La fin d’une époque en équipe de France

740

Ce troisième volet de la rétrospective des Mondiaux 1994 en Italie est consacré à l’équipe de France. Les Jeux olympiques de Lillehammer avaient commencé à atténuer l’aura du sélectionneur Kjell Larsson, qui avait fait monter les Bleus dans l’élite mondiale : la stagnation, qui avait succédé à une progression rapide jusqu’aux JO d’Albertville, était de moins en moins acceptée. Un sentiment de fin de règne planait dans l’air, et pourtant le Suédois avait laissé les jeunes à la maison et rappelé des vétérans pour jouer le maintien à tout prix.

Le premier match France – États-Unis est l’occasion de découvrir que les Bleus auraient pu jouer ce Mondial dans une ville très inattendue (Rome) avant que la fédération italienne n’abandonne ce projet.

Les blessures des joueurs-cadres deviennent un sujet majeur au moment du deuxième match contre les Tchèques.

Mais c’est le match France-Suède qui sera surtout parler avec un écart de niveau bien trop grand… et surtout le message très fort prononcé par Philippe Bozon à l’issue de la rencontre.

Tandis qu’elle était battue par la Finlande (voir notre rétro précédente), les Français se sont retrouvés dans une position très inconfortable : trembler en position de spectateurs car la Norvège – bousculant les grandes nations – pouvait les envoyer en barrages de relégation avant même le dernier match.

Le scénario prévu a donc failli dérailler avant même le dénouement. Le scénario prévu, c’était de tout jouer sur le dernier match France-Norvège, avec vidéo et réactions d’après-match de l’entraîneur et des joueurs après ce Mondial.

 

 

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

Praesent facilisis amet, venenatis, adipiscing efficitur. nec dapibus commodo ut elementum Aliquam