Jeu, set et match, Suisse

159

En année normale, le Bélarus jouerait pour ne pas descendre mais il cherche encore à sauver l’honneur puisqu’il est dernier de sa poule. Après ses critiques sur la forme physique des Nord-Américains naturalisés, Mikhaïl Zakharov est passé aux actes puisqu’il les a tous renvoyés en tribune, sauf Geoff Platt.

Cela ne surprendra personne : Patrick Fischer pratique un management plus positif et humain que son homologue biélorusse. Il relance le gardien Leonardo Genoni après sa soirée de cauchemar face à la Suède, mais aussi Vincent Praplan qui a également perdu sa place après cette lourde défaite. L’ailier de Berne remplace Dario Simion – blessé – aux côtés du très bon duo Hofmann/Corvi, mais il devra en fait peu à peu y céder sa place à Noah Rod.

2021 05 30 sui blr1Le quatrième trio travailleur Scherwey-Bertschy-Herzog est quant à lui aligné d’entrée… avec un impact immédiat. Egor Sharangovich gagne le coup d’envoi mais une longue passe diagonale d’Evgeni Lisovets finit en dégagement interdit. On réengage en zone biélorusse, Sharangovich a encore le dessus et son équipe se dégage mais la Suisse envoie au fond pour un forechecking à deux, au sens le plus littéral du terme. Le défenseur Kristian Khenkel est pris en sandwich entre les mises en échec conjointes de Tristan Scherwey et de Fabrice Herzog, il en ressort blessé et ne peut plus vraiment aider à défendre. Christoph Bertschy ferme la ligne bleue, renvoie le palet au fond où Scherwey sert Herzog de derrière la cage, et vient lui-même prendre le rebond (0-1, image de gauche).

Jonas Siegenthaler donne une chance aux rouges de se relancer en retenant Protas après sept minutes de jeu. En infériorité, la paire Geisser-Diaz s’éloigne de son but au point de laisser un 2 contre 0 au Bélarus, mais Mikhail Stefanovich ne convertit pas sa reprise de volée, seul face à Genoni qui détourne le tir par un réflexe de la botte droite. La Suisse accélère en fin de première période. En 2 contre 1, Timo Meier sert Sven Andrighetto qui rate d’un bon mètre la cage grande ouverte, mais l’action est quand même conclue un peu plus tard par Joël Vermin qui n’a plus qu’à pousser un palet libre dans les filets vides (0-2).

2021 05 30 sui blr2Le deuxième tiers-temps commence comme le premier : par un but suisse, sur un tir de Timo Meier masqué par un écran d’Andrighetto (0-3, image de droite). C’est le but sur lequel Konstantin Shostak est le plus innocent, mais Zakharov le remplace par le jeune Aleksei Kolosov. Ce championnat du monde aura été un désastre pour Shostak, remplacé deux fois en cours de match.

Il reste encore une semaine avant la fin de la compétition, mais l’on doit citer le meilleur joueur du Mondial jusqu’ici, un joueur s’impose : Grégory Hofmann. L’attaquant formé à La Chaux-de-Fonds est toujours aussi impressionnant quand il lâche les chevaux en zone neutre en quelques coups de patin. Son entrée en zone en plein élan déborde Drozd et ses échanges de passes successifs avec Enzo Corvi sont tout simplement magnifiques. Hofmann n’a plus qu’à finir le travail en cage vide (0-4). Le défenseur Eryomenko ne savait plus où il en était sur cette action collective magnifique, mais sa présence suivante est encore plus douloureuse pour lui : il est chargé dans le dos par Kurashev devant son banc et frappe le rebord de la balustrade avec ses côtes. Le rugueux Nikita Komarov charge Untersander contre la bande, mais c’est bien le seul genre de réaction que peut encore avoir le Bélarus (cet engagement physique lui vaudra le titre de joueur de match de son coach).

blr mikhail zakharov2
Mikhail Zakharov

Zakharov ne change en effet pas sa tactique repliée, avare en pressing. La Suisse arrive à prendre de la vitesse et n’est donc pas gênée par le positionnement adverse en zone neutre. Le troisième tiers-temps ne présente donc pas de difficulté. Joël Vermin reprend au premier poteau la passe de derrière la cage de Timo Meier pour s’offrir un doublé (0-5).

La Suisse obtient même un but en infériorité numérique : Nico Hischier vole un palet à la ligne bleue à Geoff Platt – le dernier Nord-Américain à ne pas avoir été puni, et si Kolosov ferme les bottes pour l’empêcher de convertir sa contre-attaque, le palet reste ensuite devant la cage vide pour que Fabrice Herzog l’y pousse (0-6).

Deux buts par période, difficile de faire victoire plus propre. Leonardo Genoni a pu reprendre confiance par un blanchissage. La Suisse a parfaitement géré cette rencontre face à un adversaire – comme souvent – en pleine crise. Quoi de plus approprié qu’un 6-0 le jour où débute le tournoi de tennis de Roland-Garros ?

Désignés joueurs du match : Nikita Komarov pour le Bélarus et Leonardo Genoni pour la Suisse.

Commentaires d’après-match :

blr aleksei protas
Aleksei Protas

Aleksei Protas (attaquant du Bélarus) : « L’ambiance est mauvaise en fait, tout le monde est très déçu. Nous avons fait deux bons premiers matches mais ensuite nous nous sommes désagrégés. Cela peut arriver, mais quand on est hockeyeur, on veut gagner, on déteste perdre, c’est ce qui se passe dans le vestiaire maintenant. Je suis fier d’être ici, j’ai eu une longue saison mais je suis toujours heureux de représenter mon pays. Le changement difficile a été difficile avec trois patinoires différentes, de la KHL à l’AHL puis ici où la glace est plus grande, mais les entraîneurs essaient de m’aider à trouver une condition suffisante. J’essaie de m’améliorer à chaque match. »

Christoph Bertschy (attaquant de la Suisse) : « On a fait un bon départ, on a marqué sur notre première présence, mais ce n’est peut-être pas la meilleure chose. On a un peu perdu notre jeu ensuite, mais on l’a retrouvé dans les dernières minutes de la première période. »

Bélarus – Suisse 0-6 (0-2, 0-2, 0-6)
Dimanche 30 mai 2021 à 16h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos.
Arbitres : Tobias Björk et Mikael Nord (SUE) assistés d’Andreas Weiser Krøyer (DAN) et Emil Yletyinen (SUE).
Pénalités : Bélarus 2′ (0′, 2′, 0′) ; Suisse 4′ (2′, 2′, 0′).
Tirs : Bélarus 16 (9, 8, 6) ; Suisse 26 (8, 12, 6).

Évolution du score :
0-1 à 00’36 : Bertschy assisté de Herzog et Scherwey
0-2 à 18’01 : Vermin assisté de Meier
0-3 à 21’09 : Andrighetto assisté de Vermin
0-4 à 32’15 : Hofmann assisté de Corvi
0-5 à 52’03 : Vermin assisté de Meier
0-6 à 57’43 : Herzog assisté de Hischier (inf. num.)

Bélarus

Attaquants :
Aleksei Protas (-2) – Egor Sharangovich (C, -1) – Mikhail Stefanovich (-1)
Stanislav Lopachuk (-1) – Sergei Drozd (-1) – Nikita Komarov (-2, 2’+10′)
Artyom Demkov (-3) – Vladislav Kodola (-4) – Geoff Platt (A, -2)
Danila Klimovich (-2) – Andrei Belevich – Sergei Kostitsyn

Défenseurs :
Kristian Khenkel (A, -1) [blessé à 0’36] – Evgeni Lisovets (-1, 2′)
Dmitri Znakharenko – Andrei Antonov (2′)
Stepan Falkovski (-5) – Vladislav Eryomenko (-4)
Ilya Shinkevich (2′) – Ilya Solovyov

Gardien :
Konstantin Shostak puis à 21’09 Aleksei Kolosov

En réserve : Danny Taylor (G), Dmitri Korobov, Nick Bailen (D), Herman Nesterov, Shane Prince, Francis Paré (A).

Suisse

Attaquants :
Grégory Hoffmann (+1) – Enzo Corvi (+1) – Vincent Praplan puis Noah Rod (+1)
Philipp Kurashev (2’+10′) – Nico Hischier (A, +1) – Andres Ambühl (A)
Sven Andrighetto (+3) – Joël Vermin (+3) – Timo Meier (+3, 2′)
Tristan Scherwey (+1) – Christoph Bertschy (+1) – Fabrice Herzog (+2)

Défenseurs :
Tobias Geisser (+1) – Raphael Diaz (C, +2)
Jonas Siegenthaler (+3, 2′) – Romain Loeffel (+1)
Janis Moser (+2) – Ramon Untersander (+2, 2′)
Santeri Alatalo (+1)

Gardien :
Leonardo Genoni

Remplaçant : Reto Berra (G). En réserve : Melvin Nyffeler (G), Mirco Müller (D, coude), Lukas Frick, Fabian Heldner (D), Killian Mottet (A), Dario Simion (A, dos).

Les commentaires sont fermés.