France – Danemark (tournoi de Klagenfurt)

205

Dernier match de ce tournoi de Klagenfurt pour l’équipe de France, qui a besoin de renouer avec le succès pour prendre un peu confiance. Son adversaire, le Danemark, a l’avantage de n’avoir joué que deux tiers-temps la veille au soir, puisque son match contre la Norvège a alors été arrêté en raison d’un gros trou dans la glace. Plus étonnant encore, c’est la seconde fois de la saison que cela lui arrive, c’était déjà le cas en novembre en Pologne ! Le résultat (3-4) a été entériné, mais malgré cette défaite, les Danois peuvent encore terminer à la première place du tournoi s’ils gagnent dans le temps réglementaire.

Après avoir gardé deux trios stables les deux premiers jours, Philippe Bozon a cette fois modifié toutes ses lignes pour tenter de trouver les bonnes combinaisons. Après deux titularisations consécutives de Buysse, Ronan Quemener prend place dans les cages tricolores, Son vis-à-vis sera Thomas Lillie, jeune gardien de 22 ans. L’espoir de 20 ans Nikolaj Krag, drafté en 2016 par St Louis, est aussi testé en deuxième ligne après avoir été remplaçant les deux premiers jours.

La France entre très bien dans le match et ouvre le score après seulement deux minutes et demie grâce à Hugo Gallet, monté entre les cercles. C’est le tout premier but sous le maillot bleu pour le défenseur de Bordeaux, qui totalise déjà 29 sélections à seulement 21 ans. Les tricolores ne se relâchent pas et continuent d’imposer leur hockey tout au long de la deuxième période avec une prestation complète. Quemener n’a que cinq tirs cadrés à arrêter, dont un de la zone neutre.

Mais en début de deuxième période, Quemener est trompé par un lancer lointain de… son coéquipier de club Mikkel Højbjerg. La France encaisse ensuite un but sur sa première infériorité numérique de la partie, due à un accrochage de Perret : l’expérimenté Morten Madsen, joueur de l’élite suédoise, conclut dans le slot et donne l’avantage au Danemark. Une obstruction de Perret, doublée d’une pénalité de banc mineur, oblige ensuite les Bleus à défendre deux minutes à 3 contre 5, avec succès.

Au troisième tiers-temps, un cinglage de Kevin Dusseau permet au Danemark de creuser encore le score en avantage numérique. Le but est marqué à mi-distance par Nikolaj Rosenthal, un joueur déjà âgé de 27 ans qui faisait ses débuts internationaux ce week-end. Jonas Røndbjerg complète en cage vide un succès prometteur pour la jeune équipe danoise.

Ces trois défaites des hommes de Philippe Bozon ternissent le bilan comptable jusque là équilibré du nouveau sélectionneur. Il n’y a rien de dramatique dans les prestations des Bleus, qui ont surtout manqué d’efficacité. Toujours cette difficulté à faire la différence quand les meneurs offensifs habituels ne sont pas là. On ne peut guère reprocher son manque d’activité à un Valentin Claireaux, tant il est inlassablement venu travailler dans l’enclave à la chasse aux rebonds, mais la réussite n’a pas été au rendez-vous.

Commentaires d’après-match

Philippe Bozon (entraîneur de la France) : « Sur le plan des résultats bruts, cela ne fait jamais plaisir de repartir avec trois défaites, mais je trouve que le contenu a été bon. On a dominé par moments, mais on a du mal à marquer quand nos joueurs offensifs clés ne sont pas là. On n’a pas encore travaillé le powerplay, justement du fait qu’ils ne sont pas avec nous. »

France – Danemark 1-4 (1-0, 0-2, 0-2)
Samedi 9 février 2018 à 20h00 à la Stadthalle de Klagenfurt. 250 spectateurs.
Arbitrage de Patrick Gruber (AUT) et Roy Stian Hansen (NOR) assistés de Christoph Bärnthaler et Maximilian Gatol (AUT).
Pénalités : France 22′ (2′, 6′, 4’+10′) ; Danemark 4′ (4′, 0′, 0′).
Tirs : France 31 (13, 9, 9) ; Danemark 25 (5, 14, 6).

Évolution du score :
1-0 à 02’29 : Gallet assisté de Terrier
1-1 à 24’34 : Mi. Højbjerg assisté de Terrier et Ma. Højbjerg
1-2 à 30’51 : Madsen assisté de Poulsen et Bruggisser (sup. num.)
1-3 à 48’18 : Rosenthal (sup. num.)
1-4 à 58’51 : J. Røndbjerg (cage vide)

France (2′ de banc mineur)

Attaquants :
Julien Correia (-1) – Anthony Guttig (-2, 2′) – Peter Valier (-1)
Jordann Perret (-1, 4′) – Valentin Claireaux – Cédric Di Dio Balsamo
Rudy Matima (+1) – Matthias Terrier (+1, 2′) – Victor Barbero
Robin Gaborit – Nicolas Ritz (-1) – Gabin Ville
Teddy Da Costa (-1)

Défenseurs :
Kévin Dusseau (-1, 2′) – Antonin Manavian (C, -1, 10′)
Florian Chakiachvili – Vincent Llorca (+1)
Pierre Crinon – Aziz Baazzi
Hugo Gallet

Gardien :
Ronan Quemener [sorti de 57’44 à 58’51]

Remplaçant : Henri-Corentin Buysse (G). En réserve : Jonathan Janil, Tim Bozon, Guillaume Leclerc.

Danemark

Attaquants :
Thomas Spelling – Morten Madsen (+1) – Jonas Røndbjerg (+1)
Martin Højbjerg (+1) – Nikolaj Krag Christensen (+1) – Mikkel Højbjerg (+1, 2′)
Kristian Jensen (-1) – Morten Poulsen – Nikolaj Rosenthal (-1)
Niklas Andersen – Søren Nielsen – Felix Scheel

Défenseurs :
Phillip Bruggisser (+1) – Markus Lauridsen
Anders Krogsgaard (+2) – Sebastian Bergholt (+1)
Mads Larsen (-1) – Mathias Røndbjerg (-1)
Nicolai Weichel (2′) – Morten Jensen

Gardien :
Thomas Lillie

Remplaçants : Sebastian Dahm (G), Nicklas Carlsen.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.