TPS Turku – Bremerhaven (CHL, groupe A, 1re journée)

124

Avec la montée en puissance progressive et les performances des clubs de DEL, l’Allemagne présente maintenant quatre équipes. Bremerhaven entame ainsi sa première grande campagne européenne de son histoire. Sa seule expérience se situait en 2015, quand l’équipe jouant à l’époque en DEL2 s’était qualifiée pour la superfinale de Coupe Continentale. Le tournoi était organisé à domicile mais les Allemands avaient dû céder le titre aux biélorusses du Neman Grodno.

Depuis son passage en DEL en 2016, Bremerhaven a toujours eu la force de se qualifier pour les play-offs. Et l’on constate une progression nette en saison régulière chaque année, au point de se hisser à la 4e place du classement général du championnat, 2e derrière les puissants Eisbären Berlin dans la poule nord.

Le groupe de Thomas Popiesch n’a pas beaucoup évolué pour cette nouvelle saison, hormis le départ du gardien Tomas Pöpperle, remplacé par Maximilian Franzreb qui fait son retour au plus haut niveau après deux saisons en DEL2. Les dirigeants ont pris acte de la retraite du solide Maxime Fortunus, qui a joué trois saisons pour le club. En contrepartie, les dirigeants ont recruté un autre défenseur canadien, Reid McNeil qui vient de conclure deux saisons à Herning. En attaque, l’international danois Christian Wejse arrive au club après plus de 250 matchs en élite danoise avec Esbjerg alors que le Slovaque Tomas Sykora est parti en DEL2 à Francfort après un zéro pointé en 22 parties. Il accompagne le Canadien Carson McMillan vers la même destination.

Mais ce soir, il faudra faire sans le trio Urbas-Jeglic-Verlic qui participe au Tournoi de Qualification Olympique avec l’équipe nationale de Slovénie. Or, les trois hommes ont marqué plus de 30% des buts de l’équipe en saison régulière de DEL. Bremerhaven est donc plus handicapé par la concomitance du TQO que les clubs des petites nations (qui commenceront la compétition plus tard à l’instar de Rouen).

Or, le club du nord de l’Allemagne affronte le finaliste de Liiga, le TPS Turku, un sacré défi en soi. Le TPS était rentré dans le rang et n’avait plus atteint une finale depuis son titre de champion en 2010. C’est une équipe surprise avec des joueurs peu attendus qui a joué une finale en 2021. Ce groupe présente des qualités à tous les étages avec le gardien russe Andreï Kareev. Le coach Jussi Ahokas, qui arrive de Kouvola, bénéficiera d’un groupe qui fonctionne bien alliant l’expérience de Ville Lajunen et du Suédois Niklas Arell en défense ou encore Lauri Korpikoski (absent ce soir) et le capitaine Juhani Jasu et ses 840 matchs de Liiga chez les attaquants. Il faudra aussi surveiller le jeune Canadien Tyler Steenberger qui arrive de trois saisons à Tucson en AHL.

maxwellbrandonLes deux équipes entament le match avec beaucoup de vitesse et d’application. Les locaux, dans leur maillot noir habituel, maîtrisent le jeu et imposent leur physique et leur technique. Eemil Viro entre à pleine vitesse en zone offensive et décoche un puissant tir. Le rebond engendre un regroupement intense devant le gardien Brandon Maxwell (2’13). Les deux équipes sont bien organisées et les défenses restent appliquées, ne laissant que des lancers lointains. Jimi Suomi crée le vrai danger avec son revers en mouvement devant la cage, Maxwell nous gratifie d’une très belle mitaine (6’57).

Bremerhaven a tendance à envoyer dans le fond pour surpasser le lourd système défensif du TPS. Quant aux Finlandais, ils utilisent leur patinage incroyable pour remonter le puck en zone offensive. Les batailles sont rudes dans la bande, mais pour le moment tout le monde tient le choc. Bremerhaven bénéficie de la pénalité de Hult, mais les courses au palet sont gagnées par les locaux et aucun jeu de puissance n’est installé. Sur la deuxième pénalité, un tir rapide de McGinn crée un rebond dangereux sur Kareev. Hakkarainen, en pressing jusque dans la zone défensive allemande, se permet de chiper la rondelle et envoie un tir puissant, qui, là aussi, crée un rebond et une échauffourée devant Maxwell. La vitesse du jeu ne faiblit pas et les joueurs de Thomas Popiesch se permettent même de se lancer à l’assaut comme Alex Friesen qui hérite d’une passe en entrée de zone et tire sur Kareev qui ne bronche pas (15’45). Les deux équipes sont appliquées jusqu’au bout.

Dans le deuxième tiers, le TPS revient avec encore plus de vitesse et organise un blocus offensif dans la zone allemande. Sur une erreur de sortie de zone, Väisänen croise la passe et file au gardien, mais Maxwell ferme la porte (21’05). Bremerhaven parvient tout de même à desserrer l’étreinte et porte le jeu en dehors de sa zone. Les deux systèmes défensifs sont parfaitement en place et le TPS ne peut que lancer de loin avec Eronen par exemple (25’21). Turku domine territorialement mais ne parvient toujours pas à trouver l’ouverture. Sur la première supériorité en faveur des locaux, le power-play est rapide mais les joueurs allemands parviennent à couper les passes ou bloquer les tirs. La pénalité est tuée mais Bremerhaven ne peut toujours pas aller porter le danger sur Kareev. Au fil du temps, les Allemands trouvent de l’espace et sur une échappée, un revers provoque la faute de Rafkin qui retient le joueur pour le rebond. Le jeu de puissance se met en place et en trois passes, Stanislav Dietz hérite du puck pour un missile qui transperce Kareev (36’38 : 0-1).

dietzstanislavLes Finlandais se ruent à la cage de Maxwell et envoient le puck sur le portier qui subit le pressing de Sandberg. 37’30). Sur l’action suivante, Maxwell ne peut rien faire sur un tir dévié. C’est le but ! Les arbitres décident de vérifier l’action à la vidéo. La longue attente accouche d’un refus pour une déviation au-dessus des épaules (38’25). Le TPS termine fort la période mais le score en reste là !

En début de troisième période, Bremerhaven poursuit son pressing et repousse les noirs dans leur zone. Les Allemands obtiennent même une nouvelle supériorité mais Haapanen parvient à intercepter et part en break. Il contourne le portier mais Maxwell bloque parfaitement le puck (41’43). Toujours en supériorité, Dietz tente une nouvelle fois de lancer de la bleue. Cette fois Kareev est imperturbable (42’05). Moore est pénalisé pour un retard de jeu et Bremerhaven doit subir le power-play finlandais. Mais encore une fois les Allemands arrivent à se projeter vers l’avant et le tir de McGinn dans le trafic est touché par Nino Kinder. Le palet passe entre les jambes de Kareev (45’44 : 0-2).

Les Finlandais sont maintenant dans l’urgence mais leur offensive bute sur la résistance allemande, associée à un Brandon Maxwell parfait. Bremerhaven s’accroche mais ne plie pas. Passé tout ce temps, Ahokas est obligé de prendre son temps mort, mais ses joueurs n’arrivent pas à enchaîner, les arrêts de jeu sont continuels. Kareev sort de sa cage (58’20). Sur un tir dans le trafic, c’est un chantier improbable devant le gardien allemand et Sandberg pousse le palet resté libre (59’05 : 1-2). Il reste moins d’une minute, c’est fort Alamo dans la zone défensive de Bremerhaven mais les Finlandais ne parviennent pas à revenir au score.

Cette rencontre a été un duel intense et a démontré un très haut niveau de technicité. Bremerhaven réalise là un exploit remarquable face à la qualité du TPS. Le secteur défensif monté par Thomas Popiesch avait fait des merveilles en championnat, mais à ce niveau du hockey européen, c’est une belle démonstration. Sans sa ligne magique en attaque, les Allemands ont donc fait un sacré coup. Les deux équipes se sont rendu coup pour coup et on ne peut qu’être admiratif devant le fantastique niveau du hockey finlandais et de toute cette pépinière de jeunes déjà apte au plus haut niveau du hockey.

 

TPS Turku – Bremerhaven 1-2 (0-0, 0-1, 1-1)
Vendredi 27 août 2021 à 18h00 au Gatorade Center. 1325 spectateurs.
Arbitres : Aaro Brännare et Anssi Salonen (FIN) assistés de Joona Elonen et Markus Hagerström (FIN).
Pénalités : TPS 8′ (4’, 2’, 2’) ; Bremerhaven 4’ (0’, 2’, 2’)
Tirs cadrés : TPS 38 ; Bremerhaven 23.

Évolution du score :
0-1 à 36’38 : Dietz assisté de Mauermann et Andersen (sup. num.)
0-2 à 45’44 : Kinder assisté de McGinn (inf. num.)
1-2 à 59’05 : Sandberg assisté de Nurmi et Rodewald

TPS Turku

Attaquants :
Markus Nurmi – Mitch Hults (+1, 2’) – Jack Rodewald
Mikael Pyyhtiä (-1) – Mikael Hakkarainen – Filip Sandberg
Eetu Liukas – Aarne Intonen – Kalle Väisänen
Samuli Väinionpää – Juhani Jasu – Topias Haapanen

Défenseurs :
Eemil Viro – Ville Lajunen (+1)
Aleksi Anttalainen (2’) – Elmeri Eronen
Jimi Suomi – Niklas Arell
Ruben Rafkin (4’)

Gardien :
Andreï Kareev

Remplaçants : Eetu Anttila (G), Johan Ivarsson. Absents : Juraj Slafkovsky (équipe de Slovaquie), Lauri Korpikoski, Juuso Pärssinen, Tyler Steenberger.

Bremerhaven

Attaquants :
Dominik Uher (-1) – Alex Friesen (-1, 2’) – Tye McGinn
Niklas Mose Andersen – Christian Wejse – Ross Mauermann
Filip Reisnecker – Markus Vinkingstad – Patrick Pohl
Tamas Kanya – Nino Kinder (+1) – Tim Lutz

Défenseurs :
Stanislav Dietz (-1) – Vladimir Eminger
Reid McNeill – Patrick Alber (+1)
Mike Moore (2’) – Simon Stowasser
Gregory Kreutzer

Gardien :
Brandon Maxwell

Remplaçant : Maximilian Maxwell (G). Absents : Ziga Jeglic, Jan Urbas, Miha Verlic (en équipe de Slovénie), Anders Krogsgaard (équipe du Danemark), Mitch Wahl (malade).

Les commentaires sont fermés.