Brest – Mont-Blanc (Division 1, 6e journée)

479

Laborieux.

Éliminés mardi en Coupe de France et n’ayant remporté aucun des trois chocs ces dernières semaines (dans l’ordre Neuilly-sur-Marne, Tours et Cergy), les Albatros sont sur une série de défaites qu’ils doivent faire cesser au plus vite pour se relancer en championnat où ils ont perdu du terrain. L’entraineur local a annoncé dans la presse quotidienne régionale qu’il espérait un match référence.

L’arrivée d’un nouvel attaquant, Trevor Petersen, a été confirmée durant la semaine mais ce dernier n’est arrivé que la veille de cette rencontre et n’est pas encore qualifié. Une fois les formalités administratives effectuées, il permettra à Sylvain Codère de disposer de quatre blocs complets en attaque. Ce soir, comme mardi, il effectue une rotation à quatre lignes avec une alternance d’ailiers pour accompagner le duo finlandais Kivimäki – Piispanen.

Le public s’attendait à retrouver deux défenseurs ayant porté les couleurs brestoises l’an passé mais si Clément Colombin est bien sur la glace ce soir, on ne trouve pas trace de Aleksi Laine. La plus grosse absence pour les Yétis est incontestablement celle de leur attaquant Mikuláš Bícha qui est suspendu. L’attaquant tchèque a inscrit un tiers des buts du Mont-Blanc cette saison. Julien Guimard doit également se passer de Jérémy Arès blessé au dos. C’est Valérian Croz qui effectue un retour au jeu pour combler la place vacante.

C’est donc fortement diminués que les Yétis abordent la rencontre et ils sont littéralement pris à la gorge dès le coup d’envoi. Brest prend le jeu en main et s’installe de longues minutes en zone d’attaque. Les tirs se multiplient mais la finition n’est pas au rendez-vous. En supériorité numérique, suite à une très vilaine charge dans le dos de Jan Jeništa sur Gatis Sprukts (4’59’’), les Albatros installent leur jeu de puissance pendant l’intégralité de la prison mais n’adressent que deux tirs cadrés sur la cage gardée par Victor Goy.

La première occasion des visiteurs intervient peu avant la mi-tiers lorsque Arthur Covar se retrouve seul dans l’axe face au but en possession du palet mais il ne cadre pas son lancer. On cherche encore la défense bretonne sur cette action (9’35’’). C’est bien Mont-Blanc qui ouvre la marque contre le court du jeu sur leur premier jeu de puissance d’un lancer dévié par Léo Dutruel (0-1 à 10’27’’). Leur avance aurait même pu être doublée sur une action gaguesque où Sprukts se télescope avec un coéquipier lors d’un repli défensif. Cela permet à Vepsäläinen de se présenter seul face à Guerriero. Mais le gardien canadien a le dernier mot (15’40’’).

Malgré une domination 14 tirs à 4, Brest perd ce tiers après avoir manqué un nombre important d’occasions. La faute à un manque de finition flagrant et à un bon gardien adverse en la personne de Victor Goy.

La rencontre repart sur les mêmes bases après la pause. Les Albatros volent vers la cage des Yétis et finissent par égaliser. Mont-Blanc est une équipe qui patine bien et presse haut… Parfois trop puisque trois visiteurs fondent sur Miha Pesjak dans sa zone défensive mais se font piéger. L’arrière slovène ne panique pas et parvient à basculer le jeu de l’autre côté de la patinoire par une longue relance. Les Savoyards sont pris à revers et sur la contre-attaque qui s’en suit Jan Krivohlavek pousse au fond des filets le centre de Markus Piispanen (1-1 à 23’27’’).

Les Yétis cherchent à placer des contre-attaques en essayant d’intercepter les transmissions brestoises, notamment au niveau de leur ligne bleue défensive. Des changements de lignes hasardeux de la part des protégés de Sylvain Codère offrent deux occasions à Vepsäläinen (28’30’’) puis Éric Léger (29’30’’) toutes stoppées par Guerriero.

À la faveur de supériorités numériques, les Albatros finissent par s’envoler au score dans ce tiers intermédiaire. Une première fois par un lancer lointain et peu puissant mais dans un timing astucieux de Kivimäki qui surprend un Victor Goy totalement masqué (2-1 à 33’23’’). Une deuxième fois cinq secondes après le début de la pénalité de Tassery pour crosse haute (38’19’’). Après la mise en jeu initiale remportée par Brest en zone d’attaque, un tir contré met hors-position Goy déjà en papillon et permet à Makin d’inscrire le but du break dans une cage grande ouverte (3-1 à 38’24’’).

La moitié des supériorités numériques a donc été concrétisée pour Brest dans cette période mais il faut noter que, par son bon patinage, Mont-Blanc a gêné les Brestois. Guerriero a même du sortir à plusieurs reprises de sa cage pour jouer le palet à la crosse devant ou derrière son but car quasi systématiquement c’était un Yéti qui était le premier sur le disque. L’écart au score est pourtant logique avec une nouvelle large domination aux tirs des locaux (14 à 3).

La dernière période est plus équilibrée. Moins portés sur l’attaque, les Albatros veulent gérer leur avance. Ils essuient sans encombre une infériorité numérique en début de période (42’17’’) mais doivent rester vigilants car ils demeurent à portée de crosses de leurs adversaires. À la mi-tiers Léo Dutruel hérite d’un rebond plein axe laissé par Guerriero mais l’attaquant français ne cadre pas son tir (50’). Frayeur ensuite pour le gardien canadien sur un lancer anodin du milieu de glace par un Yéti qui sortait sur le banc. La trajectoire du palet est mal jugée par le cerbère. Le disque ricoche sur l’équipement et frôle le montant (52’).

Les Albatros assurent un peu plus leur succès après un festival de dribbles de Gatis Sprukts par lequel l’attaquant letton enchaîne un belle passe en retrait pour Dimitri Motreff. Ce dernier place un tir précis dans le haut du but (4-1 à 55’41’’). Le premier but en équipe professionnelle et en Division 1 pour ce joueur issu de la formation brestoise !

Se pensant sans doute à l’abri, Brest se relâche et en paye le prix face à un adversaire qui ne lâche rien. Reconverti en défenseur ce soir pour pallier les absences, Yoann Chauvière sauve de justesse un palet à sa bleue offensive et évite un hors-jeu. Il transmet à Arthur Coulon qui place un slap puissant entre les jambières de Guerriero. Le palet est ralenti par le portier mais franchi la ligne de but (4-2 à 57’07’’).

Alexandre Perron-Fontaine est ensuite coupable d’un cinglage sanctionné (58’21’’). Coup de froid sur le Rïnkla lorsque à nouveau Coulon parvient à placer une frappe qui percute cette fois le bouclier de Guerriero qui le dévie dans son but (4-3 à 58’48’’). L’avance a fondu comme neige au soleil en l’espace de quelques minutes.

Logiquement, Julien Guimard pose ensuite son temps mort et fait sortir Goy (58’54’’). Pari perdu puisque Brest parvient à contrôler le palet et c’est Kivimäki qui allume la cage vide d’un slap rageur ce qui ne plait pas du tout à Yoann Chauvière avec qui il échange quelques mots doux (5-3 à 59’14’’).

Brest renoue donc avec la victoire mais de manière bien laborieuse. L’équipe a pris le match par le bon bout en se ruant sur la cage adverse dès le coup d’envoi mais elle a fait preuve d’un déficit flagrant de réussite dans le dernier geste. Ce manque de finition a permis à Mont-Blanc de rester dans la course et même de passer devant en étant opportuniste devant la cage.

Les pénalités au deuxième tiers ont fini par faire tardivement la différence. Mais l’équipe a connu un relâchement coupable après le quatrième but ce qui a remis rapidement en selle des Yétis qui ont patiné pendant soixante minutes avec un effectif privé de titulaires indiscutables. On ne peut donc pas parler de match référence comme attendu pour Brest.

Espérons pour les Bretons que le nouvel attaquant Taylor Petersen soit un finisseur car pour l’instant il en manque dans l’effectif actuel. Ou alors ceux-ci sont encore en rodage ou en manque de réussite. Mais avec presque un quart de championnat joué, il est temps d’ajuster la mire ou de faire basculer la réussite de l’autre côté.

Brest – Mont-Blanc 5-3 (0-1, 3-1, 2-2)
Samedi 27 octobre 2018 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 755 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Leevan Thiebault et Maxime Laboulais.
Pénalités : Brest 6′ (2’, 0’, 4’), Mont-Blanc 12′ (4’, 8’, 0‘).
Tirs : Brest 37 (14, 14, 9), Mont-Blanc 19 (4, 3, 12)
Évolution du score :
0-1 à 10’27’’ : Dutruel assisté de Lazzaroni et Aimonetto (sup. num.)
1-1 à 23’27’’ : Krivohlavek assisté de Piispanen
2-1 à 33’23’’ : Kivimäki assisté de Piispanen (sup. num.)
3-1 à 38’24’’ : Makin assisté de J. Bernier et Perron-Fontaine (sup. num.)
4-1 à 55’41’’ : Motreff assisté de Sprukts et J. Bernier
4-2 à 57’07’’ : Coulon assisté de Chauvière et Tassery
4-3 à 58’48’’ : Coulon assisté de Chauvière et A. Cocar (sup. num.)
5-3 à 59’14’’ : Kivimäki assisté de Makin et Gréverend (cage vide)

Brest

Attaquants :
Nicolas Thos – Graham Avenel – Jonathan Avenel (C)
Justin Bernier – Gatis Sprukts – Taylor Makin
Nathan Bernier – Jan Krivohlavek – Dimitri Motreff
(alternance d’ailiers) – Markus Piispanen – Samuli Kivimäki

Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alexandre Perron-Fontaine (A)
Miha Pesjak – Nicolas Favarin
Gaëtan Cannizzo – Baptiste Bruyas

Gardien :
Carmine Guerriero

Remplaçants : Alexis Neau (G), Maxime Foulon, Anthony Laurent. Absent : Trevor Petersen (pas encore qualifié).

Mont-Blanc

Attaquants :
Éric Léger – Kévin Tassery – Arthur Coulon
Ville Vepsäläinen (A) – Richard Aimonetto – Léo Dutruel
Victor Orset – Pierre Vissio – Raphaël Ranzoni (C)
Valérian Croz – Thibault Masson – Samuel Guer

Défenseurs :
Arthur Cocar – Yoann Chauvière
Arnaud Lazzaroni – Jan Jeništa
Victor Cocar (A) – Clément Colombin
Joris Rama

Gardien :
Victor Goy (sorti de 58’12’’ à 58’21’’ puis de 58’54’’ à 60’)

Remplaçant : Raphaël Sanyas (G). Absents : Jérémy Arès (blessure au dos), Mikuláš Bícha (suspendu), Aleksi Laine.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :