Slovaquie – Biélorussie (Kaufland Cup 2019 à Bratislava)

73

Disputée précédemment sous le nom de « Slovakia Cup », la Kaufland Cup, du nom de la chaîne de supermarchés mécène du hockey sous les Tatras, est le théâtre des premières joutes de la Double-Croix à domicile cette saison, qui plus est dans un stade Ondrej Nepela qui accueillera dans trois mois, à Bratislava, le groupe B des championnats du monde. On ne peut pas dire toutefois que ce soit une répétition générale pour les équipes en lice, puisque la Slovaquie évoluera à Košice, à l’est du pays, la Biélorussie est fraichement descendue en deuxième division et la Russie dite « olympique » présente des éléments dont on peut douter de la présence dans la liste finale de la « vraie » Sbornaya en mai prochain.

On est certes encore loin du raout international, et les play-offs des ligues nationales n’ont même pas encore débuté pour l’ensemble de la meute, mais ce troisième et dernier tournoi de préparation avant l’Euro Hockey Challenge d’avril est un indicateur évident des forces en présence du côté slovaque. Le vivier local, on le rabâche depuis trop longtemps, s’amenuise d’année en année et le fait que le plus gros contingent de la sélection vienne une nouvelle fois de l’Extraliga locale montre à quel point la marge de manœuvre de Craig Ramsay reste réduite. On compte de fait onze joueurs du championnat slovaque dans l’équipe présente dans la capitale.

Ladislav Nagy, le vétéran meilleur buteur et pointeur de la classe avec Košice, s’est blessé et a dû décliner l’invitation, mais nul doute qu’il sera présent dans la sélection de mai, chez lui et pour tirer sa révérence. Outre le sempiternel casse-tête de dernière minute des joueurs de NHL (qui ne sont d’ailleurs pas légion), le point le plus problématique concerne les joueurs du Slovan Bratislava, dont les prestations en KHL virent au ridicule. Les vacances prématurées des Aigles, en mars, vont contraindre les éventuels sélectionnables à faire des piges dans un club de plus bas calibre pour continuer à faire tourner la machine. Bref, tout cela pour dire que la Slovaquie doit faire avec les moyens du bord et construire un groupe peut-être moins talentueux mais plus concerné pour éviter une nouvelle sortie de route dans son Mondial.

DROZD Sergei-110503-490

La première affiche oppose les locaux aux Biélorusses, rétrogradés en division inférieure après quatorze années en élite. Les deux formations sont très actives dès le lancement. La Slovaquie, en blanc, est la première à se montrer menaçante sur une tentative mal cadrée dans le rond droit de Matej Paulovič, bien servi en transversale par Peter Čerešňák. Les locaux conservent ensuite la maîtrise du palet mais ne parviennent plus à le transmettre au-delà de la zone neutre. Les deux formations sont vigilantes et leurs attaquants respectifs patientent, à l’affut d’une erreur individuelle. Comme sur cette passe en fond de zone mal ajustée de Michal Čajkovský qui arrive pile sur Ilia Litivinov, seul entre les deux cercles, qui tape cependant en plein dans Andrej Košarišťan.

Les Rouges connaissent un léger temps fort de quelques secondes et la partie repart sur un mouvement de pendule, toutefois sans réel danger, les deux gardiens étant bien couverts par les défenses. Litvinov feinte la passe à Danila Karaban et n’est pas loin de surprendre le portier local sur son tir côté rapproché. La rencontre est on ne peut plus équilibrée sur ce premier tiers-temps. À la contre-attaque de Maxim Parfeyevets répondent Matúš Sukeľ puis Rastislav Špirko mais les deux portiers montrent des réflexes rassurants. Les vingt premières minutes ont été très rythmées mais le score reste pourtant vierge.

La Slovaquie développe un premier jeu de puissance dès l’entame de la deuxième période mais en dépit d’une pression certaine autour de Dmitri Milchakov elle ne parvient toujours pas à faire mouche. À forces égales, la Double-Croix poursuit un temps le siège de la cage biélorusse et les deux bombes envoyées depuis la ligne bleue par Martin Chovan ne permettent toujours pas de débloquer la marque. Les velléités offensives locales sont refroidies peu après la demi-heure de jeu par la sortie définitive de Patrik Lamper, qui se fait balader d’un coup d’épaule par Pavel Vorobei et s’explose le nez sur les montants biélorusses. Ramsay doit alors revoir son dispositif et ce changement de lignes inopportun profite aux Rouges : sur une contre-attaque rapidement menée à gauche, Mikhail Stefanovich reprend son propre rebond flottant et ouvre enfin le score (0-1, 36’54).

HUDACEK Libor 130506 241Le troisième opus tourne rapidement à une domination outrancière des Blancs qui profitent encore d’une supériorité numérique au retour sur la glace. L’intensité des actions offensives locales monte d’un cran mais, malgré leurs bonnes intentions, les attaquants slovaques font preuve ce soir d’une fâcheuse inefficacité. Les hommes d’Andrei Sidorenko sentent la victoire poindre le bout de son nez et si le nombre de tirs est clairement en faveur de leurs hôtes, leur solidité défensive est à souligner et il ne s’agirait donc pas d’un hold-up. Hélas pour eux, leur excellent gardien, qui a longtemps plié sans rompre, cède finalement dans les ultimes minutes du temps réglementaire. Dans leur zone, les Slovaques dégagent le danger et Vorobei chute au moment ou il récupère dans son camp un palet d’apparence anodine et contraint alors ses camarades à se replier dans la hâte ; Radovan Puliš, rapidement servi par Libor Hudáček, saisi l’aubaine en égalisant in extremis dans le cercle droit (1-1, 57’51).

La prolongation apporte une nouvelle blessure du côté slovaque, en l’occurrence celle de Rastislav Špirko qui se fait faucher le genou par Alexander Malyakov alors qu’il était en position de tir. La Slovaquie perd là un précieux élément mais hérite d’un power-play vite rendu caduque par la faute de Hudáček. La frappe de Vorobei dans le slot fait tinter le poteau gauche de Košarišťan, battu sur le coup. On en est donc quittes pour une séance de tirs au but au cours de laquelle la Slovaquie l’emporte sur un joli contre-pied de Michal Chovan, conforté par le revers de Hudáček quelques instants plus tard.

Désignés joueurs du match : Rastislav Špirko (Slovaquie) et Dmitri Milchakov (Biélorussie)

Réactions d’après-match

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) « La Biélorussie nous a surpris par sa vitesse et son jeu. Ses joueurs étaient forts avec le palet. C’était un bon match, j’ai apprécié la performance de notre gardien. On a essayé de nouvelles choses mais pas toutes n’ont pas réussi. »

Michal Chovan (attaquant de la Slovaquie) : « L’adversaire a très bien joué, il a très bien patiné, ce qui nous a surpris. Nous voulions évidemment l’emporter dans le temps réglementaire mais on prend quand même avec grand plaisir la victoire en fusillade, dans la mesure où nous avons égalisé seulement à la toute fin. Je suis content d’avoir inscrit le tir au but victorieux, je savais à l’avance ce que j’allais tenter. Le gardien ne connaissait pas ma feinte, je la sors souvent en championnat. »

Slovaquie – Biélorussie 2-1 t.a.b. (0-0,0-1,1-0,0-0,1-0)
Jeudi 7 février 2019 à 18h00 au stade Ondrej Nepela de Bratislava. 3705 spectateurs.
Arbitrage de Peter Stano et Miroslav Štefik assistés de Jozef Tvrdoň et Lukáš Kacej (tous SVK)
Pénalités : Slovaquie 4′ (0′,2′,0′,2′) ; Biélorussie 8′ (0′,2′,4′,2′)
Tirs : Slovaquie 33 (12,7,11,3) ; Biélorussie 23 (9,10,2,2)

Évolution du score :
0-1 à 36’54 : Stefanovich
1-1 à 57’51 : Puliš assisté de Hudáček et Mi. Chovan

Tirs au but :
Slovaquie : Kytnár (arrêté), Mi. Chovan (réussi), Puliš (à côté), Hudáček (réussi)
Biélorussie : Remezov (arrêté), Karaban (arrêté), Vorobei (arrêté), Belevich (repoussé)

Slovaquie

Attaquants :
Dávid Bondra – Rastislav Špirko (A, -1) – Róbert Lantoši
Michal Chovan (+1) – Matúš Sukeľ – Matej Paulovič (-1)
Adam Liška – Milan Kytnár (A) – Patrik Lamper
Radovan Puliš (+1) – Libor Hudáček (2′, +1) – Samuel Buček

Défenseurs :
Michal Sersen (C, +1) – Martin Chovan
Peter Čerešňák – Martin Fehérváry
Mislav Rosandič – Patrik Koch (2′)
Martin Štajnoch – Michal Čajkovský (-1)

Gardien :
Andrej Košarišťan

Biélorussie

Attaquants :
Maxim Parfeyevets – Sergei Drozd – Mikhail Stefanovich (+1)
Artyom Demkov (A) – Nikita Remezov (-1) – Artyom Kisly
Alexander Malyavko (2′) – Andrei Belevich (2′) – Sergei Malyavko
Ilia Litvinov – Danila Karaban (+1) – Alexander Kogalev (-1)

Défenseurs :
Andrei Antonov (C, -1) – Pavel Vorobei (-1)
Mikhail Khoromando –Nikita Kryskin (2′)
Olej Yevenko (+1) – Dmitri Korobov (A)
Daniil Bokun (2′, +1) – Dmitri Znakharenko

Gardien :
Dmitri Milchakov

Les commentaires sont fermés.