Mission survie pour la Suède

139

Sixième sur les huit équipes du groupe A, deux victoires pour trois défaites, la Suède est plus que jamais au pied du mur. Le succès (prévisible) de la Suisse sur le Belarus plus tôt dans la journée n’arrange absolument pas la Tre Kronor, la Nati étant désormais, avec 12 points, à égalité avec la Russie et la Slovaquie. La victoire à l’issue des deux derniers matchs du tour préliminaire, dans le temps réglementaire évidemment, est impérative pour les Scandinaves, sans pour autant avoir la certitude que cela suffira.

svk peter cehlarik
Peter Cehlarik

Avant d’affronter la Russie lundi, les Suédois doivent déjà disposer des Slovaques. Des Slovaques qui ont donc franchi un pallier fatidique en vue des quarts de finale en battant la veille le Danemark 2-0. Une fois de plus lors de ce nouveau succès slovaque, le duo Peter Cehlárik – Marek Hrivík aura été décisif, un duo qui a justement rayonné cette saison en Suède, à Leksand. Cehlárik a fini meilleur buteur de SHL et Hrivík meilleur marqueur.  Autant dire que cette rencontre aura pour eux une saveur toute particulière, tout comme pour les deux entraîneurs. Le sélectionneur de la Slovaquie Craig Ramsay était l’entraîneur-adjoint de Johan Garpenlöv lorsqu’il jouait aux Florida Panthers lors de la saison 1994-95. Garpenlöv a bien conscience de la difficulté du jour, connaissant le goût de Ramsay pour un jeu défensif solide.

Ce match revêt une autre particularité : ce sera le dernier pour Pavol Skalický, qui quittera la sélection slovaque après ce match. C’était convenu ainsi dès le camp préparatoire, le champion de Finlande avec Lukko doit s’absenter pour des raisons personnelles et familiales. Pour ce match décisif, Garpenlöv titularise pour la quatrième fois Adam Reideborn devant la cage suédoise. A contrario, Ramsay lance Adam Húska, gardien de 24 ans appartenant aux New York Rangers qui a joué majoritairement en AHL cette saison et pour la première fois titulaire dans un championnat du monde.

La dernière fois que la Slovaquie a battu la Suède en compétition officielle, c’était aux Mondiaux 2006… déjà à Riga.

La première occasion est slovaque, une accélération de Kelemen en zone offensive met à mal la défense suédoise, puis il passe dans son dos à Roman, Reideborn s’interpose. Et un constat s’impose, face aux Suédois affamés, les Slovaques affichent d’emblée la même énergie que la veille contre le Danemark. Miloš Kelemen s’illustre encore, en supériorité numérique, avec une reprise dans l’enclave. Certes la pénalité est tuée par les Suédois, mais les Slovaques affichent toujours de la confiance et de l’énergie, leur permettant d’imposer un pressing important.

sue svk1

Et les occasions slovaques se mettent à pleuvoir. Buc dangereux devant le slot ; Cehlárik qui subtilise une passe en retrait ratée d’Olofsson ; puis une bonne passe de Hrivík couloir droit qui centre pour Slafkovský dont la crosse est trop courte, la Suède est malmenée. Après 12 minutes de jeu, la Slovaquie mène déjà 8-3 aux tirs ! Les Scandinaves peinent à créer du danger, bien muselés par leurs adversaires. Et l’inéluctable arrive… à 53 secondes de la pause. Magnus Nygren, dans sa zone défensive, décide de relancer plein champ, une offrande pour Peter Cehlárik, qui déborde côté droit et envoie devant le but, et c’est contré par… Nygren dans son propre but.

La Suède, menée à l’issue de la première période, revient malgré tout des vestiaires gonflée à bloc. A l’image de ce tir de Lindberg, dès le début de la seconde période, que repousse tant bien que mal Húska, sous la menace de Lindholm. Puis c’est Wingerli à qui il manque quelques centimètres pour la déviation. Cet élan suédois est toutefois coupé par une faute d’Olofosson débouchant sur une supériorité slovaque, et Studenič, face à Reideborn, n’est pas loin de prolonger la passe de Cehlárik au fond des filets.

svk juraj slafkovsky
Juraj Slafkovský

Ce même Cehlárik sera d’ailleurs pénalisé à son tour à la mi-match. Rakell et Lindholm se montrent dangereux, la pénalité expire mais la Suède poursuit ses efforts dans le camp slovaque. Et ça paye. Max Friberg est derrière le but, souhaite remettre devant, le puck est alors contré, rebondit sur Húska pour redescendre poteau opposé, où se trouve Marcus Sörensen qui, du bout de la palette, égalise. Après vérification, le but est bel et bien validé : 1-1. Un score logique, tant le jeu s’est équilibré.

À la 33e minute, Frödén, servi par Rakell, est à la déviation et force une parade de Húska. Et juste avant la deuxième pause, c’est le tout jeune Slafkovský, décidément très en évidence ce soir malgré ses 17 ans, qui est à deux doigts de marquer : il intercepte le puck dans l’enclave, il tire du revers mais Reideborn repousse de la jambière, et le gardien suédois peine à dégager sur cette action avec Liška à proximité.

La Suède repart à l’attaque dans le troisième tiers-temps, le couteau entre les dents. Et la jambière d’Adam Húska est tout de suite mobilisée pour repousser une reprise d’Olofsson. C’est ensuite Reideborn qui s’illustre en détournant de la mitaine un essai de Buc, servi par une passe dans le dos de  Slafkovský. Le rythme est effréné et les deux équipes offrent décidément un beau spectacle.

sue svk2Nous entrons dans les dix dernières minutes, Jánošík est sanctionné pour une interférence. Le jeu de puissance suédois est bien en place, les Slovaques résistent, tentent de couper les lignes de passe, bloquent les tirs. Mais le jeu de passes de la Tre Kronor est fluide, et Victor Olofsson, à la ligne de bleue, se rapproche et marque finalement côté gant. 2-1 pour la Suède. Soulagement pour la Tre Kronor.

S’ensuit une véritable marée slovaque qui s’installe dans le camp suédois. Et l’affaire se corse lorsque Nygren rejoint la prison pour un slashing à quatre minutes de la fin. Au tour des Suédois de se sacrifier en infériorité. Adam Reideborn de veiller à leurs arrières, et il sort un superbe arrêt de la mitaine sur Lantoši. La pénalité est tuée… avant que Fröden ne rejoigne le banc des pénalités à une minute de la fin. Dernières frayeurs pour la Suède, alors que Ramsay sort son gardien Adam Húska pour créer un double avantage numérique. En vain, Filip Hållander presse Lantoši (qui semble se blesser au bras en heurtant la bande), intercepte le palet pour servir Isac Lundeström, qui marque en cage vide.

Mal embarquée face à une sélection slovaque énergique et consciencieuse, la Suède a su réagir pour s’assurer des 3 points. Après avoir montré une force de caractère, les Suédois devront capitaliser dessus pour poursuivre leur mission de survie face à la Russie lundi.

Désignés joueurs du match : Adam Reideborn pour la Suède, Adam Húska pour la Slovaquie.

Commentaires d’après-match

Victor Olofsson (attaquant de la Suède) : « Adam [Reideborn] a réalisé un match fantastique. C’est très satisfaisant. Le match était serré dès le départ, ils étaient un peu meilleurs en première période, puis nous avons pris le relais en seconde. C’est agréable d’avoir trouvé la solution en supériorité numérique. J’ai essayé de tirer, et tirer… »

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous devons continuer à essayer, à tirer. J’aime notre façon de jouer, nous avons de l’enthousiasme. Nous faisons les choses qu’il faut pour réussir en équipe. Chaque tir n’a pas les paramètres d’un but potentiel, mais nous devons essayer. Chercher un arrêt, forcer le gardien à faire une erreur. Notre but est un bel exemple que cela fonctionne. Notre jeu est solide, je crois que nous pouvons causer des problèmes à tout le monde avec notre vitesse. Adam est un grand gars qui s’est entraîné dur. La décision revient à l’entraîneur des gardiens [Peter Kosa] et je suis content qu’il ait choisi Húuska. Il a montré ce qu’il savait faire, les joueurs ont pu compter sur lui. »

Adam Húska (gardien de la Slovaquie) : « J’attendais ma chance, et j’ai essayé d’être prêt quand elle est arrivée. La nervosité du début s’est dissipée. Même si on n’a pas gagné, je crois que c’était un bon match de ma part. J’ai certainement gagné une expérience précieuse non seulement pour la suite de ma carrière, mais pour la vie en général. »

 

Suède – Slovaquie 3-1 (0-1, 1-0, 2-0).
Dimanche 30 mai 2021 à 20h15 au Centre sportif olympique de Riga. Huis clos.
Arbitrage d’Andre Schrader (ALL) et Michael Tscherrig (SUI) assistés de David Obwegeser (SUI) et Elias Seewald (AUT).
Pénalités : Suède 10′ (2′, 4′, 4′), Slovaquie 6′ (0′, 4′, 2′).
Tirs : Suède 29 (6, 14, 9), Slovaquie 30 (10, 10, 10).

Évolution du score :
0-1 à 19’07 : Cehlárik
1-1 à 30’15 : Sörensen assisté de Friberg
2-1 à 51’38 : Olofsson assisté de Tömmernes (sup. num.)
3-1 à 59’47 : Lundeström assisté de Hållander

Suède

Attaquants :
Oscar Lindberg – Pär Lindholm (+1) – Rickard Rakell (A)
Mario Kempe (-1) puis à 20′ Dennis Rasmussen – Adrian Kempe (-1) – Marcus Sörensen
Victor Olofsson (+1, 2′) – Isac Lundeström (+1) – Filip Hållander (+1, 2′)
Jesper Fröden (2′) – Andreas Wingerli – Max Friberg (+1)

Défenseurs :
Henrik Tömmernes (C, +1) – Magnus Nygren (-1, 4′)
Klas Dahlbeck (A, +1) – Jesper Sellgren
Lawrence Pilut – Jonathan Pudas

Gardien :
Adam Reideborn

Remplaçants : Viktor Fasth (G), Viktor Lööv. En réserve : Samuel Ersson (G), Nils Lundkvist (D, blessé), Albert Johansson (D), Pontus Holmberg (A), Carl Klingberg (A, genou).

Slovaquie

Attaquants :
Peter Cehlárik (-1, 2′) – Marek Hrivík (A) – Robert Lantoši (A)
Kristián Pospíšil (-1) – Michal Krištof (-1) – Marián Studenič (-1)
Miloš Kelemen – Miloš Roman (2′) – Pavol Skalický (-1)
Adam Liška – Dávid Buc – Juraj Slafkovský

Défenseurs :
Samuel Kňažko (+1) – Martin Gernát
Mislav Rosandič – Daniel Gachulinec
Martin Bučko – Marek Ďaloga (C)
Adam Jánošík (-1, 2′) – Mário Grman (-1)

Gardien :
Adam Húska [sorti de 58’56 à 59’47]

Remplaçant : Július Hudáček (G). En réserve : Branislav Konrád (G, blessé), Šimon Nemec, Michal Ivan (D), Adrián Holešinský, Matúš Sukeľ, Martin Faško-Rudáš (A).

Les commentaires sont fermés.