Grenoble – Angers (Ligue Magnus, 14e journée)

Grenoble s’en sort encore aux tirs au but !

128

Vainqueurs à Chamonix mardi en coupe de France après un match sérieux (4-1), les Brûleurs de Loups ne sont pas tombés dans le travers de la saison dernière où ils s’étaient inclinés face à Lyon pour leur entrée en lice. Ils peuvent donc recevoir Angers, un de leurs principaux rivaux l’esprit serein dans le match au sommet de la Ligue Magnus puisque le vainqueur ce soir sera seul en tête du classement, Amiens étant exempt. Après s’être imposés la semaine dernière à Amiens aux tirs au but, les Brûleurs de Loups font face à un nouveau défi de taille face à une équipe en forme. Les Ducs viennent en effet de battre Rouen (4-2) après avoir blanchi successivement Briançon (4-0) et Anglet (5-0). Leur dernière défaite remonte au 1er octobre contre Amiens. Depuis, ils viennent d’enchaîner 6 victoires d’affilée sans oublier la qualification en coupe de France à Brest (8-0) ce mardi.

Du côté de Grenoble, la série est encore plus impressionnante puisque les champions de France n’ont connu qu’une défaite depuis le début de saison, le 20 septembre contre Amiens et ils viennent d’enchaîner 10 succès d’affilée en Ligue Magnus. Lors du premier match entre les deux équipes, les Brûleurs de Loups s’étaient imposés sur le fil en prolongation 4-3 sur un but de Manavian. À noter qu’Olivier Latendresse va manquer les retrouvailles avec le public grenoblois puisqu’il est blessé tout comme Patrick McEachen, insuffisamment remis de son choc face à Nice il y a une semaine, et Maxime Legault, toujours convalescent.

Les Brûleurs de Loups débutent avec des tirs lointains de Manavian, Hardy ou Bisaillon pour tester Florian Hardy. Il faut attendre près de 5 minutes de jeu pour voir les visiteurs lancer une première fois sur la cage grenobloise avec un lancer de Campbell bloqué de la mitaine par Horak. Une déviation de Koudri devant le slot fait passer un premier frisson devant la cage de Hardy, qui parvient à détourner le palet. Dominateurs, les Grenoblois ont la mainmise sur le palet et passent leur temps dans la zone angevine. Mais les Ducs sont à l’affût des contre-attaques à l’image de celle lancée par Masson pour Gaborit qui bute sur Horak. Après une nouvelle tentative de Bouchard suite à un bon pressing, Damien Fleury essaie de dégager son camp mais sa passe en zone neutre arrive dans la crosse de Riley Sweeney qui relance immédiatement sur Bouchard lequel remporte son duel avec Horak (0-1, 08’00). Coup dur pour les Brûleurs de Loups qui concèdent l’ouverture du score sur une coûteuse perte de palet.

Les coéquipiers de Champagne repartent à l’assaut de la cage angevine mais ne trouvent pas de situation dangereuse malgré une mainmise sur le palet. Fébrile, la défense grenobloise se fait des frayeurs de nouveau sur des sorties de zone approximatives. Fleury se fait pénaliser pour un cinglage sur Campbell en zone offensive, une faute évitable. Le power-play angevin prépare bien son affaire sur une entrée de zone : Campbell laisse à Gaborit le long de la bande, et le lancer de celui-ci est dévié par Campbell qui a devancé les défenseurs grenoblois (0-2, 15’47’). Les Ducs semblent parfaitement lire le jeu grenoblois et mènent logiquement à la pause face à une équipe grenobloise dominatrice mais trop prévisible, qui n’est pas arrivée à donner le coup de reins nécessaire pour mettre la défense angevine en difficulté.

Dès le coup d’envoi de la seconde période les Ducs sont tout près du troisième but avec une situation chaude devant la cage grenobloise amenée par Sweene mais Horak parvient à geler le palet. Sur l’action suivante, Aleardi trouve une belle passe transversale pour Kearney qui se démarque sur l’aile gauche, son lancer est contré mais le palet revient sur Aleardi qui lance à la cage. Le palet est repoussé dans l’axe par Hardy sur Bisaillon qui expédie un missile dans le trafic pour réduire le score (1-2, 20’28). Dans la foulée, les Brûleurs de Loups maintiennent le palet en zone d’attaque et Sauvé parvient à trouver un bon lancer, repoussé par Hardy. Les Grenoblois multiplient les tirs lointains avec Bisaillon par deux fois puis Aleardi.

La dynamique grenobloise est cassée par une pénalité de Champagne qui fait trébucher Botten. En infériorité numérique pour la deuxième fois, les Isérois se procurent pourtant une belle opportunité sur un contre emmené par Fleury qui passe à Baylacq, mais ce dernier déclenche le tir trop lentement et ne parvient pas à surprendre Hardy. Les affaires grenobloises se compliquent lorsque Rohat se fait sanctionner pour avoir laissé traîner sa crosse dans les patins de Manning. À cinq contre trois, les Ducs ont une belle opportunité de refaire le break au tableau d’affichage. Les Angevins font tourner le palet sans arriver à masquer la vue de Horak. Champagne revient sur la glace et un premier lancer de Neil Manning est contré par Peter Valier. Le palet revient dans la crosse du défenseur angevin et le deuxième lancer sera le bon puisqu’il trouve cette fois la lucarne (1-3, 27’30).

Très efficaces en supériorité numérique, les Ducs reprennent le large au tableau d’affichage alors que les Grenoblois paient leur indiscipline. Les Grenoblois accusent le coup et se retrouvent acculés dans leur zone défensive, avant d’être libérés par une faute de Farnier en zone offensive sur Bisaillon qui leur offre une première supériorité numérique. Grenoble met beaucoup de temps à s’installer et ne parvient pas à trouver une bonne position de tir. Di Dio Balsamo se procure même une bonne contre-attaque en fin de pénalité. Les Brûleurs de Loups s’en remettent à la vitesse de Hardy qui s’échappe mais celui-ci est gêné par le retour de Manning. Nouvelle chance pour Grenoble avec une faute de Levêque sur Sauvé, mais le power-play manque toujours de vitesse. Manavian se fait déposséder du palet par Gaborit qui se fait retenir par Sacha Treille. C’est pourtant le défenseur grenoblois qui est sanctionné par erreur. Une pénalité rapidement annulée par un surnombre angevin qui permet à Grenoble de jouer à quatre contre trois. Une opportunité saisie par les Brûleurs de Loups. Sur une passe de Kearney dans l’axe pour Hardy lequel transperce son homonyme d’un puissant lancer en lucarne (2-3, 34’06).

Relancés, les hommes de Terglav continuent d’évoluer à cinq contre quatre et sont tout près d’égaliser sur une passe caviar d’Aleardi pour Kearney, qui manque le cadre. Les champions de France poussent en cette fin de tiers mais ils ont tendance à trop se découvrir et il faut un gros arrêt de Horak pour bloquer un lancer de la mitaine de Farnier, parfaitement décalé par Campbell sur une contre-attaque. À force de presser le porteur de palet, les Brûleurs de Loups ne quittent plus la zone angevine en cette fin de tiers. Et sur un palet ressorti par Trabichet dans l’axe, Fleury envoie un splendide one-timer pour égaliser (3-3, 39’32).

Les Ducs semblent ne pas être déstabilisés de s’être fait remonter au score et redémarrent tambour battant. Un tir en pivot de Coulombe oblige Horak à réaliser un premier arrêt délicat dès les premières secondes du tiers. Le ton est donné. Une mauvaise passe de Manavian en zone défensive offre une belle opportunité à Di Dio Balsamo mais ce dernier peine à contrôler la rondelle. Grenoble réagit avec Kara, auteur d’un bon numéro en zone offensive. Mais les Brûleurs de Loups se font peur sur un changement complètement manqué. Gaborit se présente seul face à Horak mais le portier grenoblois ferme bien l’angle et l’attaquant angevin ne cadre pas son tir.

Gaborit teste de nouveau Horak sur un tir lointain alors que les Ducs poussent pour tenter de reprendre l’avantage. Mais sur une échappée de Fleury, Coulombe se fait sanctionner pour avoir accroché l’attaquant grenoblois. Quinze secondes plus tard, Aleardi profite d’un rebond contre la bande pour surprendre Hardy d’un puissant tir croisé (4-3, 45’06). Les Ducs semblent perdre le fil puisque dans la foulée, Levêque se fait sanctionner pour une nouvelle faute sur Fleury. Le power-play grenoblois occupe la zone offensive dès les premières minutes mais ne parvient pas à le maintenir durablement. Le boxplay angevin parvient à tuer assez facilement cette pénalité. Le palet passe à quelques centimètres du poteau angevin suite à une déviation de Rohat devant la cage.

Les Ducs ont plus de mal à sortir de leur zone défensive mais lorsqu’ils y parviennent, Albert sollicite Horak sur un tir lointain. De l’autre côté de la glace, Kara place une belle accélération puis tente sa chance du revers mais Hardy ferme bien son angle. Les esprits s’échauffent entre Baylacq et Albert alors que Levêque se fait pénaliser dans le brassage qui suit. Dans la foulée, Albert part en prison à son tour après avoir chargé irrégulièrement Fleury. À cinq contre trois, les Brûleurs de Loups ont l’occasion de tuer le match mais la circulation du palet grenobloise est trop lente et le boxplay angevin repousse les attaquants à l’extérieur sans concéder de situation vraiment dangereuse.

Angers peut encore espérer revenir dans la rencontre, Grenoble essaie de maintenir le palet en zone offensive avec un bon lancer de Rohat bloqué par Hardy. Mais les Ducs se font plus pressants dans les dernières minutes, tentant le tout pour le tout pour égaliser. Brennan Sonne demande un temps mort à deux minutes de la fin puis retire Hardy pour mettre un attaquant supplémentaire. Une tactique payante pour Angers puisque les Ducs égalisent sur un lancer de Coulombe au milieu du trafic alors qu’Horak ne peut que freiner le palet (4-4, 58’35). Tout est à refaire pour Grenoble alors qu’Angers parvient à forcer la prolongation.

Le premier tir de la prolongation est pour Fleury mais Hardy le capte facilement. Petit incident dans la foulée puisque Sacha Treille heurte involontairement un juge de ligne qui sort sur blessure. Le jeu peut reprendre et sur une accélération d’Aleardi, Di Dio Balsamo se fait sanctionner pour avoir fait trébucher l’attaquant grenoblois qui a semblé en rajouter un peu. Grosse colère sur le banc angevin mais les arbitres ne reviennent pas sur leur décision et Grenoble peut jouer pendant deux minutes à quatre contre trois. Cette grosse opportunité n’est pas bien exploitée par le power-play grenoblois, décidément en difficulté ce soir. Fleury tente sa chance dans l’axe mais manque le cadre. Hardy et Bisaillon tentent leur chance de loin alors que le portier angevin est secoué sur un lancer de Fleury dans le casque.

Finalement, les Ducs tiennent pendant les deux minutes et les deux équipes vont devoir se départager aux tirs au but malgré un dernier lancer de Coulombe repoussé par Horak. Une séance de tirs au but au cours de laquelle les gardiens vont s’illustrer en arrêtant tous les tirs, jusqu’à ce que Sacha Treille finisse par tromper Hardy sur la cinquième tentative grenobloise.

Grenoble remporte donc sur le fil le match au sommet de cette Ligue Magnus, une victoire synonyme de place de leader. Après s’être imposé aux tirs au but à Rouen puis Amiens, c’est la troisième victoire grenobloise dans cet exercice face à un des leaders de la Ligue Magnus. Un exercice parfaitement maîtrisé grâce à un Lukáš Horák au sommet de son art. Mais cette victoire ne tient finalement qu’à un tir au but et les Ducs auraient très bien pu sortir vainqueurs de cet affrontement. Plus efficaces dans les unités spéciales, ils ont réussi à marquer à trois reprises en supériorité numérique en incluant le but égalisateur à six contre cinq. Même s’ils ont encaissé deux buts en infériorité, ils ont réussi à neutraliser le power-play grenoblois lors de la phase de jeu à trois contre cinq au troisième tiers puis lors de la prolongation à trois contre quatre. Jamais dans ce match, malgré les 2 buts marqués, Grenoble n’a semblé maîtriser son sujet en supériorité numérique, manquant de vitesse lors des transitions de palet.

Pour se relancer dans cette rencontre mal engagée, les Isérois s’en sont remis à leurs artilleurs, Bisaillon, Hardy et Fleury qui ont tous marqué sur des tirs lointains. Complètement relancés dans la rencontre, ils n’ont pas su finir le travail lors de la double supériorité numérique du troisième tiers, se montrant fébriles défensivement tout au long de la rencontre, notamment en infériorité numérique. La faute à une équipe angevine bien en place, capable de faire mal en contre-attaque à l’image d’un premier tiers où la réussite des Ducs fut maximale avec 2 buts marqués sur 5 tirs cadrés. Avec Sweeney, Coulombe et Manning, Angers possède des rampes de lancement efficaces. Et Hardy a su tenir son rang dans les cages malgré les 4 buts encaissés et cette défaite aux tirs au but.  Après avoir battu Rouen et avoir poussé deux fois Grenoble à la prolongation, les Angevins ont montré que leur place au classement était loin d’être usurpée.

Désignés meilleurs joueurs du match : Sébastien Bisaillon (Grenoble) et Patrick Coulombe (Angers)

(Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Le résultat est très positif, on s’attendait à un match difficile, c’est une équipe qui est très bien cette année, ils jouent du bon hockey. On le voit aussi au classement, ils ne sont pas là par hasard. Ils méritent leur place. On était un peu en difficulté pendant tout le match sur notre face-off. On en parle souvent avec les joueurs, c’est la première bataille qu’on veut gagner. Mais aujourd’hui on souffrait beaucoup et quand on est moins bien sur le face-off, on est souvent en difficulté dans le match. Mais on perdait par 2 buts, on a montré encore beaucoup de caractère pour revenir dans le match. On va chercher le momentum, on prend l’avantage et après, ça ne s’est pas joué à grand-chose avec la prolongation et les tirs au but…

C’est vraiment quelque chose dont cette année on peut être fiers, la façon avec laquelle on va chercher ces matchs-là. C’est une bonne chose pour la suite. On le voit dans le vestiaire, les gars sont tous contents, ça montre qu’on a un bon groupe de gars, ils vivent bien ensemble, ils sont contents les uns pour les autres. Quand on va chercher un match comme ça, ça montre que les joueurs n’abandonnent pas. Même à 3-1, on était moins bien, le désavantage numérique était moins bien, mais on s’accroche sur le prochain changement, la prochaine minute, on donne tout ce qu’on a et ça nous a donné le momentum pour revenir dans le match. On a vu que les 4 lignes ont bien fonctionné, c’est ça le sel de cette équipe.

On a eu une bonne première période, ils marquent le premier but sur un turnover à la ligne bleue et ils marquent après sur un avantage numérique. Le reste du temps, ils n’ont pas eu énormément d’occasions, on leur laisse que 5 lancers. C’était plus du côté du jeu offensif qu’on n’était pas assez dangereux, on avait le palet mais on n’arrivait pas à se créer les occasions devant leur gardien et j’ai trouvé qu’en deuxième et troisième période c’était beaucoup mieux. Ça a payé aussi à cinq contre cinq, on a marqué des buts, c’était bien. La saison est encore longue, c’est bien d’être devant aujourd’hui. On a eu un calendrier de début de saison très chargé, c’est une des premières semaines où on n’a pas 3 matchs dans la semaine, ça fait vraiment du bien et je suis content pour les gars, ils méritent d’être là aujourd’hui. »

Kyle Hardy (défenseur de Grenoble) : « On a montré du caractère, on a vraiment tourné le match en deuxième période. Je trouve qu’on a bien commencé le match mais quand tu prends 2 buts, parfois c’est dur mais personne n’a paniqué et on a joué jusqu’à la fin. Le staff a fait un recrutement avec des joueurs qui veulent mouiller le maillot. Tout le monde est là pour gagner, ça marche très bien, ça fait trois mois qu’on est ensemble. On continue de monter en puissance. On vient de battre Amiens chez eux, maintenant Angers chez nous, ce sont les deux leaders avec nous. C’était important de montrer qu’on peut battre tout le monde. On a battu chaque équipe au moins une fois. Même si ça fait 11 victoires de suite, on prend match par match. Angers est une équipe forte défensivement mais a beaucoup d’individualités de talent. Le premier but qu’on prend en infériorité, ils étaient installés dans la zone. L’infériorité et la supériorité, on les travaille avec beaucoup de vidéo chaque jour, avant chaque match, pour préparer pour chaque équipe les différentes tactiques et le style de jeu, mais ça reste quelque chose à améliorer. »

Brennan Sonne (entraîneur d’Angers) : « Il y a certaines choses frustrantes, nos propres erreurs, certaines pénalités comme celle pour surnombre pour leur donner un 5 contre 3, quelques soucis de couverture, des turnovers. Ce sont des choses sur lesquelles on doit se concentrer sur notre jeu mais on a montré du caractère pour revenir et égaliser, on a tenu en troisième période même s’ils ont eu quatre power-plays. On a eu du succès sur le power-play, je ne vais pas entrer dans les détails parce que c’est spécifique mais on a juste suivi notre identité sur le power-play, on sait exactement ce qu’on veut faire et on essaie de le reproduire à chaque match. Je suis déçu de ne pas avoir pris plus d’un point, je pense qu’on a fait suffisamment de bonnes choses pour gagner ce match. Quand ton gardien joue comme il l’a fait ce soir, quand ton power-play marque comme ce soir, tu peux espérer mieux pour être franc mais ça n’a pas voulu sourire. »

Alexis Billard (entraîneur-adjoint d’Angers) : « En désavantage, on travaille beaucoup avec la vidéo, ils ont quand même des grosses gâchettes en face, on a vu quelques petites choses à faire, leur laisser moins de temps et d’espace. On a essayé de mettre des choses en place, ça a marché, on s’est fait trouer parfois mais Flo a fait les arrêts qu’il fallait aussi. On peut aussi parler de l’arbitrage ? Le joueur qui plonge à la fin [en prolongation], c’est vraiment too much, c’est triste pour notre sport. On ne peut pas devenir comme le foot, c’est pas possible. Il n’y a jamais pénalité, notre joueur lui passe devant, il va plus vite que lui et avec le bruit du public et tout, le gars tombe, il perd sa crosse, son casque… On ne peut pas faire ça , ce n’est pas normal. »

 

Grenoble – Angers 4-4 (0-2, 3-1, 1-1, 0-0) / 1-0 aux tirs au but
Vendredi 25 octobre 2019 à 20h à Pôle Sud. 3783 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Cregut et Alexandre Hauchart assistés de Guillaume Barthe et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 8’ (2’, 6’, 0’, 0’), Angers 36’ (0’, 6’, 8’+10’, 2’+10’)
Tirs : Grenoble 37 (7, 16, 12, 2), Angers 27 (5, 13, 7, 2)

Évolution du score :
0-1 à 08’00 : Bouchard assisté de Sweeney
0-2 à 15’47 : Campbell assisté de Gaborit et Coulombe (sup. num.)
1-2 à 20’28 : Bisaillon assisté de Aleardi et Kearney
1-3 à 27’30 : Manning assisté de Botten (sup. num.)
2-3 à 34’06 : Hardy assisté de Kearney et Aleardi (sup. num.)
3-3 à 39’32 : Fleury assisté de Trabichet et Treille
4-3 à 45’06 : Aleardi assisté de Champagne et Bisaillon (sup. num.)
4-4 à 58’35 : Coulombe assisté de Manning et Bouchard

Tirs au but :
Grenoble : Hardy (arrêté), Valier (arrêté), Bisaillon (pas cadré), Fleury (arrêté), Treille (réussi).
Angers : Bouchard (arrêté), Farnier (pas cadré), Campbell (arrêté), Masson (arrêté), Gaborit (arrêté).

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) (2’) – Alex Aleardi
Sacha Treille – Damien Fleury (A) (2’) – Peter Valier
Adel Koudri – Sébastien Rohat (2’) – Vincent Kara
Dylan Fabre – Julien Baylacq – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) – Antonin Manavian (2’)
Yann Sauvé – Teddy Trabichet

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Maxime Legault (genou), Patrick McEachen (blessé).

Angers

Attaquants :
Robin Gaborit (A) – Maxime Lacroix (A) – Clément Masson
Loïc Farnier (2’) – Cody Campbell – Danick Bouchard
Marius Serer – Kévin Tassery – Julien Albert (2’+10’)
Cédric Di Dio Balsamo (2’+10’) – Alexander Botten

Défenseurs :
Patrick Coulombe (C) (2’) – Riley Sweeney
Neil Manning – Vincent Llorca
Gary Levêque (6’) – Riley Guenther

Gardien :
Florian Hardy [sorti de 58’12’ à 58’35’]

Remplaçant : Isaac Charpentier (G). Absent : Olivier Latendresse.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

Praesent elementum suscipit ipsum at quis, id, ut dictum eleifend elit.