pour éviter le sixième but grenoblois. Adel Koudri est tout près d’inscrire un doublé à bout portant mais Schierhorn repousse alors que Horak termine le match avec une splendide mitaine face à un dernier lancer d’Arrossamena.

Le score est sévère pour une équipe d’Anglet qui a joué crânement sa chance jusqu’au bout dans un match plus équilibré que ne l’indique le tableau d’affichage comme en témoigne le nombre de tirs cadrés (35 à 32 pour Anglet). Se réservaient-ils pour les prochaines échéances ? En tout cas, les Brûleurs de Loups semblaient sur la réserve dans un match où ils ont fait ce qu’il fallait pour gagner, sans plus, en capitalisant sur l’avantage de deux buts acquis lors du premier tiers-temps. Ils se sont mis clairement en danger en accumulant les pénalités, mais ils ont fait preuve d’une résistance héroïque en infériorité numérique et ont pu encore une fois compter sur un Horak de gala qui a su pallier les erreurs de sa défense. En marquant au tout début et à la toute fin de la deuxième période après vingt minutes difficiles, les Grenoblois ont su faire la différence dans les moments clés pour l’emporter. Place maintenant à la CHL avec un sacré déplacement à Berne mardi ! Il faudra sans doute élever considérablement le niveau de jeu par rapport à la prestation de ce soir, surtout qu’une victoire est impérative pour continuer à espérer dans cette compétition.

Du côté d’Anglet, on peut nourrir quelques regrets malgré un début de match difficile avec trois buts encaissés en à peine plus de vingt minutes. Ces deux buts encaissés en vingt secondes au premier tiers ont mis d’entrée l’Hormadi en position délicate. Mais les opportunités de revenir étaient là dans le second tiers avec de nombreuses supériorités numériques. À l’arrivée, un petit but marqué en supériorité numérique en sept tentatives dont cinq dans le seul deuxième tiers-temps, c’est peu, surtout que l’Hormadi se fait crucifier en fin de période par le but de Manavian. Dur pour une équipe qui a lutté jusqu’au bout, y compris au troisième tiers malgré l’écart au score. Mais pour y croire plus longtemps, il aurait fallu se montrer plus réaliste offensivement. Perttilä, Decock et Riendeau ont beaucoup tenté mais sans réussite. Avec neuf jours avant leur prochaine rencontre, les Angloys vont pouvoir souffler et se préparer pour une rencontre très importance face à Nice.

Désignés meilleurs joueurs du match : Sébastien Rohat (Grenoble) et Yanick Riendeau (Anglet)

(Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On sait qu’on peut marquer des buts mais depuis quelques matchs, on est concentrés sur notre jeu défensif, sur la transition entre l’offensive et la défensive. Si on enlève cette deuxième période, on était bien en place, sérieux, on a bien géré le match d’un côté à l’autre, c’était une bonne performance. On a pris cinq pénalités dans cette deuxième période, c’est dommage parce qu’elles n’étaient pas toutes méritées. Parfois on demande aux joueurs de jouer dur mais on se fait avoir souvent cette année. Ce sont des choses sur lesquelles il faut qu’on s’améliore aussi mais je trouve que l’arbitrage était pareil des deux côtés. Les unités spéciales étaient bonnes à quatre contre cinq, elles ont fait un gros gros boulot pour ne pas laisser Anglet revenir dans le match, et derrière, on a fini le boulot offensivement. La CHL, c’est une autre compétition, il faut vite changer mentalement, ce qui nous attend mardi et ce qu’on vient de faire ici les 4 dernières semaines. Ça va être une autre équipe, on sait le niveau auquel ils vont jouer, on les connaît un petit peu par les vidéos. Ça va être un gros match, un super adversaire. À nous d’être focus soixante minutes, de jouer à haute intensité comme on a déjà été capable de faire lors des 4 premiers matchs de CHL. Si on fait ça, on peut faire quelque chose de bien… »

Alex Aleardi (attaquant de Grenoble) : « L’équipe est en plein forme, on joue bien, tout le monde contribue, c’est ce dont on a besoin à chaque match. C’est un bon effort pendant soixante minutes et cette équipe doit faire le job presque tous les soirs. L’attaque marche bien mais ça ne vient pas que des attaquants. Les défenseurs font des bons jeux, ils tiennent la ligne bleue et gardent le palet dans la zone pour nous. Ils rendent notre job plus facile et on leur rend la pareille en défensive. C’est un effort d’équipe, les 5 joueurs sur la glace. Je me sens bien dans mon rôle, les choses changent, dans certains matchs, on a le palet plus souvent pour tirer à la cage, et d’autres matchs, on est plus en position pour créer les jeux, c’est une bonne sensation… Ça ne me fait rien de ne pas marquer tant que l’équipe gagne et marque trois points. Il n’y a rien de prévu à l’avance avec notre ligne, on a essayé quelques combinaisons et on dirait que cette ligne marche bien en ce moment, Danny a marqué beaucoup, Champ’ aussi, ils font du bon boulot pour marquer donc je vais continuer à leur distribuer le palet ! Avec Danny, on se ressemble, il y a toujours un peu de brassage après le coup de sifflet, un coup c’est lui, un coup c’est moi, on a une bonne cohésion. Champ’, c’est un joueur très complet, il peut tout faire, il gagne les mises en jeu, il forechecke bien, il est présent au backcheck, on a beaucoup de choses qui font que cette ligne marche bien. Je suis excité, je prends un match l’un après l’autre, je suis concentré sur Berne maintenant mais je serai très excité de retourner à Rouen et j’espère qu’on prendra les 3 points là-bas. J’ai beaucoup voyagé pendant toute ma carrière donc quand quelqu’un part, il y a toujours des circonstances mais j’espère un accueil chaleureux ou au moins mitigé. Je ne vais pas trop y penser en allant là-bas, je ferai mon job, jouerai au hockey et j’essaierai d’avoir les 3 points mais j’ai passé de bons moments à Rouen, j’y ai de bons souvenirs aussi donc j’espère que ce sera une bonne soirée. »

Sébastien Bisaillon (défenseur de Grenoble) : « On se sent bien, à chaque match on aimerait la perfection mais ce n’est jamais ou rarement le cas. Au final, ce sont les trois points qui comptent. On ramasse encore les points ce soir donc évidemment c’est positif et puis on est sur une bonne séquence en espérant que ça se poursuive pour le match de CHL. Idéalement on aimerait jouer de la même façon de la première à la dernière minute, malheureusement il y a quelques prisons et une petite baisse de régime au deuxième tiers. On a le meilleur hockey, la meilleure performance des autres équipes, on sait à quoi s’attendre et on l’a vu dans les matchs précédents…. Si on relâche de quelques minutes dans les matchs de CHL, tout de suite on paye cash, donc c’est à nous d’apprendre de ces expériences qu’on a eues précédemment. »

Heikki Leime (entraîneur d’Anglet) : « Je suis fier de cette équipe. Avec un calendrier comme ça, elle est encore capable de donner physiquement et mentalement mais on reste humbles et on continue notre petit chemin. C’est très facile de laisser tomber parce que tout le monde considère que c’est normal qu’on perde contre Grenoble mais dans le vestiaire ils ne disent pas que c’est normal, ils ont vraiment essayé de pousser mais quelque fois c’est difficile. Maintenant on a deux jours off, on va recommencer à préparer la suite mercredi et ensuite ça va recommencer avec le même rythme. Il faut absolument qu’on répète notre jeu parce que là c’est impossible, on ne fait que des matchs. Je pense qu’il reste beaucoup à faire parce que je suis juste arrivé cette année et on a changé un peu notre façon de jouer alors ça prend du temps, des entraînements. On va répéter les choses qu’il faut faire sur la glace. Personnellement, j’espère qu’il y aura cette formule où les 5 premiers vont sauter les premiers tours et tous les autres joueront les play-offs mais de toute façon pour nous, on a fixé un objectif cette année, c’est finir à la huitième place ou mieux. Je crois que c’est faisable, c’est assez ambitieux et réaliste. »

Grenoble – Anglet 5-1 (2-0, 2-1, 1-0)
Dimanche 6 octobre 2019 à 17h à Pôle Sud. 3283 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Cregut et Laurent Garbay assistés de Gabriel Pointel et Gwilherm Margry
Pénalités : Grenoble 16’ (4’, 12’, 0’), Anglet 10’ (6’, 4’, 0’)
Tirs : Grenoble 32 (13, 11, 8), Anglet 35 (6, 18, 11)

Évolution du score :
1-0 à 06’46 : Treille assisté de Hardy et Fleury
2-0 à 07’05 : Kearney assisté de Champagne et Aleardi
3-0 à 20’28 : Bisaillon assisté de Champagne et Aleardi (sup. num.)
3-1 à 27’10 : Riendeau assisté de Kloz et Perttilä (sup. num.)
4-1 à 39’40 : Manavian assisté de Fleury et Kara
5-1 à 44’24 : Koudri assisté de Valier et Rohat

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney (4’) – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille (2’) – Damien Fleury (A) (4’) – Vincent Kara
Adel Koudri – Sébastien Rohat – Peter Valier (2’)
Dylan Fabre (2’) – Julien Baylacq – Teddy Trabichet

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon (2’)
Christophe Tartari (A) – Antonin Manavian
Yann Sauvé – Patrick McEachen

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Loïc Corvez (G). Absents : Sébastien Raibon (blessé), Maxime Legault (genou), Aurélien Dair.

Anglet

Attaquants :
Juuso Perttilä – Pierre-Maxime Poudrier – Yanick Riendeau (2’)
Thomas Decock (C) – Sébastien Gauthier (A) – Nicolas Arrossamena
Lionel Tarantino – Benjamin Berard (2’) – Florent Neyens (2’)
Alexander Olsson – Robin Lamboley – Louis Vitou

Défenseurs :
Juha Tarkkanen (A) (4’) – Vojtěch Kloz
Joona Kunnas – Marek Pacalaj
Riku Silvennoinen – Mathieu Pons

Gardien :
Eric Schierhorn

Remplaçant : Léo Bertein (G). Absents : Kévin Maso, Kenny Martin.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

accumsan id efficitur. tempus felis Praesent ut libero.