Division 1 – 6e journée : Clermont dévoré par les Dogs

463

Nous évoquions ce week-end encore le rythme impressionnant imposé par le quintette au sommet du championnat, nous questionnant sur les possibilités des autres formations à ne pas se laisser distancer… Grande naïveté de votre serviteur qui en a pourtant vu d’autres ! C’est oublier bien vite que nous parlons de la Division 1, la compétition par excellence où tout arrive ! Les leaders auront en effet connu une soirée bien compliquée.

Écartons de suite le sujet de Neuilly sur Marne et de Nantes, puisque la rencontre a été reportée. L’organisation des Corsaires a communiqué hier après-midi sur le report de l’affiche de cette journée, en raison de cas de Covid dans l’effectif.

Le leader Caen et son impressionnante défense se rendait à Tours pour conserver la solidité et la tête du classement par la même occasion. Mais même s’ils partent de loin avec les points de pénalité, les Remparts sont à la reconquête : Mathieu Ayotte ouvre le score mais Félix Chamberland profite d’une supériorité pour égaliser. Tours reprend l’avantage par Phil Bushbacher mais nouvelle égalisation quelques secondes plus tard via Kévin Tassery. Elie Raibon inscrit alors le troisième but tourangeau et le dernier de la partie, malgré la sortie de cage de Ronan Quemener en fin de partie. Les Drakkars enregistrent leur première défaite de la saison face à la lanterne rouge administrative (3-2).

Cette défaite normande aurait pu faire le jeu des Yétis du Mont-Blanc, d’autant plus qu’ils recevaient une équipe d’Épinal en délicatesse en ce début de saison, mais qui reste sur une victoire blanchie face à Chambéry. Et le regain spinalien se confirme avec une victoire surprise au classement, mais logique dans la partie puisque les hommes de Jan Plch auront remporté les trois périodes. Un but après 22 secondes de jeu par Arthur Cocar aurait pu laisser craindre une soirée difficile, mais Épinal n’a pas paniqué en égalisant d’abord rapidement par Armand Jayat, qui sera également buteur pour la prise d’avantage, malgré une infériorité numérique. Nathan Ganz et Kévin Altidor dans le deuxième tiers-temps, et Dominik Fujerik dans le dernier vingt, se chargeront de creuser l’écart pour une victoire sans contestation. Forts de six points pris en cinq jours, les Spinaliens grimpent à la huitième place (1-5).

Finalement, l’équipe de tête qui s’en est le mieux sortie est Brest, pourtant les Albatros perdent également leur invincibilité. Comme pour Caen et Mont-Blanc, l’adversaire était en bas de classement puisqu’ils se déplacèrent à Chambéry. Après une première période nulle et vierge, Brest débloque le compteur par Tony Allouchery en fin de deuxième tiers-temps, pour son premier but de la saison. Les choses s’affolent en troisième acte : Lucien Onno et Joé Dubé permettent aux Éléphants de prendre l’avantage, mais l’intenable Marko Virtala égalise. Dans les cinq dernières minutes, Aurélien Dair pensait bien avoir offert les trois points à Chambéry mais Jakub Vrana profite d’un six contre quatre pour décrocher les prolongations. C’est finalement Joé Dubé qui offrira une victoire à deux points à son équipe. Il n’y a plus d’équipe invaincue dans ce championnat, mais les Bretons apprécieront sans doute ce point tout de même, au regard des autres résultats, car ils reprennent la tête du classement par cette même occasion (4-3 a.p).

En milieu de tableau, les Corsaires de Dunkerque accueillaient les Vipers de Montpellier, qui pouvaient passer les Maritimes en cas de victoire dans ce long déplacement. Les Héraultais ont mené à la marque grâce à Daniel Svoboda, mais deux buts en neuf secondes par Joseph Broutin et le russe Andreï Ankudinov offraient aux Nordistes de passer devant. Brett Beauvais permettait aux équipes de rentrer aux vestiaires à égalité sur l’ultime seconde du deuxième tiers, mais Dunkerque allait s’imposer tout de même plutôt logiquement, Vit Budinsky et Joseph Broutin pour son doublé donnèrent l’avantage final à des Dunkerquois qui alternent défaites et victoires (4-2).

Strasbourg n’avait plus joué depuis le 23 octobre, l’Étoile Noire n’était donc plus à quelques minutes de patience près quand la surfaceuse du palais omnisports de Marseille s’est montrée capricieuse, retardant le coup d’envoi. Sébastien Trudeau, lui, ne manqua nullement son entrée puisqu’il ouvre le score après 25 secondes. Mais les Spartiates réagirent rapidement par Ville Saloranta et l’immortel Nicolas Deshaies. Leur avantage fut long mais à la 37e minute, Trudeau se vit offrir un tir de pénalité, et il ne laissa pas passer sa chance. Ce fut le tournant du match car l’universitaire Nathan Udgin donna l’avantage aux Alsaciens dans la foulée de cette égalisation, Michal Duras et Sébastien Trudeau pour un nouveau triplé en carrière se chargèrent de finir le travail. Si Marseille a bien conscience depuis l’intersaison que les objectifs devront être plus modestes au cours de cet exercice, Strasbourg pourrait en revanche se mêler à la fête, restant sur deux victoires et comptant deux matchs de moins (2-5).

C’est connu, les hockeyeurs ne voyagent jamais léger. Mais pour la route du retour entre Cholet et Clermont-Ferrand, les Sangliers ont dû sentir l’excédent de bagages tant ils repartent du Maine et Loire avec une lourde valise. La faute à des Dogs survoltés qui se sont régalés offensivement dans un match à sens unique. C’est un fait que d’affirmer les Auvergnats en difficulté cette saison, aussi il faut leur reconnaitre valoir bien mieux que ce score, surtout caractérisé par ces matchs où absolument rien ne fonctionne.  La messe était dite dès l’issue de la première période où Cholet avait marqué quatre fois, mais l’effort n’a jamais été relâché et c’est encore cinq buts en deuxième tiers-temps, et de nouveau cinq dans le dernier vingt, qui ne viennent alourdir le tableau, resté vierge côté clermontois pour un tranquille premier jeu blanc crédité au jeune et prometteur Victor Bodin. Quant à l’offensive choletaise, elle voit la feuille de marque copieusement garnie avec neuf buteurs différents dont un quadruplé pour Baptiste Couturier et un triplé pour Téo Sarlieve, impitoyable face à son club formateur. Des joueurs de champ inscrits sur la feuille de match, seul le défenseur Brieuc Houeix n’est crédité d’aucun point (14-0). Il faut remonter au 17 octobre 2015 pour retrouver trace d’une plus large victoire dans ce championnat de Division 1 : ce jour là, Anglet disposait de Vanoise sur le score de 17-2.

Au classement des marqueurs, Eric Léger du Mont-Blanc conserve la tête avec une assistance hier, portant son total à 12 points (8+4). Il est désormais talonné par Jeremiah Luedtke, qui aura profité à plein du festival offensif choletais pour inscrire sept points et porter également son total à 12 (3+9). Avec un triplé inscrit hier à Marseille, agrémenté de deux présences sur les deux autres buts strasbourgeois de la partie, Sébastien Trudeau prend la troisième place en 11 points (6+5).

(Illustration : Charlotte Rossignol)

Les commentaires sont fermés.