Rouen – Chamonix (Ligue Magnus, 14e journée)

Rouen, en rose, a mis son bleu et retrouve (un peu) de couleurs !

210

Rouen, en rose, a mis son bleu et retrouve (un peu) de couleurs !

C’est en pleine frustration et de misère comptable, 1 pt en 4 matches, que les Rouennais, en mœurs solidaires pour octobre rose, accueillent Chamonix en mode rébellion. les Pionniers ont battu Anglet la semaine dernière 6-3 à Richard-Bozon pour mettre fin à une série de 5 matches sans victoire en championnat. Les Pionniers comptent ce soir sur leurs hommes en forme. En premier, son ailier gauche canadien, Benjamin Lagarde, qui a marqué 1 but à chacun des 3 derniers matches. Ensuite, Fredrik Widén. L’arrière suédois, recruté cet été, compte 1 passe à ses trois dernières rencontres. Enfin, le portier international U18 et U20 slovaque, Richard Sabol figure parmi les meilleurs de la ligue, 3e exactement avec un ratio de 91,9%. En outre, Timo Saarikoski peut aussi compter sur trois renforts supplémentaires par rapport à son camp d’été. Samel Salonen (joker offensif), Fabien Kazarine (échangé à Nice contre Hrehorcak) et David Sätmark (retour de blessure) sont alignés depuis peu dans les rangs hauts-savoyards.

Cinquièmes au classement, en dessous de leur objectif, les Normands sont soulagés mais ils ont tremblé dans leur antre, sur les bords de Seine, sans jamais être parvenus à se détacher de la menace des montagnards. Le RHE assure l’essentiel au courage et grâce à son travail de labeur exercé tout le long d’une partie où le résultat était important pour son mental. Le CHE, qui doit mieux gérer ses fins de killing-play, n’a pas su tirer profit des faits de jeu favorables au troisième acte et repart de l’île Lacroix sans remonter dans le top 8, comme il l’espérait.

Les deux équipes ne se lançaient pas, dans cette rencontre, à cœur perdu. Mais elles travaillent douloureusement avec courage et beaucoup de solidarité. La première période, poussive, a été la moins productive en matière d’occasions. Chamonix a failli ouvrir le score, via Samuel Salonen, sur sa première supériorité (4’28), puis à parité grâce à Glévéau, sur un coup du sort (6’25). Rouen, plus détendu au fil des minutes, engagea ensuite quelques sorties offensives (Guttig contré à 6’47 et Deschamps de près à 10’17). Les locaux héritaient même d’un power-play. Joël Caron, en déviation, n’était pas loin du filet (12’01). Six secondes après le retour sur la glace du puni Santeri Saari,à la finition d’un jeu installé à cinq contre quatre, Loïc Lampérier attire le box-play des visiteurs au poteau droit et trouve une petite passe à destination de Thinel (photo ci-dessous). Le duo reformé en attaque à cinq est efficace. Le vétéran ouvre le score dans une cage ouverte (1-0 à 13’33). Chamonix enchaîne avec une deuxième infériorité. Les coéquipiers de Mathieu Briand l’annulent malgré une occasion de Koivisto (14’51). La fin du tiers est plus équilibrée car Rouen n’insiste pas. Lagarde (16’19) et Salonen (18’30) sont dangereux tandis que Joël Caron perd son duel face à un gros Sabol (17’31).

À la reprise, le jeu, toujours faible, n’est pas plus fluide. Néanmoins, les deux équipes mettent toujours de l’huile de coude dans les duels et contre les revirements. Nicolas Deschamps utilise en vain son revers (21’22), avant que Rouen n’hérite d’un troisième jeu de puissance, très peu dangereux. Plus tard, Atte Mäkinen peut tirer sur un Sabol concentré (25’13). Mais la prise de risque du tir de l’arrière, monté à mi-distance, n’est pas maîtrisé par le reste du bloc. Dans la foulée de cette occasion, les Pionniers parviennent à égaliser. Pierre Crinon, hésitant, est franchi par Widen. Bastien Maïa, forcé d’aider son défenseur, laisse Jacklin démarqué. Le Canadien, sollicité par un Widen à la très bonne lecture de jeu, fixe Mäkinen et délivre une passe à destination de Lagarde dans l’intervalle créé. L’ailier gauche égalise dans un chalut dégagé (1-1 à 25’24). Avec ce neuvième but, le Canadien de 26 ans n’est plus qu’à un seul filet des deux co-meilleurs buteurs (Vigners et Halley) de ligue Magnus !

Les hommes du président Chaix sont un peu KO. D’abord, Matija Pintaric sauve son camp du casque sur un lancer de Maxence Leroux (26’11). Puis, les Rouennais subissent une infériorité, au cours de laquelle Benjamin Lagarde dispose d’une chance (27’54), sans dommage. Les joueurs du président Molliet laissent filer le momentum. Les Normands retravaillent après cinq minutes de tergiversation. À défaut d’être habiles et inventifs, ils luttent et monopolisent tant bien que mal le palet. Caron (30’06) et Dusseau (30’47) butent sur Robert Sabol. Les Dragons obtiennent un nouveau jeu de puissance. Les occasions pleuvent (Ritz à 33’12 & 33’42 ; Koivisto à 34’42 et Bouvet à 34’45), mais les Pionniers, légitimement en difficulté, résistent. La défense alpine est désorganisée après cette infériorité et, surtout, peu agressive lorsque Chad Langlais prolonge son entrée de zone qui finit dans le haut du cercle gauche. Des poignets, caché derrière Mathieu Briand, l’arrière américain surprend, un peu curieusement, Sabol (2-1 à 35’15). Au contraire de son comportement après l’ouverture du score, Rouen, toujours un peu gauche parfois, persévère après le premier but de la saison de Langlais. Joël Caron n’est pas assez précis (36’24). Nicolas Ritz est dérouté par Sabol (36’47). Les hôtes se procurent une cinquième supériorité. Les invités, grâce à Robert Sabol qui frustre Koivisto (38’37), s’y opposent sans dégâts. Pour terminer le vingt du milieu, Anthony Guttig, en déviation, est lui aussi dérouté par un gardien chamoniard qui a recouvré sa solidité (39’24).

Le dernier tiers démarre sur les mêmes bases. Les deux équipes besognent. Mais malgré des circulations et enchaînements difficiles, les opportunités ne sont pas rares. Les gardiens font le job. Robert Sabol devant Caron (41’11), Guttig (45’20) et Roy (45’43). Matija Pintaric face à Ville (42’19), Salonen (45’52 & 47’25) et Sullivan (46’35). Le match peut basculer. La tension, surtout à cause de la pression du résultat rouennais, était tangible.

Lorsque Roy (à 47’25) puis Lampérier (à 51’46) étaient envoyés sur le banc de la geôle, les mauvais démons frappaient à la porte des Normands. Mais à part Samuel Salonen (49’12), les unités spéciales de Chamonix n’ont pas vraiment trouvé de solution aux carrés rouennais. Les Dragons ont eu deux opportunités à un homme de moins. Bouvet a manqué son duel (48’00) et Koivisto a (encore) trouvé la cuirasse de Sabol (53’41). En sortant du bagne, Loïc Lampérier a été contré in-extremis (53’49) sur l’action du Finlandais. À parité, le RHE n’a pas vacillé et sifflera de nouveau aux oreilles de Sabol. Caron et Roy (54’46), Bedin (56’41), Guttig (57’04) ont tous été repoussés par le gardien slovaque. Lorsque Robert Sabol était (enfin) battu, le montant est venu à son aide sur le lancer frappé fort de Dusseau (57’10). Doute ou malchance rouennaise ?

La fin de match ressemblait, de près ou de loin, aux deux dernières rencontres perdues sur l’île Lacroix car Chakiachvili, puis Ritz, étaient sanctionnés par les arbitres principaux qui offrent sur plateau un six contre trois pendant 39 secondes aux Pionniers. Robert Sabol ayant laissé sa cage au profit d’un attaquant supplémentaire. Joonas Sammalmaa a bien eu une rondelle de match (59’41) mais le trio Mäkinen-Koivisto-Crinon (aidé pour la dernière mise en jeu par Bouvet grâce au coaching de Lhenry) a su préserver une victoire au caractère, acquise par les Dragons avec le bleu de chauffe, loin de maîtriser leur hockey.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Nicolas Deschamps (Rouen) : « Franchement, ça fait du bien de renouer avec une victoire. Ce soir, on a eu, dès le premier tiers, les chances pour tuer le match mais, en ce moment, on n’arrive pas à mettre le clou sur le cercueil. »

Rouen – Chamonix 2-1 (1-0, 1-1, 0-0)
Vendredi 25 octobre 2019 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitres : MM. Geoffrey Barcelo et Pierre Dehaen assistés de Mme Anne-Sophie Boniface et M. Clément Goncalves.
Pénalités : Rouen 24′ (2′, 4′, 8’+10′) ; Chamonix 12′ (4′, 8′, 0′).
Tirs : Rouen 28 (10, 14, 4) ; Chamonix 26 (5, 9, 12).
Supériorités : Rouen 0/5, Chamonix 0/6.
Chances : Rouen 21 (3, 7, 11) ; Chamonix 10 (3, 1, 6).

Évolution du score :
1-0 à 13’33 Thinel assisté de Lampérier et Deschamps
1-1 à 25’24 Lagarde assisté de Jacklin et Widen
2-1 à 35’15 Langlais assisté de Bouvet et Dusseau
 

Rouen

Attaquants :
Joris Bedin – Juha Koivisto – Vincent Nesa
Nicolas Deschamps – Anthony Guttig (A) – Joël Caron
Loïc Lampérier (A) – Nicolas Ritz [10’00] – Marc-André Thinel
Bastien Maïa – Maurin Bouvet – Julien Msumbu

Défenseurs :
Pierre Crinon – Atte Mäkinen
Kévin Dusseau – Chad Langlais
Florian Chakiachvili – Mathieu Roy (C)

Gardien :
Matija Pintaric (25 arrêts)

Remplaçant: Gaétan Richard (G). Absent : (-)

Chamonix

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Matthias Terrier (A) – Scott Jacklin
Joonas Sammalmaa – Malo Ville – Samuel Salonen
Fabien Kazarine – Mathieu Briand (C) – Maxence Leroux
Adrien Gleveau – Enzo Baravaglio – Loïc Coulaud

Défenseurs :
Frederik Widen – David Sätmark
Numa Besson – Santeri Saari
Jérémie Penz – Colin Sullivan (A)

Gardien :
Richard Sabol (26 arrêts)

Remplaçant: Sébastien Gicquel (G). Absents : Severi Isokangas, Henric Andersen et Clément Mermoux (?) et Peter Hrehorcak (échange contre Kazarine).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

porta. ut neque. diam massa quis sit luctus