France – Hongrie (Mondial U20, Division 1A)

Gaëtan Richard (équipe de France U20)
437

Au lendemain d’une prestation convaincante contre l’Autriche (victoire 6-1), les Bleuets affrontent le promu hongrois, battu 4-1 par la Lettonie. Le score ne doit pas pour autant inciter à prendre à la légère les hommes de Jarmo Tolvanen : ils ont tenu tête aux Baltes l’essentiel de la partie avant de craquer sur deux buts en fin de rencontre. De plus, la Hongrie a remporté les deux derniers duels amicaux : 3-2 en novembre, et 2-1 l’année dernière. Dany Gelinas ne change rien, et reconduit ainsi Gaëtan Richard dans les cages. La Hongrie choisit Mate Garbacz.

La France poussive

Le début de match se révèle accroché. Les deux formations ont opté pour un échec-avant agressif et ne laissent guère de place au porteur du palet, vite coincé dans des duels dans les balustrades. A ce petit jeu, la Hongrie se montre opportuniste. Alors que Prissaint s’est avancé à la bleue offensive, un contre favorable ouvre la porte et laisse un trois-contre-un derrière lui. Nandor Fejes n’utilise pas ses deux acolytes et ouvre le score d’un tir précis (0-1). Coup de froid dans les tribunes, alors que l’équipe de France n’a même pas encore pu sortir ses quatre lignes sur la glace…
La France réplique par un tir de la bleue capté de la mitaine par Garbacz. Richard doit aussi tenir son camp sur un tir de près et un lancer excentré. On file d’un but à l’autre et Petit est tout proche de l’égalisation avec un lancer du cercle. Les Bleuets tentent de mettre la crosse sur le palet mais éprouvent les pires difficultés à se sortir du marquage adverse et à enchaîner les passes.
A mi-période, Toth fait trébucher en entrée de zone et le jeu de puissance, si efficace la veille, entre en piste. Le jeu manque de précision : les attaquants sont privés d’espace face à une défense vive et bien en place. Pire, Melin est pris de vitesse à la bleue et commet un accrochage, qui annule la supériorité. Après quelques secondes à quatre-contre-quatre, les visiteurs s’installent à un de plus. Là aussi, cela manque de précision.
Empruntés, les Tricolores obtiennent une bonne chance sur une interception de Munoz, qui se heurte au gardien. Un cinglage replace les Français en supériorité, puis une deuxième pénalité pour retard de jeu est appelée : cinq-contre-trois pendant une minute. On joue sur le grand gabarit d’Addamo dans le slot. Servi en retrait, il manque le cadre, puis trouve Garbacz sur le deuxième essai. Le premier puni revient, mais pas le deuxième. Louis Olive égalise en déviant un tir de Vincent Melin (1-1).
Enfin dans le bon sens, les Bleuets ? Pas sûr, car Alexandre Texier est sanctionné pour avoir retenu. Ses coéquipiers défendent parfaitement bien, à l’image de Boudon et Olive, qui portent le palet dans le camp adverse. De retour au complet, la France exploite une erreur adverse avec efficacité. Jean Gleizes presse ligne de fond et intercepte un dégagement derrière la cage. Il sert Berard lancé entre les cercles, qui contrôle, fixe le gardien au sol et le trompe en hauteur (2-1). Le pressing dans les bandes d’Hugo Sarlin a forcé le défenseur à dégager derrière lui le long de la balustrade, où Gleizes rôdait tel un renard.
La France souffle, mais pas longtemps. Passifs et spectateurs dans leur zone, les joueurs de Dany Gelinas subissent après un engagement perdu. Richard réussit un premier arrêt mais le palet n’est pas bien dégagé et revient finalement sur Szalma, au cercle, qui égalise (2-2). Il reste une poignée de secondes, assez pour un tir d’Addamo puis un lancer de Prissaint de la bleue, sauvés par Garbacz.

Le piège hongrois

Après ce premier tiers poussif, les Français vont-ils rebondir ? Texier sonne la charge avec un slalom suivi d’un tir mal contrôlé par le gardien. Les deux équipes demeurent maladroites, peinant à contrôler une rondelle bondissante et se la volant tour à tour.
Texier accélère et obtient un nouveau tir dans l’axe. Garbacz sauve, le palet revient sur Bougro qui ne cadre pas. L’action réveille la Hongrie, qui confisque la rondelle et campe dans la zone française, sans parvenir à cadrer.
Alors que Sarlin dévie de peu à côté un tir de Prissaint, la Hongrie repart à l’attaque. L’échec-avant exploite un changement de ligne trop lent des Tricolores, force une perte de palet derrière le but. Szita trouve Szalma seul devant la cage et l’attaquant ne manque pas l’offrande (2-3).
En grande difficulté, la France subit et Richard doit sortir quelques arrêts. Dany Gelinas chamboule ses lignes et cherche la bonne combinaison qui secouerait un peu ses joueurs. Cela fonctionne partiellement : les Bleuets commencent à prendre possession du palet et obtiennent quelques chances, dont un bon tir en hauteur de Leroux, puis un essai en pivot de Gleizes dans l’axe. Ils tiennent mieux dans les duels, obtiennent des contres favorables à l’image d’un duel gagné par Texier le long de la bande, qui décale Boudon à l’opposée pour un nouveau tir. En jouant plus vers l’avant, les Français s’imposent plus souvent dans les duels et Guebey en profite avec deux lancers lointains. En dépit d’un léger mieux en fin de tiers, les Bleuets rentrent au vestiaire avec un but de retard.

Du mieux et un but au forceps

La France entame fort : Texier voit la porte s’ouvrir grâce aux déplacements de Petit, et repique au centre. Son tir percute le poteau de Garbacz. Le portier enchaîne en bloquant un tir de la bleue de Guebey, sur une mise au jeu offensive gagnée. La Hongrie semble accuser le coup physiquement.
Les Bleuets dominent dans le jeu, sans réussir à franchir le rideau. Une faute en zone offensive de Toth va-t-elle aider les joueurs de Gelinas ? Ils confondent un peu vitesse et précipitation. Hormis un bon tir de Boudon au cercle droit, on ne compte aucune occasion franche. Les 600 spectateurs poussent leur équipe, qui tente encore trop l’exploit individuel. Mais la Hongrie subit et se contente de plus en plus de dégager sans fioritures. Cela reste un rideau défensif bien en place et qui peut piquer en contre. Majoross efface Guebey et ne parvient finalement pas à tirer sur Richard. Le défenseur français se rattrape et son lancer de la bleue trouve la botte de Garbacz. Puis, enfin une bonne percée ! Petit trouve Boudon qui lance, et Texier ne parvient pas à cadrer le rebond. Et Berard vole un palet au fond et le portier gêle le disque… C’est compliqué !
La France pousse, pousse et s’appuie sur les tirs de ses défenseurs. Après un essai bloqué de Guebey, c’est Melin qui tente sa chance. Garbacz se baisse pour saisir le palet, mais Berard dévie juste devant lui (3-3). Un peu d’air pour le public, même si les qatre dernières minutes sont tendues. Les deux équipes laissent transpirer leur fébrilité, mais rien n’est marqué.

Guebey sauve les Bleuets

La sirène retentit sur ce score nul et laisse place à une prolongation à trois-contre-trois de cinq minutes… sauf que la Hongrie commet un surnombre après une minute. Une erreur fatale. Les Bleus gagnent la mise au jeu, Texier contrôle et donne en retrait vers Guebey à la bleue. Le défenseur reprend de volée, une mine ras glace qui termine au fond des filets (4-3).

La France s’est fait très peur et accroche deux points. Un de perdu, mais la France a sauvé les meubles face à une formation accrocheuse. La Hongrie a sans doute manqué de physique pour tenir la distance, et a reculé au fil du match. La France, poussive, a eu beaucoup de mal à enchaîner ses passes, à s’installer durablement et à pénétrer l’enclave, se contentant de tirs lointains. Mais cela a fini par passer. Place à une journée de repos avant d’affronter l’Allemagne, qui aura 24h de repos de moins…

Désignés joueurs du match : Enzo Guebey (France) et Mate Garbacz (Hongrie)

France 4-3 Hongrie ap. (2-2, 0-1, 1-0, 1-0)
Lundi 11 décembre 2017, 19h. Courchevel, 600 spectateurs.
Arbitrage de Scott Ferguson (Canada) assisté de Frédéric Monnaie (Belgique) et Viktor Zinchenko (Biélorussie)
Pénalités : France 4′ (4′, 0′, 0′), Hongrie 10′ (6′, 0′, 2′, 2′)
Tirs : France 44 (13, 11, 18, 2), Hongrie 29 (11, 15, 3, 0)

Récapitulatif du score
0-1 à 02’39 » : Fejes assisté de Vertes
1-1 à 14’26 » : Olive assisté de Melin et Petit (sup. num.)
2-1 à 18’12 » : Berard assisté de Sarlin et Gleizes
2-2 à 19’27 » : Szalma assisté de Fejes
2-3 à 26’19 » : Szalma assisté de Horvath et Szita
3-3 à 55’43 » : Berard assisté de Melin et Sarlin
4-3 à 61’23 » : Guebey assisté de Texier et Boudon (sup. num.)

France

Attaquants :
Jordann Bougro – Alexandre Texier – Justin Addamo (C)
Louis Petit – Louis Boudon (A) – Louis Olive
Maxence Leroux – Teo Sarliève-Fonfraid – Julien Munoz
Benjamin Berard – Hugo Sarlin – Jean Gleizes
Kevin Tassery

Défenseurs :
Alexandre Pascal – Axel Prissaint
Joris Rama – Enzo Guebey
Jules Lefebvre – Vincent Melin (A)
Clément Mermoux

Gardien :
Gaëtan Richard

Remplaçant : Julian Junca (G)

Hongrie

Attaquants :
Donat Szita – Balint Horvath (A) – Zsolt Szalma
Akos Mihaly – Andor Peter – Marcell Revesz
Gergely Toth – Kristof Papp – Barnabas Majoross (C)
Natan Vertes – Bruno Kreisz – David Molnar
Akos Szigeti

Défenseurs :
Bence Szabo (A) – Nandor Fejes
Florian Sandor – Roland Kiss (A)
David Pokornyi – Antonino Sarcia
Mark Daniel Vas

Gardien
Mate Garbacz

Remplaçant : Karoly Toth (G)

Les commentaires sont fermés.