L’Allemagne a un plan B face au Covid

182

Alors que l’Italie a vu sa préparation arrêtée par le Covid-19 (comme la France qui fut son premier adversaire), un autre pays a dû faire face au même problème le même jour. L’Allemagne abordait sa troisième semaine de préparation mardi 4 mai, avec le renfort des joueurs d’Ingolstadt (Wagner, Wohlgemuth) et de Mannheim (Brückmann, Eisenschmid, Loibl, Krämmer et Plachta). Et puis, patatras. L’entraînement prévu sur la glace a été annulé au dernier moment. L’assistant-coach Matt McIlvane, dont les tests PCR à deux jours d’intervalle étaient pourtant tous négatifs, était soudain positif ! L’Américain avait pourtant reçu sa première dose de vaccin et il pourrait s’agir d’un faux positif.

Toutes les précautions ont néanmoins été prises. Les joueurs ont été mis à l’isolement à leur hôtel, avec des séances tactiques et de préparation physique en visioconférence. En raison d’un bref salut entre les membres du staff, tous les autres adjoints (Ville Peltonen, Alexander Dück et l’entraîneur des gardiens Ilpo Kauhanen) ont été éloignés de l’équipe. Le sélectionneur Toni Söderholm est le seul à ne pas être cas-contact. Un assistant-coach de remplacement – Tim Regan – a été engagé pour le week-end pour l’aider, de même que l’entraîneur national des moins de 16 ans (Thomas Schädler). La fédération allemande a précisé avoir doublé voire triplé chaque poste avec des hommes sous la main pour parer ce genre de situations !

En n’ayant retrouvé la glace que la veille, l’équipe d’Allemagne n’était peut-être pas dans les meilleures conditions. Elle a en tout cas complètement raté son retour en match. Dès la première minute, elle s’est fait prendre à revers par un 2 contre 1 qu’a converti Herman Nesterov. C’est ensuite le capitaine biélorusse Dmitri Znakharenko qui a doublé la mise en reprenant directement une belle passe de Sergei Drozd à la huitième minute. Les Allemands n’ont jamais pu rattraper ce départ raté et ils ont concédé leur cinquième défaite en cinq rencontres de préparation (1-4 après deux derniers buts en cage vide).

Les joueurs de Mannheim ont néanmoins eu un apport utile à l’équipe nationale. Dans la défaite, Nico Krämmer a été élu joueur du match pour sa 50e sélection, il a failli marquer sur une action énergique dans le slot mais il a manqué quelques millimètres pour que le palet franchisse la cage vide. Le premier trio Eisenschmid-Loibl-Plachta a été globalement le plus dangereux, et Markus Eisenschmid a montré la voie du succès le second jour en sortant le palet du coin puis en signant un tir parfait dans le haut du filet. Ce but récompensait un meilleur début de l’Allemagne face à un Bélarus absent, dans un scénario totalement inverse au premier match.

Le gardien Felix Brückmann, titularisé deux fois de suite (il a besoin de pratique puisqu’il n’était que la doublure du vétéran Dennis Endras en playoffs), a ensuite préservé cette première victoire en gardant sa cage inviolée (2-0). Il n’a eu que 13 tirs à bloquer pour ce blanchissage, mais cela inclut un arrêt-mitaine spectaculaire face à Shane Prince sur un palet libre dans le slot ou encore un double sauvetage décisif en fin de match pour rattraper une passe-cadeau de Tim Wohlgemuth dans sa zone défensive. Brückmann a aussi reçu l’aide de son poteau à la mi-match sur un tir sur réception d’Igor Martynov.

Il est important de renouer avec le succès car l’Allemagne n’a plus aucun match de préparation pendant les deux semaines avant le Mondial. Une fois arrivée à Riga le 15 mai, elle entrera dans la bulle sanitaire avec quarantaine obligatoire et n’aura le droit de reprendre l’entraînement que le 19 mai, deux jours avant son premier match du Mondial… contre une Italie sûrement pas mieux préparée. C’est dans ce match qu’elle pourra en quelque sorte se tester au complet, avec Tom Kühnhackl (AHL) les finalistes de DEL (Mathias Niederberger, Jonas Müller, Dominik Bittner, Janik Möser, Marcel Noebels, Lukas Reichel et Leonhard Pföderl).

Le groupe de 28 joueurs qui feront le voyage est donc défini (il devrait être complété de Moritz Seider qui joue la finale suédoise). Il n’y a pas énormément de surprises dans les joueurs rayés de la liste, si ce n’est qu’ils comprennent deux des trois buteurs du week-end. Leur mérite était toutefois limité : Daniel Schmölz avait la cage grande ouverte au rebond d’un tir de Plachta sur le poteau, et Justin Schütz a pu marquer son premier but international en profitant d’un mauvais rebond du gardien canadien naturalisé Danny Taylor, toujours aussi peu convaincant.

Les autres joueurs qui quittent l’équipe d’Allemagne sont l’attaquant franco-allemand Lucas Dumont, le géant Oliver Mebus, le défenseur offensif Simon Sezemsky (qui a connu une saison très difficile à Augsbourg avec la pire fiche de son équipe à -14) et le gardien avec le moins d’expérience internationale, Andreas Jenike.

Commentaires après le premier match :

Toni Söderholm (entraîneur de l’Allemagne) : « C’était un très mauvais départ en ce qui concerne les duels et le patinage. Au niveau de l’intensité, nous n’étions pas à la hauteur de notre adversaire. Les gars sont ensuite améliorés, mais après un tel départ, il faut vraiment bien jouer pour tourner le match. Il y a des choses à changer demain, le résultat en premier lieu. Nous devons obliger l’adversaire à jouer plus profondément dans sa zone. Nous verrons après une nuit de sommeil à quoi ressemble la recette. »

Commentaires après le deuxième match :

Toni Söderholm (entraîneur de l’Allemagne) : « La sensation de la victoire nous fait beaucoup de bien à tous. Si l’on met tous les faits sur la table, nous sommes sur notre trajectoire. Sur certains points tactiques nous sommes OK, sur d’autres il nous manque quelques séances d’entraînement, mais nous avons encore assez de temps. C’était une performance de caractère, nous avons bloqué beaucoup de tirs. [Tim Stützle] sera à 99% indisponible selon nos discussion avec les Ottawa Senators. Il a vécu beaucoup de choses depuis 18 mois, entre la draft, le Mondial junior et sa première saison NHL. Sa blessure à la main joue aussi un rôle. Il est important qu’il soit préparé au mieux pour sa deuxième saison de NHL. »

Premier match

Allemagne – Bélarus 1-4 (0-2, 1-0, 0-2)
Vendredi 7 mai 2021 à 17h00 à Nuremberg. Huis clos.
Arbitrage de Christopher Schadewaldt et Markus Schütz (ALL) assistés de Maik Blankart et Tobias Schwenk (ALL).
Pénalités : Allemagne 8′ (0′, 8′, 0′), Bélarus 12′ (2′, 4′, 6′).
Tirs : Allemagne 24 (7, 9, 8), Bélarus 17 (9, 6, 2).

Évolution du score :
0-1 à 00’54 : Nesterov assisté de S. Kostitsyn et Stefanovich
0-2 à 07’33 : Znakharenko assisté de Drozd et Yeryomenko
1-2 à 37’31 : Schmölz assisté de Plachta et Sezemsky (sup. num.)
1-3 à 59’01 : Paré assisté de Prince (inf. num., cage vide)
1-4 à 59’36 : Usov (inf. num., cage vide)

Allemagne

Attaquants :
Markus Eisenschmid (-1) – Stefan Loibl (-1) – Matthias Plachta (-1)
Frederik Tiffels (-2) – Justin Schütz (-2) – Daniel Fischbuch (-4)
Daniel Schmölz (-1) – Tim Wohlgemuth (-1) – John Jason Peterka (-1)
Nicolas Krämmer (-1) – Maximilian Kastner (-1, 4′) – Sebastian Uvira (2′)

Défenseurs :
Marcel Brandt – Korbinian Holzer
Moritz Müller (C, -1) – Simon Sezemsky (-2)
Fabio Wagner – Marco Nowak (-1, 2′)
John Rogl (-1) – Oliver Mebus (-1)

Gardien :
Felix Brückmann [sorti de 57’27 à 59’36]

Remplaçant : Niklas Treutle (G). En réserve : Andreas Jenike (G), Colin Ugbekile, Andreas Eder, Lucas Dumont.

Bélarus

Attaquants :
Shane Prince (+1) – Francis Paré (A, +1) – Nikita Komarov
Mikhail Stefanovich (+1, 4′) – Herman Nesterov (+1) – Sergei Kostitsyn (+1, 2′)
Stanislav Lopachuk (+1) – Sergei Drozd (+1) – Artyom Demkov (+1)
Igor Martynov (+1) – Ilya Usov (+1) – Artyom Zhuk (2′)

Défenseurs :
Stepan Falkovsky – Kristian Khenkel
Ilya Solovyov (+2, 2′) – Evgeni Lisovets (+2)
Dmitri Znakharenko (C, +2) – Vladislav Yeryomenko (+2)
Dmitri Korobov – Andrei Antonov (2′)

Gardien :
Aleksei Kolosov

Remplaçant : Konstantin Shostak (G). En réserve : Danny Taylor (G), Geoff Platt.

Deuxième match

Allemagne – Bélarus 2-0 (1-0, 0-0, 1-0)
Samedi 8 mai 2021 à 15h45 à Nuremberg. Huis clos.
Arbitrage de Benjamin Hoppe et Sirko Hunnius (ALL) assistés d’Andreas Hofer et Christoffer Hurtik (ALL).
Pénalités : Allemagne 10′ (0′, 6′, 4′), Bélarus 10′ (4′, 4′, 2′).
Tirs : Allemagne 29 (13, 8, 8), Bélarus 13 (3, 6, 4).

Évolution du score :
1-0 à 05’29 : Eisenschmid assisté de Plachta et Rogl
2-0 à 42’12 : J. Schütz assisté de A. Eder et Kastner

Allemagne

Attaquants :
Markus Eisenschmid (+1) – Stefan Loibl (+1) – Matthias Plachta (+1, 2′)
John Jason Peterka – Nicolas Krämmer (2′) – Daniel Fischbuch
Justin Schütz (+1) – Maximilian Kastner (+1) – Frederik Tiffels (2′)
Tim Wohlgemuth (2′) – Andreas Eder (+1) – Sebastian Uvira

Défenseurs :
Fabio Wagner (2′) – Korbinian Holzer (+1)
Moritz Müller (C, +1) – Simon Sezemsky
Colin Ugbekile – Marco Nowak
John Rogl (+1) – Oliver Mebus (+1)

Gardien :
Felix Brückmann

Remplaçant : Andreas Jenike (G). En réserve : Niklas Treutle (G), Marcel Brandt (blessé), Daniel Schmölz, Lucas Dumont.

Bélarus

Attaquants :
Shane Prince (-1) – Francis Paré (A, -1) – Nikita Komarov (-1, 2′)
Sergei Kostitsyn (-1) – Herman Nesterov (-1) – Geoff Platt (-1)
Stanislav Lopachuk – Sergei Drozd (2′) – Mikhail Stefanovich
Igor Martynov – Ilya Usov – Artyom Demkov

Défenseurs :
Stepan Falkovsky (-1, 2′) – Kristian Khenkel (-1)
Ilya Solovyov – Evgeni Lisovets (2′)
Dmitri Znakharenko (C, -1) – Vladislav Yeryomenko (-1)
Dmitri Korobov (2′) – Andrei Antonov

Gardien :
Danny Taylor

Remplaçant : Konstantin Shostak (G). En réserve : Aleksei Kolosov (G), Artyom Zhuk.

Les commentaires sont fermés.