Autriche – Slovaquie (Lucerne Cup, match pour la 3e place)

60

L’Autriche, battue en fin de soirée la veille par la Suisse (1-3), n’a disposé que de dix-huit heures de répit avant d’en découdre avec la Slovaquie. Cette dernière avance les meilleurs arguments mais il lui faudra montrer de meilleures velléités offensives si elle veut éviter le match piège contre un adversaire annoncé plus faible sur le papier.

Les Aigles, en rouge, ne semblent pas ressentir de fatigue en entame de match et ce sont eux qui se montrent les plus en jambes. Peter Schneider se défait de la défense slovaque et cherche un petit espace au poteau droit mais Denis Godla est vigilant (04’01). Lukas Haubum loupe le rebond d’une frappe lointaine devant le portier slovaque, trop avancé sur le coup et qui avait laissé sa cage complément découverte (8’54). Le cours de la rencontre est fluide, il y a peu d’arrêts de jeu mais malheureusement aussi peu d’éclats offensifs.

HUDACEK Libor 130506 241L’ambiance tristounette de la patinoire, où seuls deux supporters autrichiens assurent sans intermittence les décibels, s’accorde parfaitement avec le jeu insipide offert sur la glace, particulièrement du côté des joueurs des Tatras. La Slovaquie ouvre pourtant le score. Michal Chovan s’échappe vers la droite et sert Libor Hudáček qui tire de suite pour tromper David Kickert (0-1, 19’31). La Double-Croix prend donc les devants sans forcer son talent, très loin s’en faut.

La Slovaquie enfonce le clou dès la reprise. Hudáček, encore lui, perce à droite en entrainant avec lui deux défenseurs, puis décale au dernier moment pour Radovan Puliš qui n’a plus qu’à tendre la crosse dans la zone de but pour faire le break (0-2, 21’03). L’insolence slovaque se poursuit. Servi en entrée de zone autrichienne par… Hudáček, Marek Ďaloga se transforme en attaquant et slalome dans l’axe avant de placer son revers entre les jambières de Kickert (0-3, 23’34). La Slovaquie vient de planter trois buts avec une rare facilité qui contraste avec l’indolence affichée au cours des dix-neuf premières minutes de la partie.

La réaction autrichienne ne tarde pas. Sur un contre rapidement mené à trois, Fabio Hofer décale au centre mais Dominik Graňák place sa crosse en premier et évite ainsi que Lukas Haudum ne reprenne dans la cage libre de surveillance à droite (24’54). Le capitaine slovaque est prié un peu plus tard de filer en prison mais l’infériorité est immédiatement annulée puisque Andreas Kristler est trop impatient sur la remise en jeu qui suit et s’en va lui aussi sur le banc des fautifs, l’incrédulité provoquée par cette faute récemment entrée en vigueur se lisant explicitement sur son visage (25’42).

Mislav Rosandič fait trébucher Dominic Zwerger et l’Autriche peut enfin jouer un premier jeu de puissance (27’51) qui ne donne rien de concret mais qui permet aux rouges de s’installer durablement en zone slovaque. Le tour de cage de Manuel Ganahl n’est pas loin de faire mouche au poteau droit mais Godla repousse du patin (29’54). Zwerger, échappé, goûte de nouveau la glace et hérite cette fois-ci d’un tir de pénalité, Ivan Baranka l’ayant il est vrai bien balancé. Godla s’avance de trois mètres et, s’il loupe sa cible, oblige toutefois Zwerger à décaler son palet vers la droite qu’il ne parvient pas à reprendre à temps au moment d’arriver sur la cage complètement vide (30’14).

Servi en profondeur par Lukas Kainz, Peter Schneider file en breakaway et plante son revers au poteau gauche, récompensant ainsi le temps fort autrichien (1-3, 32’23). Si la formation de Roger Bader montre beaucoup d’envie en attaque, elle se rend coupable de grossières erreurs en défense, comme sur cette mauvaise transmission exploitée d’abord par Milan Kytnár puis par Marek Hecl qui remonte sur la gauche avant de servir Radoslav Tybor, totalement esseulé entre les deux cercles, qui glisse entre les jambières de Kickert (1-4, 34’45). L’aisance slovaque est toujours aussi déconcertante.

Le reste du tiers-temps voit le rythme clairement baisser d’intensité. La Slovaquie bénéficie de son premier jeu de puissance mais il faut attendre les dernières secondes pour voir Ďaloga faire une percée dangereuse mais repoussée par le gardien autrichien. Graňák prend ensuite 2’+10′ pour une violente charge dans le dos mais l’Autriche est incapable de s’organiser efficacement.

La Double-Croix montre de l’agressivité dans les duels dès les premiers moments de la troisième période et Ďaloga, déchainé ce soir, corse la note d’un puissant slap qu’il a bien eu le temps de préparer, nullement perturbé par une quelconque couverture autrichienne (1-5, 43’05). Tybor fait encore parler sa vitesse de glisse sur la bande droite avant de repiquer au centre et de tenter sa chance dans le slot ; Kickert repousse mais Samuel Buček est à l’affut au poteau gauche et ouvre à 19 ans son compteur en équipe nationale (1-6, 44’40). Une correction pour l’Autriche et un score très flatteur pour la Slovaquie qui ne reflète en rien la réalité du match.

La suite – et fin – de la rencontre est totalement décousue. La Slovaquie encaisse les pénalités à la queue-leu-leu et voit quatre de ses joueurs partager le banc de la prison au même moment, Graňák purgeant toujours ses douze minutes et Ďaloga, Kytnár et Rosandič étant sanctionnés tous les trois en l’espace de soixante secondes. Résultat : l’Autriche évolue à 5 contre 3 pendant près de trois minutes consécutives mais ses assauts sont contenus à chaque fois par Godla qui saute d’un côté comme de l’autre sans jamais se faire avoir.

La rencontre, qui a perdu tout intérêt depuis bien longtemps, se conclut sur une énième supériorité rouge. Clemens Unterweger embrasse le poteau de Godla (58’29) et le bruit du choc résonne d’autant plus que la patinoire se vide de ses quelques spectateurs. La Slovaquie, qui a enfin marqué des buts mais dont la performance globale laisse dubitatif, termine sur une bonne note une année 2018 qui l’a davantage enfoncé dans le ventre mou des nations du hockey mondial.

Désignés joueurs du match : Stefan Ulmer (Autriche) et Andrej Šťastný (Slovaquie).

Commentaires d’après-match

Roger Bader (entraîneur de l’Autriche) : « Nous avons joué la même première période que contre la Suisse. Nous aurions dû mener au score, nous avons eu de grosses occasions mais malheureusement nous n’avons pas su les transformer. Les Slovaques nous ont montré comment il fallait faire. Ce manque de réalisme a été notre plus grande faiblesse et nous devons travailler là-dessus en priorité pour les prochains tournois. »

Ivan Droppa (entraîneur-adjoint de la Slovaquie) : « C’est la victoire à 6-1 la plus difficile que j’ai pu vivre. On a débuté la partie avec beaucoup de laxisme, on ne patinait pas. Mais on s’est améliorés dans le deuxième tiers-temps. Le but que l’on inscrit dès la reprise nous y a bien aidés.  Nous devons à tout prix régler ce problème de discipline. »

 

Autriche – Slovaquie 1-6 (0-1, 1-3, 0-2)
Vendredi 14 décembre 2018 à 16h15 au Centre de glace de Lucerne. 500 spectateurs.
Arbitrage d’Anssi Salonen (FIN) et Michael Tscherrig (SUI) assistés de Daniel Duarte (SUI) et Stany Gnemmi (SUI).
Pénalités : Autriche 16′ (0′, 4′, 2’+10′) ; Slovaquie 28′ (0′, 6’+10′, 12′)
Tirs : Autriche 25 (10, 5, 10) ; Slovaquie 19 (7, 7, 5)

Évolution du score :
0-1 à 19’31 : Hudáček assisté de Mi. Chovan
0-2 à 21’03 : Puliš
0-3 à 23’34 : Ďaloga assisté de Hudáček
1-3 à 32’23 : Schneider assisté de Kainz
1-4 à 34’45 : Tybor assisté de Hecl et Kytnár
1-5 à 43’05 : Ďaloga assisté de Malec
1-6 à 44’40 : Buček assisté de Tybor

Autriche

Attaquants :
Brian Lebler (-2) – Marco Brucker (-2) – Andreas Kristler (2′, -3)
Manuel Ganahl – Lukas Kainz – Peter Schneider
Dominic Zwerger (2′, -1) – Lukas Haudum (-1) – Fabio Hofer (-1)
Marco Richter (-1) – Patrick Obrist (2’+10′) – Kevin Macierzynski (-1)

Défenseurs :
Steven Strong (-1) – Markus Schlacher (-1)
Clemens Unterweger – Patrick Peter
Bernd Wolf (-2) – Stefan Ulmer (-2)
Philipp Lindner (-1) – Gerd Kragl (-1)

Gardien :
David Kickert

Remplaçant : Stefan Müller (G). Non utilisés : Bernhard Starkbaum (G), Erik Kirchschläger (D), Benjamin Nissner (A).

Slovaquie

Attaquants :
Michal Chovan (+1) – Milan Kytnár (2′, +1) – Andreas Štrauch
Radovan Puliš (+1) – Libor Hudáček (+2) – Róbert Lantoši
Radoslav Tybor (2′, +2) – Andrej Šťastný – Samuel Buček (+1)
Marek Hecl (+1) – Dávid Šoltés

Défenseurs :
Marek Ďaloga (4′, +2) – Ivan Baranka
Mislav Rosandič (6′) – Martin Chovan
Dominik Graňák (4’+10′) – Martin Štajnoch
Patrik Koch – Tomáš Malec (+1)

Gardien :
Denis Godla

Remplaçant : Andrej Košarišťan (G). Non utilisé : Branislav Rapáč (A, blessé).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :