Berlin – Wolfsburg (finale de DEL 2021, match 2)

241

Dans cette finale 2021 de DEL, les Eisbären Berlin partent favoris face à l’outsider Wolfsburg.

Aucune équipe n’a eu un chemin facile, tant toutes les équipes ont donné leur maximum. Ce championnat sera haletant jusqu’au bout ! Berlin s’est d’abord sorti des griffes des Iserlohn Roosters et a dû batailler encore plus fort face à Ingolstadt. Les joueurs de Doug Shedden ont fait jeu égal avec Berlin. À chaque tour le premier match à domicile a été perdu par les Berlinois avant de conclure par deux victoires, dont le 0-6 passé sur la glace de la Saturn Arena d’Ingolstadt.

De l’autre côté Wolfsburg a bataillé pour gagner sa place dans les séries. Le parcours semblait très compliqué face à une équipe de Bremerhaven en quart de finale. Après une défaite à l’extérieur, les joueurs de Pat Cortina ont trouvé les ressources pour s’imposer dans ce défi de l’angoisse. Festerling donne la victoire à 6 secondes du terme de la partie dans le match 2. Un scénario incroyable se reproduit avec une égalisation à 3 secondes de la fin du match par Jan Urbas qui redonne espoir à Bremerhaven. Mais le défenseur danois Phillip Bruggisser – souvent étranger surnuméraire avant la suspension disciplinaire de Jordan Boucher début avril – envoie son équipe en demi-finale lors de la mort subite.

En demi-finale le choc contre Mannheim semblait encore plus dur à affronter. La défaite dans le match 1 (4-1), semble donner la direction du duel. Mais dans le match 2, Sebastian Furchner remet son équipe à égalité au score (2-2) et enfin Anthony Rech conclut le but vainqueur en prolongation. Dans un match 3 exceptionnel et un duel de gardien de très haut niveau, Wolfsburg sort le champion en titre à 5 minutes du terme par Max Görtz (1-2).

streusebastianLes solides ours berlinois partent favori mais Wolfsburg est capable de tous les exploits et a déjà gagné le match 1 de cette finale à la Mercedes Benz Arena, encore une fois au bout du suspense (2-3 sur un but en prolongation de Julian Melchiori).

La partie commence avec de la vitesse. Le premier tir sur le gardien est l’œuvre de Wolfsburg dans la première minute. Mais rapidement Berlin réagit et impose du pressing devant la cage adverse. Le danger se rapproche et Reichel envoie un palet dans le trafic. Ce palet rebondit et part dans les airs (3’00). Machacek porte le danger avec une reprise en avantage numérique. Les locaux continuent leur phase de pression en zone offensive, même après le retour à égalité numérique. Les deux équipes sont bien organisées et proposent une belle qualité dans la transmission du palet. Dustin Strahlmeier écarte deux chaudes alertes. Sur une belle passe de Foucault, Olver parvient à s’infiltrer entre deux défenseurs mais bute sur le gardien (13’53). Mais c’est Berlin qui trouve la faille avec le défenseur déjà sept fois champion Frank Hördler qui lève son palet du revers sous la barre sur une belle passe transversale de Zengerle (16’37 : 0-1).

En réponse, Mathis Olimb est lui aussi dans le slot, fait un tour sur lui-même et transmet le palet vers Anthony Rech à l’affût au poteau opposé. La rondelle percute le patin de Després qui est proche de marquer contre son camp mais Niederberger ferme la porte (17’40). Wolfsburg obtient même une supériorité en toute fin de période. On en reste là pour le premier tiers avec deux équipes sérieuses, appliquées et bien organisées qui se sont interceptées.

Deuxième tiers. Berlin augmente la puissance dans les duels le long de la bande. En conséquence, Wolfsburg éprouve les pires difficultés pour construire en zone offensive. Les Eisbären verrouillent totalement les accès et n’hésitent pas à envoyer « du plomb » dans les charges à la balustrade. Les duels sont gagnés et Wolfsburg passe une bonne partie de la période à travailler pour conquérir le puck. Le pressing monte encore et s’exerce jusque dans la zone défensive des locaux. Du coup ce temps fort est concrétisé par la conquête de la rondelle de Leo Pföderl derrière les buts et qui remet ce palet en jeu. McKiernan envoie, par la suite, un tir à travers le trafic (27’13 : 0-2). Berlin contrôle totalement la partie, même si Bruggisser envoie un tir tendu, sans écran pour masquer Niederberger (30’05). Et pour ne rien arranger, un palet mal maîtrisé, devant les cages de Strahlmeier, est capté et envoyé dans les filets par Sebastian Streu (30’54 : 0-3).

melchiorijulianWolfsburg paie cash et travaille dur, mais les joueurs de Serge Aubin sont impressionnants de rapidité, d’intensité et d’efficacité dans la récupération des rondelles. Le jeu en zone défensive est maîtrisé et en deux passes la zone est évacuée. Mais le groupe de Pat Cortina ne désarme pas et intensifie son travail. Du coup Niederberger subit deux alertes rouges dont une sur un tir qui traverse ses bottes et le palet qui retombe au sol. Le gardien se jette sur le puck comme plusieurs joueurs « morts de faim » ! Mais un palet mal dégagé part en tribune. Un retard de jeu est sifflé contre John Ramage. La sentence a sonné et Gerrit Fauser profite de cette opportunité avec un tir, bien ajusté, qui passe entre le poteau et le bras du portier (37’44 : 1-3). Après cette période de souffrance et de domination berlinoise, Wolfsburg se donne de l’air et une chance de revenir dans la troisième période.

Le troisième tiers débute avec une équipe de Wolfsburg surmotivé qui envoie du patin. Furchner décoche un puissant tir de loin (41’16). Les camarades de « Toto » Rech continuent le forcing et s’installent en zone offensive. Melchiori nous gratifie d’un coast-to-coast. Les locaux sont déterminés à ne pas laisser passer leur chance. Dans l’urgence, il faut même un désoclage de la cage, à la limite du volontaire par Matthias Niederberger (42’40). Passé cet orage, les Ours berlinois commence à se défaire de cette pression et se présentent à nouveau devant les buts de Strahlmeier. D’abord avec Pföderl et ensuite Noebels dans une belle séquence collective (44’10). Par la suite, le même problème ressurgit pour les locaux obligés de batailler pour conquérir le puck et ensuite de revenir en urgence dans le repli défensif. Le pressing sur le porteur du palet est infernal, et en plus le gardien perd en route la rondelle sur un tir de Streu. Les minutes s’égrènent mais Festerling trouve le moyen d’envoyer un tir dangereux à la cage. Le portier capte de la mitaine (53’18). L’échéance arrive et Cortina fait sortir son gardien à plusieurs reprises selon le scénario de la partie (56’17). À ce jeu Lukas Reichel bloque une sortie de zone adverse et gagne le puck à la bleue. L’international junior conclut le score dans la cage vide (58’13).

Le résultat est sans appel et Berlin est venu faire « le métier » sur la glace de Wolfsburg. Dans tous les secteurs du jeu, les Eisbären ont été dominant et ont parfaitement maîtrisé la partie. Wolfsburg a beaucoup travaillé mais a passé beaucoup de temps dans les batailles de conquêtes et n’ont pas su trouver les ouvertures nécessaires pour mettre en danger Niederberger.

Berlin se donne donc la chance de gagner à domicile, vendredi. Mais ce match n°3 sera une nouvelle histoire qui peut être différente. C’est une finale, personne ne lâchera l’affaire ! Il est noter que Wolfsburg a remporté ses trois dernières confrontations à la Mercedes Benz Arena sur le même score de 2-3 en dehors du temps réglementaire. Alors ?

 

Wolfsburg – Berlin 1-4 (0-1, 1-2, 0-1)
Mercredi 5 mai 2021 à 19h30 à la Volksbank BraWo Eisarena. Huis clos.
Arbitres : Marian Rohatsch et André Schrader assisté de Jonas Merken et Nikolaj Ponomaryov.
Pénalités : Wolfsburg 2′ (2’, 0’, 0’) ; Berlin 4′ (2’, 2’, 0’).
Tirs cadrés : Wolfsburg 29 ; Berlin 26.

Évolution du score :
0-1 à 16’37 : Hördler assisté de Zengerle et Tuomie
0-2 à 27’13 : McKiernan assisté de Noebels et Pföderl
0-3 à 30’54 : Streu assisté de Foucault et Fiore
1-3 à 37’44 : Fauser assisté de Festerling et Olimb (sup. num.)
1-4 à 58’13 : Reichel (cage vide)

Wolfsburg

Attaquants :
Sebastien Furchner – Matti Järvinen (-1, 2′) – Max Görtz (-1)
Anthony Rech (-1) – Mathis Olimb (-1) – Spencer Machacek
Gerritt Fauser (-3) – Garrett Festerling (-3) – Pekka Jormakka (-3)
Phil Hungerecker – Steven Raabe – Valentin Busch

Défenseurs :
Julian Melchiori (-2) – Jeffrey Likens (-1)
Armin Wurm – Phillip Bruggisser (-1)
Janik Möser (-1) – Dominik Bittner (-1)
Maximilian Adam

Gardien :
Dustin Strahlmeier

Remplaçant : Chet Pickard (G). Absents : Jordan Boucher (suspension « pour garder une bonne atmosphère dans l’équipe »), Ryan Button (fracture de la clavicule), Jan Nijenhuis (commotion cérébrale), Fabio Pfohl (opération de la main).

Berlin

Attaquants :
Marcel Noebels (+1) – Lukas Reichel (+2) – Leonhard Pföderl (+1)
Matt White (+2) – Mark Zengerle (+1) – Parker Tuomie (+1, 2′)
Giovanni Fiore (+1) – Mark Olver (+1) – Kris Foucault (+1)
Pierre Cédric Labrie – Sebastian Streu (+1) – Fabian Deutz

Défenseurs :
Jonas Müller (+2) – John Ramage (+2, 2′)
Simon Després (+1) – Ryan McKiernan (+1)
Frank Hördler (+1) – Kai Wissmann (+1)
Eric Mik

Gardien :
Matthias Niederberger

Remplaçant : Tobias Ancicka (G). Absents : Sean Backman (commotion cérébrale), Haakon Hänelt (épaule), Zach Boychuk (blessé).

Les commentaires sont fermés.