La bonne entrée des Bleues

283

Après de longs mois d’attente et plusieurs dates repoussées, l’équipe de France retrouve un vrai match officiel de compétition. Le premier match du tournoi de qualification olympique lancera réellement les hostilités, dernière chance de rêve olympique pour toute une génération.

Le premier adversaire, la Corée, a connu les Jeux, en 2018, à domicile. Mais la majeure partie des joueuses de l’époque ne sont plus là : ni les naturalisées, ni les Nord-Coréennes d’une Corée unifiée pour l’occasion. À la place, la fédération coréenne a choisi une reconstruction d’envergure : 18 joueuses sont nées après 2000 ! Seules huit ont connu les jeux, dont la doyenne Jong-Ah Park, seulement 25 ans. On y trouve même des joueuses âgées de seulement 16 ans, à l’image de la prometteuse gardienne Jang Inhye, héroïne de la qualification lors du tournoi préolympique précédent, avec des blanchissages de la Slovénie et de l’Islande, et une courte défaite 1-0 face à la Grande-Bretagne. La Corée est réputée pour patiner vite et a montré une belle solidité défensive dans cette compétition préalable.

20211111 142016

Duvin libère les Bleues

Estelle Duvin
Estelle Duvin – photo Nicolas Leborgne

Les Françaises cherchent à débuter en patronnes. Dès l’engagement, l’entrée en zone de Lore Baudrit profite à Lara Escudero dont le tir manque de puissance, mais trouve quand même le bout de la botte de Jang Inhye. Les possessions s’enchaînent dans le camp coréen et les occasions aussi : tirs de loin de Gendarme, tour de cage de Jouanny… la défense parvient à dégager les rebonds.

La Corée tente un contre sur une mise au jeu dans son camp : Ji-Yoon Park trouve Seo-Hyung Kwak en déviation. Caroline Baldin s’impose ensuite sur un lancée plein axe, suite à une erreur de marquage de sa défense dans le slot. Deux actions qui vont rendre les Tricolores plus prudentes.

Après cette frayeur, les Bleues essaient d’imprimer leur marque. Julia Mesplèdes slalome dans la défense, sans parvenir à décocher. Et la France s’expose à la vitesse coréenne en contre, qui pousse Lucie Quarto à la faute. Les Bleues défendent bien et provoquent une pénalité adverse en contrant le long de la bande.

De retour au complet, Chloé Aurard percute dans le cercle droit et ouvre la porte à Lore Baudrit, qui attaque la cage. La portière coréenne résiste sur sa ligne.

Il faut attendre la treizième minute pour voir l’ouverture du score. Aurard déborde parfaitement à gauche, piégeant sa défenseure et initiant un trois contre une en entrée de zone. Son centre parvient à Rozier au deuxième poteau pour une reprise du revers. Duvin prend le rebond à bout portant (1-0).

Les Bleues enchainent avec un tir dangereux de Léa Parment sur la droite. Jouanny, intenable, force Ye Eun Park à la faire trébucher et offre un jeu de puissance aux Tricolores. Les Bleues s’installent, sans parvenir à décocher des tirs dangereux. La pénalité est tuée mais on sent que le but a rassuré les joueuses de Grégory Tarlé. Le jeu se montre plus précis. Sur une mise au jeu gagnée en attaque, Marie-Pierre Pelissou lance de loin et Marion Allemoz dévie ; le palet file vers le bas et piège la gardienne. Le but est signalé, mais les officiels se plongent dans la difficile vidéo afin de vérifier si la crosse était trop haute. Il est finalement refusé.

Il ne reste que quelques secondes lorsque Lara Escudero est sanctionnée pour faire trébucher, suite à une mise au jeu mal négociée en attaque. L’essentiel de la supériorité se déroulera en deuxième tiers.

Léa Parment
Léa Parment – – photo Nicolas Leborgne

L’indiscipline puis le réalisme

Dès la reprise, Marion Allemoz déborde à droite et expédie un lourd lancer, que Jang Inhye peine à détourner. Aurard et Duvin conservent ensuite le palet un long moment en zone offensive. La Corée n’obtient des tirs que dans les dernières secondes, sans réellement perturber Baldin, avec deux arrêts solides.

Mais le jeu en infériorité revient en piste lorsque Quarto percute Si-Yun Jung le long de la bande. Le contact est spectaculaire et n’échappe pas aux officielles. Parment la suit une minute plus tard pour un nouveau contact : 1’08 de cinq-contre-trois. La Corée cherche les décalages, mais manque ses volées. La défense bloque le reste et Baldin n’a aucun arrêt à effectuer. La France revient au complet… pour quelques secondes, Parment sortant à nouveau pour un accrochage. Le pressing tricolore prive à nouveau la Corée d’occasions.

Cette série d’indiscipline a brisé le rythme des Bleues, qui peinent à repartir vers l’avant. Il faut toute la précision technique de Chloé Aurard pour faire pencher la balance. Victorieuse de son duel dans le coin, elle fixe et ouvre au deuxième poteau vers Rozier, qui a pris le pas sur sa défenseure (2-0).

Les combinaisons commencent à arriver, et on voit plusieurs décalages et passes transversales, des essais du revers ou recherches de déviations. Le palet ne quitte plus le camp coréen pendant deux minutes entières. Les Tricolores sont récompensées par un but de Julia Mesplède, au rebond d’un tir lointain d’Anouck Bouche dévié par Jade Barbirati (3-0). C’est son premier but en compétition officielle.

Les Coréennes subissent de plus en plus, incapables d’enchainer les passes. La France manque de peu le quatrième but en fin de tiers, sur une action Allemoz-Escudero sauvée en deux temps par Jang Inhye. Duvin et Aurard combinent elles aussi et la sirène de fin de tiers seule parvient à mettre fin à leur action.

Gwendoline Gendarme
Gwendoline Gendarme – photo Nicolas Leborgne

Un tiers de gestion

Dès le retour sur la glace, Lore Baudrit accélère à droite et décoche un tir puissant, bien capté par Jang Inhye. Aurard, Duvin et Rozier suivent avec une présence qui met le feu dans le slot et met la gardienne en difficulté.

Les minutes qui suivent se disputent à un rythme plus lent. La France gère son avance, face à une formation coréenne aux armes limitées. Offensivement, les joueuses françaises parviennent à créer du jeu ; Aurard, très au dessus techniquement, offre une nouvelle chance au second poteau, puis provoque deux minutes contre Ji-Yeon Choi.

La gardienne Jang Inhye continue son festival avec un beau déplacement latéral pour capter une volée de Marion Allemoz. La pénalité est tuée et la Corée, menée par Jong-Ah Park, teste Caroline Baldin sur un tir avec écran. À six minutes du terme, Allemoz contourne la défense et trouve Baudrit seule devant le but : la reprise termine hors cadre.

Un revirement provoqué sur l’aile droite permet à Bouché de trouver Barbirati dans le slot : elle fixe bien la gardienne mais celle-ci parvient à sauver son camp.

Sur cette action, la capitaine coréenne concède deux minutes bienvenues en accrochant Barbirati pour l’empêcher de prendre le rebond… Les Bleues cherchent les déviations (Aurard, Allemoz) ou une reprise entre les cercles (Baudrit). Finalement, à la faveur d’un changement de ligne, Rozier sort du coin, passe derrière le but et son tir en hauteur piège la portière au dessus de l’épaule (4-0).

La France insiste et, à une minute de la fin, Allemoz centre vers Escudero dans l’enclave. Encore une fois, Jang Inhye ferme la porte. Rozier frôle ensuite le triplé sur une déviation.

Les Bleues gravissent donc sans trop de peine la première marche de leur parcours olympique, avec cette victoire sérieuse 4-0 face à la Corée du Sud. Parfois maladroites, un peu indisciplinées au deuxième tiers, elles ont gagné en qualité au fil des minutes. La précision technique et collective s’est petit à petit améliorée et a fini par faire la différence. Côté coréen, la prestation de leur toute jeune gardienne Jang Inhye est à souligner, ainsi qu’un jeu défensif compact et de la qualité en terme de vitesse. Il manque encore cependant de la puissance et de la précision pour pouvoir rivaliser.

Désignées joueuses du match : Marion Allemoz (France) et Chaelin Park (Corée du sud).

Commentaires d’après match :

Jang Inhye (gardienne de la Corée du sud) : « Nous avons fait un bon match, en faisant de notre mieux. Nous en sortons satisfaites. Nous avons travaillé dur. Pour rivaliser avec ce genre d’équipes il faut que l’on soit plus fortes dans les duels. Leurs tirs étaient puissants et j’ai du beaucoup surveiller leur jeu derrière la cage. »

Estelle Duvin (attaquante de la France) : « C’est un bon match d’équipe. Nous avons fait une bonne entame, et on s’attendait au piège : la Corée va vite vers l’avant. On a su marquer en se montrant patientes et solides défensivement. Rentrer dans un tournoi peut être difficile, surtout avec plusieurs nouvelles joueuses dont c’était la première compétition officielle. Il fallait évacuer le stress et rester patientes. Le premier but nous a libérées. Au début de deuxième tiers, avec les pénalités, il y a eu un temps fort coréen mais nous sommes restées solides défensivement, ce qui nous a aidé par la suite. Le troisième a été plus serein. Ma ligne avec Clara Rozier et Chloé Aurard va bien, et c’était de mieux en mieux au fil du match. Nos quatre derniers matchs étaient contre la Suède, une équipe plus physique et nous avions donc pris l’habitude de jouer comme cela. Mais la Corée a une équipe de plus petite taille et il a fallu s’adapter, ce qui nous a coûté des pénalités. La Slovaquie ? Une équipe que l’on n’a pas jouée depuis longtemps. Leur match contre la Suède sera intéressant à voir. »

Grégory Tarlé (entraîneur de la France) : « Je suis satisfait de l’intensité. Nous avons pu jouer à quatre lignes sans avoir à couper le banc, et mettre une pression sur leur défense. La Corée avait joué un tournoi officiel, certes d’un cran en dessous, mais cela leur a permis de rentrer dans cette compétition plus facilement que nous. Nos trois lignes offensives ont leur impact et ont toutes bien travaillé, même si c’est celle d’Estelle qui a eu la réussite aujourd’hui. Julia Mesplèdes et Jade Barbirati disputaient leur premier match de TQO ; c’était un peu difficile au début, puis elles ont montré leurs qualités de vitesse et de technique et ont été récompensées. Pour cette journée de repos, nous serons sur la glace à la même heure que le match de samedi, pour avoir le même schéma de préparation, d’intensité et de récupération. Nous n’avons pas eu une dépense énergique excessive aujourd’hui, les joueuses sont en santé. Il y aura un bon entrainement demain. Le premier but nous a libérés oui, mais on est resté dans ce qu’on voulait faire. Notre jeu en infériorité a bien tenu mentalement et d’ailleurs nous marquons deux fois juste après. »

211111 Victoire française
photo Nicolas Leborgne

France – Corée du sud 4-0 (1-0, 2-0, 1-0)
Tournoi de qualification olympique, match 1.
Jeudi 11 novembre 2021, 15h. Coop Norrbotten Arena de Lulea, 112 spectateurs.
Arbitres : Daria Abrosimova (RUS) et Maria Furberg (SUE) assistées de Anna Hammar et Veronica Lovensno (SUE).
Pénalités : France 10′ (4′, 6′, 0′), Corée du sud 8′ (4′, 0′, 4′)
Tirs : France 36 (11, 10, 15), Corée du sud 10 (1, 5, 4)

Récapitulatif du score
1-0 à 12’33 : Duvin assisté de Rozier et Aurard
2-0 à 30’17 : Rozier
3-0 à 33’37 : Mesplède
4-0 à 56’58 : Rozier assisté de Escudero (sup. num.)

Caroline Baldin
Caroline Baldin – photo Nicolas Leborgne

France

Attaquantes
Lara Escudero (2′) – Marion Allemoz (C) – Lore Baudrit (A)
Chloé Aurard (+2) – Estelle Duvin (+2) – Clara Rozier (+2)
Jade Barbirati (+1) – Julia Mesplède (+1) – Anouck Bouché (+1)
Emmanuelle Passard – Morgane Rihet (A) – Betty Jouanny
Raphaelle Grenier

Défenseures :
Léa Parment (4′, +2) – Gwendoline Gendarme (+2)
Léa Villiot (+1) – Athéna Locatelli (+1)
Marie-Pierre Pelissou – Lucie Quarto (4′)
Emma Morel

Gardienne :
Caroline Baldin

Remplaçante : Margaux Mameri (G). Réserviste : Caroline Lambert

Corée du sud

Attaquantes
Yu-Jung Choi (-2) – Eun Ji Lee (-2) – Ji-Yeon Choi (C, 4′, -2)
Jong-Ah Park – Hee-Won Kim (A) – Eun Ji Lee
Ji-Yoon Park (-1) – Nara Kang (-1) – Si-Yun Jung (-1)
Jioung Park – Yun-Ha Song – Sihyun Kang
Sie-Un Choi

Défenseures :
Se-Lin Kim (-1) – Chaelin Park (A, 2′, -1)
Ye Eun Park (2′, -2) – Seo-Young Yoo (-1)
Seo-Hyung Kwak (-1) – So-Jung Lee
Dowon Kim

Gardienne :
Jang Inhye

Remplaçante : Yejin Lee

Les commentaires sont fermés.