Dunkerque – Marseille (Division 1, 24e journée)

295

À quelques semaines du dernier adieu à Michel-Raffoux, un adversaire inhabituel se présente. Il ne restait guère plus beaucoup d’occasions aux Marseillais de découvrir l’ambiance particulière de la Mer du Nord en période de Carnaval. Avant de faire une sorte de grand écart avec la réception de Cergy et une fin de saison à Chambéry, les Spartiates désormais quatrièmes cherchent à confirmer leur série de trois succès de rang devant des Corsaires sur la pente ascendante, Brest et Cergy ayant été dernièrement vaincus au-delà du temps réglementaire.

Ce renouveau, les hommes d’Antoine Richer le doivent notamment au trio slovaque Halas-Simcak-Balaz décisif ces derniers temps, le dernier nommé ayant signé sur la glace du Mont-Blanc un but synonyme de victoire importante dans la course aux playoffs, ou au maintien tant le classement de cette Division 1 s’avère indécis. Privée de Young, malade et remplacé numériquement par Martin Poirier, la défense maritime subit l’entrée en matière déterminée et physique des hommes de Luc Tardif. Travailleurs dans les coins, les Spartiates proposent plusieurs séquences où ils font tourner la rondelle aux abords de la cage, permettant à leur capitaine Nicolas Deshaies de travailler son lancer. Un oubli défensif est réparé par Guillaume Duquenne face à Jules Gallet et, si Craig Gans emploie Virtanen de l’autre côté, la domination marseillaise se concrétise par un but de Jaakko Heiskanen, isolé par une passe de Westerlund, peu après un essai repoussé par le casque du portier local (0-1 à 10’38″) en pleine tourmente provoquée par le deuxième trio.

Le placement défensif appliqué des joueurs des Boûches-du-Rhône, témoigne d’un dispositif convainquant laissant peu de places aux attaquants adverses, hormis un centre de Brendan Martial dévié par Herrera-Mione. Il tranche sensiblement avec les espaces laissés par les Corsaires, dont profite Jules Gallet à droite pour centrer vers Thibaut Geoffroy, le plus prompt devant l’enclave (0-2 à 18’15″). À la reprise, un coup de genou de Villiot au détriment de Clément Garrido ouvre le premier avantage numérique. De la bleue, Craig Gans met enfin à contribution un Virtanen jusqu’ici moins employé, mais Igor Halas ne profite pas du rebond. Une seconde chance se présente au Slovaque, non attaqué et profitant d’un moment d’inattention pour repiquer de la droite vers la cage et… oublier le palet au moment de défier le gardien. Un surnombre permet aux Dunkerquois de bénéficier d’une soixantaine de secondes en double avantage. La pression s’accentue inexorablement. Patrik Virtanen est solide sur le lancer de volée de Budínský, puis le tir de Matthieu Vissio touche le métal. Enfin, le grand Männistö, venu porter main-forte à ses avants, manque de justesse.

Le retour à forces égales n’est que furtif. Vit Budínský tente de déborder Villiot, puni pour un cinglage. Décision sévère contestée par les Méridionaux, sentant peut-être le canon approcher, sous la forme d’un centre de Balaz vers Dominik Simcak. Le palet dévié au passage prend Virtanen à défaut, le numéro 92 concluant de près (1-2 à 26’45″). Si Niklas Westerlund reçoit dans le visage la tentative de relance de Vissio, le Finlandais, déterminé, se montre par deux fois revanchard pour autant de bonnes parades de Duquenne. On tarde toutefois à retrouver la maîtrise entrevue au premier acte côté marseillais. Lauris Bajaruns fait même transparaître un agacement latent pendant que ses équipiers concèdent deux dégagements interdits en l’espace de quelques secondes. Un coup de sifflet (trop?) rapide de Monsieur Le Berre évite ce qui apparaissait comme une égalisation, sous la forme d’une reprise de Simcak servi une nouvelle fois par Balaz ; le palet, freiné par le portier arrivé d’Amérique du Nord, termine en effet sa course derrière la ligne après l’intervention du juge en noir et blanc (36’36″).

D’un raid dont il a le secret, Vit Budínský provoque un deuxième cinglage, cette fois de Florent Aubé. Dunkerque attendra pour revenir à hauteur de son adversaire, passant même près de la correctionnelle sur une perte de palet de Halas, dont Jensen, contrarié par un plongeon du massif Gans, ne peut profiter. Jussi Laine dispose enfin de champ pour armer, son tir est maîtrisé par compatriote de portier. La deuxième pause écoulée, le défenseur Finlandais opte pour une passe diagonale pour prendre à revers la défense phocéenne, Budínský ne laissant pas passer l’aubaine (2-2 à 41’15″).

Le Tchèque, toujours orphelin de ses habituels partenaires Clément Thomas et Marek Mikušovic, trouve en Louis Olive un complément de qualité, l’Amiénois étant le plus rapide dans une course au palet pour lui permettre d’employer Virtanen. C’est à la suite d’un mouvement collectif transité par ce même Olive que Budínský provoque une troisième fois la faute dans une défense moins sereine. Craig Gans fait à son tour retentir le métal d’une cage bien préservée par un gant, face au même arrière originaire de l’Alberta, ou une botte, sur un slap de Ballet, avant que Loïc Destoop ne soit déjoué par le brio du dernier rempart.

Bajaruns est invité à goûter au cachot après une lutte devant la cage nordiste. Westerlund s’illustre d’un bon retour pour préserver un Virtanen encore brillant devant Halas. La faute de Balaz, à la réception d’un centre de Ballet, permet enfin aux Spartiates de retrouver la zone offensive, mais René Jarolim rate le coche sur un palet repoussé par Duquenne plein axe, et seul Lauris Bajaruns parvient à cadrer par la suite. Courte éclaircie terminée par une faute de Jules Gallet au pressing, dont ne profite pas un Dunkerque plutôt brouillon sur le coup, Romain Finé gagnant un temps précieux par ailleurs.

À trois minutes du terme, chacun s’échange l’opportunité d’empocher les trois points. Le lancer lointain de Jarolim est dévié au ras du cadre… avant une ultime pénalité marseillaise, un faire-trébucher de Deshaies sur Gans loin du jeu (59’12″). Les Corsaires, revenus à égalité à quelques secondes de la sirène à l’aller, vont-ils jouer un mauvais coup aux promus ? Pas ce soir, car un plongeon d’Eetu Vento face à Vissio soulage un portier en mauvaise posture.

La prolongation est initiée avec un homme supplémentaire pour des Dunkerquois qui rendent par deux fois le palet à leurs visiteurs. Toutefois, la pression demeure sur la cage de Patrik Virtanen, étendu au sol mais suffisamment lucide pour dévier de la crosse la tentative d’un Simcak en position idéale sur une passe de l’arrière du but d’Igor Halas. Ce dernier ne souhaite pas laisser le rôle du héros à un Virtanen solide tout au long de la rencontre et initie un slalom de toute beauté pour venir le tromper de près (3-2 à 62’17″), offrant ainsi deux points précieux aux Corsaires dans la lutte pour les playoffs… ou pour le maintien ?

Dunkerque – Marseille 3-2 après prolongation (0-2, 1-0, 1-0, 1-0)
Mardi 12 février 2019 à 19h30 à la patinoire Michel Raffoux. 663 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Cyril Debuche et Alban Delsarte.
Pénalités : Dunkerque 4′ (2’, 0′, 2′, 0′), Marseille 18′ (2′, 8′, 8′, 0′).
Tirs : Dunkerque 31 (6, 11, 11, 3), Marseille 26 (13, 6, 7, 0).

Évolution du score :
0-1 à 10’38″ : Heiskanen assisté de Westerlund et Gallet
0-2 à 18’15″ : Geoffroy assisté de Gallet
1-2 à 26’45″ : Simcak assisté de Balaz (sup. num.)
2-2 à 41’15″ : Budínský assisté de Laine et Vissio
3-2 à 62’17″ : Halas

Dunkerque

Attaquants :
Marcel Balaz – Dominik Simcak – Igor Halas
Rémi Houque [A, puis Olive] – Matthieu Vissio – Vit Budínský
Louis Olive – Lucas Herrera-Mione – Clément Garrido
Brendan Martial – Loïc Destoop (A) – Pierre Pampanay

Défenseurs :
Craig Gans – Francis Ballet (C)
Thibaut Colombin – Mikko Männistö
Jussi Laine – Martin Poirier

Gardien :
Guillaume Duquenne

Remplaçant : Antti Leskinen (G). Absents : Marek Mikušovic et Clément Thomas (blessés), Adam Young (malade).

Marseille

Attaquants :
Jimmy Jensen – René Jarolin – Lauris Bajaruns
Jules Gallet – Jaakko Heiskanen – Niklas Westerlund
Roman Novotny – Thibaut Geoffroy (A) – Deniss Baskatovss
Ugo Bocassini – Hugo Siguenza – Romain Finé

Défenseurs :
Nicolas Deshaies (C) – Eric Springer
Vaclav Cestr – Eetu Vento
Florent Aubé – Benjamin Villiot

Lucas Morel

Gardien :
Patrik Virtanen

Remplaçants : Benoît Niclot (G), Germain Guirado. Absent : Pettu Hynönen.

Les commentaires sont fermés.