Grenoble – Amiens (Ligue Magnus 2017/18, 19e journée)

Grenoble réagit au troisième tiers

148

Battus mardi à Bordeaux à l’issue de la séance de tirs au but, les Brûleurs de Loups ont vu leur série de treize victoires consécutives (dont douze en Ligue Magnus) s’interrompre. Autre mauvaise nouvelle, la blessure de Jean-Philippe Côté qui vient s’ajouter à la longue liste de joueurs régulièrement indisponibles depuis le début de la saison.

Du coup, Christophe Tartari effectue son retour ce soir, après un mois d’arrêt, pour compléter la défense. Mais la grande nouvelle de la semaine côté grenoblois, c’est l’annonce de l’arrivée d’Olivier Dame-Malka en renfort pour pallier l’absence longue durée de Teddy Trabichet, absent depuis le début de la saison suite à une commotion subie en pré-saison. Une arrivée qui fera du bien à la ligne bleue mais qui va certainement faire jaser du côté de Pôle Sud quand on connaît le « passif » du joueur avec Grenoble, où il est régulièrement sifflé depuis les incidents des play-offs 2015 à Dijon.

De son côté, Amiens visera la passe de quatre avant la trêve internationale après trois succès consécutifs face à Lyon, Mulhouse et Chamonix. Les Gothiques, sixièmes au classement, ont tenu tête à Gap et Rouen récemment (deux défaites 4-3) et espèrent bien faire de même à Grenoble après avoir accroché les Brûleurs de Loups à l’aller (2-3 après prolongation). C’est le soir des retrouvailles pour deux anciens Grenoblois, Anze Kuralt et Nicolas Favarin qui reviennent à Pôle Sud sous le maillot amiénois alors que Joël Champagne et Maxime Legault ont fait le chemin inverse à l’intersaison. Les Brûleurs de Loups portent exceptionnellement un maillot « militaire » dans une soirée dédiée aux blessés des troupes de montagne.

Les Gothiques se montrent sans complexe en début de match avec une première action chaude de Philippe Halley sur la cage de Lukáš Horák qui parvient à geler in extremis la rondelle. Les débats sont équilibrés avec une belle bataille pour le palet en zone neutre. La moindre erreur peut être fatale à l’image d’un palet perdu par Giroux dans sa zone qui aurait pu profiter à Coulaud. Mais c’est finalement Grenoble qui profite d’une erreur amiénoise, sur un palet perdu par Favarin à la ligne bleue intercepté par Rodman. La contre-attaque est rapide avec une longue passe pour Hardy qui centre pour la conclusion de Goličič à bout portant (1-0, 06’42).

Les Brûleurs de Loups ouvrent ainsi le score à leur première occasion ! Ce but contre le cours du jeu ne décourage pas les Amiénois qui repartent à l’assaut de la cage iséroise. Ils se font surprendre sur une échappée de Sébastien Rohat qui se retrouve seul face à Buysse mais ce dernier s’impose de la mitaine. Un tir d’Ondrej Smach dans le trafic fait passer le frisson devant la cage et les efforts amiénois finissent par être récompensés sur une belle action individuelle de Philippe Halley qui parvient à se défaire de deux Grenoblois et déjoue Lukáš Hurak (1-1, 09’51). Pas de réaction grenobloise. Les Gothiques sont les plus en jambes dans ce premier tiers, monopolisant la rondelle et portant le danger à l’image d’une passe astucieuse de Tommy Giroux pour Rudy Matima qui ne parvient pas à concrétiser face à Horák.

Une obstruction de Narbonne sur Gabin Ville est mal gérée par le power-play grenoblois qui ne se procure aucune occasion intéressante. Impuissants, les Grenoblois tentent de loin sur un tir de Kunnas, trop peu pour inquiéter Buysse. Un joli numéro de Kuralt devant la cage met en difficulté la défense grenobloise. Sur un contre, Alexandre Giroux n’arrive pas à contrôler le palet alors qu’il aurait pu se présenter seul face à Buysse. À l’image des approximations grenobloises de ce premier tiers-temps…. Grenoble s’en remet à Horák pour ne pas être mené au retour au vestiaire, le portier grenoblois réalisant un spectaculaire arrêt de la mitaine dans les ultimes secondes sur un lancer de Romand.

Une grosse charge de Legault juste après le coup d’envoi donne le ton de la deuxième période. Mais Gabin Ville se fait sanctionner rapidement pour une crosse dans le visage de Rudy Matima. Amiens se montre rapidement dangereux en supériorité numérique avec notamment un tir de Tommy Giroux repoussé par Horák. Bien installés dans la zone offensive, les Gothiques butent sur le gardien et ne parviennent pas à faire la différence. Encore une fois, c’est sur une contre-attaque que Grenoble est dangereux : Champagne lance Legault qui dribble Buysse mais ne parvient pas à redresser suffisamment le palet pour le mettre au fond. Le jeu s’accélère avec des occasions de part et d’autre, Trabucco côté amiénois, Goličič côté grenoblois mais sans qu’aucune des deux équipes ne parvienne à prendre le dessus.

Alexandre Pascal accroche Coulaud le long de la bande et Amiens peut enchaîner avec une deuxième supériorité numérique consécutive. Le jeu de puissance est bien installé avec deux tirs dangereux de Kuralt repoussés par Horák, mais Grenoble s’en sort. Romand est sanctionné pour une crosse haute sur Rohat. Sur l’engagement qui suit, Champagne reçoit une crosse haute de Smach dans le visage. Narbonne est sanctionné à sa place et Amiens se retrouve en double infériorité numérique pendant 1’48. L’occasion est idéale pour les Grenoblois à cinq contre trois mais ils ont du mal à poser leur jeu. Un tir de Hardy est repoussé par le poteau alors qu’un autre de Bisaillon n’est pas cadré. Amiens pense tenir le bon bout lorsque Romand revient sur la glace mais un nouveau lancer de Bisaillon trouve cette fois la cible (2-1, 33’52’).

Un tournant dans le match à un moment où les Grenoblois semblaient en difficulté. Amiens y croit encore avec Matima et Tommy Giroux qui insistent, mais Horák s’en sort de nouveau. La réponse grenobloise est immédiate avec Champagne et Legault qui mettent la pression dans le slot, obligeant Buysse à sauver sur sa ligne. Horák doit encore s’interposer sur une reprise à bout portant de Trabucco suite à une passe en retrait de Laakonen. Une pénalité de Rodman termine le tiers-temps. Grenoble mène au score à la seconde pause sans avoir vraiment impressionné jusqu’à présent alors qu’Amiens semble paradoxalement un ton au-dessus.

Grenoble tue rapidement la pénalité restante en début de troisième période mais se fait une frayeur avec un slalom de Kuralt au milieu de la défense iséroise. Et encore une fois Horák doit s’employer pour éviter l’égalisation. Une charge appuyée de Narbonne sur Arnaud offre une supériorité numérique à Grenoble, cette fois bien mieux inspiré. Après un premier tir de Hardy, le palet revient en zone offensive. Hardy lance à la cage, le rebond est repris victorieusement par Champagne à bout portant (3-1, 42’49’). Grenoble prend les devants mais les Gothiques continuent à se montrer dangereux à l’image d’un déboulé de Philippe Halley qui trouve Horák sur sa trajectoire. Avec deux buts d’avance, les Brûleurs de Loups peuvent se contenter d’attendre les Amiénois en zone neutre. Cela ne les empêche pas d’être opportunistes à l’image d’un palet envoyé sur la cage par Arnaud avec la déviation parfaite au passage de Baylacq (4-1, 47’15’).

Les Brûleurs de Loups pensaient avoir tué le suspense mais ils manquent de vigilance sur le coup d’envoi. Suite à un bon travail de Kuralt en zone offensive, Janne Laakkonen se trouve présent au rebond pour pousser le palet au fond des filets (4-2, 47’36’).  Les Gothiques peuvent se remettre à y croire et monopolisent la rondelle pour tenter de revenir à un but. Laakonen tente sa chance, Horák repousse. Grenoble, plus défensif, est à l’affût du moindre contre. Sur un lancer du poignet de Bisaillon, Champagne, idéalement placé devant la cage, offre une déviation imparable (5-2, 52’06’).

Touchés moralement, les Amiénois baissent d’un ton. Les Brûleurs de Loups monopolisent désormais le palet en zone d’attaque et font défiler le chrono même si Tommy Giroux parvient à lancer sur Horák, toujours vigilant. Les affaires picardes se compliquent vraiment lorsque Léo Guillemain reçoit un 2’+2’ pour une crosse haute. Les Isérois n’ont plus qu’à gérer jusqu’à la fin mais se font quand même surprendre sur un contre de Joey West qui, de derrière la cage, sert Tommy Giroux bien placé alors que la défense grenobloise s’est relâchée (5-3, 58’03’). Un but anecdotique qui permet de donner au score un écart plus logique au vu de la physionomie de la rencontre.

Les Brûleurs de Loups retrouvent rapidement le chemin de la victoire au terme d’une rencontre mal maîtrisée qui aurait pu leur échapper sans un excellent Lukáš Horák qui les a maintenus dans le match pendant les deux premiers tiers. Le portier tchèque a été décisif dans ses interventions face aux attaquants amiénois qui ont manqué de réalisme. L’autre facteur décisif dans cette rencontre a été l’efficacité des Brûleurs de Loups en supériorité numérique avec deux buts, alors que le box-play a été solide en n’accordant aucun but aux Gothiques. On retiendra l’efficacité de Joël Champagne qui a fait mal à ses anciens coéquipiers avec deux buts dans sa position favorite devant la cage. Dominés pendant deux tiers-temps, les Grenoblois ont paru fatigués et n’ont jamais vraiment réussi à peser sur le cours des événements à cinq contre cinq. Dans ces conditions, la trêve fera le plus grand bien à une équipe qui termine la première partie du championnat dans le fauteuil de leader mais qui a beaucoup puisé dans les organismes à cause des nombreuses blessures.

Les Gothiques peuvent avoir beaucoup de regrets après avoir pris l’ascendant dans le jeu pendant 40 minutes, mais ils ont manqué de réalisme devant la cage, butant sur un excellent Horák. Alors qu’ils étaient dominateurs dans le jeu, ils ont péché par indiscipline avec deux fautes évitables coup sur coup pour des crosses hautes sur des gestes mal maîtrisés. Un tournant puisque le cinq contre trois a permis à Grenoble de passer en tête contre le cours du jeu. Mais une fois encore Amiens a fait quasiment jeu égal avec un des cadors de la ligue. Malgré la défaite, les Gothiques peuvent tirer beaucoup de satisfactions de cette rencontre, notamment l’activité de la ligne Giroux – Halley – Matima qui s’est mise particulièrement en évidence. Prometteur pour la suite de la saison amiénoise.

Désignés meilleurs joueurs du match : Lukáš Horák (Grenoble) et Henri-Corentin Buysse (Amiens)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « C’était le match piège avec la trêve qui suit derrière, ça fait deux semaines qu’on répète qu’il faut faire attention parce que les joueurs ont souvent la tête ailleurs. On a un peu senti ça en début de match, les jambes n’étaient pas là, les joueurs n’avaient pas beaucoup d’énergie. C’est Lukáš Horák qui nous a maintenus dans le match pendant un long moment dans les deux premiers tiers, mais je voulais une bonne réaction dans le troisième tiers, partir à zéro, jouer à notre manière, je trouve que les joueurs ont bien répondu. On travaille fort, on a marqué des gros buts en supériorité numérique pour se donner une chance de gagner. Les deux gardiens, on leur demande de nous donner une chance chaque soir d’aller chercher la victoire, on a ce confort d’avoir deux gardiens qui nous permettent de le faire. C’était vraiment le cas aujourd’hui. Ça fait trois mois qu’on est ensemble. Tout le monde fait le boulot, pousse dans le même sens, on voit le caractère de cette équipe, il n’y a jamais d’excuses et les résultats qu’on a aujourd’hui, c’est grâce à ça. La trêve va permettre de vider les têtes, chercher l’énergie, le mois de novembre est chargé avec le déplacement à Épinal, la Coupe continentale, les deux matchs à Gap. On n’a pas Teddy Trabichet depuis le début de saison, on a perdu Christophe Tartari pendant un mois, on a perdu Jean-Philippe Côté mardi, avec tous les matchs qui viennent, c’était pour moi l’urgence d’aller chercher un défenseur. On ne peut pas continuer à quatre-cinq défenseurs pendant longtemps, on a senti que les gars aujourd’hui avaient moins de jus. Olivier Dame-Malka était dispo, le contact a été fait rapidement. On a vu depuis trois saisons en France la façon dont il joue, ce qu’il peut apporter aux équipes, je suis vraiment content de l’avoir avec nous maintenant. »

Joël Champagne (attaquant de Grenoble) : « C’était important de rebondir, ce n’était pas un match facile mais on voulait retrouver le chemin de la victoire très rapidement, surtout avant la trêve pour passer une bonne trêve. On n’a pas fait le meilleur match mais les trois points sont importants. On n’a pas accordé de but en désavantage numérique, on en a scoré deux en power-play donc c’est ça qui fait la différence. J’aime bien jouer beaucoup de matchs, on n’a pas eu le temps de trop penser à nos erreurs. Le mois de novembre va être comme ça. On va en Italie jouer trois matchs, on a des gros matchs, on va jouer Rouen, Gap deux fois, Bordeaux, les matchs s’enchaînent mais on aime ça. Notre plan, c’est d’y aller un match à la fois, on ne veut pas voir trop loin. Tous les matchs sont importants. Amiens est une bonne équipe, homogène, qui travaille vraiment fort, tout le monde va dans le même sens, ils jouent simple aussi, ils ne font pas beaucoup d’erreurs, c’est efficace. Je pense qu’ils vont avoir du succès cette saison. »

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « On a plus avancé qu’eux dans le match. Le responsable des arbitres doit comprendre une chose, c’est que ce jeune arbitre n’est pas prêt à faire des matchs seuls. Il a pris deux décisions ce soir qui ont changé l’allure du match. C’est juste dommage, ce n’est pas de sa faute si on a perdu mais il a pris des décisions qui ont viré contre nous. C’est au responsable des arbitres de s’assurer que son jugement est meilleur que le jugement de l’arbitre de ce soir. Notre faiblesse était notre avantage numérique, on n’a pas compté. C’est là qu’on s’est fait avoir, Grenoble a compté sur l’avantage numérique, la différence était là. Pour le reste, on était intense, on ne leur a pas donné le match, on a travaillé très très fort mais ils nous ont battus par deux buts. Venir à Grenoble et avoir plus de lancers qu’eux, il faut le faire, c’est la meilleure équipe de la ligue, ils sont allés chercher des gros joueurs comme nos deux anciens joueurs et ont toute une équipe ici. On a un budget à peu près huitième de la ligue, on va se battre avec toutes les autres équipes pour faire les play-offs, on n’est pas dans le lot des 4-5 grosses équipes qui ont un budget très élevé, on va se défendre, on va continuer à travailler, on va être acharné, tous les soirs on peut battre n’importe quelle équipe. Ce soir on a démontré qu’on pouvait rivaliser avec cette équipe de Grenoble sauf qu’il y a une différence qui manque. On a la possibilité d’avoir deux autres importés dans notre équipe qui pourraient nous aider sauf que pour l’instant, c’est pas le cas. »

 

Grenoble – Amiens 5-3 (1-1, 1-0, 3-2)
Samedi 4 novembre 2017 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Cregut assisté de Guillaume Barthe et Gwilherm Margry
Pénalités : Grenoble 8′ (0’, 6’, 2’), Amiens 12’ (2’, 4’, 6’)
Tirs : Grenoble 24 (6, 7, 11), Amiens 29 (8, 11, 10)

Évolution du score :

1-0 à 06’42’ : Goličič assisté de Hardy et Rodman
1-1 à 09’51’ : Halley assisté de Giroux
2-1 à 33’52’ : Bisaillon assisté de Baazzi et Goličič
3-1 à 42’49’ : Champagne assisté de Hardy et Rodman (sup. num.)
4-1 à 47’15’ : Baylacq assisté de Arnaud et Tartari
4-2 à 47’36’ : Laakonen assisté Kuralt et Trabucco
5-2 à 52’06’ : Champagne assisté de Bisaillon et Legault
5-3 à 58’03’ : Giroux assisté de West (inf. num.)

Grenoble

Attaquants :
Alexandre Giroux – Joël Champagne (A) – Maxime Legault
Gabin Ville (2’) – Boštjan Goličič – David Rodman (4’)
Julien Baylacq – Matthieu Le Blond – Mathias Arnaud
Julien Munoz – Sébastien Rohat – Dylan Fabre

Défenseurs :
Kyle Hardy (C) – Alexandre Pascal (2’)
Aziz Baazzi – Sébastien Bisaillon
Joona Kunnas – Christophe Tartari (A)

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Teddy Trabichet (commotion), Pierre-Charles Hordelalay, Vincent Kara, Jean-Philippe Côté (blessés)

Amiens

Attaquants :
Janne Laakkonen – Mario-Valery Trabucco – Anze Kuralt
Kévin Da Costa – Joey West (A) – Jérémie Romand (2’)
Tommy Giroux – Philippe Halley – Rudy Matima
Loic Coulaud – Elie Marcos (A) – Thomas Suire

Défenseurs :
Ondrej Smach – Jonathan Narbonne (C) (6’)
Léo Guillemain (4’) – Nicolas Favarin
Axel Prissaint – Lauri Kärmeniemi

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Romain Bault, Nicolas Leclerc, Todd Perry (blessés)

Les commentaires sont fermés.

adipiscing ante. at dapibus libero. mattis dictum justo elit. eget