Allemagne – Italie (Mondiaux 2021, groupe B)

154

Face à une équipe italienne qui s’est maintenue aux derniers championnats du monde, l’Allemagne est le grand favori. Cette année, aucune relégation n’interviendra et c’est sans pression que les Italiens vont se présenter, après avoir perdu leur entraîneur et plusieurs joueurs malades de la Covid-19.

Les Italiens ne paraissent absolument pas venus pour tenir le rôle de petit poucet. Alex Petan envoie un puissant shoot sur l’épaule de Brückmann, histoire de donner le ton. La réponse allemande intervient par Noebels d’un tir croisé (5’05). Le match gagne encore en vitesse et les deux équipes proposent une sacrée séance de patinage. Les deux groupes se rendent chaque coup et le jeu est bien équilibré. Lukas Reichel remonte sur le côté, tente en solo de défier le petit Justin Fazio et repique pour contourner le portier (7’35). Le gardien dit non !

Dans la deuxième partie de tiers, l’Allemagne impose son rythme et prend l’ascendant. Lors d’une supériorité, Eisenchmid est à la conclusion d’un beau jeu de passes à trois. Sa reprise directe provoque un rebond dangereux que Stefan Loibl exploite. Le danger est sauvé par le défenseur italien qui se jette au sol, sur la rondelle (14’00). Mais la pression continue est récompensée. Nico Krämmer parvient à chiper le palet avec un poke-check très malin sur Marchetti. Tom Künhackl hérite de la rondelle et son superbe revers arrive sous la barre (15’55 : 1-0).

Pas le temps de souffler, car Tiffels trouve une occasion avec une reprise en pleine course (17’20). À ce moment l’Italie est en train de sombrer. Mais c’est là qu’une chance se présente. À l’aide d’un rebond à la bande, un contre est lancé par Miceli et Petan, qui reprend le puck en one timer (17’42 : 1-1). Sur l’action suivante, le tir à la cage de Magnabosco provoque un rebond et Frigo, idéalement placé, se jette pour envoyer le palet au but (18’07 : 1-2).

En moins d’une minute, l’Italie a renversé le score. Mais les Allemands ne se laissent pas démonter par ce retournement de situation. Une passe d’Eisenchmid profite à Moritz Müller qui envoie le palet en lucarne (18’44 : 2-2). Les deux équipes ont donné une énorme intensité de jeu en se répondant à chaque occasion. Cette partie lance bien ces championnats du monde.

En deuxième période, l’Allemagne reprend là où elle en était, c’est-à-dire en imposant son rythme. Son patinage est toujours aussi impressionnant et son système permet de bloquer le jeu en zone offensive. Le groupe s’appuie sur des lancers de la bleue offensive ou bien par des passes ajustées qui permettent de s’avancer dans le slot et créer le danger. Justin Fazio est bien dans son match mais subit un trafic permanent devant sa cage. Tobias Rieder hérite du palet dans ce genre de situation collective et lève le puck, du revers, dans un angle ultra-fermé (24’23 : 3-2). La pression s’intensifie sur les Italiens qui éprouvent d’énormes difficultés pour sortir de leur zone. « Freddi » Tiffels, bien placé, profite du rebond (27’47 : 4-2).

On en est déjà à la moitié de cette deuxième période et l’Italie n’a toujours pas trouvé les moyens de mettre Brückmann à contribution. Lors d’une remontée de palet ultra-rapide, le rebond de derrière la cage revient devant les buts. La première reprise est déviée de la mitaine, héroïquement, par Justin Fazio. Mais la rondelle, avant même de retomber au sol, est frappée en mode « baseball » par Noebels (35’13 : 5-2). Le festival continue avec un shoot de « Mo » Seider que le défenseur italien Hochkofler freine mais ne bloque pas. Lukas Reichel est là pour envoyer le puck dans les cages (37’52 : 6-2). Marcel Noebels se gratifie d’un doublé (38’35 : 7-2). Le match tourne à la démonstration. Mais en toute fin de période, Jonas Müller est appelé à retourner au vestiaire pour une charge extrêmement dangereuse dans le dos de Marco Rosa.

En troisième période, non seulement les 5 minutes de pénalité s’appliquent mais Marcel Brandt ne trouve pas d’autre solution que de bloquer le bras de son vis-à-vis, rejoignant lui aussi le banc des pénalités. Les Allemands sont en double infériorité. C’est à ce moment que l’arbitre appelle une pénalité contre Luca Frigo. Felix Brückmann sort, les jaunes récupèrent un joueur de champ et décident de conserver la rondelle dans un jeu de passe à dix. Tiffels et Plachta trouvent l’espace d’avancer à la cage et Plachta inscrit un nouveau but (42’52 : 8-2). Les Italiens retrouvent donc leur double supériorité et parviennent à marquer avec Bardaro sur un rebond aérien très compliqué à gérer (43’22 : 8-3). Daniel Frank utilise un palet mal dégagé par Novak dans le trafic (44’06 : 8-4). Ces deux buts ont réussi à redonner de l’énergie aux Italiens qui accentuent le pressing sur l’adversaire. Mais le naturel revient ensuite et Leo Pföderl parvient à transpercer Fazio (48’41 : 9-4). L’Allemagne maîtrise le reste de la partie.

Dans ce feu d’artifice de buts, les deux équipes ont présenté de belles choses et une belle intensité, mais l’Allemagne semble collectivement prête et a impressionné dans ses entrées de zone et son jeu tout en vitesse. Mais un test plus sérieux se présente dés le samedi en fin de matinée face à la Norvège.

Désignés joueurs du match : Luca Frigo pour l’Italie et Marcel Noebels pour l’Allemagne.

Commentaires d’après-match :

Marcel Noebels (attaquant de l’Allemagne) : « C’est énorme pour nous et notre confiance dans l’équipe. Demain, nous devons jouer encore mieux pour gagner contre la Norvège. »

Toni Soderholm (entraîneur de l’Allemagne) : « Ce que j’ai aimé, c’est que beaucoup de joueurs ont touché la rondelle. Nous avons fait quelques petits changements pour la deuxième période. Nous voulions les mettre plus sous pression et ne pas les laisser changer. Nous avons eu des présences plus longues dans la zone offensive, nous avons marqué quelques buts. J’avais l’impression que tout le monde faisait partie de ce qui se passait sur la glace. Dans l’ensemble, je suis assez satisfait de ce que nous avons fait ce soir. Demain le tempo sera plus haut, les Norvégiens sont de bons patineurs, il faudra éviter les contres. »

Luca Frigo (attaquant de l’Italie) : « Cela a été difficile pour nous depuis le premier jour car nous avons eu des problèmes avec la Covid ces dernières semaines. Certains gars nous manquent, mais nous sommes venus ici quelques jours plus tôt et avons essayé de nous remettre en forme. Je pense que nous avons fait du très bon travail aujourd’hui pour ce que nous avions le temps de faire. »

Peter Spornberger (défenseur de l’Italie) : « Nous avons discuté avec les entraîneurs restés à la maison et nous avons dit que nous voulions montrer que nous étions capabes de jouer à ce niveau. Nous n’avons rien à perdre. Nous voulons juste montrer à tout le monde que nous méritons d’être ici. »

Allemagne – Italie 9-4 (2-2, 5-0, 2-2)
Vendredi 21 mai 2021 à 16h15 à l’Arena Riga. Huis clos.
Arbitres : Andrew Bruggeman (USA) et Martin Frano (TCH) assistés de Dustin McCrank (CAN) et Brian Oliver (USA)
Pénalités : Allemagne 29′ (2′, 5’+20′, 2′) ; Italie 6′ (2′, 2′, 2′).
Tirs : Allemagne 52 (18, 19, 15) ; Italie 14 (8, 2, 4).

Évolution du score :
1-0 à 15’56 : Kühnhackl assisté de Krämmer
1-1 à 17’42 : Petan assisté de Miceli
1-2 à 18’07 : Frigo assisté de Magnabosco et Bardaro
2-2 à 18’44 : M. Müller assisté d’Eisenschmid et Loibl
3-2 à 24’23 : Rieder assisté de Kühnhackl et Krämmer
4-2 à 27’47 : Tiffels assisté de Eisenschmid et Plachta (sup. num.)
5-2 à 35’13 : Noebels assisté de J. Müller et Pföderl
6-2 à 37’45 : Reichel assisté de Seider
7-2 à 38’35 : Noebels assisté de Pföderl et Reichel
8-2 à 42’52 : Plachta assisté de Tiffels et Holzer (double inf. num.)
8-3 à 43’22 : Bardaro assisté de Deluca (sup. num.)
8-4 à 44’06 : Frank assisté de Frigo (sup. num.)
9-4 à 48’41 : Pföderl assisté de Noebels et Reichel

Allemagne

Attaquants :
Tom Kühnhackl (+1) – Nico Krämmer (+1) – Tobias Rieder (+1)
Lukas Reichel (+3) – Marcel Noebels (+3) – Leo Pföderl (+3)
Matthias Plachta (+2) – Stefan Loibl (+2) – Marcus Eisenschmid (+1, 2’)
Lean Bergmann (+1) – Maximilian Kastner – Frederik Tiffels (+1)

Défenseurs :
Moritz Müller (C, +3) – Moritz Seider (+2)
Marcel Brandt (2’) – Korbinian Holzer (+2)
Fabio Wagner (+1) – Marco Nowak
Jonas Müller (5’+20’) – Leon Gawanke (+2)

Gardien :
Felix Brückmann

Remplaçant : Mathias Niederberger (G). En réserve : Niklas Treutle (G).

Italie

Attaquants :
Daniel Frank (-1) – Alex Petan (-3) – Angelo Miceli (-3)
Stefani Giliati (-1) – Marco Rosa (+1) – Ivan Deluca (-2)
Luca Frigo (-1, 6’) – Anthony Bardaro (-1) – Marco Magnabosco (-1)
Simon Pitschieler (-2) – Raphael Andergassen (-2) – Thomas Galimberti (-2)

Défenseurs :
Lorenzo Casetti (-1) – Peter Hochkofler (-2)
Daniel Glira – Peter Spornberger
Stefano Marchetti (-3) – Phil Pietroniro (-4)
Gregorio Gios (-2) – Sebastiano Soracreppa (-1)

Gardien :
Justin Fazio

Remplaçant : Davide Fadani (G). En réserve : Damian Clara (G).

Les commentaires sont fermés.