HA
top

Wasquehal – Évry/Viry (Division 2, Poule A, 1re journée)

416

Pour sa deuxième saison derrière le banc, Fabien Chardon ne devrait pas être en manque de repères, à la tête d’un effectif très stable où, hormis les licences bleues amiénoises, trois arrivées sont enregistrées, dont deux retours au club : Axel Canaguier avait mis sa carrière entre parenthèses la saison dernière et Mattéo Toneatto revient dans son premier club, qu’il avait quitté pour Amiens, Angers, le Canada et plus récemment les Corsaires de Dunkerque. D’où arrive un certain Marc-André Martel, faisant un peu plus grimper le contingent d’anciens joueurs de la Cité de Jean Bart sous le maillot métropolitain.

Pour égrener leur nouvelle tenue, les Lions ont affaire à un sérieux morceau, l’Entente Évry-Viry, en quête de rachat après une sortie prématurée en huitièmes de finale, fin amère d’une saison où les victoires s’étaient pourtant additionnées au cœur de l’automne. À la tête de la troupe francilienne, Jérôme Pourtanel doit se passer de trois atouts offensifs : Milan Vastusko, malade, Zach Moody, non qualifié, et Luc Boby, suspendu.

Son homologue nordiste lui réserve une petite surprise en modifiant son alignement avant le coup d’envoi, faisant débuter son bloc « 100 % Gothique », où les défenseurs Théo Kalisa et Téo Beauvillain font, comme l’attaquant Lucas Herrera-Mione, figure d’anciens. Le nouvel arrivant Antonin Plagnat, au compteur prolifique avec les U17, l’an dernier fait sentir sa vitesse de patinage aux Essonniens, dont la riposte prend la forme d’un lancer puissant du capitaine Mans Papaux. Verschaeve puni, Marc-André Martel voit poindre le danger, un lancer à la bleue de Vidal dévié par Ledoux. Wasquehal souffle en voyant Clément Lallemand, esseulé au deuxième poteau par le passe de Papaux, rater sa reprise peu avant la fin de la pénitence.

Privés d’Aurélien Zajac, blessé lors d’une rencontre « amicale » très heurtée à Liège, et Martin Domian, non qualifié, les Lions se relancent pas Plagnat, efficace dans le pressing, et Canaguier, qui semble n’avoir rien perdu de sa verve. Les défenseurs Herbet et Verschaeve se permettent une incursion dans la zone, forçant Smik à lâcher deux rebonds. Le portier revenu cette saison dans l’hexagone est secouru par une défense vigilante lorsque Mickaël Marouillat inaugure la prison des visiteurs. Ainsi, le tir initial de N’Guyen n’est pas converti par Louf, dans le trafic, le positionnement de Guillaume Jeannette permettant de faire souffler la troupe jaune.

Les Métropolitains rencontrent des difficultés à la suite de cette supériorité ; les passes sont moins assurées et les Jets en profitent. Sur une mise au jeu, Marouillat passe près de surprendre Martel, solide face au tir sous la barre de Gautron détourné du gant et face à Ledoux, à la récupération d’un palet perdu par Verschaeve. En force, Thomas Gautron teste encore la mitaine du Québécois.

Les difficultés aperçues de chaque côté en avantage numérique, comparables, se confirment au deuxième acte. Puni pour cinglage, Rétif-Monneau patiente depuis plus d’une minute en geôle quand Marc-Antoine Herbet lance enfin vers la botte de Smik. Plus inquiétant pour les affaires locales, Mans Papaux bénéficie d’une échappée, conclue avec sang-froid (0-1 à 24’56″).

Waquehal réagit vite ; l’essai de Mattéo Toneatto est repoussé sur Angielczyk, déjoué à son tour, Herrera-Mione prend Jeannette de vitesse et travaille derrière le but, sans trouver de solution au centre. Une faute de Toneatto met fin à la séquence. Situation nullement exploitée par l’Entente… Guillaume Jeannette souffle de répit en observant une passe mal assurée dans la neutre, puis Axel Canaguier récupère le disque derrière la cage face à deux opposants. Si bien que seul le défenseur Vidal peut employer Martel. Cependant le retour à forces égales ne favorise pas les Wasquehaliens ; Benjamin N’Guyen commet la faute sur Marouillat, qui conserve le palet sur la gauche, feinte Martel et le glisse dans le but ouvert par sa vitesse d’exécution (0-2 à 31’11″).

Une deuxième fois puni par le réalisme francilien, les Lions ripostent : lancé par Herbet, Canaguier transperce le verrou défensif et butte sur un Pavol Smik dont la cage se meut. Très perturbant, le bloc de Herrera-Mione fait vaciller le portier adverse, contraint de concéder deux rebonds avant de retrouver la sérénité sur autant de tirs frappés venus de Herbet, et de fermer la porte à Benjamin N’Guyen derrière une défense sensiblement moins à l’aise.

Axel Canaguier continue à semer le trouble dans la défense essonnienne au retour des vestiaires, s’ouvre une fenêtre de tir et, du revers, contraint Smik à se coucher sur le dos, ayant des difficultés à retrouver le palet.

Dernière opportunité de relancer le suspense, car Victor Théry cherche et trouve la faute de son ancien partenaire dunkerquois Toneatto. Sur une action où les locaux paraissent en mesure de se donner de l’air, le solide Mans Papaux résiste à Benjamin Louf le long de la balustrade et à la passe vers le centre privilégie avec succès le tir croisé à mi-hauteur (0-3 à 47’55″).

Une obstruction sifflée à l’encontre de Belharfi en zone offensive retarde la révolte nordiste, une crosse haute de Canaguier permettant à Pavol Smik, spectaculaire sur un palet de N’Guyen écarté in extremis dans les airs, d’entrevoir le blanchissage pour son retour en France. Défié à quarante reprises, son homologue limite les dégâts en fin de rencontre devant Retif-Monneau et Lallemand, tour à tour seuls dans l’enclave. Principale satisfaction de la soirée, Marc-André Martel aura ainsi longtemps enrayé la marche de l’Entente.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Mans Papaux pour Évry-Viry et Benjamin N’Guyen pour Wasquehal.

Commentaires d’après-match

Jérôme Pourtanel (entraîneur d’Évry-Viry) : « La victoire est logique, nous avons joué du vrai hockey, avec de l’offensive, malgré les absents. Très sérieuse, l’équipe a fait preuve de discipline dans le jeu, même si jouer ici n’est pas évident. Nous n’avons jamais changé d’organisation de jeu tout au long du match. Une ligne a assuré un travail plus offensif, mais le travail de sape sur soixante minutes et non l’explosivité sur un tiers ont permis de prendre la mesure de Wasquehal, plus dangereux en contre. Le blanchissage de Pavol Smik est important pour lui, il a à cœur de prendre le poste de numéro 1 alors qu’il y a une vraie concurrence avec Julien Roullier. L’équipe doit viser l’une des premières places en saison régulière, mais surtout la demi-finale ; mon expérience en division 2 à Tours, Neuilly et Orléans m’a démontré que le plus important est d’être dans les huit premiers. [Au sujet de son arrivée à Evry-Viry] Je n’ai pas de plan de carrière, n’étant pas professionnel. C’est le seul club que je n’avais pas fait autour de chez moi… donc cela m’a intéressé, même s’il y a un clin d’œil familial. »

 

Wasquehal – Évry/Viry 0-3 (0-0, 0-2, 0-1).
Samedi 23 septembre 2017 à 18h40 à la patinoire Serge Charles. 300 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart assisté de Laura Peronnin et Jason Thorrignac.
Pénalités : Wasquehal 10′ (2’, 2′, 6′), Évry/Viry 6′ (2’, 2′, 2′).
Tirs : Wasquehal 29 (10, 13, 6), Évry/Viry 40 (16, 5, 19).
Évolution du score :
0-1 à 24’56″ : Turpin assisté de Papaux (inf. num.)
0-2 à 31’11″ : Marouillat assisté de Lallemand
0-3 à 47’55″ : Papaux assisté de Lallemand et Berardet (sup. num.)

Wasquehal

Attaquants :
Martin Lagrise – Benjamin N’Guyen (C) – Axel Canaguier
Antonin Plagnat – Lucas Herrera-Mione – Ryan Belharfi
Simon Angielczyk – François Piquet (A) – Charley Marcos

Défenseurs :
Marc-Antoine Herbet (A) – Benjamin Louf
Théo Kalisa – Téo Beauvillain
Thibault Verschaeve – Mattéo Toneatto

Gardien :
Marc-André Martel

Remplaçant : Kévin Deliac (G). Absents : Martin Domian (licence), Aurélien Zajac (clavicule), Baptiste Vernieuwe.

Évry/Viry

Attaquants :
Victor Théry – Ugo Rétif-Monneau – Mathieu Deruelle
Clément Lallemand – Mans Papaux (C) – Geoffrey Berardet
Thomas Gautron – Mickaël Marouillat – Kevin Ledoux (A)

Défenseurs :
Clément Radolanirina – Guillaume Jeannette (A)
Paol Turpin – Alexandre Leblanc
Juraj Sadlon – Lewis Vidal

Gardien :
Pavol Smik

Remplaçant : Julien Roullier (G). Absents : Milan Vastusko (malade), Zach Moody (licence), Luc Boby (suspendu).