Slovaquie – Russie B (Kaufland Cup 2019 à Bratislava)

La Double-Croix prophète en son pays

80

Elles se sont déjà rencontrées à deux reprises cette saison : Slovaquie et Russie B croisent le fer une troisième fois dans ce qui s’apparente à une finale de Kaufland Cup puisque les deux équipes sont – difficilement – venues à bout de la Biélorussie lors de leur première sortie danubienne respective. En novembre à la Deutschland Cup tout comme le mois suivant à Lucerne, c’est la réserve de la Sbornaya qui l’avait emporté mais sur un mince écart d’un but à chaque fois. La Double-Croix, à domicile, a donc à cœur de vaincre enfin cette formation estampillée « B », certes, qui dispose toutefois d’éléments prometteurs. La prestation des hommes de Craig Ramsay deux jours plus tôt a fait montre d’une inefficacité offensive mais avec toutefois des gages de qualité en défense.

La Slovaquie a perdu contre la Biélorussie deux précieux attaquants sur blessure, Patrik Lamper et Rastislav Špirko, remplacés par Marek Hecl et Eduard Šimun, deux pensionnaires du championnat slovaque. L’entrain offensif des Bleus reste pourtant le même et ce sont eux qui testent le plus souvent les réflexes du gardien adverse dans les cinq premières minutes de la rencontre, plutôt jouées avec une certaine réserve des deux camps. La Russie se procure la première occasion de la partie, à la septième minute, lorsque Alexander Sharov rate un palet sautant en position idéale devant Branislav Konrád. Les Blanc et Rouge encaissent une pénalité dans la foulée mais ne sont pas loin d’ouvrir le score sur une grossière erreur du gardien slovaque parti chercher le palet en fond de zone.

La Slovaquie prend progressivement l’ascendant et débloque le compteur de la partie sur une superbe action individuelle de Samuel Buček : le jeune attaquant de Nitra chipe la rondelle en zone neutre et s’en va mettre dans le vent trois défenseurs avant de trouver l’espace entre les jambières de Vasily Demchenko (1-0, 10’49). La Double-Croix peut enfoncer le clou immédiatement sur une échappée de Matúš Sukeľ mais celui-ci rate le cadre. Les locaux sont agressifs sur le porteur de palet, développent un jeu de passes simple et rapide qui leur permet d’atteindre le camp russe efficacement. À l’inverse, les Russes tentent des combinaisons plus léchées mais se heurtent à une défense parfaitement en place. Konrád est toutefois sauvé par sa barre sur une tentative dans le rond droit de Kiril Semyonov à moins de trois minutes de la sirène.

La supériorité numérique russe, en entame de deuxième période, est sabordée par les hommes d’Oleg Bratash qui sont même tout près d’encaisser lorsque le fautif Milan Kytnár, parti en breakaway en revenant sur la glace, loupe sa tentative en plus du rebond qui suit. Malgré tout, la réserve de la Sbornaya intensifie sa présence en zone adverse et profite d’une action individuelle pleine de nonchalance pour égaliser : Semyonov est dos à Konrád après un tour de cage vers la gauche mais cela ne l’empêche pas de loger son revers à l’aveugle dans la lucarne opposée (1-1, 24’45). La parité ne tient qu’un cours instant. La Slovaquie n’a besoin que de douze secondes sur son deuxième power-play pour reprendre les rênes de la partie via un tir précis dans le rond gauche de Matej Paulovič (2-1, 26’12).

Peu avant la demi-heure de jeu, Artyom Mikheyev s’échappe mais le face-à-face est remporté par Konrád, qui repousse le danger de sa crosse. Le niveau gagne en intensité et le caoutchouc passe d’un côté à l’autre. Les Bleus sont toutefois plus incisifs dans les duels, efficaces dans le fore-checking et provoquent régulièrement des sueurs froides à Demchenko, obligé de danser sans répit. Il manque juste un brin de réussite dans le geste final.

Il suffisait de demander ! La Slovaquie enterre les Russes en moins de trois minutes. C’est d’abord Buček, interceptant une mauvaise transmission de Sharov, qui inscrit un doublé personnel après une percée dans le slot (3-1, 36’21). Puis Róbert Lantoši, son camarade de club, tient le palet de la « bleue » jusqu’au poteau gauche malgré la pression d’un défenseur russe et sale la note (4-1, 37’34). La fessée est cinglante lorsque Libor Hudáček et Radovan Puliš tricotent entre les deux cercles avant que ce dernier place son revers dans le dos de Demchenkov (5-1, 39’15), à côté de ses pompes et qui cède d’ailleurs sa place à Ivan Bocharov au cours d’une pause bienvenue pour les Blanc et Rouge.

Le dernier acte de la partie est marqué logiquement par une baisse de régime de part et d’autre. La formation locale contrôle désormais des assauts adverses moins empreints de volonté. Deux jeux de puissance, alloués coup sur coup, ne permettent pas aux Russes de se relancer, les arrières slovaques faisant preuve ce soir d’une grande maîtrise. La Double-Croix s’impose donc dans une explosion de joie et cela faisait bien longtemps qu’on ne l’avait pas vue rendre une copie si convaincante. S’il convient évidemment de ne pas s’enflammer sous les Tatras, la victoire finale dans son tournoi procure à la Slovaquie une grosse dose de confiance non-négligeable à l’approche du point d’orgue que sont les championnats du Monde organisés chez elle à Bratislava et Košice.

Désignés joueurs du match : Samuel Buček (Slovaquie) et Yegor Rykov (Russie).

Classement final de la Kaufland Cup 2019 :

1. Slovaquie     5 points (+5)
2. Russie B        3 points (-3)
3. Biélorussie  1 point (-2)

Réaction d’après–match (hokejportal.net)

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Je suis ravi d’avoir remporté le tournoi. Notre gardien a de nouveau était très performant. On a débuté avec un excellent fore-checking et on a aussi été très bons dans les replis. On a mis les Russes sous pression, on les a obligés à perdre le palet et on a mené beaucoup de contre-attaques. Surtout, on est parvenus à transformer pas mal de nos occasions. »

Slovaquie – Russie B 5-1 (1-0,4-1,0-0)
Samedi 9 février 2019 à 16h00 au stade Ondrej Nepela de Bratislava. 8179 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Daniel Konc assistés de Roman Výleta et Peter Šefčík (tous SVK).
Pénalités : Slovaquie 8′ (2′,0′,6′) ; Russie 10′ (2′,2′,6′)
Tirs : Slovaquie 36 (13,15,8) ; Russie 18 (3,8,7)

Évolution du score :
1-0 à 10’49 : Buček
1-1 à 24’45 : Semyonov assisté de Romanov et Khokhlachev
2-1 à 26’12 : Paulovič assisté de Čerešnák et Kytnár (sup. num.)
3-1 à 36’21 : Buček
4-1 à 37’34 : Lantoši assisté de Sersen
5-1 à 39’15 : Puliš assisté de Hudáček

Slovaquie

Attaquants :
Dávid Bondra (2′, +1) – Matúš Sukeľ (+1) – Róbert Lantoši (+2)
Michal Chovan – Milan Kytnár (A, 2’+2′) – Matej Paulovič (+1)
Radovan Puliš – Libor Hudáček (2′, +2) – Samuel Buček (+2)
Adam Liška – Eduard Šimun – Marek Hecl

Défenseurs :
Michal Sersen (C, +2) – Martin Chovan (+3)
Martin Fehérváry – Peter Čerešňák (A)
Michal Čajkovský (-1) – Martin Štajnoch
Mislav Rosandič (+1) – Patrik Koch (+1)

Gardien :
Branislav Konrád

Russie B

Attaquants :
Vladimir Bryukvin (-1) – Mikhail Maltsev (-1) – Andrei Chibisov (A, 2′)
Artyom Fyodorov (2’+2′) – Kiril Semyonov – Alexnder Khokhlachev (C)
Danil Yurtaykin (-2) – Alexander Sharov (-2) – Artyom Mikheyev (-2)
Vladimir Tkachyov (2′) – Artyom Shvets-Rogovoi – Nikita Mikhailov (-1)

Défenseurs :
Yegor Rykov – Ziyat Paigin
Alexander Romanov – Yaroslav Dyblenko
Damir Sharipzyanov (A, -2) – Alexander Bryntsev (-3)
Vladislav Syomin (2′, -1) – Vadim Kudako

Gardien :
Vasily Demchenko [remplacé à 40’00 par Ivan Bocharov]

Les commentaires sont fermés.

suscipit luctus Praesent leo elit. justo adipiscing dolor.