Colmar – HCMP (division 2, poule B, 7e journée)

396

Colmar – HCMP… ou le match des mal classés. En effet, les deux équipes se retrouvent en queue de peloton de la poule la plus relevée. Si la position des Colmariens, passablement pertubés par leur problème de patinoire en travaux, peut sembler prévisible, retrouver les Bouquetins vanoisiens – finalistes de l’exercice précédent – en position de relégable paraît bien plus surprenant. Pas tant que ça à bien y regarder puisque les Alpins ont tout simplement déjà rencontré les trois premiers de la poule avec pour bénéfice un seul petit point marqué. Les Titans colmariens ont, eux, connu un début de saison difficile, en proie aux doutes et surtout à un manque d’heures d’entraînement sur glace qui commence à peser sur la cohésion du groupe, mais ils reviennent du Vercors avec une victoire, le week-end dernier à Villard-de-Lans. Voilà de quoi requinquer les jeunes troupes de Christer Eriksson.

Que dire de cette partie, sinon qu’on fut loin d’une partie enjouée. Entre des joueurs vanoisiens adeptes d’un jeu sobre, mais relativement précis et rapide, et des Colmariens très empruntés, naïfs et peu précis durant 40 minutes, avant de se réveiller dans le dernier tiers, la maigre (et décevante) affluence a dû se contenter d’une partie standard de division 2, c’est à dire manquant de physique, de précision et de constance, voire lente.

Les visiteurs ont rapidement pris le match en main, notamment leur première ligne, sur-utilisée ce soir, chauffant plusieurs fois de suite Mickael Muller (par deux fois à 6’33). Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Bouquetins ont su être redoutables dans l’art d’attendre que les Colmariens se découvrent, voire dans celui de couper nombre de leurs passes en zone neutre, pour ensuite se projeter rapidement vers la zone locale. Pourtant, le portier colmarien tient la baraque jusqu’à cette supériorité repoussée de près avant que Connor Mac Lean récupère le rebond et esquive Muller (0-1 à 12’46). Les Titans subissent la partie, malgré cet essai du rapide Martin Majerik qui s’écrase sur le poteau de Tomas Pek (15’13), au point de rater leur supériorité numérique et de permettre à Graham Yeo de concrétiser un break en une-deux avec son collègue Quentin Chevassu (0-2 à 16’19).

Au hockey sur glace, un retard de deux buts n’est pas insurmontable, surtout quand on peut resserrer les rangs et montrer une plus nette percussion offensive. Christer Eriksson profite du premier intermède pour remodeler ses trois lignes juniors, notamment en faisant monter Esipov Jr en attaque et en faisant descendre Jonathan Estienne pour le remplacer. Est-ce que la recette est bonne ? On peut en douter tant la deuxième période est un calvaire pour les minots alsaciens, bien trop passifs dans leur zone, permettant une première alerte du duo Wagret-Yeo devant la cage de Muller grande ouverte (24’06). La seconde alerte est la bonne, quand Theo Caulet concrétise un excellent et rapide travail à trois en supériorité (0-3 à 27’49). Loin de se révolter, les Titans restent englués dans des approximations de relance, et surtout manquent de présence physique devant leur propre gardien, ce qui permet d’abord à Yeo de frapper une seconde fois du match le poteau local, avant que Timoté Charlet ne trompe Muller qui, sur le coup, laisse son côté gauche mal assuré (0-4 à 31’40). Dépité, l’ancien Mulhousien laisse promptement la place à sa doublure Adrien Vazzaz, lequel est rapidement introduit dans la déroute, puisqu’une nouvelle fois, sa défense regarde carrément Yeo, esseulé, lancer victorieusement à mi-distance (0-5 à 32’54). Colmar essaie bien de réagir, timidement, en fin de tiers, notamment lorsqu’Esipov remonte toute la glace et manque de réalisme face à la cage de Pek, grande ouverte (39’22) sans toutefois inquiéter durablement les Alpins.

Il reste cependant à marquer, au moins pour l’honneur, ce qu’Estienne réalise, lors d’une remontée avec son collègue Lauric Convert, en logeant la rondelle sous la barre de Pek, masqué (1-5 à 45’31). De retour des vestiaires, on sent en effet un peu plus d’engagement et de détermination dans les lignes colmariennes, reconfigurées comme au premier tiers, ce qui permet un nouveau raid Esipov-Estienne, contré celui-là (47’53). Il faut dire que les Bouquetins gèrent avant tout leur avance, sans toutefois se refuser une ou deux montées turbos comme sur ce brûlot dégagé par un poke-check rageur, et loin de ses cages, de Vazzaz face à Yeo (50’09). Dans la foulée, Convert double la mise lors d’une jolie combinaison avec Corentin Cruchandeau (2-5 à 50’53). On peut alors se mettre à espérer une ou deux autres réalisations alsaciennes, tant les troupes d’Eriksson paraissent avoir regagné de la détermination. C’est pourtant Vanoise qui conclut le score, lors d’une double supériorité sévèrement sifflée contre les Titans : un premier tir s’écrase une nouvelle fois sur le poteau colmarien (54’33) avant que l’inévitable Graham Yeo – qui vient de revenir cette semaine au sein de l’équipe savoyarde – y aille de son triplé (2-6 à 54’46).

Les Bouquetins gagnent donc un match qu’ils ont su dominer puis gérer. Leur hockey est avant tout discipliné, rapide et (relativement) précis, bien emmené par deux-trois cadres habitués à évoluer à ce niveau, voire au niveau supérieur pour certains. Le point faible de cette équipe tient quand même à un alignement réduit, et à une très grosse dépendance à la première ligne. Contre les minots inexpérimentés de Colmar, ça n’a pas porté à confusion. Il en sera tout autre contre des équipes plus aguerries et surtout au banc plus fourni. Il est donc souhaitable pour eux que leurs blessés actuels reviennent vite au jeu.

La bonne sortie villardienne n’aura donc pas été confirmée par les Titans. Les Haut-Rhinois avaient pourtant l’avantage d’évoluer avec quatre lignes offensives, mais en réalité, la première s’est souvent retrouvée bien seule pour porter efficacement et durablement le danger devant la cage alpine. L’effectif est (très) jeune et a péché ce soir par naïveté, par une passivité défensive notoire et aussi un manque de ménage devant sa propre cage. Pour le moment, Colmar n’est pas encore trop distancé de la qualification aux play-offs par les deux équipes qui sont situées devant, à savoir Vaujany et Toulouse. Cela tombe bien, ce sont les deux prochains clubs que les Alsaciens vont affronter. Il va alors falloir resserrer les rangs derrière, jouer plus concentré sur toute la durée d’une partie et enfin être plus percutant, offensivement parlant.

 

Colmar – Courchevel/Méribel/Pralognan 2-6 (0-2, 0-3, 2-1)
Samedi 9 novembre 2019 à 18h à la patinoire de l’Illberg, Mulhouse. 85 spectateurs.
Aribtrage de M. Turbert assisté de MM. Collin et Kirschenbaum.
Pénalités : Colmar 24′ (2’+10′, 6′, 6′) ; HCMP 6′ (2′, 2′, 2′).
Tirs : Colmar 33 (9, 11, 13) ; HCMP 36 (13, 14, 9).

Évolution du score :
0-1 à 12’46 : Mac Lean
0-2 à 16’19 : Yeo assisté de Chevassu (inf. num.)
0-3 à 27’49 : Caubet assisté de Kalinovic et Wagret (sup. num.)
0-4 à 31’40 : T.Charlet
0-5 à 32’54 : Yeo assisté de Kalinovic et Wagret
1-5 à 45’31 : Estienne assisté de Convert
2-5 à 50’53 : Convert assisté de Cruchandeau et Sonnet
2-6 à 54’46 : Yeo (double sup. num.)

Colmar

Attaquants :
Lukas Prokop – Maxime Mathieu (C) – Martin Majerik
Maxime Leroux – William Kern (A) – Vincent Bruyère
Jonathan Estienne – Corentin Cruchandeau – Lauric Convert
Alexis Hermant – Parker Wood – Teo Haffner

Défenseurs :
Yann Pflieger (A) – Ivan Esipov
Marek Bais – Joachim Sonnet
Julien Maricato – Brody Heleno

Gardien :
Mickael Muller puis Adrien Vazzaz à 31’40

Courchevel/Méribel/Pralognan

Attaquants :
Maxence Wagret (C) – Graham Yeo – Martin Kalinovic (A)
Aurélien Haaser – Marvin Krukoff – Thibaut Fillion-Nicollet (A)
Raphaël Charlet – Alexandre Chedal-Anglay – Timoté Charlet

Défenseurs :
Jacques Evrard – Connor Mac Lean
Theo Caubet – Quentin Chevassu ou Théo Balthazard

Gardien :
Tomas Pek

Remplaçants : Grégoire Blanc (G), Philippe Saby. Absents : Alexis Gomane, Jan Zmeskal, Jaroslav Kristek, Petr Stoklasa.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

leo. risus. dapibus luctus Aliquam Phasellus dolor nunc velit,