Eisbären Berlin – Frölunda (CHL, groupe G, 3e journée)

279

Après sa large victoire 8-2 à Grenoble, les Eisbären Berlin, doubles champions d’Allemagne en titre, ont subi la furia suédoise de Frölunda à Göteborg (7-1). Dans le même temps, les Bavarois de Straubing ont, eux aussi, pliés face au haut niveau suédois à Karlstad (6-1).

Si les Eisbären sont LE club de la capitale aujourd’hui, ils sont la poursuite d’un club créé en 1954 en Allemagne de l’Est : le Dynamo Berlin. Nombre de fans célèbrent et arborent encore l’effigie du logo du dynamo pour poursuivre la légende. La rencontre se déroule encore dans un site historique dans l’ancienne patinoire « métallique » du Wellblechpalast dans le quartier de Hohenschönhausen. Elle a été construite dans les années 1960 et sert encore à faire jouer l’ensemble des équipes de l’organisation. Les 4700 places résonnent déjà des chants du puissant kop de supporters, même si le reste des tribunes ne se remplira pas complètement.

2022 09 01 grenoble berlin5L’effectif berlinois a été remanié avec tout d’abord le départ de Mathias Niederberger, le meilleur portier allemand, vers Munich. Le club propose un trio de jeunes gardiens dont la révélation Nikita Quapp de Krefeld et finalement l’arrivée du Finlandais Juho Markkanen, tout juste 20 ans, formé à Saipa et arrivant de Lugano et de son club-ferme des Ticino Rockets. En défense, trois arrières sont partis. L’international danois Nicholas Jensen à Bremerhaven, le Canadien Simon Després à Villach et enfin Kai Wissmann embauché dans l’organisation des Boston Bruins. Marco Nowak (87 sélections) provient de Düsseldorf. Julian Melchiori jouait à Wolfsburg et enfin le Canadien de service sera Brendan Guhle avec 250 parties AHL et 65 matchs NHL avec Buffalo et Anaheim. En attaque les dirigeants ont conservé leurs meilleurs atouts dont le duo Noebels / Pföderl.

Serge Aubin est déjà concentré et s’appuie sur la victoire obtenue à Grenoble : « Nous ne voulons pas édulcorer le match de samedi dernier à Göteborg. Frölunda a un niveau incroyablement élevé. Mais c’était aussi un mauvais match de notre part. Nous avons commis des erreurs inhabituelles qui ne nous arrivent généralement pas. Nous avons analysé le match et sommes optimistes pour l’avenir. Lorsque nous jouons notre système, nous marquons des buts et causons des problèmes à chaque adversaire. Bien sûr, nous commençons ce match pour le gagner. Mais pour cela, nous avons besoin de chacun de nous. Nous devons jouer fort pour gagner la rondelle, jouer notre jeu en possession et gagner les duels. J’attends avec impatience l’ambiance unique de nos partisans au « Welli » (Wellblechpalast). Le « Welli » est un baril de poudre, tout simplement exceptionnel ! » Marco Nowak est lui aussi impatient d’entrer sur la glace : « J’ai joué ici une fois avec la DEG Düsseldorf et l’ambiance était géniale. Avec nos fans derrière nous, ce sera exceptionnel. Göteborg a été très dominant lors du dernier match. On ne peut pas leur laisser dans notre zone aussi longtemps. Nous devons jouer direct. Comme dans le dernier tiers. Nous n’avons pas besoin de nous cacher. Nous sommes les Eisbären et sommes l’une des meilleures équipes d’Europe. »

Mais l’adversaire est de taille. On ne présente plus Frölunda qui a capté quatre fois le trophée de la CHL. Il s’agit du meilleur club d’Europe de ces dix dernières années, même s’il n’a plus atteint la finale dans son pays depuis 2019. Le club est tout de même un club formateur de très haut niveau et forme une pépinière de jeunes talents. Cette année pas moins de quatre joueurs ont intégrés les organisations de NHL : le défenseur Simon Hedvinsson (Detroit), les attaquants Daniel Torgersson (Winnipeg), Elmer Söderblom (Detroit) et Ludwig Persson (Washington).

L’équipe de classe internationale est tout de même renforcée avec le gardien danois Frederik Dichow, un jeune portier de 21 ans. Mais le N°1 est l’international Lars Johansson qui revient au club après cinq saisons en KHL. Les dirigeants ont encore renforcé le secteur défensif avec une pléiade de talents dont le Finlandais Petteri Lindbohm. À l’avant le club récupère le champion du monde finlandais Jere Innala (IFK Helsinki). Bref, l’équipe est impressionnante entre les jeunes pousses de très haut niveau et les joueurs très expérimentés comme Joel Lundqvist, Ryan Lasch, Jan Mursak ou Max Friberg.

L’entraîneur des gardiens du Frölunda HC, Kristoffer Martin (qui avait terminé sa carrière à Gap en 2005/06), donne ses impressions d’avant match. « Nous nous attendons à quelque chose de différent. Ils ont certainement préparé la rencontre à l’issue du dernier match et auront beaucoup progressé. Ils ne sont probablement pas très enthousiastes à l’idée d’une autre défaite similaire. Nous nous attendons à une atmosphère difficile ce soir. Cela résonne fort là-dedans et cela peut les aider. Si nous ne sommes pas affectés par cela, nous avons de bonnes chances de refaire un bon match. Mais il est facile d’être influencé par les faits de jeu. Nous devons garder notre sang-froid. »

eisbaren chl2

Dans une chaude ambiance, Frölunda met les points sur les i. Les Suédois prennent très au sérieux la partie et entre dans le match avec vitesse. Nilsson reprend le puck au second poteau, après une entrée en zone rapide suivie d’une passe de Lasch (0-1 : 1’29). Ce sont bien les Suédois qui mènent la danse et les Allemands ont beaucoup de difficultés à construire du jeu. Même si les joueurs de Serge Aubin haussent le niveau de patinage et de pressing, cela ne permet pas de porter un danger suffisant pour marquer. Les joueurs de Roger Rönnberg maitrise la conservation du puck.

Le jeu se porte plus souvent en zone berlinoise et il faut beaucoup d’efforts aux locaux pour sortir la rondelle. La première réelle occasion allemande est l’œuvre de Nijenhuis qui parvient à envoyer un bon tir « short side ». Mais le jeune Dichow est impeccable. La pénalité suivante de Lasu ne permet pas de construire un réel jeu de puissance allemand. Frölunda a une réelle emprise sur la partie et ne desserre pas l’étau. Les combinaisons de jeu établies par Rönnberg sont intéressantes et permettent aux Suédois de camper en zone offensive dans les dernières minutes du tiers.

Les Berlinois parviennent à tuer en deuxième période une pénalité de Nowak sifflée à la fin du premier tiers. Ils réussissent ensuite un renversement de situation avec un lancer de Frank Hördler de la bleue, qui est relâché par Dichow. Marco Baßler, qui était à l’affût, parvient à envoyer le puck dans les filets (23’00 : 1-1). C’est de la folie dans le kop berlinois. La partie est relancée, les Eisbären augmentent l’échec-avant et perturbent les remontées de palet de Frölunda. La dynamique a changé de camp. Les offensives allemandes se poursuivent avec Matt White qui déborde et envoie un tir tendu sur Dichow (26’20). Sur une mise au jeu en zone offensive, le palet est repris en one-timer par Nijenhuis. Dans la poursuite de l’action, Boychuk reprend un palet aérien. But ! Mais l’arbitre siffle une pénalité contre Kevin Clark pour dureté alors que l’action se jouait dans le slot. Le but est tout simplement annulé.

Il n’en fallait pas plus pour redonner des munitions à Frölunda. À l’aide de son jeu de puissance, Göteborg mitraille la cage de Markkanen qui reste solide. Les joueurs berlinois se sacrifient sur les tirs et Berlin réussit à tuer la pénalité. Comme à son habitude, le talent suédois permet à l’équipe de se sortir des moments « épineux ». Sur un palet envoyé à la cage, Joel Lundqvist effectue une déviation incroyable qui trompe Markkanen (30’36 : 1-2). Ces diables de Suédois savent toujours rebondir des moments difficiles. Mais une nouvelle pénalité de Lindbohm, pour une mauvaise charge dans la bande, rebat les cartes. Cette fois c’est Matt White qui en profite pour faire passer un tir précis dans un trou de souris, sous la barre (32’32 : 2-2).

Le match est palpitant tant les deux équipes se rendent coup pour coup. Berlin a réussi à hausser son niveau de jeu et perturber son adversaire. Lenc s’échappe et se défait du marquage pour aller défier Markkanen, mais le portier finlandais à le dernier mot (34’25). Une dernière pénalité de Tom Nilsson permet de donner des espaces et Noebels en profite pour une reprise directe (38’21). Dans cette période, Berlin a fait jeu égal et sort la tête haute vers les vestiaires. Mais comme d’habitude, il en faut beaucoup plus pour déconcentrer les talentueux joueurs de Rönnberg.

eisbaren chl3

Le troisième tiers débute et Mursak s’envole dans un dribble avec un petit pont et un palet envoyé sur le portier berlinois (41’18). Göteborg n’est pas prêt à lâcher le match. Berlin subit deux pénalités successives et est obligé de défendre en double infériorité numérique. La pression est terrible et Nilsson pousse un palet juste devant la ligne de but. Il faut un mouvement rapide de Markkanen pour bloquer le puck de sa jambière (43’12). C’est un feu nourri sur la cage mais Berlin, avec courage, s’en sort une nouvelle fois. Pourtant Göteborg poursuit son effort et est décidé à enfoncer le clou.

La pénalité de Hasa ne donne rien. Le temps fort est certes maintenant allemand, mais la défense de Frölunda reste solide et imperméable. Le système défensif de Rönnberg est bien organisé et permet de nettoyer la zone, de sortir le palet dans de bonnes conditions et de se projeter vers l’avant rapidement. Filip Johansson se permet même un contre avec un tir du revers (48’28). La partie est maintenant totalement contrôlée par Frölunda. Le système est rodé et c’est un show parfait de conduite et de contrôle du palet qui se déroule devant le public berlinois. Les supporters ne désarment pas et chantent sans discontinuer depuis le début du match. Tout danger est écarté, Göteborg récite son hockey bien huilé. Les minutes s’égrènent, le score de parité est toujours affiché mais les joueurs de Serge Aubin sont bien décidés à gagner à domicile. Noebels et Clark lancent une offensive à deux mais Dichow bloque le puck (55’05). C’est l’arbre qui cache la forêt, les ouvertures sont très rares pour les Allemands.

Frölunda reprend son travail de sape et l’on semble se diriger tout droit vers la mort subite. Matt White tente sa chance et trouve la barre (56’24). Chaque équipe désire crucifier son adversaire et Jere Innala effectue une reprise dangereuse, le genou au sol (56’39). Frölunda accélère encore et donne tout pour forcer sa chance. Il la trouve. C’est l’ancien Joel Lundqvist qui, dans un dernier rush, remonte le puck côté gauche et envoie la rondelle derrière la cage. Le rebond la ramène devant les buts. Jonas Müller n’arrive pas à la capter et Ryan Lasch, qui a suivi, la pousse au fond des filets (59’22 : 2-3). Ce but inscrit en toute fin de période fait vraiment mal ! Serge Aubin décide de sortir le gardien, mais Göteborg tient sa victoire.

La défaite est cruelle mais Frölunda n’est pas multi-champion d’Europe pour rien. L’expérience et les qualités à toutes épreuves permettent de se sortir de tous les guêpiers. Malgré tout, Berlin a fait jeu égal pendant quarante minutes avec une des meilleures formations européennes. Ce qui est déjà une sacrée performance. La qualification est toujours d’actualité pour les champions d’Allemagne au vu des capacités à tenir tête aux Suédois. Elle se jouera probablement contre Hradec Králové mais les Eisbären espèrent battre Grenoble au match retour pour ne pas perdre de terrain au classement.

Commentaires d’après-match :

Serge Aubin (entraîneur des Eisbären Berlin) : « Nous avons bien joué aujourd’hui et nous nous sommes bien battus. Une victoire aurait été méritée. C’était un match serré. Nous nous sommes améliorés dans tous les domaines de notre jeu. Nous avons bien joué en défense. Au cours du match, nous avons réussi à développer du jeu et à construire sur le terrain offensif. Juho Markkanen a très bien résisté. Nous n’avons pas eu de chance avec le but vainqueur de Göteborg car la rondelle a malencontreusement rebondi sur les bottes. C’était tellement plaisant de jouer devant nos fans. Leur dynamisme était formidable. »

Juho Markkanen (entraîneur des Eisbären Berlin) : « Je suis très content de notre performance aujourd’hui. C’est une défaite très malheureuse face à une équipe forte. Nous avons bien joué en équipe aujourd’hui. Mes coéquipiers m’ont très bien soutenu. Surtout dans le tiers médian, nous avons joué extrêmement fort et nous avons à peine laissé Frölunda entrer dans le match. Le troisième but était très malheureux. Nous devons faire la même chose samedi et nous avons de bonnes chances de gagner contre Grenoble. L’ambiance de nos fans était exceptionnelle. »

 

Eisbären Berlin – Frölunda Göteborg 2-3 (0-1, 2-1, 0-1)
Vendredi 9 septembre 2022 à 20h00 à la Wellblechpalast. 2230 spectateurs.
Arbitres : Michael Tscherrig (SUI) et Lasse Kopitz (ALL) assistés de Wayne Gerth et Jonas Merten (ALL).
Pénalités : Berlin 10’ (4’, 2’, 4’) ; Göteborg 8’ (2’, 4’, 2’).
Tirs : Berlin 26 (6, 10, 10) ; Göteborg 33 (11, 8, 14).
Engagements : Berlin 27 (11, 9, 7) ; Göteborg 32 (11, 8, 13).

Évolution du score :
0-1 à 01’29’’ : Nilsson assisté de Lasch et Johansson
1-1 à 23’01’’ : Baßler assisté de Hördler et Nijenhuis
1-2 à 30’36’’ : Lundqvist assisté de Lenc et Folin
2-2 à 32’32’’ : White assisté de Melchiori et Regin (sup. num.)
2-3 à 59’22’’ : Lasch assisté de Lundqvist et Innala

Eisbären Berlin

Attaquants :
Matt White (-1) – Peter Regin (-2) – Marcel Barinka (-1)
Marcel Noebels – Zach Boychuk – Kevin Clark (4′)
Giovanni Fiore (-2) – Manuel Wiederer (-1) – Frank Mauer
Bennet Roßmy – Kevin Handschuh (+1) – Marco Baßler (+1)
Jan Nijenhuis (-1, 2′)

Défenseurs :
Julian Melchiori (-1, 2′) – Eric Mik (-1)
Frank Hördler (C, +1) – Marco Nowak (2′)
Jonas Müller (-1) – Morgan Ellis (-2)
Korbinian Geibel

Gardien :
Juho Markkanen [sorti à 59’44]

Remplaçant : Tobias Ancicka (G). Absents : Leo Pföderl (genou et aine), Yannick Veilleux (genou), Brendan Guhle (soupçon de commotion cérébrale).

Frölunda Göteborg

Attaquants :
Radan Lenc (+2) – Joel Lundqvist (+2) – Max Friberg (+1)
Mats Rosseli Olsen (-1) – Nicklas Lasu (-1, 2′) – Jan Mursak (-1)
Joel Ratkovic Berntsson (+1) – Jacob Nilsson – Anthony Greco (+1)
Otto Stenberg – Jere Innala – Liam Dower Nilsson (+1)
Ryan Lasch (+1)

Défenseurs :
Petteri Lindbohm (+1, 2′) – Christian Folin (+1)
Anders Grönlund – Filip Johansson
Pontus Johansson (+1) – Tom Nilsson (+1, 2′)
Filip Hasa (2′)

Gardien
Frederik Dichow

Remplaçant : Lars Johansson (G) Absents : Linus Nässen (opéré de l’épaule), Andreas Borgman (opéré de l’épaule).

Les commentaires sont fermés.