Grenoble – Briançon (Ligue Magnus, 7e journée)

Opération portes ouvertes à Pôle Sud

19

Les Brûleurs de Loups retrouvent les Diables Rouges à Pôle Sud pour un « classique » derby dauphinois. Depuis la relégation de Briançon en D1 en 2016, les deux équipes ont bien changé. Grenoble a acquis l’an dernier son septième titre de champion de France alors que les Haut-Alpins, titrés également à l’étage en dessous, ont gagné sur la glace le droit de revenir en Ligue Magnus après trois saisons de purgatoire. Un retour difficile à gérer puisqu’après une première (courte) défaite inaugurale face à Amiens (4-5), les Diables Rouges ont enchaîné six défaites d’affilée.

Paradoxalement, la dernière en date vendredi est peut-être la plus prometteuse puisque Briançon ne s’est incliné qu’aux tirs au but contre les Dragons de Rouen. Un signe que les hommes de Claude Devèze peuvent poser problème aux meilleurs du championnat ce qu’ils tenteront sûrement de faire ce soir face à leurs vieux rivaux. Les Grenoblois de leur côté ont trouvé leur rythme de croisière après des débuts hésitants. Lors de la semaine écoulée, ils viennent de marquer 17 buts en trois matchs face à Chamonix (6-0), Bordeaux (6-2) et Gap (5-0) ce dimanche. Voilà les Diables Rouges prévenus !Dès le coup d’envoi donné dans une ambiance festive en raison de la présence des BDEs, les Brûleurs de Loups s’installent dans la zone offensive. Un premier lancer d’Aleardi est repoussé par la défense briançonnaise. Mais après une bonne circulation de palet, Kearney trouve Kyle Hardy sur une magnifique passe transversale. Le défenseur grenoblois marque d’un tir en lucarne opposée (1-0, 00’40). Cueillis à froid, les Diables Rouges essaient de réagir avec Felix Chamberland qui bute à deux reprises sur Horák. La première ligne grenobloise continue de faire mal à la défense briançonnaise qui se dégage tant bien que mal. Jiří Blažek est très sollicité et sort un bel arrêt du bouclier face à Peter Valier qui s’avançait seul face à lui. Puis il s’en sort miraculeusement sur un lancer d’Aleardi bloqué in extremis de la mitaine. Les Brûleurs de Loups continuent de pousser avec Fleury puis Kara. Les réactions briançonnaises sont sporadiques et par contre-attaque comme celle de Justin Valentino qui se heurte à Horák. Grenoble pense doubler la mise sur une belle action individuelle de Kearney mais le but est refusé à cause de la présence de Champagne dans le slot. Les Diables Rouges peuvent souffler un peu quand Fleury est sanctionné pour un cinglage en zone offensive.

Alors que les acteurs se retrouvent momentanément dans le noir suite à une coupure d’électricité liés aux gros orages à l’extérieur de la patinoire, Briançon parvient à installer son power-play. Gauthier Gibert parvient à tirer à deux reprises sur Horák mais ce dernier ferme bien la porte. Evan Richardson tente sa chance de loin mais une nouvelle fois, Horák dévie le palet. Le portier grenoblois compense les largesses de sa défense et reprend un rebond de Nicolas Ruel. Grenoble parvient à tuer la pénalité et McEachen sollicite toute de suite Blažek de près. Puis c’est au tour de Kearney de se trouver en bonne position face au portier briançonnais qui ferme bien son angle. Manavian tente sa chance à deux reprises sur des tirs lointains. Finalement c’est Fleury qui trouve l’ouverture sur un petit bijou de technique individuelle puisqu’il part de sa ligne bleue, passe en revue quatre joueurs briançonnais et bat Blažek d’un tir sous la barre (2-0, 13’46)… Chef d’œuvre ! Briançon essaie de se remettre en selle avec un belle remontée de palet de Joey Raats ponctuée par un tir non cadré. Alors qu’une pénalité est appelée contre Chamberland, Sauvé se présente seul devant la cage briançonnaise mais bute à deux reprises sur Blažek. Première supériorité numérique pour Grenoble avec un premier tir non cadré de Hardy mais par la suite les Isérois ont du mal à enchaîner sur le power-play. Avec deux buts d’avance à la pause, les Brûleurs de Loups mènent logiquement au score, une avance qui aurait même pu être plus large compte tenu de leur domination (20 tirs à 8).

En début de seconde période, les Diables Rouges sont de nouveau acculés dans leur zone défensive. Sean Robertson est sanctionné pour une obstruction sur Kearney. Cette fois l’efficacité grenobloise sera au rendez-vous avec un one timer de Bisaillon qui transperce Blažek suite à un décalage de Kyle Hardy (3-0, 21’52). Dans la foulée, Baylacq et Dair ont une bonne opportunité à deux contre un mais Dinda s’interpose. Les vagues grenobloises continuent de s’abattre sur la cage briançonnaise : Baylacq centre pour Fabre qui ne cadre pas sa reprise. Mais le jeune grenoblois revient en zone offensive quelques instants plus tard et marque le quatrième but grenoblois sur un tir du poignet en hauteur que Blažek ne voit pas arriver suite à un bon écran de Baylacq (4-0, 23’23). Les Briançonnais sont en grosse difficulté mais s’offrent une belle réaction avec un temps fort en zone offensive : un premier lancer de Chamberland est repoussé par Horak mais un jeu en triangle initié par Bonnardel trouve Richardson en relai et Robertson, laissé seul devant le slot, à la conclusion (4-1, 25’16).

Malheureusement pour Briançon, le buteur briançonnais se retrouve sanctionné dans les secondes qui suivent, laissant son équipe en infériorité numérique alors qu’ils auraient pu profiter du momentum. Mais Felix Plouffe parvient à surprendre la défense grenobloise en partant seul en contre-attaque avant de buter sur Horak qui sort une belle épine du pied à son équipe. Sur la supériorité numérique, les Brûleurs de Loups poussent avec Kearney d’abord puis Bisaillon. Blažek est au four et au moulin et bloque de la mitaine un nouveau lancer de McEachen. De retour à égalité numérique, Aurélien Dair et Dylan Fabre manquent une belle opportunité sur un palet perdu par la défense briançonnaise. Puis c’est Fabre qui décale parfaitement Yann Sauvé face à la cage mais Blažek réalise l’arrêt à bout portant. Le jeu est ensuite interrompu pendant quelques minutes à cause d’un épais brouillard au niveau de la glace dû au système de refroidissement de la patinoire. Grenoble est toujours en zone offensive et Bisaillon teste de nouveau Blažek. Grenoble se retrouve de nouveau en supériorité numérique lorsque Justin Valentino est sanctionné pour un cinglage. Après un premier lancer de McEachen, repoussé par Blažek, c’est Manavian qui parvient à trouver la faille sur le power-play avec un puissant lancer lointain (5-1, 31’31).

La défense briançonnaise est en grosse difficulté et manque d’encaisser un sixième but sur l’engagement suite à un décalage de Baylacq pour Fabre mais Blažek est encore présent. Pourtant les largesses défensives grenobloises laissent de l’espace aux attaquants briançonnais : Richardson peut ainsi s’avancer tranquillement en zone offensive pour frapper à la porte d’Horak. Sauvé a de nouveau une belle opportunité dans l’axe mais Blažek ferme bien les jambières. Sur l’engagement qui suit, Valier récupère le palet en zone offensive, il décale Rohat qui laisse en retrait pour un but de Koudri dans une cage grande ouverte : très belle combinaison de la troisième ligne grenobloise (6-1, 33’12). Claude Devèze prend un temps mort pour essayer de recadrer son équipe. Les Diables Rouges tentent de réagir avec un premier lancer d’Alexis Svitac sur Horak. Mais sur une contre-attaque, Bisaillon a une occasion en or de marquer sur une belle passe en retrait d’Aleardi mais le tir n’est pas cadré. Le palet va d’une cage à l’autre dans une rencontre où les replis défensifs deviennent très approximatifs. Richardson part en contre-attaque et se présente seul face à Horak mais le portier grenoblois repousse. Finalement à ce petit jeu, c’est Briançon qui s’en sort le mieux puisque Metais gagne le palet derrière la cage et centre devant la cage pour André qui marque en lucarne, profitant de nouveau d’un marquage grenoblois très laxiste (6-2, 36’38).

Réaction immédiate des Brûleurs de Loups sur une erreur de relance de Valentino qui se fait prendre le palet dans sa zone par Sacha Treille. Ce dernier décale Damien Fleury dont le tir est repoussé par Blažek mais Kara avait bien suivi et marque dans une cage ouverte (7-2, 37’03). Mais cette fois la réaction briançonnaise est immédiate : après une nouvelle attaque grenobloise, Morillon lance en profondeur Chamberland qui part entre Bisaillon et Hardy pour défier Horak et cette fois remporter son duel avec le portier grenoblois (7-3, 37’30). Ragaillardis, les Briançonnais se mettent à dominer cette fin de tiers complètement folle. Après une bonne circulation du palet en zone offensive, un tir d’André est repoussé à bout portant par Horak mais c’est Sarlin qui est le plus prompt au rebond pour réduire un peu plus l’écart (7-4, 38’54). Secoués, les Brûleurs de Loups essaient de réagir et ne sont pas loin de marquer sur une bonne présence en zone offensive de Trabichet mais Treille n’arrive pas à pousser le rebond au fond. Le tiers se termine sur une mauvaise charge de Raats sur Kara à laquelle répond vigoureusement Sacha Treille. Raats est renvoyé au vestiaire alors que Treille prend 2’+2′ pour dureté. Alors qu’ils maîtrisaient largement les débats avec cinq buts d’avance, les Brûleurs de Loups se sont déconcentrés en fin de tiers, ce qui a permis à Briançon de se relancer et de revenir à un écart de seulement trois buts.

Raphaël Sanyas remplace Jiří Blažek devant la cage briançonnaise au début de la troisième période alors que les deux équipes évoluent à quatre contre quatre. Visiblement recadrés pour leurs largesses défensives, les Brûleurs de Loups adoptent une attitude plus défensive en ce début de tiers. Alors que Bisaillon fait le tour de la cage pour servir Aleardi à la ligne bleue, Chamberland accroche Champagne devant le slot ce qui permet à Grenoble d’évoluer à quatre contre trois pendant près d’une minute. Une situation de jeu mise à profit par le premier bloc grenoblois sur un jeu en triangle parfaitement exécuté : passe transversale d’Aleardi pour Champagne qui remet instantanément sur Kearney devant le slot lequel n’a plus qu’à pousser au fond au moment au Sacha Treille revenait sur la glace (8-4, 43’56). Avec ce huitième but, Grenoble se redonne de l’air au tableau d’affichage. Plus appliqués, les champions de France se contentent de garder le contrôle du palet en s’exposant moins aux contre-attaques. La réussite offensive est toujours au rendez-vous avec un nouveau but d’Adel Koudri qui s’offre un doublé d’un joli tir du poignet (9-4, 46’14).

Briançon perd ses dernières illusions et la frustration commence à gagner les rangs haut-alpins avec un premier brassage suite à un cinglage de Chamberland qui a mis le feu aux poudres. Hardy et Rohat côté grenoblois, Richardson et Chamberland côté briançonnais, partent se calmer en prison. Le troisième tiers n’est pas aussi enflammé que le second avec un score désormais acquis. La rencontre est de nouveau interrompue, cette fois pour la blessure d’un arbitre touché par un palet. Une pénalité de Fabre en fin de tiers offre une dernière supériorité numérique aux Diables Rouges. L’occasion pour les visiteurs de réduire une dernière fois la marque grâce à Mathieu André, auteur lui aussi d’un doublé ce soir (9-5, 58’26). Ce match décidément pas comme les autres se termine par une bagarre entre Yann Sauvé et Evan Richardson, pour l’anecdote.

Les défenses étaient aux abonnées absentes ce soir avec une rencontre décousue qui ressemblait plus à un all star game qu’à un match de championnat. L’offensive était de mise et à ce petit jeu, c’est tout de même Grenoble qui a eu le dernier mot grâce à une puissance de feu supérieure. Les Diables Rouges ont pris l’eau ce soir sur la glace de Pôle Sud avec une défense dépassée qui a abandonné Jiří Blažek. Mais Briançon a montré aussi qu’il ne fallait pas laisser trop d’espace à ses attaquants très vifs et combatifs à l’image de Mathieu André, Evan Richardson ou Felix Chamberland.

Les Brûleurs de Loups auraient pu s’éviter quelques frayeurs en étant plus sérieux défensivement. À 6-1, la rencontre était en effet pliée au deuxième tiers-temps mais les trois buts offerts à Briançon en fin de deuxième tiers ont relancé un maigre suspense dans ce match quasiment à sens unique. On retiendra les trois points de Fleury, Aleardi et Hardy mais aussi le doublé du jeune Adel Koudri qui confirme ses prestations régulières depuis le début de saison et justifie sa place sur la troisième ligne grenobloise. Dans les cages, Horak, lâché par sa défense, a plus souffert que lors des trois derniers matchs où il n’avait encaissé que deux buts. Il faudra tout de même plus de rigueur vendredi pour un déplacement délicat à Mulhouse qui vient de battre sévèrement Rouen ce soir (5-1). Briançon essaiera de se relancer à Nice dimanche.

Désignés meilleurs joueurs du match : Adel Koudri (Grenoble) et Mathieu André (Briançon)

(Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Ce n’est pas un match pour les entraîneurs, on n’aime pas les matchs comme ça. Beaucoup de bonnes choses, il ne faut dire que des choses négatives mais aujourd’hui toutes les équipes peuvent marquer des buts, c’est à nous de ne pas jouer que d’un côté mais jouer aussi sans palet, de défendre. Aujourd’hui on s’est mis un peu dans le trouble, on a perdu beaucoup de palets et on n’était pas très concentré pour jouer dans les deux sens et on s’est fait marquer cinq buts, c’est un peu dommage. Il faut juste qu’on reste concentré pendant vingt minutes sur chaque période et sur le match au complet. C’est un peu le souci qu’on a, quand on a un peu plus le palet, un peu plus le contrôle du match, on joue un peu trop facile. Les joueurs ne sont pas concentrés sur le système de jeu quand on n’a pas le palet et aujourd’hui il y a beaucoup d’équipes qui jouent sur les contres, ils prennent beaucoup de risques et ça marche parce que les gars ils ne reviennent pas tout le temps. Mais c’est le début de saison, on en parle beaucoup, on a une équipe qui a beaucoup de talent offensif mais il faut aussi que tout le monde fasse le boulot défensivement. On a sept matchs joués, une défaite et six victoires, c’est très positif après on essaie d’améliorer l’équipe après chaque match, ça va être comme ça toute la saison. Il y aura des hauts et des bas, aujourd’hui je suis quand même satisfait de ce que les joueurs ont montré, c’est juste qu’à certains moments du match, il faut qu’on corrige ça pour être plus constants. »

Sacha Treille (attaquant de Grenoble) : « C’était assez compliqué, les conditions étaient déjà assez différentes que d’habitude, on a eu la panne d’électricité, le brouillard, la glace qui était mauvaise, c’était un match qui n’était pas évident, après c’était pareil pour les deux équipes donc ce n’était pas une excuse… On a fait ce qu’on devait faire mais il y a énormément de choses qu’on doit corriger avant de jouer des matchs un peu compliqués, surtout avec l’échéance de la CHL qui arrive la semaine prochaine. C’est bien mais il y a beaucoup de choses à revoir pour éviter ces buts casquettes qu’on prend, on ne doit pas se permettre de jouer comme ça, on doit axer plus notre jeu sur la défensive et fermer derrière. On va revoir ce qu’on a mal fait en vidéo et corriger ça le plus vite possible. Je veux pas que ça serve d’excuse mais c’est vrai qu’il y avait beaucoup de choses qui pouvaient nous faire perdre la concentration à un moment donné donc c’est à nous dans ces moments-là d’être encore plus professionnels et de se concentrer un maximum pour éviter cette petite perte de concentration et on se le dit souvent, les matchs où on a vraiment du succès, c’est les matchs où on joue 60 minutes et ce soir il y a des petits passages à vide qui nous coûtent des buts. On a eu du mal à se mettre en route dans cette Ligue Magnus, peut être inconsciemment avec la CHL, le retour au jeu en Ligue Magnus a été un peu compliqué, on a su quand même se ressaisir en tant qu’équipe et on a livré des belles prestations en septembre, il y a encore beaucoup de choses à améliorer mais on construit quelque chose qui devrait nous amener loin comme l’année dernière je l’espère. Chaque jour est une étape vers notre vrai objectif donc c’est à nous de construire là-dessus. »

Adel Koudri (attaquant de Grenoble) : « Il y a eu beaucoup de buts pendant ce match, on s’est un peu ressaisi sur le troisième tiers en encaissant moins de buts, on a travaillé que dans un sens, on n’a pas pensé trop à la défense, on n’est allé qu’à l’attaque, ce n’était pas la bonne solution, on s’est rattrapé sur la fin, c’est ce qui compte. J’ai marqué deux buts ce soir, c’est pour l’équipe, c’est l’équipe qui gagne, ce n’est pas personnel. On va continuer à travailler comme ça et ça va bien se passer. On commence à penser à Berne, on travaille dur, on finit les matchs de championnat avant Berne et on entamera ça correctement quand il faudra. On est là pour ça, on travaille pour ce genre de matchs, d’occasions donc on va être présents et on va faire le travail. »

Grenoble – Briançon 9-5 (2-0, 5-4, 2-1)
Mardi 1er octobre 2019 à 15h à Pôle Sud. 2889 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Damien Bliek assistés de Frédéric Peurière et Guillaume Barthe
Pénalités : Grenoble 37’ (2’, 4’, 6’+5’+20’), Briançon 64’ (2’, 6’+5’+20’, 6’+5’+20’)
Tirs : Grenoble 59 (20, 28, 11), Briançon 32 (8, 15, 9)

Évolution du score :
1-0 à 00’40 : Hardy assisté de Kearney et Aleardi
2-0 à 13’46 : Fleury assisté de Trabichet et Manavian
3-0 à 21’52 : Bisaillon assisté de Hardy et Aleardi (sup. num.)
4-0 à 23’23 : Fabre assisté de Baylacq et Dair
4-1 à 25’16 : Robertson assisté de Richardson et Bonnardel
5-1 à 31’31 : Manavian assisté de Fleury et McEachen (sup. num.)
6-1 à 33’12 : Koudri assisté de Rohat et Valier
6-2 à 36’38 : André assisté de Metais et Blazek
7-2 à 37’03 : Kara assisté de Fleury et Treille
7-3 à 37’30 : Chamberland assisté de Morillon
7-4 à 38’54 : Sarlin assisté de Plouffe et André
8-4 à 43’56 : Kearney assisté de Champagne et Aleardi (double sup. num.)
9-4 à 46’14 : Koudri assisté de Rohat et Hardy
9-5 à 58’26 : André assisté de Plouffe et Bonnardel (sup. num.)

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille (4’) – Damien Fleury (A) (2’) – Vincent Kara
Peter Valier – Sébastien Rohat (2’) – Adel Koudri
Dylan Fabre (2’) – Julien Baylacq – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy (2’) – Sébastien Bisaillon
Antonin Manavian – Teddy Trabichet (A)
Patrick McEachen – Yann Sauvé (5’+20’)

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Maxime Legault (genou), Christophe Tartari.

Briançon

Attaquants :
Lucas Bonnardel – Evan Richardson (7’+20’) – Felix Chamberland (A) (6’)
Fabien Métais – Félix Plouffe – Mathieu André (C)
Alexis Svitac – Justin Valentino (2’) – Kyle Campbell (A)
Hugo Sarlin – Nicolas Ruel – Gauthier Gibert

Défenseurs :
Lubomir Dinda – Sean Robertson (4’)
Thibault Farina – Colin Morillon
Loïc Chapelier – Joey Raats (5’+20’)

Gardien :
Jiří Blažek [puis Raphaël Sanyas à 40′]

Absents : Kévin Igier, Quentin Fauchon, Jonathan Issertine.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

consequat. adipiscing efficitur. libero velit, Praesent vulputate, felis ipsum