HA
top

Suède – États-Unis (Mondial U20, demi-finale)

68

Le champion en titre américain parviendra-t-il à défendre son titre ? Rien n’est moins sûr. La Suède fait figure d’épouvantail dans ce tournoi, après une première phase impressionnante de solidité.

Bob Motzko choisit de conserver sa confiance envers Joseph Woll dans les cages, au détriment de Jake Oettinger. Logan Brown, absent depuis deux matchs, fait son retour. William Lockwood reste cependant à l’infirmerie.

Le premier tiers se révèle assez fermé. Les deux formations effectuent un bon travail pour tenir le jeu excentré. La première chance revient aux États-Unis à la cinquième minute. Une passe renverse le jeu vers Adam Fox, qui lance vers la cage et cherche la déviation de Yamamoto. Le palet file à côté.

La Suède réplique avec un gros travail de Lias Andersson derrière la cage. Il harcèle la défense, récupère et, allongé sur le sol, parvient à rabattre le palet devant le but où Elias Pettersson se heurte à Woll. Dylan Samberg concède deux minutes et les hommes de Tomas Morten installent le jeu de puissance. Le palet circule vite et Alex Nylander échoue de peu au second poteau. Woll bloque sur la ligne et la vidéo le confirme. Les Américains s’en sortent et subissent, avec une nouvelle de chance de Nylander entre les deux cercles, servi par une passe en retrait, bloquée par Lindgren. Les États-Unis ne sont pas en reste avec une percée en puissance de Poehling et un tir dangereux de Bellows. La dernière chance du tiers revient à Mittelstadt, sans réussite.

Toujours indécise, la partie penche petit à petit en faveur de la Suède. Max Jones puni pour accrochage, les Scandinaves s’approchent du but de Woll. Jesper Boqvist remonte le palet et laisse en retrait à Liljegren à la bleue. Le tir est dégagé de la jambière. Woll a bien du travail et repousse au retour à cinq contre cinq un superbe slalom de Rasmus Dahlin au milieu de quatre adversaires. Puis, lors d’une pénalité différée, Lundeström reçoit une longue passe et se présente en échappée : Woll s’impose, et Samberg sort donc deux minutes. Cette fois, la Suède trouve la faille. Nylander, à droite, renverse au cercle opposé vers Lias Andersson. Ce dernier a du temps, fixe, et expédie un tir très précis au fond des filets (1-0). Une frappe chirurgicale en lucarne… Et Nylander, crédité d’une assistance, marque là son 28e point au Mondial junior, égalant ainsi le score de son père Michael à la quatrième place de l’histoire de la Suède.

Les États-Unis réagissent et Mittelstadt trouve Jones auprès du but, sans réussite. Peu après, Brännström sort deux minutes. Une longue relance de Woll surprend les Suédois en plein changement de ligne et trois Américains se présentent seuls devant Gustafsson ! Mittelstadt prend ses responsabilités mais son revers ne passe pas. Tkachuk et Bellows à ses côtés auraient peut-être constitués de meilleurs choix… De plus, Bellows, dans l’élan, touche le gardien et est sanctionné de deux minutes.

Rien n’est joué à l’approche de la dernière période, qui sera dantesque. La Suède échappe à la correctionnelle en tuant un retard de jeu puis une obstruction. Juste après avoir passé quatre des six premières minutes en infériorité, la Suède capitalise. Une longue passe de Liljegren envoie Andersson en deux-contre-un avec Karlström. Les deux hommes s’échangent les politesses et Lias Andersson conclut (2-0).

Rien n’est encore fait et Lindström sort pour avoir retenu la crosse. Malheureusement pour le public local, Steen intercepte dans sa zone et démarre en deux-contre-un avec Nylander. Steen choisit le tir : le métal résonne et c’est un but en infériorité numérique (3-0). La pénalité n’a pas expiré que Davidsson intercepte une passe approximative dans la neutre. Il lance Jonsson Fjällby qui part en un-contre-un contre Perunovich et déniche juste assez d’espace pour un tir qui nettoie la lucarne (4-0). Deux buts en infériorité sur la même séquence : même avec deux tirs aussi parfaits, Woll est sanctionné et sort, remplacé par Oettinger. La Suède a un pied en finale.

Les Américains ont l’énergie du désespoir et, bien que brouillons, ils obtiennent une nouvelle chance avec un cinglage de Lias Andersson. Bellows gagne un duel dans le coin et Yamamoto récupère derrière la cage. Il surprend le gardien en passant à Bellows, qui revient devant le but et réduit le score (4-1). Il reste quatre minutes et Oettinger laisse sa place à un attaquant. Quelques secondes plus tard, Hugues s’infiltre et sert Brady Tkachuk dans l’enclave, qui écarte sur son capitaine Joey Anderson. La reprise est bloquée et Tkachuk bonifie le rebond (4-2). Il reste trois minutes et deux buts de retard. Malgré une pénalité de Söderlund, la Suède va tenir jusqu’au bout.

Le tenant du titre est donc tombé dès les demi-finales. La formation suédoise, sans doute plus complète, a tenu la distance. Joseph Woll n’a pas réussi à égaler son homologue Gustafsson, puni par quelques tirs d’une précision diabolique. C’est la première médaille suédoise après trois quatrièmes places de suite, et seulement la deuxième victoire suédoise sur les États-Unis depuis 1996.

Désignés joueurs du match : Filip Gustafsson (Suède) et Josh Norris (États-Unis)

Commentaires d’après-match :

Elias Pettersson (attaquant de la Suède) : « Nous avons une bonne chance en finale, mais n’oublions pas comment nous sommes arrivés là. Le travail et croire en nous-mêmes.

Kieffer Bellows (attaquant des États-Unis) : « La Suède peut vous punir à chaque fois. Ils ont une grande attaque et une superbe défense. Nous avons joué un match complet, j’ai trouvé. Ils en sont sortis vainqueurs, bravo à eux. »

Bob Motzko (entraîneur des États-Unis) : « Nous n’avions pas de bonnes jambes et nous avons un peu bataillé contre ça. Nous n’avons pas réussi à nous remettre sur le bon chemin et tout le mérite en revient à la Suède. Joe [Woll] ne nous a pas failli ce soir, c’est nous qui l’avons laissé tomber. Notre mission n’est pas terminée. Nous le devons au futur de USA Hockey. Il y a un match important demain, qu’il faut honorer de la meilleure manière et être prêt. »

 

Suède – États-Unis 4-2 (0-0, 1-0, 3-2)
Jeudi 4 janvier 2018, 16h. Key Bank Center de Buffalo (USA). 7524 spectateurs.
Arbitrage de Manuel Nikolic (AUT) et Marc Wiegand (SUI) assistés de Rene Jensen (DAN) et Peter Sefcik (SVQ)
Pénalités : Suède 16′ (2′, 2′, 16′), États-Unis 8′ (2′, 6′, 0′)
Tirs : Suède 20 (5, 9, 6), États-Unis 31 (8, 11, 12)

Récapitulatif du score
1-0 à 33’30 » : Pettersson assisté de Nylander et Lindström (sup. num.)
2-0 à 46’17 » : Andersson assisté de Karlström
3-0 à 47’47 » : Steen (inf. num.)
4-0 à 48’25 » : Jonsson Fjallby assisté de Davidsson (inf. num.)
4-1 à 52’24 » : Bellows assisté de Yamamoto (sup. num.)
4-2 à 56’59 » : Tkachuk assisté de J. Anderson (att. sup.)

Suède

Attaquants
Alexander Nylander (A) – Lias Andersson (C) – Elias Pettersson
Fredrik Karlström – Linus Lindström – Fabian Zetterlund
Oskar Steen – Isac Lundeström – Tim Söderlund
Axel Jonsson Fjällby – Marcus Davidsson – Glenn Gustafsson
Jesper Boqvist

Défenseurs
Jacob Moverare (A) – Timothy Liljegren
Erik Brännström – Rasmus Dahlin
Jesper Sellgren – Gustav Lindström
Linus Högberg

Gardien :
Filip Gustavsson

Remplaçant : Filip Larsson (G). Réserviste : Olle Eriksson Ek (G)

États-Unis

Attaquants
Kieffer Bellows – Ryan Poehling – Kailer Yamamoto
Brady Tkachuk – Casey Mittelstadt – Joey Anderson (C)
Max Jones – Josh Norris – Patrick Harper
Trent Frederic – Logan Brown – Riley Tufte

Défenseurs
Dylan Samberg – Adam Fox (A)
Ryan Lindgren (A) – Scott Perunovich
Mikey Anderson – Andrew Peeke
Quinn Hughes

Gardien :
Joseph Woll

Remplaçant : Jake Oettinger (G). Réservistes : Jeremy Swayman​ (G), William Lockwood (blessé)