La popstar écourte ses vacances pour jouer au hockey

236

Cela fait quelques semaines que Leon Niederberger, hockeyeur professionnel de Düsseldorf, se fait un nom dans un tout autre domaine. Il avait reçu une guitare en cadeau de sa copine il y a trois ans, et avait appris à en jouer par des tutoriels en ligne. Après avoir chanté des reprises sur Instagram, il a collaboré avec son ami le producteur Bjorn Olson pour enregistrer une chanson inédite dans un studio en juin dernier : What i’m missing est monté jusqu’à la cinquième place des charts sur i-tunes.

Sur le point de signer un contrat avec la maison de disques Universal, Leon Niederberger, 22 ans, a toutefois précisé que le hockey sur glace restait sa priorité, et l’équipe d’Allemagne son objectif. L’opportunité s’est présentée quand, confronté à une avalanche de forfaits (le dernier en date Eisenschmid a dû quitter le groupe sur blessure), Marco Sturm l’a rappelé jeudi pour le week-end. Leon a écourté ses vacances en Espagne, a débarqué hier et célèbre aujourd’hui sa toute première sélection. Il poursuit ainsi la tradition familiale de son père Andreas et de son frère aîné, le gardien Mathias.

Le match ne peut pas mieux commencer pour l’Allemagne. Jason Fuchs prend une pénalité (faire trébucher) dès la première minute, et Leo Pföderl marque déjà son troisième but en avantage numérique (!) dans le tournoi : son tir du cercle gauche est masqué par la bonne présence de Phil Hungerecker dans le slot et passe entre les bottes de Lukas Flüeler. La Suisse réplique dans la minute qui suit quand Lino Martschini envoie en contre-attaque Yannick Herren qui remporte son face-à-face avec le gardien Danny aus den Birken. On n’a pas l’habitude de voir autant de buts – deux en trois minutes ! – dans un Allemagne-Suisse. À la dixième minute, Noah Rod donne l’avantage à la Nati, à bout portant, sous la barre.

L’Allemagne part fort au deuxième tiers-temps. Leo Pföderl vendange un 2-contre-1, et surtout Phil Hungerecker – auteur d’intéressants débuts intrnationaux – se crée une belle occasion mais échoue sur le poteau. C’est cependant la Suisse qui est la plus dangereuse avec ses attaques rapides. Michael Fora décale sur l’aile gauche son capitaine Noah Rod qui marque au-dessus de l’épaule du gardien.

Les Allemands jouent 1’15 à 5 contre 3 en début de troisième période, et ils se trouvent parfois en très bonne position, mais sans réussite dans le dernier geste. À douze minutes de la fin, le malheureux gardien Danny aus den Birken prend la crosse de Bachofner dans la nuque à l’endroit le moins protégé (le Suisse lui est tombé dessus bien involontairement, poussé par Zerressen). Le portier tente de reprendre le jeu, mais cède finalement sa place peu après à Niklas Treutle.

C’est alors que l’Allemagne réussit un retour inattendu. Lean Bergmann marque son premier but international, sur un lancer lointain d’Ebner mal bloqué par Flüeler. Pour son tout premier match international (il était en tribune lors de la première journée), Jérôme Bachofner aurait pu devenir le héros sur une contre-attaque à trois minutes de la fin, mais il bute sur Treutle. Et à 41 secondes de la fin, le palet rebondit dans la crosse de Marcel Noebels, qui ne se fait pas prier pour signer l’égalisation providentielle.

La prolongation à 3 contre 3 est animée et dominée par les Suisses, et Treutle doit sauver son camp à deux reprises. Mais il ne peut plus faire grand-chose aux tirs au but, tandis que toutes les tentatives allemandes échouent.

Commentaires d’après-match

Marco Sturm (entraîneur de l’Allemagne) : « Le point est mérité, même si dans les 30 premières minutes, la Suisse était la meilleure équipe. Ils étaient plus rapides. Nous avons eu besoin de temps pour trouver notre jeu. Peut-être en avons-nous fait plus quand Treutle est rentré parce qu’il était froid. Même si on ne gagne pas le tournoi, l’important pour moi, c’est la manière dont nous nous présentons. Et tout est en ordre pour moi. Aus den Birken va déjà un peu mieux, dans tous les cas les deux autres gardiens étaient prévus dimanche. Je n’attends rien de spécial pour mon dernier match. J’espère que nous aurons un peu de réussite et que nous ramènerons la victoire. C’est un sentiment bizarre. »

Marcus Kink (capitaine de l’Allemagne) : « Bien sûr cela aurait été beau de gagner encore une fois la Deutscland Cup pour Marco. Mais il ne sera pas mécontent de nous, compte tenu de notre match. Les Suisses ont joué avec beaucoup de tempo en zone neutre. Cela nous a posé problème. On voit comment le jeu international est serré. C’est important pour le caractère de savoir que nous pouvons revenir. L’égalisation était méritée. »

 

Allemagne – Suisse 3-3 (1-2, 0-1, 2-0, 0-0) / 0-2 aux tirs au but
Samedi 10 novembre 2018 à 13h30 au Königpalast de Krefeld. 6113 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Bauer et Benjamin Hoppe (ALL) assistés de Maxim Cepik et Jakub Klima (ALL).
Pénalités : Allemagne 8′ (2′, 6′, 0′, 0′) ; Suisse 8′ (2′, 2′, 4′, 0′).
Tirs : Allemagne 22 (9, 6, 7, 0) ; Suisse 35 (11, 9, 11, 4).

Évolution du score :
1-0 à 01’27 : Pföderl assisté de Pietta et Hungerecker (sup. num.)
1-1 à 02’20 : Herren assisté de Martschini et Kreis
1-2 à 09’09 : Rod assisté de Bertschy
1-3 à 28’03 : Rod assisté de Fora
2-3 à 51’32 : Bergmann assisté de Pfohl et Ebner
3-3 à 59’19 : Noebels assisté d’Ebner et Kink

Tirs au but :
Allemagne : Pfohl (manqué), Pietta (arrêté), Bergmann (arrêté), Mauer (arrêté).
Suisse : Richard (manqué), Martschini (réussi), Herren (réussi).

Allemagne

Attaquants :
Frank Mauer (+1) – Fabio Pfohl – Lean Bergmann (2′)
Leonhard Pföderl – Daniel Pietta – Marcel Noebels (A, +1)
Marcus Kink (C) – Stefan Loibl (-1) – Phil Hungerecker (-1)
Leon Niederberger (-1) – Mirko Höfflin (-1, 2′) – Nicolas Krämmer (-1)

Défenseurs :
Denis Reul – Sinan Akdag (2′)
Daryl Boyle (A, -1, 2′) – Konrad Abeltshauser (-1)
Pascal Zerressen (-1) – Bernhard Ebner (+1)
Simon Sezemsky

Gardien :
Danny aus den Birken puis à 49’00 Niklas Treutle [sorti de 58’55 à 59’19]

En réserve : Mathias Niederberger (G), Moritz Müller (pied), Björn Krupp, Matthias Plachta, David Wolf.

Suisse

Attaquants :
Damien Riat – Jérôme Bachofner – Jason Fuchs (2′)
Yannick Herren (-1) – Tanner Richard (-1) – Lino Martschini (2′)
Dario Simion (-1) – Samuel Walser (A, +1) – Killian Mottet
Christoph Bertschy (+2) – Noah Rod (C, +2) – Marco Miranda (+2)

Défenseurs :
Michael Fora (A) – Lukas Frick (2′)
Samuel Kreis (+1) – Andrea Glauser (+1)
Christian Marti (2′) – Claude-Curdin Paschoud
Fabian Heldner

Gardien :
Lukas Flüeler

Remplaçant : Gauthier Descloux (G). En réserve : Gilles Senn (G), Roger Karrer, Inti Pestoni, Yannick-Lennart Albrecht.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :