Une si longue révision vidéo (Mondial U20, groupe B)

181

Les États-Unis, tenants du titre, ont parfaitement réussi leur entrée dans le tournoi. Portés par leur défenseur vedette Luke Hughes, les Américains ont plié le match en vingt-deux minutes.

Le début de match a largement favorisé les joueurs à la bannière étoilé, qui ont dominé les débats 25 tirs à 4. Nikita Quapp aura longtemps repoussé l’échéance, avant d’être battu après 13’39 par un tir lointain de Luke Hughes à travers le trafic (1-0). C’était le quatorzième tir contre aucun à l’Allemagne !

À l’origine de l’action, Thomas Bordeleau : le fils de l’ancien international français Sébastien, et petit-fils de Paulin, lui aussi international bleu, dispute enfin le Mondial junior. L’espoir de San José, entrevu en NHL en fin de saison, avait manqué l’édition 2021 car son camarade de chambre était positif au Covid-19. Privé de Mondial en tant que cas contact, il était aussi forfait pour l’édition de décembre dernier, cette fois-ci lui même positif au Covid-19. Le report du tournoi lui offre une chance inespérée.

Autre curiosité : Luke Hughes fait mieux que ses frères Quinn (14 matchs, 5 passes) et Jack (4 matchs, 4 passes), qui, eux, n’ont jamais marqué au Mondial junior !

Quelques instants plus tard, Bennet Rossmy se rendait coupable d’une charge bien trop haute. Puni de cinq minutes et d’une méconduite de match, il laissait son équipe en infériorité. Du pain béni pour Logan Cooley : le troisième choix de la dernière draft déviait une passe de Matt Coronato sur Quapp, avant de prendre son propre rebond (2-0).

Le portier allemand craquait en revanche dès la reprise, avec deux buts successifs en deuxième tiers. Il ratait tout d’abord complètement un tir de la ligne de fond par Slaggert (3-0), puis maîtrisait mal une action similaire de Riley Duran, offrant un rebond cadeau pour Red Savage (4-0).

À la mi-match, un cafouillage dans l’enclave donnait un but de Coronato… mais la révision vidéo s’en mêlait, pour le moment improbable de la nuit. Les officiels vérifiaient pendant dix minutes (!) l’action avant de valider le but : le palet n’avait pas été joué avec une crosse au-dessus de la hauteur permise. Mais l’entraîneur allemand Tobias Abstreiter contestait, demandant une obstruction sur le gardien. Nouvelle longue révision, et annulation du but…

Ce temps d’attente ne changeait pas le déroulement de la partie. Duran inscrivait le cinquième but d’un tir lointain mal négocié par Quapp (5-0).

Les Américains baissaient de pied en troisième tiers, se contentant de rester solide défensivement. Ils concédaient cependant un but sur leur seule pénalité du match, lorsque Joshua Samanski démarrait de sa ligne de fond avant de slalomer toute la défense pour tromper de près Kaiden Mbereko (5-1).

Un score final logique : l’Allemagne jouera gros demain contre l’Autriche.

Désignés joueurs du match : Luke Hughes (États-Unis) et Yannick Proske (Allemagne)

Réactions d’après-match :

Landon Slaggert (attaquant des États-Unis) : « Nous avions encore du travail après les deux matchs de préparation, et nous avons réussi à corriger pas mal de choses ce soir. C’est un bon premier pas. Il y a encore des choses à faire mais cette première nous lance bien. Nous avons été solides défensivement, nous avons été rigoureux dans notre travail de repli et de pressing. Cela s’est vu au compteur de tirs. »

Maximilian Glötzl (capitaine de l’Allemagne) : « Ils ont vraiment bien débuté. Ils sont arrivés en feu, et nous n’avons pas été assez engagés. Nous ne sortions pas les palets chauds de notre zone, nous avons pris des pénalités stupides qui ont fait tourner le match. Il faudra corriger cela contre l’Autriche demain, en s’appuyant sur ce que nous avons fait au troisième tiers. »

États-Unis – Allemagne 5-1 (2-0, 3-0, 0-1)
Mardi 9 août 2022, 20h. Rogers Place d’Edmonton, Canada. 829 spectateurs.
Arbitres : Riku Brander (FIN) et Stephen Hiff (CAN) assistés de Brett Lackey (CAN) et Josef Spur (TCH)
Pénalités : États-Unis 2′ (0′, 0′, 2′), Allemagne 27′ (2’+25′, 0′, 0′).
Tirs : États-Unis 50 (25, 9, 16), Allemagne 11 (4, 2, 5).

Évolution du score :
1-0 à 13’39 : Hughes assisté de Slaggert
2-0 à 18’01 : Cooley assisté de Coronato et Peart (sup. num.)
3-0 à 21’21 : Slaggert assisté de Hughes et Mazur
4-0 à 21’57 : Savage assisté de Duran et Pastujov
5-0 à 39’00 : Duran assisté de Pastujov et James
5-1 à 53’12 : Samanski assisté de Szuber et Quapp (sup. num.)

États-Unis

Attaquants :
Landon Slaggert (A, +2) – Thomas Bordeleau (A, +2) – Carter Mazur (+2)
Matthew Coronato – Logan Cooley – Matt Knies
Mackie Samoskevich – Dominic James (+1) – Brett Berard (2′)
Riley Duran (+2) – Red Savage (+1) – Sasha Pastujov (+2)
Hunter McKown

Défenseurs :
Luke Hughes (+2) – Brock Faber (C, +3)
Wyatt Kaiser – Jacob Truscott
Tyler Kleven (+2) – Jack Peart (+1)
Ian Moore

Gardien :
Kaiden Mbereko

Remplaçant : Remington Keopple

Allemagne

Attaquants :
Justin Volek (2′) – Joshua Samanski (A) – Markus Schweiger
Josef Eham (-2) – Danjo Leonhardt (-2) – Alexander Blank (-2)
Maciej Rutkowski (-2) – Håkon Hänelt (-2) – Bennet Rossmy (25′, -1)
Yannick Proske – Ryan del Monte – Thomas Heigl
Nikolaus Heigl

Défenseurs :
Maximilian Glözl (C, -2) – Adrian Klein
Maksymilian Szuber (A, -3) – Leon van der Linde
Korbinian Geibel – Arkadiusz Dziambor (-2)
Nils Elten

Gardien :
Nikita Quapp

Remplaçant : Florian Bugl.

Les commentaires sont fermés.