HA
top

L’affaire réglée par le phénomène

475

À Helsinki, cette journée de dimanche marque la fin du Tournoi Karjala, première édition à six nations. Ces six nations qui, faute de temps, ne se rencontrent pas toutes. Ainsi, la Finlande et le Canada terminent ensemble le tournoi dans des positions différentes.

Chez elle, la Finlande a connu deux solides prestations contre la Russie (3-2) et la Suède (3-1), deux victoires suffisantes pour remporter cette édition 2017 du Tournoi Karjala. Après avoir échoué les trois saisons précédentes, l’équipe suomi gagne de nouveau son tournoi. Pour autant, il reste une rencontre à disputer, et non des moindres.

Vainqueur de la Suisse (3-2) mais muet face à la Suède (0-2), le Canada veut terminer sur une note positive. Il devra faire preuve de davantage d’efficacité, et résister à la première ligne finlandaise, très satisfaisante contre la Suède. Julius Junttila, le partenaire explosif de Charles Bertrand à Kärpät, y a été propulsé aux côtés de la pépite Tolvanen et du valeureux Kontiola.

C’est le capitaine du Canada, René Bourque, qui donne le ton avec une puissante charge dans le camp finlandais. Le but va suivre peu de temps après. Matt Ellison à droite pivote et donne à l’opposé, où se trouve Gilbert Brulé qui ouvre le score (0-1, 02’22). La troupe de Willie Desjardins parviendra également à tuer la première pénalité du match mais un cafouillage dans son camp va permettre l’égalisation finlandaise. Maxim Noreau avorte la relance canadienne devant l’écran de Mike Pyörälä, Sakari Manninen met devant le but où Jani Lajunen dévie péniblement, mais suffisamment pour battre Ben Scrivens (1-1, 12’19). Les occasions sont nombreuses dans ce premier tiers-temps : Tolvanen touche la barre transversale, Andrew Ebbett est complètement oublié côté droit, Karl Stollery voit son essai flotter juste au-dessus de la barre.

La seconde période reprend avec beaucoup d’intensité et la moindre erreur peut être fatale. Ohtamaa fait faute sur Purcell, le Canada obtient un deuxième jeu de puissance. Mason Raymond loupe son essai, mais l’action continue et Maxim Noreau redonne l’avantage au Canada d’une frappe puissante (1-2, 29’36). Le Canada joue bien, même en infériorité numérique. Et avec un homme en moins, il se procure une incroyable occasion : Quinton Howden part seul en contre, l’attaquant du Dinamo Minsk freine et tire, Eero Kilpeläinen réalise un arrêt réflexe somptueux de la jambière.

Bourque n’est pas le plus doux sur le glace, et à 57 secondes de la fin de la période, il est sanctionné. L’autre capitaine, Sami Lepistö, jaillit en zone offensive, dribble et frappe, Scrivens est battu à seulement six secondes de la pause (2-2, 39’54).

Incontestablement, ce match est particulièrement disputé. Et la troisième période ne fera pas exception. À la reprise, les Finlandais maintiennent une forte pression, Jesse Blacker bloque un premier tir mais se blesse, la séquence continue, et le jeune défenseur Miro Heiskanen, excentré côté gauche, donne l’avantage aux Suomi pour la première fois de la rencontre (3-2, 42’48). Heiskanen est l’un des grands espoirs actuels de la Finlande mais il commet une bévue dans sa défense quatre minutes plus tard. Une passe en retrait mal dosée offre un caviar à  Christian Thomas, qui marque du revers (3-3, 46’25).

Dans une telle rencontre, le jeu de puissance est décisif. Bourque, le mauvais élève de l’après-midi, va concéder une nouvelle pénalité, cette fois-ci lourde de conséquence puisque le petit génie Eeli Tolvanen sera l’artisan de la victoire. Placé à droite, Lepistö lui laisse le plaisir de régler l’affaire, Tolvanen décoche un puissant tir du poignet parfaitement croisé (4-3, 52’36, ci-dessous).

C’est un 3 sur 3 pour la Finlande, qui demeure invaincue dans son tournoi. Comme un symbole, le phénomène Eeli Tolvanen, qui a frappé la barre transversale et le poteau durant la rencontre, aura été décisif. L’enthousiasme qu’il connaît sous le maillot KHL des Jokerit s’est donc converti à la sélection nationale. Il se pourrait bien qu’il soit l’une des grandes attractions du prochain tournoi olympique, à défaut de stars NHL. De son côté, le Canada encaisse une deuxième défaite en trois matchs, mais aura livré une belle opposition dans une Hartwall Areena pleine à craquer.

 

Finlande – Canada 4-3 (1-1, 1-1, 2-1).
Dimanche 12 novembre 2017 à 17h30 à la Hartwall Areena de Helsinki. 13037 spectateurs.
Arbitrage de Robin Sir et René Hradil (TCH) assistés de Pasi Nieminen (FIN).
Pénalités : Finlande 8′ (2′, 4′, 2′), Canada 12′ (2′, 6′, 4′).
Tirs : Finlande 30 (14, 7, 9), Canada 28 (10, 7, 11).

Évolution du score :
0-1 à 02’22 : Brulé assisté d’Ellison et Wolski
1-1 à 12’19 : J. Lajunen assisté de Manninen et Pyörälä
1-2 à 29’36 : Noreau assisté de Purcell (sup. num.)
2-2 à 39’54 : Lepistö assisté de Pyörälä (sup. num.)
3-2 à 42’48 : Heiskanen assisté de J. Lajunen et Erkinjuntti
3-3 à 46’25 : Thomas
4-3 à 52’36 : Tolvanen assisté de Lepistö et Pyörälä (sup. num.)
 

Finlande

Attaquants :
Julius Junttila – Petri Kontiola (A) – Eeli Tolvanen
Antti Erkinjuntti (+1) – Jarno Koskiranta (-2) – Veli- Matti Savinainen (-2)
Mika Pyörälä (+2) – Jani Lajunen (+2) – Sakari Manninen (-1)
Marko Anttila – Mika Niemi – Antti Pihlström
Jukka Peltola

Défenseurs :
Sami Lepistö (C, 6′) – Miro Heiskanen
Jesse Virtanen (+1) – Mikko Lehtonen
Niko Mikkola – Atte Ohtamaa (-1, 2′)
Jyrki Jokipakka

Gardien :
Eero Kilpeläinen

Remplaçant : Mikko Koskinen (G). En tribune : Joni Ortio (G), Lasse Kukkonen, Ville Lajunen, Miika Koivisto (D), Joonas Kemppainen, Teemu Hartikainen (A).

Canada

Attaquants :
Wojtek Wolski (A, +1) – Matt Ellison (+1) – Gilbert Brulé (+1)
Christian Thomas (+1) – Linden Vey (+1) – Mason Raymond (+1)
Teddy Purcell (-1) – Andrew Ebbett (-1) – René Bourque (C, -1, 6′)
Brandon Kozun (-1) – Quinton Howden (-1) – Nick Spalling (-1)
Rob Klinkhammer

Défenseurs :
Karl Stollery (+1) – Chris Lee (A, -1, 2′)
Charles Genoway (+1) – Maxim Noreau
Geoff Kinrade (2′) – Simon Després (2′)
Jesse Blacker (-1)

Gardien :
Ben Scrivens [sorti à 59’27]

Remplaçant : Justin Peters (G). En tribune : Mathew Robinson, Zach Whitecloud (D), Eric O’Dell (A).