Brest – Montpellier (Division 1, 2e journée)

399

Toujours leaders.

Après avoir réussi son entrée contre Chambéry (victoire 10-3), Brest accueille les Vipers de Montpellier, un autre club promu de Division 2. L’opposition s’annonce néanmoins plus relevée comme en témoigne la courte défaite 2-1 des Héraultais à Végapolis contre Nantes. Sachant que les Corsaires ont été battus de justesse par les Albatros en matchs de préparation, les Bretons doivent effectuer un match sérieux s’ils veulent soigner leur entrée à domicile.

Absent de la première rencontre, Samuli Kivimäki est bien présent sur la glace ce soir. En revanche, le nouveau portier Alexis Neau devra attendre encore un peu pour endosser l’uniforme (de plus en plus noir et jaune…) des Brestois. Le temps que les formalités administratives soient remplies, c’est Clément Tanguy, habituel gardien de la réserve avec Stéphane Duvernois, qui assure l’intérim en tant que remplaçant.

Du côté des Vipers (que l’on pourrait renommer « Aigles » tellement il y a d’anciens Niçois), Nicolas Luomi prend place entre les poteaux suite à une légère blessure à la cheville de Sébastien Raibon. Ce dernier est néanmoins présent sur le banc.

Malgré un long déplacement depuis l’Hérault, Montpellier se montre vite dans le rythme car les Bretons sont pris à la gorge d’entrée de jeu et passent le plus clair de leur temps dans leur zone défensive. Sylvain Codère tourne à quatre lignes, ce qui donne l’occasion de voir (enfin !) Maxime Foulon jouer après un an de présence dans l’effectif. Sans doute un peu pris à froid, le jeune Français est pénalisé pour un accrocher (4’17’’).

Les visiteurs ne tirent absolument pas profit de cette situation de jeu et se font même punir. Le capitaine Jonathan Avenel est tout d’abord proche de déjouer seul Luomi en contre-attaque (4’50’’). C’est finalement Tyler Makin qui, d’un tour de cage, glisse le disque dans un trou de souris (1-0 à 5’12’’).

Malgré ce but, Montpellier poursuit ses efforts à l’image de Karel Hromas qui ne trouve pas la faille face à Carmine Guerriero malgré une lutte féroce dans l’enclave (6’15’’). Si la quatrième ligne locale a commis une faute, elle parvient également à en provoquer grâce au dynamisme de Dimitri Motreff que Lukáš Špelda stoppe irrégulièrement (9’28’’). Le jeu de puissance donne lieu à quelques beaux mouvements collectifs des Brestois mais la finition est encore à travailler.

Globalement les Montpelliérains passent plus de temps en zone offensive mais doivent rester vigilants car leurs adversaires se mettent rapidement en position dangereuse lors de leurs offensives. La plus grosse occasion du tiers est à mettre au crédit de Jaromir Florian après une grosse perte de palet de Samuli Kivimäki. L’ancien attaquant de Limoges parvient à le lui subtiliser pour s’en aller seul défier Guerriero. Le gardien canadien sort le grand jeu et arrête de manière splendide le dribble de l’attaquant tchèque par un grand écart (18’30’’).

Malgré une domination de quatorze tirs à neuf, les Héraultais ne sont pas récompensés d’un but au premier tiers. L’égalisation intervient finalement au début du deuxième. Un lancer puissant à la bleue de Špelda déjoue Guerriero (1-1 à 22’05’’). Le palet semble dévié par Raimonds Daņiļičs qui célèbre le but mais le corps arbitral ne l’a pas vu et c’est bien le défenseur originaire de Mělník qui est crédité de la réalisation.

Un moment de flottement suit ce but pour les Albatros avec plusieurs pertes de palets en défensive et sur les sorties de zone. Le trio des besogneux frères Avenel et Nicolas Thos montre l’exemple en allant se « salir le nez » vers le but de Luomi ce qui aboutit à un tir victorieux de l’ex-Angloy (2-1 à 24’27’’).

Après avoir effacé une pénalité pour surnombre (29’22’’), les locaux font le break par l’intermédiaire du duo finlandais Piispanen (le passeur) – Kivimäki (le buteur) pour le 3-1 (31’35’’). Montpellier n’est pourtant pas découragé et bénéficie de deux nouvelles supériorités numériques (32’19’’ et 35’28’’). Un tournant du match se joue ici puisque, malgré des occasions franches, les Vipers buttent sur un Guerriero étourdissant qui sort des arrêts spectaculaires de la mitaine (33’) ou couché sur sa ligne de but (34’). Peu après, la réussite est encore avec lui lorsque Daņiļičs s’emmêle tout seul et rate totalement son tir alors qu’il se présentait absolument seul face au but (35’28’’).

Un signe fort lancé par les coachs Sylvain Codère et Stéphane Gros pour la confiance envers les jeunes est la présence en infériorité de Hugo Montagu, Baptiste Bruyas (21 ans tous les deux) et Dimitri Motreff (22 ans). Ce dernier parvient encore à obtenir une pénalité de Špelda (49’21’’). Auparavant Montpellier n’avait toujours pas trouvé la solution en supériorité suite à un retard de jeu de Gaëtan Cannizzo ( 41’19’’).

Les Bretons gèrent leur avance et c’est au tour des visiteurs d’enchaîner deux prisons (50’48’’ et 56’45’’). Mais Brest ne se met pas totalement à l’abri en ne lançant pas assez à la cage et en cherchant parfois un peu trop le jeu parfait. Stéphane Gros pose son temps mort après une pénalité de Makin (56’54’’). L’ancien coach de Chamonix choisit de sortir son gardien mais cela ne porte pas ses fruits puisque Piispanen scelle la victoire brestoise en ajustant la cage vide du milieu de glace (4-1 à 58’07’’).

Brest enchaîne un deuxième succès. Les Albatros n’ont pas eu la partie facile et peuvent dire merci à leur gardien Guerriero qui a maintenu à flot le navire brestois lorsqu’il a tangué notamment sur les infériorités numériques du deuxième tiers. La différence sur le match se fait notamment sur les unités spéciales. Montpellier avait déjà récolté un zéro sur dix face à Nantes, ce soir c’est un zéro sur huit et un but pris alors que l’adversaire évoluait en infériorité. Il manque donc quelque chose aux Vipers sur le dernier geste. L’équipe constitue malgré tout un solide promu qui devrait en embêter plus d’un.

Du côté de Brest, outre la belle prestation du gardien, on a apprécié la combativité du bloc des frères Avenel qui a su faire rebasculer l’équipe en tête rapidement après le but de Špelda. Bien que muet sur la feuille de match, Justin Bernier aura montré de belles choses et forme un solide duo avec son compatriote Makin. La rotation à quatre lignes est également appréciable et les jeunes n’ont pas démérité notamment Motreff avec deux pénalités obtenues.

Le premier bloc Sprukts-Piispanen-Kivimäki est un peu plus troublant. Il dégage un potentiel évident mais qui a ses points noirs. Sprukts et Kivimäki, en faisant étalage de leur technique, se laissent parfois aller à des actions trop personnelles. Elles ont d’ailleurs provoqué deux pertes de palets catastrophiques qui auraient pu entraîner un but. Piispanen est bien plus sobre pour l’instant et redoutablement efficace avec une belle vision de jeu et une domination au cercle d’engagement époustouflante ce soir (92 % de réussite).

Après deux journées, il n’y a déjà plus que quatre équipes invaincues dans ce championnat de Division 1 homogène. Les Albatros se rendent chez l’une d’entre eux, Neuilly-sur-Marne, sur une glace où il est toujours très difficile de s’imposer. Un très gros test pour les hommes de Sylvain Codère qui occupent pour l’instant la tête du classement grâce à un goal-average favorable.

 

Brest – Montpellier 4-1 (1-0, 2-1, 1-0)
Samedi 22 septembre 2018 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 742 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Leevan Thiebault et Samuel Fessier.
Pénalités : Brest 16′ (2’, 6’, 8’), Montpellier 18′ (2’, 0’, 6‘+10’).
Tirs : Brest 26 (9, 12, 5), Montpellier 31 (14, 14, 3)

Évolution du score :
1-0 à 05’12’’ : Makin assisté de Perron-Fontaine (inf. num)
1-1 à 22’05’’ : Špelda assisté de Pék
2-1 à 24’27’’ : Thos assisté de J. Avenel et G. Avenel
3-1 à 31’35’’ : Kivimäki assisté de Piispanen
4-1 à 58’07’’ : Piispanen (cage vide)

Brest

Attaquants :
Gatis Sprukts – Markus Piispanen – Samuli Kivimäki
Nicolas Thos – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Justin Bernier – Jan Krivohlavek – Taylor Makin
Maxime Foulon (alternance avec Anthony Laurent) – Nathan Bernier – Dimitri Motreff

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alexandre Perron-Fontaine (A)
Miha Pesjak – Nicolas Favarin
Gaëtan Cannizzo – Baptiste Bruyas

Gardien :
Carmine Guerriero

Remplaçant : Clément Tanguy (G). Absent : Alexis Neau (pas encore qualifié).

Montpellier

Attaquants :
Karel Hromas – Vladimír Kubus – Jaromír Florián
Elie Raibon – Martin Vojsovič – Lukáš Pék
Petr Janečka – Raimonds Daņiļičs – Patxi Biscard
Charly Cirgues – Hugo Montagut – Thomas Saunier

Défenseurs :
Bohdan Višňák – Ivan Bohin
Arthur Montenoise – Lukáš Špelda
Raphaël Odorico – Milan Varga
Benjamin Eyre

Gardien :
Nicolas Luomi (sorti de 56’54’’ à 57’42’’ puis de 58’ à 58’07’’).

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Karim Marcialis. Absents : Mathis Flinois

 

Les commentaires sont fermés.

lectus in facilisis libero Nullam Lorem